OK
Accueil  > Analyses  > Chroniques

La France, une économie si peu libérale

Par Vincent Benard, le 22/10/2009

vincent benard

Vous aimez écrire ? vous souhaitez que vos textes soient publiés dans cette rubrique ? contactez-nous

Nous vivons, nous dit-on dans la presse et dans les cénacles politiciens, dans une société pervertie par le "néo libéralisme », une sorte de "jungle ultra libérale" sans foi ni loi, mondialisée, dérégulée, ou la concurrence nécessairement la plus sauvage broie les plus faibles.

Je me suis demandé : "mais si je mets bout à bout tous mes postes de dépenses, ou toutes les activités dans lequel moi ou mes proches sont engagés, quelle part de mon budget va à des secteurs vraiment libres ? Où l'état n'est pas directement acteur ? Ou bien où il n'a pas octroyé par la législation ou les subventions à des entreprises privées de confortables rentes de situation ?"

Passons donc en revue les différentes dépenses de mon ménage, qui ne doit guère différer de 75% de mes compatriotes, et analysons si nous avons à faire à des marchés à concurrence libre ou contrariés.

(nb. Je ne me préoccupe pas ici du niveau général délirant des réglementations qui gênent de façon égale tout le monde, mais uniquement des interventions qui empêchent une vraie concurrence de s'exercer sur le marché)

Logement :

Aucun cartel dans l'offre de logement ne permet d'entente sur les prix. Certes, environ 17% du parc de logement, le parc HLM, est détenu par des logeurs soit publics, soit "pseudo-privés", et une part non négligeable du parc privé a été subventionné à un moment ou à un autre, (Robien, etc...) avec pour corollaire des distorsions entre offre et demande tout à fait préjudiciables au bon fonctionnement du marché.

En outre, en France, le droit foncier rend difficile l'adaptation de l'offre à la demande lorsque celle ci est fortement soutenue par un crédit bon marché, quelles que soient les causes de prix de l'argent bas. Au sommet de la bulle, le prix des logements était en moyenne surévalué de 30% à cause de l'insuffisance d'offre aux endroits où la demande était en plus forte croissance.

Enfin, ceux qui sont locataires en zone très demandée savent combien il est difficile de trouver un logement de bon rapport qualité prix, car les lois encadrant le contrat de location (contrôle des loyers, fiscalité, protection des mauvais payeurs) découragent un certain nombre d'offreurs potentiels de placer leur épargne dans le logement.

Verdict : marché totalement faussé par l'intervention de l'état.

Alimentation :

La encore, pas de monopole public ou de cartel privé à la production. Même un producteur important comme les groupes Danone ou Nestlé font face à une concurrence de niveau élevé. Pourtant, là encore, l'intervention de l'état est loin d'être neutre sur les prix auxquels je puis espérer me nourrir.

La production des matières premières alimentaires, en France et dans l'Union Européenne, est non seulement fortement subventionnée, ce qui pousse les prix alimentaires à la hausse d'une part, et nous fait payer deux fois par le biais des impôts qui alimentent les subventions. Les tarifs douaniers sur les importations hors union ajoutent une couche de distorsion concurrentielle importante.

En outre, l'agriculture, en France, est fortement encadrée: ne devient pas exploitant qui veut, des puissantes bureaucraties para-agricoles, sur lesquelles pèsent régulièrement de graves soupçons de corruption, veillent sur les nouveaux entrants, et vous ne pouvez pas facilement décider de vous lancer dans un des multiples secteurs ou des quotas sont à l'oeuvre.

Verdict : marché très fortement distordu par l'intervention de l'état

Distribution :

D'autre part, si la concurrence entre offreurs agro-alimentaires est plutôt libre, il n'en va pas de même dans la distribution. Les lois Royer de 1973, puis Raffarin et Galland des années 90, ont pratiquement assuré à 6 groupes (Carrefour, Auchan, Casino, Leclerc, U, Intermarché) un oligopole de fait sur le marché Français, que la loi LME, censée libérer le marché, chatouillera à peine (cf. La remarquable critique de Pierre Cahuc et André Zylberberg). Ce n'est pas demain que Wal Mart ou Tesco pourront efficacement venir régénérer le secteur dans notre hexagone.

