Les marchés sont prêts à punir la France: va t on enfin fiscaliser le financement de la santé?
 Retour sur ABC Bourse rss Flux RSS anglaisEnglish version  
blog michel gabrysiak

Les marchés sont prêts à punir la France: va t on enfin fiscaliser le financement de la santé?

C'est tout juste si les français ne s'embrassent pas dans la rue. De joie. Après l'annonce des mesures de redressement financiers du Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault.J'exagère à peine.

Comme disait Jean Yanne: "Tout le monde, il est content !"

Alors que, les mesures en question ne peuvent constituer qu'un tout petit début, sont tardives et ne permettront pas de faire face à l'ouragan déclenché par les marchés lorsqu'il se produira...

La situation de la France est scrutée de toutes parts. Aux Etats Unis, en Grande Bretagne et en Allemagne en particulier.

Ce qu'il faut faire est radical. Baisser le coût du travail, supprimer la barrière des 35 heures par semaine, augmenter la flexibilité du travail, mettre fin aux avantages des fonctionnaires trop privilégiés par rapport aux emplois non protégés, réduire le poids de l'état dans l'économie, lever les barrières à la concurrence, baisser la charge des impôts en général, réformer le système social, restructurer le système des retraites.

Ce catalogue est impressionnant, difficile à réaliser.

C'est tout l'édifice de l'état français qui serait remis en cause.

Y-a-t 'il un autre moyen pour préserver notre pays et pour éviter que les acteurs du marché financier mondial ne s'attaquent à la France comme ils se sont attaqués à la Grèce, au Portugal et à l'Espagne ?

Certes, les exagérations diverses de ces trois pays ont été beaucoup plus 'énormes' que les nôtres. Il n'empêche que nous vivons totalement au dessus de nos moyens.

Il me semble que deux des réformes préconisées par les économistes allemands, s'imposent en tout premier lieu. Il faut diminuer de façon drastique le poids de l'état dans l'économie française.

Et il est indispensable de diminuer, non pas par un crédit d'impôt, mais de façon majeure, radicale et à long terme, le coût du travail. Grevé qu'il est non seulement par les retraites, ce qui après tout est normal, mais par la sécurité sociale, c'est à dire la santé, ce qui l'est beaucoup moins.

Le coût de la santé doit être pris en charge par la nation toute entière. Il devrait donc être entièrement fiscalisé par l'impôt indirect, c'est à dire la TVA.

Le poids de cet impôt sur les petits revenus serait important. Mais les entreprises et l'administration débarrassés du paiement des charges sociales, pourraient augmenter les revenus les plus faibles.

Les gouvernements de droite n'ont pas osé faire face à cette réforme.

Le gouvernement Hollande-Ayrault, osera t-il enfin affronter la réalité ? Les français en sont ils capables ?

 

anglaisEnglish version

A propos de l'auteur et du blog

Président de la Fondation Finance Michel Gabrysiak a participé à la consolidation des marchés financiers européens. Il a assisté à la naissance de la "face obscure " de la finance -par opposition avec les banques et les assurances régulées. Il a vu naître la crise financière.

Journaliste, présentateur et producteur de télévision il a, entre autres, été à l'origine d'un jeu du budget familial en France et a présenté, sur CNBC un "talk show" hebdomadaire avec les dirigeants financiers, économiques et politiques du monde entier.

Ce blog s'interroge sur les bénéfices du capitalisme démocratique. Sont ils destinés à tous, a sortir les pauvres de leur précarité, a élever le niveau de vie des classes moyennes ou sont ils réservés à une petite minorité d'oligarques et d'opérateurs financiers?

Vos opinions et propositions sont les bienvenues.

Articles précédents

 

 

>>> Retour sur ABC Bourse