LA CITATION DU JOUR

La seule manière de gagner rapidement de l'argent consiste à ne jamais être pressé.
Proverbe boursier

France, numéro 1 mondiale de la misère fiscale

Par Olivier Crottaz, le 08/04/2009

Il y a 22 commentaires sur cet article

olivier crottaz
Olivier Crottaz

L’enfer fiscal est là devant nous et personne ne fait rien (ou ne peut rien faire, la machine est en route).

Au contraire, on assiste à des manifestations publiques pour encore plus de social (et donc plus de prélèvements au travers de l’impôt). Tout cela aura une fin, la fin du système.

Les politiques (Nixon en tête) nous ont bien coulé ce système en imprimant à tout va et en dépensant sans compter. Ils ont réussi le tour de force de faire croire qu’on pouvait tout se payer aujourd’hui et rembourser demain ou même plus tard.
Il est temps de se rendre compte des dégâts...

Forbes publie le "2009 Tax misery and Reform Index". Cet indice est le résultat de la somme des impôts (en barres de couleurs).

Les pays en haut du graphique imposent le plus leurs concitoyens et ceux en bas sont les plus amicaux en terme d’impôts. La colonne Réforme reflète une réduction de la misère (en rouge un chiffre négatif) ou une augmentation de la misère durant les dernières années.

Source: Forbes

NB: les gains en capitaux ne sont pas inclus dans l’indice, parce que les taux varient selon le type d’actif, la période de détention etc.

Le vainqueur est ? Je vous laisse découvrir ce que je savais déjà !

Les impôts et les dépenses des gouvernements sont sur le point d’exploser au niveau mondial et les pays vont devoir faire face à un effondrement des rentrées fiscales. Comment faire dès lors. A terme cette manière de fonctionner est insoutenable et prendra fin tôt ou tard. Comment ? Tout le monde sera pauvre, c’est fort possible.
Est-ce que la seule réponse à la crise financière et économique actuelle est le Reaganisme ? Ce président a réussi à abaisser la "misery tax" en encourageant le secteur privé, au moins en partie, et a conduit les Etats-Unis à une grande période d’expansion de 1982 à 2007.

Le budget du président Obama se positionne à l’opposé. Il demande l’augmentation des recettes fiscales par plus de 40% d’ici 2013, éliminant du même coup les réformes de son prédécesseur G.W.Bush. Plus (+) d’impôts, plus (+) de dépenses et stagflation ?

Cette nouvelle "pensée" américaine pourrait entraîner l’Asie et le reste du monde dans un nouveau cycle de misère fiscale?

L’inde caracole en tête sur l’indice cette année, gagnant jusqu’à 24 points, la plus forte hausse en une année. L’Inde fait partie d’une tendance asiatique vers les coûts de la couverture sociale en Europe avec un saut dans les charges de sécurité sociale pour l’employeur et l’employé (remplaçant le fonds de prévoyance des employés).

D’autres pays, comme la Chine et la Thaïlande, sont aussi en hausse de respectivement 5 et 7 points sur l’indice. La Chine souffre du ralentissement économique mondial et met en place des dépenses d’infrastructures (paient-ils aussi la débauche d’énergie et d’argent pour les jeux olympiques, rien n’est moins sûr). Pour les travailleurs qui souffrent du ralentissement, le pays développe une couverture de sécurité sociale et des prélèvements. En Thaïlande, on assiste à des hausses d’impôts.

Allant à l’opposé, la Nouvelle-Zélande réduit la misère fiscale de neuf points, principalement par le biais de l’impôt sur le revenu et les déductions de sécurité sociale qui sont conçues pour donner une impulsion aux dépenses des consommateurs.

D’autres places en font de même: La Corée (chic !), Taiwan (réduction d’impôts pour les bas revenus), Singapour et la Malaisie.

Le grand vainqueur de la liste de l’indice de "Tax Misery" c’est la France et ceci malgré les affirmations du président qui a dit ne pas avoir été élu pour augmenter les impôts. France +1.1 points !

Lors de la réunion de G-20, à Londres, le sujet a certainement été abordé. Comment augmenter le social et les rentrées fiscales.
La solution (provisoire) a été trouvée: On imprime du papier monétaire et on vend de l’or. Malheureusement ce n’est très probablement pas la solution à long terme. On joue à nouveau au pompier incendiaire.

Au sujet de la vente de l’or qui semble programmée: Il faudra quand même certaines approbations. 85% des voix du FMI est nécessaire pour son approbation (des 185 pays). Les 403.3 tonnes devront être écoulées sur 2 à 3 ans et cela représente 12% des réserves en métal jaune. Sur la nouvelle l’or a baissé, mais ce n’est que provisoire à mon avis. L’or reste la seule monnaie qu’on ne peut produire à l’infini.

Le produit de la cession sera en partie réinvesti dans un large éventail d’instruments financiers. Jusqu’alors (à l’or !), le fonds n’était autorisé qu’à investir dans des obligations d’Etat et ne pouvait risquer ses capitaux dans des placements plus audacieux et plus rémunérateurs. Est-ce le début de la fin ?

Pourquoi se tourner vers une politique keynésienne qui prendra une génération a être annulée ?


Voir les 22 commentaires et réagir Envoyez à un ami

Les derniers articles de l'auteur
La performance des hedge fund de 2010 a-t-elle été un grand cru ?
L'euro va t il encore chuter de 60% contre le franc suisse ?
Il faut sauver le soldat portugais
Maintenant l'Irlande et demain ?
L'uranium poursuit la hausse
Le Dow Jones au dessus des 11.000 points
L’aventure dans le pétrole de Crown Point Venture continue
Le poids de chaque pays dans le monde
Foodstamps, chômage, déflation et récession
La BNS a perdu 14 milliards de francs suisses