OK
Accueil  > Analyses  > Chroniques

Mini-Krach du Nikkei, ça n’aurait jamais dû arriver

Par Samuel Rondot, le 03/06/2013

samuel rondot

Vous aimez écrire ? vous souhaitez que vos textes soient publiés dans cette rubrique ? contactez-nous

Et d’ailleurs cela n’est jamais arrivé. Quoi donc ? Eh bien, un mini krach le lendemain du point haut d’un marché.

Démonstration

Les cours de Bourse sont le reflet de mouvements de masse. On monte car il y a plus d’acheteurs que de vendeurs, on connaît tous ce mécanisme. Si on monte vite, fort et longtemps, c’est que cette balance est FORTEMENT en faveur des acheteurs.

Lorsque le marché consolide, quelques personnes vendent certes pour prendre des profits, mais aussi, et surtout, les gens qui ne sont pas encore rentrés dans le mouvement vont venir essayer d’en profiter.

En Bourse, tout ce qui brille attire. Et les plus hauts récents sur le marché japonais ne font pas exception, de plus en plus de volumes ont accompagné les points hauts.

Alors, avec un marché qui a grimpé de plus de 80 % en à peine six mois, vous imaginez le nombre de traders qui sont attirés. C’est d’autant plus important que les corrections ont été faibles et quasi nulles.

Or on le sait bien, les gens achètent majoritairement sur un repli ; ils ont beaucoup de mal à acheter quand ça ne fait que monter et payer plus cher.

Logiquement, après tout mouvement fort de hausse, les premiers temps de baisse sont mous. Ils sont souvent suivis par ce qu’on appelle des doubles tops : le marché retouche ses points hauts après avoir soufflé quelques jours. Et même lors de la consolidation, plus un marché est fort, plus il aura du mal à baisser fort. Quand on prend un peu de recul, c’est assez logique.

Comparons la Bourse avec un mouvement de foule. On dit à un très large groupe, courez devant vous le plus vite possible. Et soudainement, on dit à ce même groupe, faites marche arrière. Que croyez-vous qu’il va se passer ?

Que tout le groupe en même temps à la même seconde va changer de direction ? Entre ceux qui n’ont pas entendu, ceux qui ne réagissent pas à la même vitesse, ceux qui n’écoutent pas... je peux vous assurer que le groupe n’est pas prêt de changer de direction. C’est exactement ce qui s’est TOUJOURS passé sur les marchés depuis la nuit des temps.

J’ai cherché dans mes historiques, dans mes livres de graphiques, certains remontent au début du siècle dernier. J’ai cherché sur les indices, les matières premières, les taux, les devises. Je n’ai pas trouvé un seul exemple où le lendemain d’un point haut le marché recule de 3 ou 4 %. Alors 7,32 % comme le Nikkei l’a fait jeudi dernier en une séance, JAMAIS.

Certes, je suis le premier à dire et à écrire souvent : le marché fera tout pour vous piéger et faire des choses que vous n’avez jamais vues avant. Sauf que là, le comportement ne colle pas avec les données historiques, mais encore moins avec la psychologie de masse qui décrie le comportement des marchés.

Bien sûr vous me voyez venir avec mes gros sabots : ce mouvement est impossible, à moins que la Bourse ne soit plus ce qu’elle était et que le marché soit « cassé ».

Quel est le seul groupe d’investisseurs qui va être capable de réagir assez vite et d’entendre le même message quand on crie, courez dans l’autre sens ? Un troupeau d’ordinateurs, bien sûr. Pas de sentiments, pas de délais à la compréhension, pas d’état d’âme, pas d’interprétation. Juste des faits.

Certes, ce n’est pas un flash crash. Quoique plus de 7 % en une séance, ça doit quand même faire mal. Le bon côté est que la très grande majorité des acheteurs devrait avoir un prix de revient inférieur, sauf les quelques derniers rentrés. Mais ça en dit long sur l’état du marché aujourd’hui.

Ceux qui me suivent le savent, je surveille tous les éléments inquiétants sur les marchés. Et celui-là s’ajoute à toutes les observations qui me laissent à penser depuis un certain temps que les acteurs du trading à haute fréquence finiront par faire totalement exploser le marché un de ces jours.

Et si vous pensez que ces mêmes acteurs sont assez intègres (je ne parle même pas de ceux qui pourraient avoir des motivations criminelles) pour ne pas casser le jouet qui fait leur fortune, c’est que vous connaissez bien mal la finance.

La seule question qui compte aujourd’hui est : est-ce que les autorités agiront avant que cela arrive, ou faudra-t-il assister au pire pour qu’elles réagissent ?

Samuel Rondot
Directeur de BestCFD


Twitter Facebook Linkedin email
Les derniers articles de l'auteur

Investir en Bourse avec Internet