A quel prix acheter : la question qu'on ne devrait pas se poser
OK
Accueil  > Analyses  > Chroniques

A quel prix acheter : la question qu'on ne devrait pas se poser

Par Samuel Rondot, le 13/06/2014

samuel rondot

Vous aimez écrire ? vous souhaitez que vos textes soient publiés dans cette rubrique ? contactez-nous

Lorsque l'on commence à faire du trading, une des premières choses que l'on essaye de faire c'est de construire une réflexion autour de son prix d'achat. Et de répondre à la question "Quand est ce que je dois acheter et à combien ?".

La logique est implacable : si on doit acheter quelque chose, alors il faut que cette décision soit pesée, raisonnée, calculée.

Pour ce faire, on se base sur ce qu'on lit, sur ce qu'on nous enseigne et sur l'expérience que l'on se construit personnellement face au marché.
Il y a les partisans de l'analyse technique. J'ai l'impression que cette mode est un peu moins forte qu'a mes débuts (1995).

Il y a ceux qui font appel à des « forces » qui guideraient les marchés, vague d'Eliott, Fibonacci, Gatt, cycles, Harmonique, Ichimoku et autres
Il y a les fondamentalistes (humour). Qui épluchent les bilans pour savoir ce qu'une action devrait valoir ou si les cours sont à ce point éloigné de leur prix théorique. La liste est longue, très longue...

La plupart du temps, entre les lignes, la réflexion inclus également un objectif de cours. Le titre X va aller jusque là et tel indice va grimper comme ci, comme ça. Une fois encore, sur le papier le raisonnement est implacable.

Le problème c'est que sans le savoir, l'apprenti trader vient de creuser sa tombe ou pour être exact celle de son compte de trading.

Dans la vie de tous les jours nous achetons des choses tout le temps. Pour ce faire nous avons plusieurs habitudes pour prendre ces décisions d'achat : réfléchie, comparative, passionnée, impulsive... Et ce sont ces habitudes que nous reprendrons plus tard lors de notre décision de trading. Seul souci, trader n'est pas acheter pour consommer, ça n'a RIEN A VOIR. Il faudrait même bannir le terme acheter du vocabulaire du trading pour éviter de ce fourvoyer dans ce raisonnement.

Si on n'achète pas lorsqu'on ouvre une position de trading, alors que fait-on ?

Et bien on fait ni plus ni moins qu'une opération comptable. Je me positionne sur un actif financier car je cherche à réaliser un profit à court terme. Raisonnement qui devrait être accompagné de la gestion de son risque comme toute opération financière.

Intellectuellement il est tout a fait logique de voir une opération boursière comme un achat. C'est un actif, il a un prix. Votre cerveau rentre en mode shopping. Et en mode shopping on se concentre sur le prix d'achat car on va consommer le produit. Il faut donc rationaliser (un minimum) cette démarche. Il est assez rare qu'on achète une paire de chaussure pour la revendre après quelque temps.

En réalité, votre prix d'achat est probablement l'élément le moins important lorsque l'on fait du trading. C'est une évidence que de vous expliquer que ce qui compte c'est ce que vous pouvez gagner ou bien ce que vous pouvez perdre. La plupart des gens ont beaucoup de mal à détacher ces notions de l'achat ou du prix d'achat. Vous allez me dire mais si je veux gagner en achetant tel produit, il faut bien que je l'achète à un bon prix.
Et vous revoilà parti faire du shopping. Le prix d'achat n'a d'importance que grâce au potentiel de l'opération. Pas en lui même.

Prenons un exemple

Vous souhaitez acheter une maison. Vous allez choisir une maison qui vous plait, mais vous savez que c'est forcément un investissement. Les sommes en jeu sont telles que vous ne pouvez pas vous permettre de ne pas considérer cet aspect. Lorsque vous achetez votre bien, vous allez forcément essayer de parier sur la valorisation de ce bien.

Dans bien des cas, les gens se contentent d'espérer que le marché immobilier (qui ne fait que monter à long terme c'est bien connu – blague-) va poursuivre sa croissance. Mais vous savez bien qu'il est possible de faire un choix qui a plus de chance de se réaliser que d'autre : acheter dans une zone recherchée, acheter des surfaces plus valorisées, acheter un type de bien rare etc etc.
Dans ces cas la, il arrive bien souvent que l'on soit prêt à payer un bien plus cher car il a du POTENTIEL. On va donc le payer au dessus du prix du marché en pariant que ce potentiel va vous rapporter plus qu'un bien « normal ».

