OK
Accueil  > Communauté   > Forum General

La peur du ventre vide...



Smarty
10/10/2008 17:43:16
0
No comment ... ;-(

Action contre la Faim (ACF) a appelé vendredi le Groupe des sept pays les plus industrialisés (G7), réuni à Washington sur la crise financière, à "envoyer un signal fort" aux 925 millions de personnes souffrant de la faim dans le monde.

  
Répondre
Napoli
10/10/2008 05:55:12
0
Bien dit Yan, (je te suggère le bouquin de Brighelli : "la fabrique du crétin" et aussi "une école sous influence") voila que la chose s'accélère maintenant, hélas...

extrait d'article de CercleFinance :

"Quel type de signal fort le 'G7' peut-il adresser dès ce vendredi pour rassurer, non plus les marchés -qui faillissent totalement à leur mission qui est d'attribuer le plus juste prix aux actifs cotés- mais à l'ensemble des acteurs de l'économie réelle (par opposition à la finance virtuelle).
En jeu, ce sont désormais les retraites, le versement des salaires, le financement des entreprises (sans lequel l'activité économique s'arrêterait net, à commencer par des compagnies aériennes clouées au sol, et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres)."


Ce désastre est tellement prévisible dans ces effets que certains ce coup-ci auront des comptes à rendre, je pense à pas mal de financiers, hommes politiques, grand patrons de la finances, mais également tous les intermédiaires de la chaîne qui savaient ! mais qui ce sont gardés de dénoncer ce qu'il voyaient en faisant preuve d'égoïsme et lâcheté.

Sans haine, sans violence ni passion je parle ici de créer une fois cette crise rétablie (pas avant ! dès les premiers signe de reprise..) un tribunal international qui jugerait et condamnerait les acteurs précités, ce sont des points clés de l'histoire, nous avons une occasion comme il en arrive rarement de dénoncer et enterrer un système qui gangrene la planète depuis maintenant 30 ans.

Le scénario qui peut suivre si d'aventure cette crise ne trouvait pas une issue rapide, serait bien pire que celui des 2 guerres précédentes, l'ennemi est invisible...

Allez, faut que ça remonte ! on y croit !

Voili.

Message complété le 10/10/2008 06:09:35 par son auteur.

En complément à ce que tu dis yan : dans ce monde nous avons tout "casté" une idée saugrenue à voulu faire croire que les enfants étaient des entités en marge du système, les enfants puis adolescents vivent donc à la marge, s'inventant leurs règles par obligation, a t'on idée de quelle peut être la violence à ces âges la ? la loi du plus fort est la seule dans le monde de l'enfance, les douleurs et frustration sont exacerbées, par la suite nous voila étonnés que la société déraille... Hannah Arendt en parle magnifiquement dans son ouvrage "la crise de la culture".

  
Répondre
YAN141
08/10/2008 17:01:32
0
Le plus difficile, donc le plus important je crois, dans l'éducation est de susciter le goût du savoir, le plaisir d'apprendre, l'esprit critique. Notre système scolaire est un système d'éducation de masse: les enseignants transmettant avec passion, avec un esprit libre sont rares ,encore plus rares sont ceux qui cherchent à révèler la quintescence de leurs élèves(pas de temps, classes surchargées...)( dans mon cursus j'en ai connu deux , un prof de sport& un prof de français).N'y a t il pas une crainte de voir émerger des citoyens responsables, critiques, avertis?
Sinon je trouve que tous les avis sont enrichissants sur un forhum hips!
  
Répondre
Napoli
07/10/2008 22:07:29
0
OK Jacky et sans rancune également, je ne suis pas blessé seulement las.

Amitiés, si tu le permet.
  
Répondre
Jacky.c
07/10/2008 21:46:02
0
J'ai suffisament compris tes qualités pour ne pas prendre ombrage de ta dernière prose.
je n'ai ici pouvoir d'inviter personne et je me suis contenté de te remercier de ton retour.
Tu vois que l'incoprehension est quelquefois partagée.
Sans rencune, car je n'avais aucune intention de te blesser.
  
Répondre
Napoli
07/10/2008 20:54:04
0
Merci de m’adouber de la sorte mais il n’y a rein de provoquant chez moi, car au sens même du mot je n’attends pas de représailles !
L’agora ABC comme d’autres souffre d’un certain baronnage, des personnes qui proclament à qui veux l’entendre leur esprit d’ouverture et leur sens de l’accueil, que nenni ! en fait il faut comme dans leur quotidien tyrannique que le monde soit comme il l’entendent.
Provocateur décidemment non... tu fais preuve de méconnaissance et tu portes jugement, encore une fois ! t’ai-je un jour fait pareille réflexion ? tu sais bien que non alors garde toi de porter le moindre avis sur ma personne, tu pensais quoi ? que d’un air contrit et penaud je te remercie de ton accueil ? point n’est besoin que l’on m’invite, je dispose comme tout un chacun de mon droit au dialogue avec une liberté de ton qui dérange et faute d’argument il faut que tu catalogues, comme les autres...
Gardes toi à l’avenir de m’adresser la parole si cela se réduit à manifester ton incompréhension.

