bourse investir
OK

Le QE3 est maintenant déjà pricé

Par Sacha Pouget

sacha pouget

Vous aimez écrire ? vous souhaitez que vos textes soient publiés dans cette rubrique ? contactez-nous

A l'heure actuelle, les banques centrales sont comme d'habitude tiraillées pour intervenir entre le choix d'attendre de voir comment les économies se redressent, ou bien agir mais au risque de gonfler encore plus leur bilan. Mais le message apporté par le marché est bien que la Fed agira lors du FOMC des 12 et 13/09, voir dés la réunion de Jackson Hole du 31/08.

Dans le compte rendu des minutes de la Fed ce 22/08, il est écrit que « bon nombre de membres du Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) ont estimé qu'un nouvel assouplissement monétaire pourrait être justifié sous peu à moins que les renseignements reçus n'indiquent un renforcement appréciable et durable du rythme de la reprise économique ». C'est même la majorité des membres.

Cela fait suite aux avis publiquement exprimés de certains gouverneurs qui penchent ouvertement pour un QE3 et qui ont permis au marché d'espérer une action de la Fed. Il en est ainsi par exemple du gouverneur de la Fed de San Francisco (John Williams). Celui-ci a rejoint le gouverneur de la Fed de Boston (Eric Rosengren) ainsi que la numéro 2 de la Fed, Janet Yellen, qui a exprimé son soutien pour plus d'assouplissement dès le mois de Juin.


Certains économistes habitués de la réunion de Jackson Hole, comme Allen Sinai qui y a participé pendant 20 ans, estiment que si les investisseurs attendent un geste de la part de Ben Bernanke ils seront déçus. Mais d'autres économistes rappellent que Jackson Hole avait été l'occasion d'annoncer le QE2 en 2010. Il est aussi à noter qu'une réunion de la BCE aura lieu le 06/09, et qu'on a le même genre de spéculation (intervention de la BCE). 

A l'heure ou les marchés ont atteint un plus haut sur plus de 4 ans aux Etats-Unis, il est utile de voir ce qu'il reste éventuellement à grappiller comme gains sachant que les banques centrales ont été le moteur de ce dernier rally haussier.

Voici quelques éléments qui à mon sens laissent peu de place au doute sur le sujet, et qui nous montre que le QE3 est d'ores et déjà pricé entre 65 et 95%, et nous ne sommes pas à l'abri d'un mouvement vendeur une fois que le verdict sera publié...

Le Merrill Lynch Fund Managers Survey est un Sondage effectué par BofA-Merrill Lynch auprès de ses clients. Le sondage du 17 Juillet indiquait déjà qu'une large part des gérants et économistes anticipaient un QE3 (70%). Parmi ceux qui anticipaient une intervention en faveur d'un QE3 les ¾ pensaient qu'il serait annoncé avant la fin de 2012 (réparti équitablement entre le T3 et le T4). On note tout de même une baisse des répondants qui n'anticipaient pas de QE3 (-6 points si on tient des NSPP). 

Le 10 Août, Bank of America publiait un nouveau sondage montant qu' un QE3 était déjà pricé à hauteur de 80% par le marché contre 65% le 26 juillet. Les économistes de cette banque indiquaient le 10 août qu'il y avait de fortes chances pour qu'un QE3 soit annoncé en Septembre. 
 
Ce 22/08, BofA  publiait une note très intéressante, reprise dans Zero Hedge. De nombreux éléments mériteraient qu'on s'y attarde. Mais le plus important est qu' une faiblesse plus marquée dans les chiffres de l'inflation serait probablement nécessaire pour sceller le QE3 en Septembre. BofA notait en conclusion de son analyse du 22/08: "nos discussions avec des investisseurs suggèrent que les marchés boursiers n'ont pas encore pricé le fiscal cliff ou la reprise des risques liés à l'Europe pour la rentrée", avant de préciser: "nos stratèges boursiers ont mis en évidence que les risques de baisse sur le marché actions sont présents".

