bourse investir
OK
Accueil  > Analyses  > Chroniques

La technique du scalping

Par Samuel Rondot, le 17/02/2012

samuel rondot

Vous aimez écrire ? vous souhaitez que vos textes soient publiés dans cette rubrique ? contactez-nous

Le scalping consiste à essayer de gagner petit mais très souvent.

Le scalpeur va donc choisir un produit (en général il est spécialisé sur un unique produit). Puis il va essayer de capter des gains de quelques centimes ou pips (pour les devises) sur chacune de ces opérations. Et les répéter encore et encore chaque jour consacré à son trading.

J’ai vu des scalpeurs faire cinq cents opérations par jour. D’ailleurs, les plus prolixes ne sont pas nécessairement les meilleurs. Le scalpeur a une gestion du risque très pointue et il n’accepte de perdre que quelques centimes.

Conditions idéales de trading

Il y a deux types de scalpeurs. Ceux qui préfèrent les marchés calmes et ceux qui cherchent des marchés animés. Il est intéressant d’observer qu’ils ont à peu près le même succès.
 
Le premier cherche des marchés calmes et vise des gains extrêmement faibles, 2 ou 3 points sur les indices, 4 ou 5 pips sur Forex.

Difficile de souligner la ou les méthodes pour trouver leur point d’entrée. Il n’y a pas vraiment de constante. D’ailleurs, un de mes clients témoignait, il n’y a pas longtemps, que ce n’était pas très important pour lui et que c’est surtout la gestion du point de sortie qui faisait la réussite de son trading. Parfois, il n’avait pas d’inspiration et il prenait ses entrées au hasard, un coup long, un coup short. Le plus important c’était d’entrevoir la possibilité d’une sortie en profit.
 
Les seconds à l’inverse cherchent donc des marchés animés. Ils visent des profits un tout petit peu plus larges. En général, ils connaissent parfaitement trois ou quatre produits et quand ils tradent, ils ne sont positionnés que sur un seul.

À ce sujet, l’année dernière en discutant avec un trader de ce type, je lui ai dit : « C’est étonnant de trader quatre produits et de n’être profitable vraiment que sur un seul (les trois autres étaient légèrement en gain ou en perte). » Il m’a répondu : «  Je ne sais jamais à l’avance quel produit va me payer le plus. C’est pour ça que j’en connais quatre très bien et qu’ils sont très différents. Ainsi, en fonction de l’actualité et de ce qui se passe sur les marchés, j’aurai un produit qui va me payer et les autres qui sont en attente. »

Il a ajouté qu’il lui était impossible de prévoir la longueur des périodes où il va avoir du succès sur un produit, sinon il aurait cessé de se concentrer sur les autres. C’est la raison pour laquelle il continue toujours de scalper les quatre à la fois. Par contre, quand il a fait un choix, il se concentre uniquement sur ce produit-là pendant au minimum une journée, parfois deux ou trois en fonction de l’ampleur de l’agitation.

Puis quand le calme revient, il reprend son observation des quatre produits à la fois pour trouver le prochain candidat. Les scalpeurs qui tradent des marchés agités cherchent tous la même entrée : une accélération qu’ils vont prendre en cours de route et accompagner sur quelques points.

Avantages

Le gros avantage de cette technique, c’est la durée des positions. Souvent de quelques secondes à quelques minutes au maximum.

Le deuxième avantage qui est mis en avant par chaque témoignage c’est celui d’une gestion facile à respecter des stops. Avec un stop court, on n’hésite moins à placer et à le respecter qu’un stop éloigné.

Psychologiquement, c’est facile à expliquer : le stop court fait partie de la méthode. Comme il très proche du prix d’entrée, il n’y a aucune raison de le remettre en question. De plus, les fréquences importantes de positions aident rapidement à passer à autre chose et permettent au scalpeur de s’endurer sur le long terme.

Si un stop est plus loin, le problème est toujours le même : cette petite voix dans la tête du trader qui lui dit, et si juste après l’exécution du stop, le marché repart pour finalement te donner raison...

Un stop à une certaine distance du prix d’entrée est forcément beaucoup plus subjectif qu’un stop rapproché. Il est donc impossible de ne pas se laisser influencer par le côté psychologique. Et très souvent on oublie que le stop est fondamental pour imposer la discipline de la perte. Et que le marché reparte juste après, 100 points plus bas ou 1 000 points plus bas, n’a aucune importance. Une fois le stop exécuté, la position appartient au passé et il faut passer à autre chose.

Encore un point commun avec les sportifs de haut niveau. Si on vit dans le passé, si nos mauvais coups laissent des séquelles, jamais on ne parviendra au véritable haut niveau. Il faut apprendre à vivre dans le présent. Ce qui est fait est du passé et on ne peut rien y changer. Ce qui compte c’est maintenant et ce qui va suivre.


Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Les derniers articles de l'auteur
Tu as de l’alpha ou t’as pas d’alpha ?
Enfin un exemple concret de réalité virtuelle dans le trading
Comment se donner plus de chance de succès à l'ouverture d'une position
A quel prix acheter : la question qu'on ne devrait pas se poser
Comment arrête t-on un gigantesque paquebot lancé à pleine vitesse ?
Mini-Krach du Nikkei, ça n’aurait jamais dû arriver
Les banques de Chypre en déroute, mais pourquoi ?
Si vous vous entêtez à provoquer le hasard, il ne vous ratera pas !
Apprendre à gérer l'ennui quand les marchés sont englués à l'horizontal
Le savant mélange pour gagner en bourse