Des études ont montré que depuis les grands mouvements de concentration qui ont eu lieu dans le secteur suite au vote de la loi Raffarin (Rachat de Docks de France - Mammouth par Auchan, de Promodès - Continent par Carrefour, etc...), dans les agglomérations où seulement une ou deux enseignes était représentées, les prix ont été de 10 à 15% plus élevés que dans celles où le hasard a permis que la plupart des enseignes restent présentes (de ce point de vue, le nantais que je suis a de la chance).

Enfin, malgré les chausses trappes réglementaires qui leurs sont opposées, les Hard Discounters ont réussi à secouer le cocotier des mauvaises habitudes de la distribution, entraînant un élargissement du spectre de prix de l'offre des hypers vers le bas, avec l'apparition de marques premier prix clairement identifiables, ce qui a réduit, sans les supprimer, les effets pervers de la loi Galland, celle qui permet aux fournisseurs de grandes marques d'imposer des prix plancher à la grande distribution.

Verdict : Marché assez concurrentiel, plus ou moins fortement distordu par l'état selon l'histoire commerciale de la ville ou vous vous trouvez.

Electricité :

Depuis quelques années, les progrès technologiques permettent à des offreurs d'électricité différents de partager le même réseau de distribution. Il n'y a donc plus de "monopole naturel" sur l'électricité. Mais pour autant, la libéralisation du marché de l'électricité reste embryonnaire.

Le monopole public vient à peine de sauter, les concurrents d'EDF n'ont pas encore vraiment eu le temps de changer la donne sur ce marché, ces concurrents n'ont pas accès au nucléaire, et certains producteurs d'énergies dites "renouvelables" bénéficient de prix subventionnés par une taxe additionnelle dite "de service public" sur toutes nos factures.

Verdict: Marché très contrarié, entamant une libéralisation timide, mais où de nombreuses contraintes étatiques fausseront longtemps la concurrence.

Le gaz et l'eau présentent des caractéristiques de "monopole naturel" qui rendent plus délicate l'existence d'une vraie compétition au niveau du consommateur final. L'organisation de la compétition pour l'accès au réseau en amont du consommateur par les pouvoirs publics, est, disons, perfectible...

Transports :

La production automobile est concurrentielle en Europe, mais on n'en dira pas autant de sa distribution, fortement réglementée, avec un quasi monopole de réseaux de distributions concessionnaires mono-marques, ou du moins mono-groupes, rendant difficile l'implantation de nouveaux entrants. A quand une Fisker ou une Tesla en vente chez Auchan, ou chez des gros vendeurs multimarques tels qu'ils existent outre Atlantique, où des modèles identiques à ceux accessibles sur nos marchés sont souvent vendus 15 à 20% moins chers... Hors taxes.

Les transports en commun urbains sont presque toujours le fait de monopoles publics, avec interdiction de concurrence privée directe. Résultat, aujourd'hui, le prix du billet ne représente en moyenne que 20 à 25% du coût du trajet. Le reste est payé soit par les entreprises ("versement transport", carte orange et équivalents), soit par subvention de la collectivité.

Les taxis bénéficient d'un rationnement du nombre de licences par l''état, limitant la concurrence et faisant augmenter les prix.

Les transports interurbains par Bus ne peuvent se développer que "si ça ne gêne pas la SNCF".

Inutile de revenir sur le monopole public du transport de passagers, et sur la distorsion de concurrence scandaleuse opérée par l'état en faveur de la SNCF, via diverses subventions, notamment vis à vis des concurrents privés autorisés depuis peu à faire du fret.

Verdict: compte tenu de la part de marché prépondérante de l'automobile dans les déplacements, nous pouvons considérer que le marché est fortement distordu par l'état, mais qu'il subsiste encore un niveau de concurrence non négligeable. Par contre, pour les usagers exclusifs de transports non individuels, la liberté de l'offre est un doux rêve.