De son côté, BNP Paribas CIB a établi à partir d'un outil de modélisation sur les rendements des obligations qu'il y avait environ 62% de chances pour qu'un QE3 soit annoncé :

Ce taux de 62% de BNP est similaire à celui fourni dans le dernier sondage Thomson Reuters du 17 Août (effectué auprès de 17 courtiers de Wall Street et 44 économistes). D'après le sondage Reuters, c'était la première fois que cet échantillon donnait plus de 50% de chance. Un économiste du panel disait même qu'il y avait même une 95% de chance pour que la Fed agisse. Le dernier consensus était de 500 milliards de dollars en achats d'obligations supplémentaires du gouvernement (la plus haute prévision était de 750 milliards de dollars) avec comme date butoir le mois de Septembre.

Goldman Sachs s'est de son côté prononcé pour un stimulus: «Pour être clair, notre propre point de vue est qu'un QE3 a de fortes chances de se produire » a ainsi avancé le chef économiste de cet influent acteur de la Finance, Jan Hatzius. Hatzius a précisé à TheStreet qu'il ne s'attendait à rien en Septembre, et qu'un programme de 600 Milliards $ serait annoncé fin-2012/début-2013 : « nous pensons qu'une plus grande faiblesse de l'économie est nécessaire pour provoquer un mouvement d'assouplissement substantiel. Et jusqu'à présent, cette faiblesse ne s'affiche pas dans les données ». Même chose du côté de Nordea (pas de QE3 tant que les conditions économiques ne se détériorent pas).

Après tout, cela a du sens si on se rappelle ce qu'avait annoncé Ben Bernanke lors du dernier FOMC : « la Fed fournira toute réponse supplémentaire si elle reçoit de mauvaises nouvelles sur l'économie ». Même si l'agence Standard & Poor's accorde seulement 25% de chances pour que les US entrent en récession, les pourfendeurs d'un QE3 avancent que l'économie US est déjà dans une situation délicate et qu'elle pourrait se détériorer un peu plus alors même que les économistes ont abaissé leurs anticipations sur le PIB sur les prochains trimestres.

Surtout, les perspectives pour le marché du travail demeurent modeste. Le problème est qu'aux US, les entreprises ne veulent pas embaucher à cause du fameux fiscal cliff (l'excuse de l'intervention est ici toute trouvée). Pourtant, si on regarde l'évolution de la courbe du chômage : on est au plus bas depuis 2008. On connaîtra les inscriptions au chômage pour le mois d'Août le 7 Septembre prochain. Un rendez-vous qui sera suivi de près. Mais même si les chiffres sont mauvais, cela sera bien perçu. Wall Street se réjouira alors de se rapprocher d'un QE3 et certains ne manqueront pas de fustiger l'attentisme de la Fed.

Conclusion

J'ai d'ores et déjà pris position sur un Certificat Short avec un levier de x10 pour couvrir mon portefeuille et me préparer à cette rentrée délicate (Citigroup a annoncé aujourd'hui par exemple que la Grèce pourrait sortir de l'Euro dès le mois de Septembre).

Il est selon moi possible d'assister à un mouvement de Sell off une fois que le marché, tel un toxicomane, aura pris sa dose de liquidités. Mais qu'on se le dise : « la Fed ne peut pas résoudre tous les problèmes économiques des USA » (un dirigeant de la Fed le 21/08/2012).

Pour moi, le plus important reste maintenant de savoir si les acheteurs qui ont manqué le train de la hausse cet été se positionneront à la rentrée (c'est pour moi le principal catalyseur de hausse) et si les risques en Europe ne feront pas surface. Après les JO et les belles performances estivales, la rentrée sera sportive...


Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Les derniers articles de l'auteur
Les dernières Confessions du PermaBear Hussman
Suite au QE 3, le rattrapage sur les marchés est en route
Quel impact des prochaines élections US sur les marchés ?
Le QE3 est maintenant déjà pricé
Le 'Voodoo Economics' de l’Espagne
Bon alors Facebook ça vaut combien ?
Les chiffres publiés par Apple sont hors-norme. Bientôt les 1000$ ?
Prévisions sur les résultats financiers les plus attendus de la Saison: Apple
Utiliser le Goodwill pour mesurer le risque financier après une Fusion Acquisition
Bientôt, des Traders recrutés à la Crèche