bourse investir
OK
Accueil  > Analyses  > Chroniques

Augmenter la performance sans augmenter le risque... c'est possible !

Par Loïc Abadie, le 29/11/2016

loic abadie

Vous aimez écrire ? vous souhaitez que vos textes soient publiés dans cette rubrique ? contactez-nous

Je vous avouerai qu'en matière de gestion de mon portefeuille, la volatilité est un peu le dernier de mes soucis. Tout simplement parce que je suis dans une démarche de construction de patrimoine à long terme, que je n'ai pas de besoins immédiats sur les liquidités de mon PEA, et que la croissance de sa valeur est mon objectif principal.

Si on se base sur ce qui est habituellement admis en matière de gestion, je fais même tout ce qu'il convient d'éviter si on veut limiter la volatilité d'un portefeuille :

- Je suis investi sur un nombre réduit de valeurs (10 à 13)
- Celles-ci sont en général peu liquides
- Ce sont pour l'essentiel des small caps, capitalisant moins de 500M€, et même souvent moins de 150M€. Et l'opinion dominante est que les small caps sont plus volatiles que les autres.
- Je n'ai aucune stratégie réfléchie visant juste à contrôler ou réduire la volatilité ou les "drawdowns" maximaux que je peux subir.

En cumulant tout cela, je devrais subir une forte volatilité, et des épisodes de corrections forts sur mon portefeuille PEA.
Et pourtant hier, je suis tombé par hasard, via le menu de mon broker, sur un graphique historique de l'évolution de mon PEA sur sept mois (celui-ci représente l'essentiel des actifs que je décris dans ma lettre, en dehors d'une ligne d'océanes que j'ai du retirer de ce PEA pour respecter la législation).


Voici ce graphique (la "dent" vers le haut fin juin est un simple bug du graphique de mon broker)

pea abadie

La volatilité y est étonnamment faible, mon PEA s'est comporté en fait comme une quasi-obligation sur ce dernier semestre, la plus grosse correction (au mois de juin) dépassant à peine 3% !...il gagne cependant nettement plus qu'une obligation !
Mon broker ne propose pas de période plus longue, mais je n'ai pas souvenir d'avoir subi une correction vraiment importante ces dernières années.

Il semblerait donc que, sans le rechercher explicitement, j'aie une stratégie de limitation de la volatilité plutôt efficace ! 
Pourquoi ?

La base de la gestion value, c'est de rechercher des anomalies de marché. Donc des valeurs décotées sur un ou plusieurs critères, qui attendent d'être redécouvertes par le marché. Cette approche est une approche qui limite les risques  : si l'analyse est bien faite, il peut arriver deux choses :

- Soit la valeur reste ignorée du marché et végète quelques mois. Dans ce cas vous ne gagnez rien, mais le filet de sécurité offert par l'anomalie de marché (cela peut être une trésorerie abondante, des capitaux propres tangibles très supérieurs à la capitalisation, ou un fort rendement par exemple) limite fortement le risque à la baisse.

- Soit la valeur commence à être redécouverte par le marché, l'anomalie se réduit et dans ce cas elle prend de la valeur.

Une approche value bien faite a donc tendance à limiter par nature la volatilité et le risque, sans limiter la performance : Dans le monde de la gestion value, l'ampleur du gain potentiel que vous ferez n'est plus lié à l'ampleur de votre prise de risque (spéculer sur la croissance d'une société, sur un retournement de cycle ou sur sa capacité à aller au bout de ses projets de recherche pour réaliser une innovation majeure). C'est même plutôt le contraire en fait.
Il est juste lié à votre capacité à trouver les plus grosses anomalies de marché, qui présenteront de ce fait le plus souvent aussi le meilleur filet de sécurité !


Twitter Facebook Linkedin email
Les derniers articles de l'auteur