bourse investir
OK

Ce qui est difficile à jouer en Bourse, rapporte !

Par Samuel Rondot

samuel rondot

Vous aimez écrire ? vous souhaitez que vos textes soient publiés dans cette rubrique ? contactez-nous

Ce qui est difficile paye toujours en bourse...

Souvenez vous il y a longtemps j’ai fait un article détaillé pour montrer le fort biais entre l’évolution diurne et overnight sur le CAC.

Ce biais impacte toujours fortement le marché à court terme et montre que le marché a une forte tendance à monter pendant la nuit et à baisser la journée.

La prime va à ceux qui prennent un risque, c’est à dire à ceux qui acceptent de rester en position overnight.

Depuis un peu plus d’un an, il y a un autre biais fort sur le marché. C’est celui qui entoure le week-end.

On commence à en entendre parler, ce qui tendrait à montrer que le phénomène va probablement bientôt se normaliser mais il vaut le coup d’être regardé.

L’idée est ultra simple, il suffit d’acheter en clôture le vendredi soir pour revendre en clôture le lundi.

Ce biais exploite la peur des opérateurs de rester en position le week-end alors que les politiques ont eu tendance à s’inviter fréquemment pour faire des annonces d’importance.

Il est donc difficile pour un opérateur de conserver une position pendant cette période là, et pourtant s’il l’avait fait, voici ce dont il aurait pu profiter.

Tout d’abord vérifions que sur les 5 dernières années, il n’y ait pas de biais particulier.

Je vous rappelle la règle simple : on achète le CAC le vendredi en clôture et on garde sa position jusqu’au lundi soir.



Comme on le voit, la courbe est très similaire à celle du CAC depuis 5 ans.

Sauf que depuis le mois de juillet 2009 voici la courbe grossie :



Plus de 1100 points de gains sur le CAC.

Je vous rappelle que dans cette même période, le CAC 40 est passé de 3200 points à 3750 points cette semaine, soit une progression de 550 points, soit la moitié moins.

Le plus intéressant c’est de constater à quel point la régularité confirme qu’il s’agit vraiment d’un biais lié au comportement des opérateurs et pas uniquement d’une situation aléatoire.

Voici le détail des performances :



62% de taux de réussite et surtout un ratio gain perte de 1.8.

Il est vrai que cette stratégie a été bien aidée par la séance à plus de 7% début mai suite à l’annonce du plan d’aide européen de 750 milliards.

Mais, c’est aussi toute la logique de ce bais, c’est ceux qui restent en position le week-end qui sont payés de leurs efforts.

Ajoutons que si le CAC ne prend que 550 points en restant en position, alors que la stratégie du week-end en gagne 1100 pts, c’est que logiquement, rester Short en position à la baisse, du lundi soir au vendredi soir, rapporte aussi.

Ce que confirme ce graphique :



La courbe est beaucoup moins convaincante puisqu’on reste beaucoup plus exposé sur le marché.

Si on ajoute les 2 stratégies : long du vendredi en clôture au lundi soir et Short à partir de là jusqu’au vendredi suivant.



C’est un gain total de plus de 1600 points CAC, soit 3 fois la performance du marché sur cette période.

Pour que ça soit plus parlant, cela fait une performance de 42% depuis le 1er juillet 2009 sans effet de levier…

Sur chaque fuseau horaire, les opérateurs boursiers déjeunent tous à midi, quand bien même pour la plupart c’est devant leur écran. Ils embauchent tous à peu prêt à la même heure, quittent à la même heure, tiennent tous compte de l’ouverture de New York, etc, etc.

J’appelle cela les habitudes de marché. Les marchés en sont truffés et souvent avec une régularité autant, voire plus forte, que ce que nous avons pu voir sur le second graphique.

C’est une catégorie de système de trading souvent un peu ignoré car au lieu de jongler avec des chiffres et des nombres, il faut passer par des dates et des heures, ce que les logiciels savent faire mais qui est un peu plus compliqué à manipuler.

Je suis sûr que cette petite démonstration vous aura donné envie d’explorer cette voie et vous verrez que vous irez de surprises en surprises avec des choses souvent bien plus simples que les indicateurs par exemple.

Couplez une solide technique avec des habitudes de marchés récurrentes et vous verrez votre risque diminuer substantiellement sans pour autant sacrifier votre potentiel.

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Les derniers articles de l'auteur
Tu as de l’alpha ou t’as pas d’alpha ?
Enfin un exemple concret de réalité virtuelle dans le trading
Comment se donner plus de chance de succès à l'ouverture d'une position
A quel prix acheter : la question qu'on ne devrait pas se poser
Comment arrête t-on un gigantesque paquebot lancé à pleine vitesse ?
Mini-Krach du Nikkei, ça n’aurait jamais dû arriver
Les banques de Chypre en déroute, mais pourquoi ?
Si vous vous entêtez à provoquer le hasard, il ne vous ratera pas !
Apprendre à gérer l'ennui quand les marchés sont englués à l'horizontal
Le savant mélange pour gagner en bourse