bourse investir
OK
Accueil  > Analyses  > Chroniques

Bourse et politique

Par Christophe Gautheron, le 18/04/2011

gautheron

Vous aimez écrire ? vous souhaitez que vos textes soient publiés dans cette rubrique ? contactez-nous

De nombreuses recherches de psychologie sociale effectuées depuis les années soixante font apparaître que pour le vote aux élections présidentielles, il existe une psychologie des électeurs de gauche, et une psychologie des électeurs de droite.

Une partie des travaux réalisés en psychologie politique par le psychologue Philip Tetlock de l’Université de Berkeley au cours des années 70 montre que les individus de gauche modérée entrevoient les questions politiques dans des termes plus complexes que ceux positionnés à droite, lesquels privilégient des effets plus simples et plus directs.

Les personnes de gauche évoquent plutôt des causes multiples, indémêlables et intriquées, alors que les personnes de droite ne recourent qu’à peu de dimensions isolées, celles qu’ils jugent pertinentes.

D’autres travaux, plus récents datant des années 80 à nos jours, mettent en évidence que la droite recourt à des explications dispositionnelles, c'est-à-dire rapportant tout à l’individu et à ses choix personnels, tandis que la gauche fait appel à des explications dites situationnelles, ce qui veut dire liant tout au contexte de groupe et à des interactions non maîtrisables par l’individu isolé.

Je pense que l’électeur de droite possèdera en matière d’investissement financier des résultats en moyenne supérieurs à ceux d’un électeur de gauche. Ce n’est pas l’épaisseur du portefeuille initial qui fera l’écart de performance, mais plutôt la différence de mode de pensée dont découleront des modes d’actions.

En effet, en vertu de ce qui est écrit plus haut, et si l’on cherche à résumer, on peut dire que l’électeur de gauche effectue des raisonnements complexes, et qu’il pense qu’une grande partie de son destin n’est pas maîtrisable car contraint par des phénomènes collectifs.

A contrario, l’électeur de droite produit des raisonnements simplifiés, et il pense que ses qualités intrinsèques lui permettent de s’extraire de la masse pour faire de lui un gagnant.

A ce constat, deux remarques s’imposent.

Premièrement, mon expérience sur les marchés financiers m’a montré que des raisonnements complexes sont intellectuellement rassurants, et esthétiquement jouissifs, mais qu’ils poussent à l’inaction car intégrant trop de paramètres.

La multiplicité des paramètres rend hasardeuse la survenue d’une conjonction favorable de l’ensemble.

De plus, lorsque le succès est au rendez-vous, les gains de sont pas plus remarquables, ni en fréquence, ni en montant, qu’avec un modèle fort basique.

Deuxièmement, mes errements sur les marchés boursiers m’ont fait mettre le doigt sur le fait que le raisonnement de gauche, dit situationnel, tend à entamer la confiance en soi.

La confiance en soi est altérée car on pense que les autres sont plus malins, et qu’ils pèsent trop lourd sur l’échiquier, bref, qu’à titre personnel on ne peut être qu’un fétu de paille broyé par le courant d’un fleuve en cru.

La confiance et l’estime de soi sont des variables majeures du travail en bourse.

Il faut oser y aller, mettre le paquet au bon moment, et tenter de surfer sur les tourbillons dudit fleuve en cru.

Faire de la bourse, c’est d’abord établir des stratégies, puis passer à l’action.

Etablir une stratégie revient à effectuer des raisonnements plus ou moins complexes.

Passer à l’action, c’est avoir confiance et oser être un acteur du marché.

Ainsi, être actif sur les marchés financiers nécessite les mêmes caractéristiques mentales de bases que celles qui s’activent lorsque l’on vote à des élections.

Les grandes différences de pensée entre un électeur de droite et un électeur de gauche, ainsi que leurs conséquences sur l’activité au sein des marchés financiers peuvent être croisés de la manière suivante :



En bourse, les cas 1 et cas 2 ne donneront que de faibles résultats car quelle que soit la puissance du raisonnement, si l’on manque de confiance, on ne prendra pas de positions, ou bien on le fera trop tard.

Pour sortir du marché, on n’osera pas non plus le faire, ou alors pas à temps en cas de gros temps. Le cas 3 peut donner de bons résultats mais dans une optique d’investissement à long terme seulement, car la puissance du raisonnement et les modes de décisions nécessitent énormément de traitements lourds. Ceux-ci sont impossibles sur le très court terme.

Le cas 4 donnera de bons résultats sur tous les horizons de trading car la légèreté et l’économie de fonctionnement du système le rendent très flexible. Il est possible de rentrer sur le marché et d’en sortir plus souvent.

Cela permet de profiter de toutes les conditions de marché. Cela permet aussi de limiter les risques car on n’est pas investi à plein trop souvent sur le marché.

Ceci étant, quelles conclusions tirer du type de vote politique vis-à-vis de la performance en matière d’investissement ?

Le cas 3 est un mode de pensée hybride à l’individu votant à droite et à celui votant à gauche.

Il pourrait donner de bons résultats mais il est certainement peu répandu. Les mutants ne courent pas les rues.

Les cas 1 et 2 sont soit totalement de gauche, soit partiellement de gauche, et ils vous excluent du marché pour cause d’inactivité liée à la peur.

Le cas 4 est celui qui maximise la réussite en terme de plus-values boursières. Ce cas est fortement dépendant de la pensée type de l’individu qui vote à droite.

D’où mon affirmation quant à une sur-performance en bourse des individus votant à droite.

Cela dit, vous votez à gauche … et vous êtes en désaccord avec moi … rien ne vous empêche alors de tenter de me faire mentir.

C’est là tout le mal que je vous souhaite … mais, au sein des individus votant à gauche vous resterez certainement une personne fort exotique.

« La plupart des candidats à la présidence incluent dans leurs promesses de réduire les impôts.

En d’autres mots, les candidats achètent votre vote avec votre propre argent ! » dixit Dave Barry, l’écrivain détenteur du prix Pulitzer.

Hé, oui, de droite comme de gauche, on se fait tous avoir … il n’y a pas toujours des écarts de raisonnement entre les personnes votant à droite, et celles votant à gauche.

Christophe Gautheron

Twitter Facebook Linkedin email
Les derniers articles de l'auteur
markBourse et emprise des lieux
markBourse et stratégie du jeu d'échec
markBourse et intelligence verbale
markLa bourse et la colère
markBourse et art de la chasse
markBourse et perception du mouvement
markBourse et achats sur forte chute
markBourse et impulsivité
markBourse et politique
markBourse et caféine