Diminuons le rôle de l'Etat. Trop omniprésent !
 Retour sur ABC Bourse rss Flux RSS anglaisEnglish version  
blog michel gabrysiak

Diminuons le rôle de l'Etat. Trop omniprésent !

Pourquoi faire des efforts ?

Pourquoi reformer, pourquoi créer une Europe véritable et capable de faire face aux crises alors que l'on peut se contenter de palabrer, de faire semblant de demander à des commissions de produire des rapports et de reculer les échéances à six mois, un an ?

Les politiques biaisent et ne veulent pas prendre des décisions difficiles.

Toute décision peut coûter des voix, toute décision demande du courage. Il n'y en a guère. Les chefs d'Etats et de gouvernements réunis à Bruxelles toujours en grande pompe: voiture, chauffeurs, sourires radieux aux caméras de télévision, ont décidé de repousser les échéances à plus tard.

L'union bancaire au sujet de laquelle la décision a été prise est repoussée à la fin de 2013 ou 2014. Comme si nous avions le temps. La dette est toujours là et le niveau sur la porte blindée du Trésor Européen monte et monte et monte. Ce manque de courage et de détermination se retrouve dans les pays membres.

Sans parler de la pantalonnade italienne avec le retour suivi du non-retour, sans doute suivi du retour de Silvio Berlusconi. Et du 'retenez-moi ou je m'en vais' de Mario Monti.

Ailleurs, l'aberration est de mise.

Exemple tout récent en France: Le gouvernement a décidé d'investir 1,5 milliard d'euros sans savoir très bien où il va les prendre, dans 100 000 emplois aidés pour les jeunes. Ce ne sont pas des emplois, c'est de l'assistance.

Alors qu'investir 1,5 milliard dans des entreprises petites et moyennes en actions pour les aider à créer des emplois véritables, serait infiniment plus productif pour les jeunes, pour les entreprises et nous tous. Au lieu de quoi, le gouvernement accroit les prélèvements d'état sur une économie qui commence à mal tourner.

J'allais oublier ! Le Ministre de l'Economie, M. Moscovici est très content. Il prévoit une croissance de 0,8% en 2013. Il l'a sans doute lu dans le marc de café. Ses confrères européens , y compris allemands en sont à 0,2 ou 0,3.

Ce qui est en cause, c'est le rôle de l'Etat. Il est aujourd'hui trop présent, trop cher, trop accapareur des impôts que la nation paye. Et pas productif.

Les Socialistes sont ils capables d'oublier le Capital de Marx ? Je ne sais pas. Ils paraissent très marqués toujours par des notions qui sont à l'évidence dépassées. Partout sauf dans les anciens pays marxistes.
La Chine démontre en ce moment même comment l'Etat peut utiliser son argent pour pousser l'économie vers le haut.

Il n'est pas interdit d'espérer !

 

anglaisEnglish version

A propos de l'auteur et du blog

Président de la Fondation Finance Michel Gabrysiak a participé à la consolidation des marchés financiers européens. Il a assisté à la naissance de la "face obscure " de la finance -par opposition avec les banques et les assurances régulées. Il a vu naître la crise financière.

Journaliste, présentateur et producteur de télévision il a, entre autres, été à l'origine d'un jeu du budget familial en France et a présenté, sur CNBC un "talk show" hebdomadaire avec les dirigeants financiers, économiques et politiques du monde entier.

Ce blog s'interroge sur les bénéfices du capitalisme démocratique. Sont ils destinés à tous, a sortir les pauvres de leur précarité, a élever le niveau de vie des classes moyennes ou sont ils réservés à une petite minorité d'oligarques et d'opérateurs financiers?

Vos opinions et propositions sont les bienvenues.

Articles précédents

 

 

>>> Retour sur ABC Bourse