Télécoms :

Le marché de la téléphonie fixe et mobile est fortement encadré par l'état qui décide qui peut ou pas entrer sur le marché, comme en témoigne encore l'imbroglio autour de la quatrième licence mobile. Cette situation permet aux 3 principaux offreurs privés de bien s'entendre, ce qui a fait l'objet de condamnations au niveau européen.

En revanche, sur Internet, des trublions (Free hier, Darty aujourd'hui), ont permis de secouer le marché.

Verdict: marché cartellisé avec la bénédiction de l'état.

Santé :

Un quasi non marché, où l'état réglemente les prix des médications et des actes médicaux, permet aux hopitaux publics de facturer à l'assurance leurs actes jusu'à trois fois plus cher que les cliniques privées, détient le monopole de l'assurance maladie "de premier niveau", réglemente le nombre de médecins et de pharmaciens, et ou peut être bientôt il forcera les médecins et infirmiers "libéraux" (il faut le dire très vite) à s'installer là où il l'aura décidé, tout en leur interdisant de se constituer en sociétés de services médicaux et de faire de la publicité. L'instauration du "médecin référent" a encore réduit le niveau de concurrence entre médecins d'un même quartier.

La concurrence ne joue qu'à la marge de façon limitée entre mutuelles, perturbée par la pratique répandue de la "mutuelle obligatoire" dans nombre d'entreprises.

Verdict: absence quasi totale de totale de marché, pour un secteur représentant quasiment 11% de notre PIB.

Education :

Secteur privé embryonnaire et sous perfusion d'argent public, sauf quelques rares établissements privés non conventionnés avec l'éducation nationale réservés de facto aux plus aisés qui peuvent payer deux fois l'école, via leurs impôts et directement. Faillite du quasi monopole public de plus en plus difficile à dissimuler.

Les seules traces de liberté subsistent au niveau... Des fournitures scolaires.

Verdict: identique à celui de la santé. Environ 7% de notre PIB.

Restauration :

Aucune restriction à l'entrée, pas de contrôle des prix, TVA enfin égale entre le Fast Food et la restauration à table... Enfin un marché concurrentiel !

Verdict: marché libre.

Habillement :

Même liberté que dans la restauration

Cinema et autres produits culturels

Le cinéma Français bénéficie d'aides importantes, souvent déguisées, (déductions SOFICA, système d'avances sur recettes publiques, incroyable gabégie de l'assurance chômage des intermittents du spectacle...), mais la concurrence des films peu ou pas aidés, et des productions étrangères, reste forte.

Le prix des livres est sévèrement encadré par la loi, ce qui rend notre marché du livre peu compétitif par rapport à d'autres. Mais les offreurs sont nombreux et l'accès au marché libre.

Les grands musées publics drainent des subventions colossales qui limitent la part des musées privés à pas grand chose.

Seul le marché de la musique fonctionne comme un marché, avec une pression à la baisse des prix terrible du fait du piratage.

Verdict: marché de la culture assez libre d'accès mais concurrence faussée par l'état

Presse :

Le monopole des NMPP (un bastion syndical de la CGT) sur la diffusion de la presse quotidienne empêche des éditeurs indépendants florissants à l'étranger, tels que le groupe Axel Springer, de venir contester la suprématie des deux groupes de presse nationaux qui trustent plus de 80% du marché. Le résultat est que notre presse quotidienne est la plus minable d'Europe en termes de tirage par habitant, sans qu'elle se distingue par sa qualité non plus, tant elle cultive le conformisme et la révérence au politiquement correct ambiant.

La situation est moins mauvaise du côté de la presse magazine, même si les surcoûts liés au passage difficilement contournable de la distribution par les NMPP restent bien présents.

Verdict: marché cartellisé avec la bénédiction de l'état et de la CGT.

Banque :

Secteur à la fois très subventionné par la fiscalité favorisant l'usage du crédit au détriment de la formation de capital par les entreprises, par les politiques généralement accommodantes des banques centrales à leur égard, et où la réglementation est tellement envahissante et pointilleuse que toutes les banques sont peu ou prou contraintes de se développer suivant des modèles proches, les possibilités de se distinguer entre banques concurrentes ne se situant qu'à la marge. Ceci dit, surtout depuis l'ouverture européenne, le nombre d'offreurs est élevé. Mais cette relative uniformisation par la norme limite de facto la possibilité de concurrence entre établissements.

