bourse investir
OK

Le retour du Nimportequoi.com

Par Sacha Pouget

sacha pouget

Vous aimez écrire ? vous souhaitez que vos textes soient publiés dans cette rubrique ? contactez-nous

En 1998, le site Globe.com (qui a disparu en 2001) est introduit en bourse. Le titre explose : +606% en clôture lors du premier jour de cotation à New York.

En 1999, Microsoft, Intel, IBM, Cisco, Lucent et Dell totalisent une capitalisation boursière de 1650 milliards $ soit l'équivalent du PIB de la France à l’époque. L’exubérance irrationnelle est à son sommet en 2000 : le marché US (Nasdaq et NYSE cumulés) représentent 180% du PIB américain contre 60% en 1990. Puis, la bulle éclate. Entre 2000 et 2003, le Nasdaq perd 78% de sa valeur. La capitalisation boursière des valeurs technologiques perd alors quelques 5000 milliards $.

Tout cela parce qu'on a créé du vent avec des sociétés qui ne tiendraient jamais leurs promesses.

On aurait tort d’oublier l’éclatement de la bulle des Dot com

Si on prend le cas de Yahoo, qui a racheté 10 sociétés internet pour un total de quelques 15 milliards $ entre 1999 et 2007, on se rend compte que les pertes ont été abyssales :

Site Date d'acquisition Prix d'achat Valeur 2011 Commentaire
Broadcast.com 1999 5700 700 (*) Broadcast.com intègré à Yahoo.com en 2010
Geocities 1999 3570 0 Fermé le 26 Avril 2009
Overture 2003 1630 1000 (*) Renommé Yahoo ! Search Marketing
Right Media 2007 680 400 (*) -
Kelkoo 2004 675 70 Revendu pour 70 mlns $ en Novembre 2008
HotJobs.com 2002 436 225 Revendu pour 225 mlns $ à Monster en Février 2010
eGroups.com 2000 413 150 (*) Renommé Yahoo ! Groups
Zimbra 2007 350 100 Revendu à VMWare pour 100 mlns $ en 2010
BlueLithium  2007 300 100 -
MusicMatch 2004 160 0 Fermé en 2008
(*) Estimations / source : FebriSaputra.org

Que dire des investissements de Yahoo dans ces startups ?

D’une part, Yahoo a participé à cette folie spéculative des enchères entretenant ce phénomène. D’autre part, on constate que depuis ces rachats à grands renforts de milliards de dollars n’ont pas du tout porté leurs fruits. Yahoo a revendu trois sociétés pour une bouchée de pain. Deux sociétés ont été fermées. Et le reste a été intégré sans réel succès. Au total, on peut considérer ces investissements comme étant hasardeux. Yahoo a vu partir en fumée 11 milliards $ de ses investissements (soit 80% des investissements initiaux).

Que dire en 2012 des start ups qui développent un Business dans les Réseaux sociaux et les sites Internet ?

Qu'on ne s'y trompe pas : on assiste à une Bulle dans les Réseaux sociaux. Aujourd'hui, les sociétés Techno totalisent désormais 17,4% des emplois salariés dans les villes de la Silicon Valley comme San Francisco (contre 10% en 2005). Du jamais vu depuis 2000, lorsque ce taux culminait à 14,4%. On assiste à l'heure actuelle à un boom des créations de jeunes sociétés de l'internet : les levées de Fonds pour les start ups aux Etats-Unis ont grimpé de 15 Milliards $ en 2005 à prés de 45 Milliards en 2010.

A l'heure ou Facebook s'apprête à entrer en bourse pour une valorisation de 100 milliards $, on est en droit de se poser la question si tout cela ne repose pas sur du vent, comme à l'époque de la fameuse Bulle internet. Si bien que certains aujourd'hui pointent du doigt une folie spéculative. Dès Mars 2011, le Financial News titrait « Sociétés Techno : les craintes d’une nouvelle Bulle ». Aujourd'hui une myriade de jeunes sociétés lèvent des millions de dollars alors même que leur Business repose sur du vent. Comment cette frénésie de NIMPOTEQUOI.COM finira-t-elle ?

Laissez-moi donc vous présenter une quinzaine de projets de start-ups américaines qui me paraissent aussi délirants les un que les autres (le pire c'est que certains y croient et ils ont investi dans ces sociétés) :

Naturallycurly.com : un réseau social pour les cheveux bouclés (2 Millions de $)

Les gens avec les cheveux naturellement bouclés passent beaucoup de temps à trouver le meilleur moyen pour se coiffer. Si bien qu'un site veut leur apporter une solution.

Le site Naturallycurly.com est le "premier réseau social pour les personnes aux cheveux bouclés, crépus et ondulés". Trois variantes ont été lancées : Curlynikki.com, Curlstylist.com et Curlymart.com. Je vous laisse imaginer le concept délirant…

Ce qui est tout autant délirant, c'est que le site vient de lever 2 millions de dollars auprès d'investisseurs comme Jean-Paul Mitchell, un entrepreneur. Le but de la société est maintenant d'utiliser cet argent pour embaucher du personnel et créer des applications pour les appareils mobiles.

