OK
Accueil > Apprendre  > Produits négociables

La vérité sur les warrants, partie 1

En parcourant sur Internet les forums dédiés aux warrants, on s'aperçoit qu'ils sont remplis de messages criant à la théorie du complot organisé par les banques émettrices de warrants.

"ils m'ont bien eu!" "Quand on perd ils empochent tout notre argent ! " "Ils fixent les prix à leur avantage!", "tous des voleurs !!",. De telles critiques sont régulièrement adressées aux différents émetteurs, tous logés à la même enseigne, que ce soit BNP Paribas, Société Générale, Commerzbank, Citibank ou encore Unicredit.

Bien qu'il soit logique que les banques n'émettent pas ces produits par pure charité, elles ne sont pas autant à blâmer que ce que pourrait le croire l'opinion publique.

Le but de cet édito et d’expliquer le fonctionnement des warrants du coté de l’émetteur et mettre fin à un certain nombre de rumeurs. Vous comprendrez ainsi de l’intérieur le fonctionnement de ces produits.

Nous allons analyser les principaux reproches effectués par les investisseurs mécontents et apporter des réponses précises.

La banque fixe les prix à son avantage !

La cotation des warrants est assurée sur Euronext par la banque émettrice, qui s'engage à fournir un prix en continu durant les horaires d'ouverture du marché. Cette cotation est affichée sous forme de spread (bid-ask) ou fourchette de cotation. Les prix sont déterminés par des techniques de valorisations internes basées sur la formule de Black and Scholes.

La banque n'a aucun intérêt à manipuler les prix à son avantage, car elle se rémunère sur le spread (différence entre le bid et l'ask dans la fourchette de prix) et non sur le prix du warrant. De plus, si à caractéristiques égales (parité, Strike....) un warrant est plus cher chez un émetteur que chez son concurrent, les investisseurs choisiront bien entendu le produit le moins cher.

Ainsi, de telles méthodes sont à proscrire d'un point de vue commercial étant donné la concurrence acharnée que se livrent les différents émetteurs sur le marché des warrants. A l'inverse, si la banque fixait un prix trop faible par rapport à la valeur théorique d'un warrant, elle pourrait alors être victime d'arbitragistes qui se positionneraient à l'achat pour profiter de cette anomalie de marché.

Ainsi, les émetteurs ont tout intérêt à fixer le prix de la manière la plus juste qui soit.

La banque interrompt les cotations quand elle veut !

Il est vrai que la cotation des warrants peut parfois être interrompue de manière impromptue. Cependant de tels incidents sont surveillés et réglementés par Euronext. L'émetteur a le droit d'interrompre les cotations dans deux cas de figure :" dysfonctionnement des systèmes informatiques et conditions anormales de marché", dixit Euronext.

Il faut bien comprendre qu'il n'est pas dans l'intérêt de la banque d'interrompre régulièrement ses cotations car les clients se détourneraient alors de ses produits. Cela n'arrive en général qu'en cas de très brusques variations du sous-jacent ou événement exceptionnel qui engendre  de fortes perturbations au niveau de la couverture de l'émetteur (car oui, l'émetteur est couvert et ne joue pas contre vous).

Quand je perds, la banque empoche mon argent !

Nous l’avons vu un peu plus haut, la banque ne joue pas contre l'acheteur du warrant. Ce serait une stratégie bien trop risquée et impossible à tenir sur le long terme. L'émetteur du warrant ne joue donc pas la position inverse de l'acheteur, mais au contraire va couvrir entièrement la position qu'il détient face à vous et donc se placer dans le même sens que vous !

Les traders mettent en place une couverture généralement en achetant le nombre d'actions ou le nombre d'options nécessaires pour obtenir une position dite "delta neutre", optimisée pour les protéger en cas de variations de la volatilité. Par exemple, pour un warrant sur le CAC 40, le trader construira sa couverture grâce à des Futures ou options sur le CAC 40, dont il ajustera la quantité en fonction de la variation du delta du warrant.

Mais alors, comment la banque se rémunère-t-elle ? La réponse est : principalement à travers le spread (fourchette de cotation...).  Elle se rémunère grâce à la différence entre le prix d'achat et le prix de vente de ses warrants. Le principal levier de croissance pour ses revenus réside donc dans les volumes d'échange. La banque a tout intérêt à ce que vous reveniez le plus souvent possible sur le marché des warrants, il est donc dans son intérêt que vous gagniez !

exercer warrants   astuces warrants à savoir

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Linkedin email

 
ebook trading Téléchargez gratuitement le guide du trader 2020

Améliorez votre compréhension du climat économique avec le guide annuel d’Alvexo plébiscité par les traders afin de prendre des décisions de trading avisées.