Tout ceci fait que le secteur bancaire, en France, semble globalement très conservateur et peu ouvert aux innovations vis à vis de leur clientèle particulière. Ceci dit, l'avènement de l'internet a quelque peu bousculé certaines routines, et les nouveautés que prépareraient des groupes tels que Paypal ou Google risquent dans quelques années de dynamiter complètement le secteur en contournant les réglementations nationales. Ouf !

Enfin, le statut "particulier" des banques auprès de nos décideurs, qui ont une peur bleue du "risque systémique" posé par une faillite bancaire, pousse l'état à accorder des garanties aux grandes banques hors du droit commun de la faillite, garanties inaccessibles aux plus petites. Il y a donc là encore distorsion de concurrence au profit des grands groupes.

Des banques sérieuses gérées selon des modèles hors des standards gérées par Leclerc, Microsoft ou Google, ça déménagerait, non ?

Ajoutons que de très nombreux produits d'épargne sont soit hyper réglementés, soit défiscalisés, ce qui là encore crée des différences de traitement entre établissements.

Verdict: système plutôt cartellisé par l'état, malgré une salutaire poussée de concurrence permise par l'ouverture européenne et l'irruption d'internet, distorsion importante des prix par subventions déguisées et privilèges spécifiques.

Un diagnostic proche peut être fait pour l'assurance, hors maladie et vieillesse.

Assurance vieillesse :

Le marché ne concerne qu'une part très marginale des retraites complémentaires. La quasi-totalité de l'assurance vieillesse est un schéma de ponzi (cad une arnaque à la Madoff) public, représentant tout de même 12% de notre PIB.

Verdict : absence quasi totale de marché, monopole d'état sur la retraite de base et sur un certain nombre de complémentaires sectorielles.

Conclusion

Si la dépense publique ne représente officiellement que 54% du PIB, la part des dépenses directes et indirectes (via l'impôt) des ménages allant vers des secteurs où la concurrence est soit annulée, soit fortement contrariée par l'état, est sans doute de l'ordre de 75-80%. A ce compte, prétendre que nous vivons dans une économie libérale, ou "ultralibérale", relève du déni pathologique ou de la dissonance cognitive grave.

Le libéralisme n'existe en France que par intermittence, corseté dans une gangue étatiste tantôt relâchée, tantôt resserrée, au gré du combat que se livrent en haut lieux les quelques défenseurs de la liberté économique que nous avons encore, et les interventionnistes conservateurs socialisants de gauche comme de droite.

Imaginons que toutes les sources de limitation de la concurrence citées ci dessus sautent du jour au lendemain. A enveloppe de consommation égale, le coût supporté par les consommateurs serait moins élevé d'un important pourcentage, qu'un calcul de coin de table me fait estimer de façon conservatrice à 10-15% du salaire complet (charges incluses) des ménages, soit de 20 à 30% de leur salaire net disponible avant impôts directs !

Imaginez le bol d'air que cela pourrait représenter pour les ménages les plus modestes, qui verraient les situations de grande pauvreté se raréfier. Imaginez l'effet sur les ménages aisés, dont les plus dynamiques pourraient ainsi dégager des revenus marginaux plus importants et ainsi lancer des projets nouveaux qui trouveraient plus facilement une place dans le budget des ménages, relançant ainsi la "wealth machine" essoufflée de notre pays qui n'arrive plus, aujourd'hui, à créer suffisamment d'emplois nouveaux pour compenser l'inévitable perte d'emplois devenus non rentables ?

Les problèmes de nos sociétés ne sont pas ceux du libéralisme, mais ceux de la cogestion du capitalisme et de la finance par l'état et des groupes de pression intéressés par l'octroi de rentes de situation. Notre avenir sombrera dans la médiocrité si nous ne parvenons pas à nous délier de ces chaînes étatiques anti-concurrentielles.

Twitter Facebook Linkedin email
Les derniers articles de l'auteur

Investir en Bourse avec Internet