Ce qui est évident pour un achat immobilier l'est aussi pour un investissement boursier à long terme. Par exemple, je pense que le pétrole va devenir plus rare, donc j'en achète car son prix va monter. Vous allez me dire, il faut bien que je décide à quel prix l'acheter non ?
C'est quoi le plus important ? Le prix d'achat ou bien avoir raison dans son raisonnement d'investissement ?

J'ai vu bien des investisseurs avoir une idée géniale et ne pas la réaliser car ils ont mégoté sur le prix pour quelques centimes.

Plus on va raccourcir son horizon d'investissement, plus vous concèderez qu'il est difficile d'avoir des certitudes sur l'évolution à venir du prix. Si on peut dire que le pétrole va grimper à un horizon 10 ans sans trop se tromper, difficile de dire ce qu'il va faire d'ici 10 minutes. C'est la raison pour laquelle consciemment ou inconsciemment, un trader court terme va mettre tant d'attention dans la sélection de son prix d'achat.

C'est une ENORME erreur

Le prix n'a aucune importance. Ce dont le trader a besoin c'est de condition de marché qui donnent à son opération financière une chance de réussir. Il va intervenir car le contexte est porteur pour tel ou tel type de trading. Le prix d'achat n'aura que peu d'importance. S'il a suffisamment filtré et déterminé ces conditions, son opération aura une probabilité bien plus importante de réussir quelque soit son prix d'achat.
Ce n'est pas l'achat qui fait votre gain, c'est ce qui se passe après. Ce n'est pas une opération qui fait votre résultat de trading, c'est la somme de toutes vos opérations.

Voici 2 faits qui j'espère vont finir de vous convaincre

Un grand nombre de stratégies de trading que j'utilise depuis 10 ans ont des signaux d'entrées quasi aléatoires. Je pourrai presque tirer à pile ou face pour décider d'entrer en position.

Si lorsque je gagne, je prends 2 euros, et lorsque je perds je me limite à 1 euro seulement, vous comprenez qu'avec un taux de réussite de 50% je vais gagner de l'argent.

Ce qui compte c'est ce que je gagne ou ce que je perds, pas du tout à quel PRIX j'achète. Par contre pour avoir ce taux de réussite, vous comprenez qu'il est important d'intervenir à un MOMENT qui me donne cette probabilité de 50% de réussite. Le trader doit donc se concentrer sur la recherche de ce moment dont il a besoin pour faire réussir sa stratégie, bien plus que sur le prix.

Autres preuves : mes stratégies sont codées en langage mathématique, il m'est très simple de faire varier certaines conditions et de constater le résultat que ça aurait sur le trading. Lorsque je crée une nouvelle stratégie, je procède toujours à un test simple : j'ajoute ou je retranche quelques unités de cotations à mon prix d'achat pour constater l'impact sur mon résultat global.

Prenons un exemple, une stratégie achète chaque fois que le prix passe 5 points en dessous de la clôture de la veille. Et bien je vais tester ce que ça donne avec 4 ou bien 6 points au lieu de 5. Il est évident que si je mets 6, je vais faire moins de trades sur une longue durée (Il y a moins de journées ou on va 6 points en dessous de la clôture de la veille que 5 points). J'aurai donc moins de trades. A quel point ces trades manquants impactent le résultat de mon trading sur une longue série ? Et je refais le test avec 4 points. La je vais avoir plus de trades. Là encore, qu'est ce que ça donne sur mon résultat.

Le cours d'entrée n'est qu'une variable qui va définir le nombre de position que je vais pouvoir prendre dans tel ou tel contexte. Il est évident que le résultat de votre trading dépend bien ce que vous allez faire de ces positions bien plus que le prix auquel vous êtes intervenu.

Le trading est un exercice très exigeant. Si en plus, on part avec les mauvaises bases, il est évident que le mauvais résultat est écrit d'avance. J'espère que vous allez vous concentrer un peu moins sur le prix d'achat et un peu plus sur les raisons pour lesquels vous initiez vos trades.


Twitter Facebook Linkedin email
Les derniers articles de l'auteur