LA CITATION DU JOUR

Si le passé était tout ce qui compte, les personnes les plus riches seraient les bibliothécaires.
Warren Buffet

Débuter dans le Secteur Santé en bourse

Par Sacha Pouget, le 25/05/2011

Il y a 1 commentaires sur cet article

sacha pouget
Sacha Pouget
La révolution de la génomique et le fort dynamisme dans le secteur de la Santé (découvertes, OPA, partenariats…) poussent de nombreux investisseurs à franchir le pas pour initier des positions. Pourtant, certains hésitent ou ne savent pas comment débuter dans ce domaine. Je vais vous montrer à quel point ce secteur est accessible et dans quelle mesure il vous sera possible de débuter dans ce secteur aux multiples opportunités (plus de 500 sociétés cotées dans le monde).

Il est vrai que les Gains réalisés peuvent être sans commune mesure avec ce qui peut être observé dans d'autres secteurs : entre 2009 et 2011 plus de 50 sociétés du secteur Santé ont vu leur cours multiplié par plus de 10. C'est ce qui justifie en grande partie l'enthousiasme pour ce secteur : de très gros gains, en un minimum de temps. Pour autant, il est nécessaire de s'organiser et de se formaliser à quelques notions.

PREMIERE ETAPE : Chasser les préjugés

Le secteur de la Santé est accessible pour chaque investisseur : nul besoin d'avoir des connaissance scientifiques ou financières !

En réalité, il est avéré que même les investisseurs professionnels dans la biotechnologie (analystes, gérants, traders) ont du mal à saisir le concept ou le mécanisme de nombreux produits développés par ces sociétés. C'est ce qui ressort d'une Enquête intitulée “The Investment Decision, The Venture Capitalists’Dilemma” (source : Biotech Venture Capital) qui a démontré que seulement 58% des associés des sociétés de capital-risque qui investissaient dans la Biotechnologie avaient un MD (un Diplôme de Médecine).

Aussi, ce sondage montrait que seuls 40% des associés avaient déjà travaillé dans l’industrie pharmaceutique… alors que ce sont eux les professionnels censés investir des milliards de dollars par an dans ce secteur !

D’autre part, il n’est pas nécessaire d'avoir des connaissances financières ni même de créer des modèles mathématiques sophistiqués pour valoriser une société du secteur Santé. Dans un sondage réalisé auprès de 389 professionnels qui suivent le secteur de la Biotechnologie, il a été démontré que seuls 52% des professionnels de la Finance, des investisseurs et du management de sociétés Biotechs utilisaient régulièrement des méthodes d’évaluation poussées (Etude Biostrat, 2009).

DEUXIEME ETAPE : Mesurer sa Prise de Risque

Cette deuxième étape est propre à chaque investisseur. Il s'agit en fin de compte de déterminer son profil de risque, et de placer le curseur sur des sociétés dont vous aurez maîtriser les enjeux, mais aussi les possibles pertes en Capital. C'est ni plus ni moins que du Risk Management. Le meilleur choix est celui qui ressemble le plus à votre profil, qui va de pair avec votre connaissance des marchés, votre implication dans l'aspect fondamental, le suivi de vos valeurs, vos ressources et votre budget, vos besoins et vos désirs, votre but et vos objectifs.

Cela tient avant tout, selon moi, à votre aptitude (connaissance) et à votre sensibilité (tolérance) face au risque. Reste à savoir ou vous souhaitez situer votre curseur qui sera établi en fonction à la fois de la retombée que vous attendez et du risque que vous êtes prêts à prendre. Pour cela, chaque investisseur doit définir toute transaction par rapport au risque associé, c'est-à-dire en fonction de l'analyse de la situation et du degré de certitude que vous avez dans votre prise de position.

Exemple : supposons que vous êtes prêts à risquer une perte maximum de -25%. Dans le même temps, le gain maximum que vous estimez est de +100%. Dès lors, votre ratio Risk/Reward sera de 1:4 (100/25). Pour information, le ratio le plus commun est 1:3. Sur les marchés, le stop loss est généralement posé aux alentours de -7%. Ensuite, rien ne vous empêche de faire évoluer votre ratio au gré des nouvelles perspectives que vous anticipez.

TROISIEME ETAPE : Choisir les sociétés dans lesquelles investir

Une fois que vous aurez déterminé votre profil d'investisseur (horizon d'investissement, degré d'exposition au risque, type de Capitalisations, profil dynamique/intermédiaire ou sécurisé…), vous devez ensuite composer votre Univers.

Les analystes parlent souvent d'Univers pour regrouper les sociétés d'un secteur qu'ils couvrent. Dans cet Univers, on trouve de tout : des sociétés françaises et internationales, des Large/Mid/Small Caps... Ce sont en quelques sortes les critères que vous vous fixez, qui déterminent une sélection de valeurs.

On trouve une grande variété de sociétés de biotechnologie cotées sur le marché. Il y en a 300 aux Etats-Unis, 200 en Europe et presque 20 à Paris. Certaines d'entre elles engrangent d'énormes profits et disposent d'un bilan très solide. D'autres encore ont des "Pipelines" (produits en développement) prometteurs et cherchent à mettre sur le marché leur premier médicament (ou viennent d'être autorisées à vendre leur premier produit). D'autres enfin ont des technologies poussées, mais sont encore au stade de développement.

Pour décomposer votre Univers, je vous suggère de diviser votre Univers en trois groupes.

-les sociétés du secteur Santé "Historiques" : ces sociétés sont établies depuis le début du 20ème siècle (sociétés Pharma) ou ont été créées dans les années 80/90 (sociétés de Biotechnologie). Elles ont de Grosses Capitalisations (supérieures à 10 Milliards de $). Elles réalisent de gros profits et sont des sociétés intégrées,

-les sociétés du secteur Santé "Intermédiaire" : ces sociétés ont montré leurs preuves, avec des signatures de partenariat et de grandes avancées dans leur pipeline. Elles ont atteint ou elles sont proche du niveau de rentabilité,

-les sociétés du secteur Santé de "Découverte" : ce sont des sociétés qui n'ont pas encore de produit sur le marché, qui subissent de lourdes pertes et qui sont focalisées sur la R&D. Elles ont aussi un pipeline limité. Elles sont bien souvent plus exposées au risque car elles ne réaliseront pas de bénéfices avant plusieurs années. Cependant, en cas de succès les retombées peuvent être astronomiques !

Sacha Pouget

Voir le commentaire et réagir Envoyez à un ami

Les derniers articles de l'auteur
Les dernières Confessions du PermaBear Hussman
Suite au QE 3, le rattrapage sur les marchés est en route
Quel impact des prochaines élections US sur les marchés ?
Le QE3 est maintenant déjà pricé
Le 'Voodoo Economics' de l’Espagne
Bon alors Facebook ça vaut combien ?
Les chiffres publiés par Apple sont hors-norme. Bientôt les 1000$ ?
Prévisions sur les résultats financiers les plus attendus de la Saison: Apple
Utiliser le Goodwill pour mesurer le risque financier après une Fusion Acquisition
Bientôt, des Traders recrutés à la Crèche