La fin du HFT trading est elle pour bientôt ?
OK
Accueil  > Analyses  > Chroniques

La fin du HFT trading est elle pour bientôt ?

Par Samuel Rondot, le 06/09/2010

samuel rondot

Vous aimez écrire ? vous souhaitez que vos textes soient publiés dans cette rubrique ? contactez-nous

Le HFT quoi ??

Le « High Frequency Trading » ou Trading à haute fréquence intrigue et inquiète autant qu’il fait rêver.

Pour qu’on soit bien d’accord, je ne parle pas des énervés du trading, mais bien des algorithmes qui ont été développés sans intention de passer leurs ordres.

Prenons un chiffre : un spécialiste Hedge Fund a comparé le nombre de titres négociés sur une journée de trading par rapport aux nombres d’ordres passés sur le marché : 1.3 milliard de titres échangés pour 87 milliard d’ordres passés (et je ne me suis pas trompé en disant milliards).

Si on n’en sait pas beaucoup sur la plupart de ces HFT, il apparaît de plus en plus certain que de nombreux ordres sont placés par ces machines juste dans l’intention de leurrer les autres acteurs du marché (à titre personnel, je ne les considère pas comme des robots, car un robot sait ce qu’il fait, alors que là on peut sérieusement en douter).

Le problème c’est que si ces HFT commencent à ne leurrer qu’eux-mêmes ou bien leurs autres copains HFT, ou va t’on ?...

J’en veux pour preuve que début aout, pour la première fois de l’histoire du marché, le taux de corrélation des actions cotés sur le marché US a dépassé les 80% en intraday. Pour le dire autrement, 80% des valeurs sur le marché US ne bougent pas pour ou à cause de leur fondamentaux spécifiques d’entreprises mais en sympathie étroite avec le reste du marché.

Autant dire qu’il ne sert plus à rien de choisir une action plutôt qu’une autre.

Alors si un HFT essaie de leurrer un autre HFT que se passe-t-il ?

D’abord on assiste à des risques techniques pour la bourse.

Certains acteurs du marché ont annoncé avoir observé des séquences prolongées ou plus de 5000 ordres par seconde (j’ai bien écrit 5000 et secondes) étaient envoyés sur le marché sur le même titre ou même sur plusieurs dizaines de titres. Combien de temps l’infrastructure même de la bourse va t’elle pouvoir tenir ?

Puis on risque d’assister à un risque systémique.

Pour le moment, il n’y a pas de certitude, mais il apparaît de plus en plus vraisemblable que le « Flash Crash » du 6 mai dernier ait été causé par des acteurs du HFT. L’enquête, loin d’être terminée, tend à montrer que les mieux contrôlés des HFT se sont mis sur la touche après un mauvais début de séance. La conséquence, c’est que les moins contrôlés de ces HFT, se sont mis à vendre sans rien pour les arrêter dans un marché totalement vidé de sa contrepartie.

Il s’ensuivit une baisse ininterrompue de 15 minutes ou plusieurs titres ont finalement coté 1 cent de dollar après avoir valu 4 voir 10 ou 20$ pour certains d’entre eux quelques minutes plus tôt.

Le lobby des HFT défend avec ferveur qu’ils sont le garant record de la liquidité sur le marché. Mais ce n’est plus suffisant devant le risque que cela pose d’autant que quelques voix se sont élevées pour signaler que si une grande partie des HFT étaient légitimes, on ne pouvait pas ignorer l’arrivé dans la bagarre de fonds plus exotiques aux mains non identifiées et qui n’ont peut être pas pour unique but de gagner de l’argent…

Après avoir pris des mesures aussi modestes qu’inutiles au lendemain du Flash Crash, les autorités US semblent enfin réagir et prendre le problème au sérieux.

Cette semaine, après l’annonce de la plus grande corporation de courtiers qui a demandé à ses membres de vérifier la légalité des fonds utilisés par leurs clients HFT et surtout de s’assurer que il y a bien une logique derrière leur trading (autre que de faire du bruit), nous avons maintenant la SEC (autorité principale de régulation aux USA), qui reconnaît à demi mot qu’il y a un vrai problème de ce coté là et qu’elle va devoir prendre des mesures si les faits sont avérés.

A ce stade, je voudrai rappeler que pas plus tard qu’au premier semestre, 2 individus ont été condamnés à 2 ans et demi de prison en Norvège pour avoir passé des ordres sans intention qu’ils soient exécutés dans le but de fausser l’opinion des autres traders.

Affaire qui rappellera un cas similaire de 2 clients Dubus condamnés par les autorités de marché au début des années 2000 pour des faits similaires en France.

Or ce qu’on reproche très exactement à ces 2 personnes et qui leur vaut une condamnation de 2 ans et demi de prison, c’est très exactement ce qu’on appelle du HFT aux Etats Unis, ou je le rappelle si vous ne vous en doutiez pas, les textes de loi jugent hautement illégal les mêmes actions.

Ces annonces et les rumeurs qui circulent depuis le lendemain du Flash Crash du 6 mai ont eu plusieurs conséquences. Certains algorithmes ont été fortement modifiés.

Certains acteurs ont bu la tasse ce jour là (car de nombreux trades ont été annulés).

Des acteurs sérieux ont commencé à voir le vent tourner. Et d’autres plus sages encore ont reconnu que si les autorités de tutelle s’intéressaient à leur cas de trop près, ils risquaient d’avoir du mal à profiter de ce qu’ils ont gagné et mieux valait tirer sa révérence avant qu’il ne soit trop tard.

La plupart des secrets des HFT sont mieux gardés que Fort Knox et il faudra certainement beaucoup de temps avant qu’on ne fasse la lumière sur tout ça, à moins que le phénomène ne commence à disparaître exactement comme il est apparu : sans bruit.

Et mon petit doigt me dit que le mouvement pourrait bien avoir déjà commencé.

Twitter Facebook Linkedin email
Les derniers articles de l'auteur