Turntable.fm : un réseau social pour DJ

Turntable.fm est un moyen d'écouter de la musique en ligne avec dans des groupes de discussion (des chats). A regarder de plus près le site en question, on peut facilement imaginer les aficionados faire des sauts dans tous les sens. Concrètement, les utilisateurs peuvent rejoindre des salles de discussion et participer à des "battle" pour devenir un DJ virtuel et faire danser la Gallerie.

Sur ce concept digne d'un Chat d'une radio comme RTL 2, les fondateurs de Ventures Turntable.fm, Seth Goldstein et Billy Chasen, ont réussi à lever quelques 7 millions de dollars auprès d'Union Square.

Greplin : une énième barre de recherche pour votre navigateur

Greplin est une énième barre de recherche pour les réseaux sociaux qui vous permet de vous connecter à tous vos comptes, vos emails et vos profils sociaux. Les jeunes fondateurs Daniel Gross et Robby Walker ont levé 5 millions de dollars.

Kaggle : un réseau social scientifique

Kaggle est un réseau de 17 000 scientifiques qui aide des personnes en ligne à résoudre des problèmes. Le concept est d' utiliser les connaissances collectives pour procéder à des améliorations dans la Recherche (recherche sur le SIDA, la cartographie de l'espace…).

A la recherche d'investisseurs, les fondateurs Anthony Goldbloom ont connecté Index Ventures, Khosla Ventures et SV Angel avec l'aide desquels ils ont levé 11 millions de dollars.

Kickstarter : de la levée de fond communautaire

Kickstarter est une nouvelle façon de financer une entreprise (entre amis, au sein de la famille et par capital-risque). Déjà que les sites de financement d'artistes pour la musique ont du mal à se développer, je ne sais pas comment ça va se passer pour ce site…

Les Fondateurs Perry Chen, Strickler Yancey et Charles Adler se sont appliqués leur concept et ont levé 10 millions de dollars de financement auprès de Betaworks, Union Square Ventures et d'autres fonds.

Hotel Tonight : un énième site de réservation à la dernière minute (3,25 Millions $)

Hotel Tonight est un énième site de réservation à la dernière minute de nuits d'hôtel à prix réduits. Le fondateur Shank Sam a levé 3,25 millions de dollars auprès de Battery Ventures, Accel Partners, First Capital ronde et business angels.

Votizen : un projet utopique démocratique

Votizen fournit un moyen pour les électeurs de se faire entendre. Votizen relie directement les électeurs inscrits et des représentants élus par les réseaux sociaux. Là encore, un projet qui paraît utopique sous couvert de plus de démocratie... Les Fondateurs Jason et David Putorti Binetti ont levé 1,5 millions de dollars.

TaskRabbit : un site pour vous faire dépanner

TaskRabbit propose à des personnes de générer des revenus supplémentaires. L'idée est simplement de connecter une demande et une besoins spécifique et de trouver une personne qui peut vous dépanner…Tout comme les adolescents font du babysitting, TaskRabbit permet à des personnes d'arrondir leurs fins de mois pendant leur temps libre. TaskRabbit n'a pas perdu de temps. Sans aucun revenu, la société a déjà levé 5 millions de dollars.

H. Bloom : un énième site de livraison de fleurs

H. Bloom est un service d'abonnement pour des fleurs. Leurs cibles : les hôtels et... les maris qui ont besoin d'être aidé pour se souvenir de l'anniversaire de leur femme. Les Fondateurs Brian Burkhart et Sonu Panda ont levé 8 millions de dollars (notamment auprès de Battery Ventures).

Chloé + Isabel : un site qui organise des réunions Tupperware de bijoux en plastique

Chloé + Isabel est une jeune société de bijoux qui a pour vocation à transformer des clients en entrepreneurs. Les utilisateurs sont encouragés à vendre des lignes de bijoux créées par les stylistes Chloe + Isabel, lors de soirées privées qui sont organisées.

Je suis allé sur leur site www.chloeandisabel.com. En fait, c'est un peu le concept des réunions Tupperware adapté aux bijoux. Après tout, le concept est le même : vendre du plastique moche à des femmes au faire qui n'ont rien d'autre à faire que de se réunir pour dépenser à la maison entre copines.

Concrètement, Chloé + Isabel créent les bijoux, mettent à disposition leur catalogue, offrent une formation en ligne pour ses vendeurs, leur donne des outils de marketing et les aide à construire leurs e-boutiques.

8,5 millions de dollars ont été levés auprès du fond d'investissement General Catalyst Partners et Capitaland sur cette idée de Tuperware des bijoux..

