Les entreprises vont beaucoup mieux: oh ! Pardon ce n'est pas en en France.
 Retour sur ABC Bourse rss Flux RSS anglaisEnglish version  
blog michel gabrysiak

Les entreprises vont beaucoup mieux: oh ! Pardon ce n'est pas en en France.

Hourra ! Ca y est, l'industrie renait de la crise. Les petites et moyennes entreprises embauchent. Les grandes sociétés sont en plein essor. La contribution de l'industrie, petite, grande, moyenne, représente 23% du produit national.

Les oiseaux de mauvais augure se sont trompés. Les gouvernements successifs depuis 15 ans ont bien travaillé. Je ne comprends donc pas pourquoi il y a autant de protestations, de manifestations.

Ah ! Mais pardon, je me trompe. C'est vrai, mais pas en France.

C'est ce que révèle la dernière étude du Bundeswirtschaftsministerium, le Ministère Allemand de l'économie.

Et en France, ce pourcentage n'est que de 10%. Il est inférieur à celui de l'Espagne 13%, à celui de l'Italie 16%. Seule la Grande Bretagne rivalise avec nous à 10%.

Ces chiffres expliquent Arcelor-Mittal, Peugeot, Doux et les centaines de milliers d'autres qui n'ont pas enjambé le mur des médias.

La valse hésitation à laquelle se livrent depuis 15 ans les gouvernements successifs a abouti à ce triste résultat.

Et voici que deux politiques se développent, ou paraissent se développer, l'une en France, l'autre en Grande Bretagne. En arrivant au pouvoir, François Hollande a annoncé qu'il confiait à Louis Gallois, grand capitaine d'industrie, le soin de faire des propositions pour permettre à la France de tenir son rang dans le monde. Ce rapport vient de sortir. Ses propositions sont simples. Une baisse de 30 milliards d'euros des charges des entreprises pour leur permettre de produire moins cher. Une hausse parallèle de la CSG et de la TVA. Le tout étalé sur un temps bref.

C'est ce qu'en Allemagne, un chancelier socialiste a fait, il s'appelle Gerhard Schroeder. Mais c'est à l'évidence trop simple.

Le Président et le gouvernement se contorsionnent. Ils vont désavouer ou édulcorer, le rapport Gallois. Tant pis.

De l'autre côté de la Manche, le gouvernement conservateur est plongé dans des affres similaires, mais à l'envers. J'en déduis que ça ne dépend pas de la couleur politique des gouvernements.

Le chancelier de l'échiquier, George Osborne, est brutalement attaqué pour maintenir le peuple anglais dans une austérité qui parait ne pas avoir de limites. À tel point que 150,000 manifestants ont envahi l'autre après-midi, les rues de Londres pour protester très puissamment.

Tempérance d'un côté, en France, brutalité de l'autre en Angleterre aboutissent au même résultat. Cela ne marche pas. Alors pourquoi l'Allemagne réussit-elle ?

A cause d'un miracle allemand. Mais non ! C'est tout simplement grâce l'effort de tous. Gouvernements, patronat, syndicats, financiers. Français et anglais devraient en prendre de la graine.

 

anglaisEnglish version

A propos de l'auteur et du blog

Président de la Fondation Finance Michel Gabrysiak a participé à la consolidation des marchés financiers européens. Il a assisté à la naissance de la "face obscure " de la finance -par opposition avec les banques et les assurances régulées. Il a vu naître la crise financière.

Journaliste, présentateur et producteur de télévision il a, entre autres, été à l'origine d'un jeu du budget familial en France et a présenté, sur CNBC un "talk show" hebdomadaire avec les dirigeants financiers, économiques et politiques du monde entier.

Ce blog s'interroge sur les bénéfices du capitalisme démocratique. Sont ils destinés à tous, a sortir les pauvres de leur précarité, a élever le niveau de vie des classes moyennes ou sont ils réservés à une petite minorité d'oligarques et d'opérateurs financiers?

Vos opinions et propositions sont les bienvenues.

Articles précédents

 

 

>>> Retour sur ABC Bourse