GetAround : louer votre véhicule à des voisins

GetAround est un site internet qui permet de louer votre véhicule à des voisins quand vous ne l' utilisez pas. Les Fondateurs Elliot Kroo et Jessica Scorpio ont levé 3,4 millions de dollars auprès de CrunchFund, Time Warner, Redpoint Ventures, et du fondateur de Netflix (Marc Randolph).

Skillshare : des cours à la demande

Skillshare transforme n'importe quel endroit en une salle de classe et transforme tout un chacun en un enseignant. Cette société propose une nouvelle façon d'apprendre. Les gens publient ce qu'ils veulent sur le site de Skillshare. Les autres utilisateurs de Skillshare peuvent s' inscrire pour participer au cours, et choisir de payer pour aller plus loin. Les Fondateurs Mike Karnjanaprakorn et Malcolm Ong ont levé 3,1 millions de dollars auprès de Union Square Ventures et de Spark Capital.

Sojo : des jeux caritatifs

Sojo est le Zynga caritatif. Sojo a une très belle vocation sociale : amener les gens à jouer à des jeux en ligne qui ont un impact dans le monde réel. Si c'est pas beau ça !

C'est un peu basé sur le concept des jeux de Zynga. Dans les jeux Zynga, qui font un tabac sur Facebook, les utilisateurs construisent des fermes et des faux paysages. Avec le projet WeTopia de Sojo, la plupart des actions ont une conséquence dans le monde réel. L'axe est donné aux œuvres de bienfaisance et de charité.

Concrètement : au lieu qu'il y ait de la monnaie virtuelle (comme avec les 'Crédits' Zynga), les utilisateurs gagnent des 'Joy' (de la Joie) qu' ils peuvent consacrer à des projets comme la plantation d'arbres, l'éducation etc... Chaque fois qu'il y a de la 'Joie', Sojo donne à des organismes de bienfaisance de l'argent pour accomplir la tâche créée dans le jeu ou une fonction similaire, dans la vraie vie.

8 millions de dollars ont été levés auprès d'Ellen DeGeneres (la présentatrice télé US la plus connue, juste derrière Oprah Winfrey). Le studio Warner Brothers s'est associé à la société en mettant à disposition une équipe de conseillers.

Kohort : un réseau social virtuel

Kohort est un réseau social pour les groupes. Basé sur du vent, puisqu'aucun utilisateur n'est encore inscrit à ce jour).

Encore en version en développement (le site n'est pas encore ouvert aux utilisateurs), Kohort a levé 3 millions de dollars 6 mois après sa création auprès d'investisseurs bien réels tels que High Peaks Venture Partners, Venture Partners Contour, David Tisch et Anduin Ventures.

Zaarly : louer votre barbecue à un ami

Les fondateurs Eric Koester, Bo Fishback et Ian Hunter ont créé Zaarly, qui est une plateforme locale, qui fonctionne en temps réel, permettant de joindre les offres et les demandes d'utilisateurs. Le concept repose sur très peu de chose. En fait, il s'agit de trouver une réponse concrète à chaque besoin (exemple : vous avez besoin d'un barbecue, quelqu'un qui est connecté à votre réseau va vous le mettre à votre disposition).

Zaarly a levé 14 millions de dollars sur cette simple idée (qui doit encore faire ses preuves) auprès des fonds d'investissements Kleiner Perkins Caufield & Byers, Venture51 et Crunchfund. Des célébrités comme Ashton Kutcher ou Mark Ecko ont même investi dans la société...

Lot18 est un énième site de vente de vin sur internet. Mais ça ne les a pas empêchés d'attirer de gros investissement en à peine une année d'existence…

Philip James et Kevin Fortuna ont créé leur société en Novembre 2010. Un an plus tard, ils avaient levé 13 Millions de dollars auprès d'AEN et Capital Ventures FirstMark.

Ces 15 sites ont levé plus de 100 Millions de dollars. On l'a vu, sur des idées très conceptuelles. Avec à peine 1 an d'existence, des projets farfelus, des levées de fond disproportionnées et aucun revenu généré à l'heure actuelle : ça ne vous fait pas penser à une certaine bulle du NIMPORTEQUOI.COM ?

Sacha Pouget
www.sachapouget.com

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Les derniers articles de l'auteur
Les dernières Confessions du PermaBear Hussman
Suite au QE 3, le rattrapage sur les marchés est en route
Quel impact des prochaines élections US sur les marchés ?
Le QE3 est maintenant déjà pricé
Le 'Voodoo Economics' de l’Espagne
Bon alors Facebook ça vaut combien ?
Les chiffres publiés par Apple sont hors-norme. Bientôt les 1000$ ?
Prévisions sur les résultats financiers les plus attendus de la Saison: Apple
Utiliser le Goodwill pour mesurer le risque financier après une Fusion Acquisition
Bientôt, des Traders recrutés à la Crèche