Merci.
  
Répondre
Jacky.c
07/10/2008 20:25:33
0
Napoli, tes analyses sont justes et pertinentes, et je suis bien d'acord avec elles.
quand tu oublies ton petit côté provocateur qui énerve, tu es trés interessant à lire.
Merci d'être de retour.
  
Répondre
Napoli
07/10/2008 19:26:51
0
Bel article...

le débat est assez stérile entre capitalisation et répartition car en fait c'est la même chose sous deux noms différents.

Le problème US est largement connu, certains pays d'Europe sont assez mal lotis, en fait on se rend compte que si le citoyen lambda doit assurer son épargne lui même on constate les mêmes effets : sous capitalisation de son épargne, placement en produits à haut rendement mais à haut risque... recul des premiers versements lorsque ceux ci ne sont pas obligatoires (j'ai le temps...) et du coté capitalisation nous avons : gestion étatique, dépenses inconsidérées, amalgame politique, en fait les mêmes erreurs de part et d'autres, normal me direz vous un humain restant ce qu'il est !
On en revient à l'élargissement du débat qui est la responsabilisation et l'éducation au sens large du terme, par exemple dans un cursus scolaire quand les questions sociétales sont abordées ? jamais... l'enfant puis adolescent puis adulte en est remis à ce qu'il peut capter de son entourage, il y 40 ans cette éducation était valable, de nos jours la complexité de nos sociétés est telle que sans éducation préalable le post adolescent laché dans le monde à sa majorité ne connaît rien du système social qui l'entoure...

Voili.
  
Répondre
Smarty
07/10/2008 17:37:33
0
Effrayant ;-(

La crise financière fait fondre les pécules mis de côté par les Américains, qui sont nombreux à se demander s'ils ne vont pas devoir repousser leur départ à la retraite.

Plus de la moitié des Américains craignent d'avoir à travailler plus longtemps pour compenser la baisse de valeur des placements destinés à assurer leur pension, selon un sondage Associated Press-GfK publié la semaine dernière.

Denise Edwards, une habitante de la banlieue de Washington de 62 ans, s'attend ainsi à devoir rester une dizaine d'années supplémentaires dans la vente d'appartements, le capital qu'elle et son mari avaient prévu d'utiliser pour leurs vieux jours ayant fondu: " nous n'avons plus qu'à travailler aussi longtemps que ce sera possible ; et nous allons compter sur nos (deux) filles", regrette-t-elle.

La crise des marchés financiers survient alors que les pensions de retraite traditionnelles sont en train de disparaître aux Etats-Unis. Le fardeau se reporte de plus en plus sur les épaules des particuliers, qui doivent désormais gérer eux-mêmes leur plan de retraite d'entreprise et placer une partie de leurs économies sur les marchés financiers.

En 1980, 60% des travailleurs bénéficiaient d'un régime de retraite traditionnel garantissant les futurs versements, et seulement 17% devaient monter leur propre plan d'épargne, selon le Centre de recherche sur la retraite (Center for Retirement Research) de l'université de Boston. En 2004, 11% des travailleurs disposaient d'une retraite garantie et 61% dépendaient de leur épargne individuelle.

"Je pense que la dégringolade des marchés financiers montre à quel point cette approche de la retraite rend les gens vulnérables", déclare Alicia Munnell, directrice du Centre de recherche.
"Leurs allocations dépendent des variations du marché ; ils peuvent se comporter de façon tout à fait responsable et malgré tout, être durement touchés en fin de compte."

Non seulement les investissements ont perdu 24% à la bourse de New York depuis octobre 2007, mais rien ne dit que les marchés vont rebondir rapidement, malgré l'adoption du plan Paulson de 700 milliards de dollars, destiné à restaurer la confiance dans le système financier. Lundi, le président des Etats-Unis George W. Bush a estimé qu'il faudrait "un peu de temps" pour que ce dispositif porte ses fruits.

Pour certains Américains, la seule solution consiste à repousser leur départ à la retraite.

"Mon Dieu, je vais devoir travailler jusqu'à ce qu'on me mette dans la tombe!", plaisante John Howe, 65 ans. Cet habitant de Kingsville, Texas, avait prévu de prendre sa retraite d'une entreprise de transport en mer et de stockage dans moins d'un an. Mais avec sa femme, enseignante à la retraite, il remet désormais en question son projet de faire construire une maison à Austin. "Si le marché n'est pas remis d'aplomb d'ici un an, un an et demi, et que nos placements et épargnes restent aussi bas, cela posera problème", constate-t-il.

Cherie Miller, 55 ans, a quant à elle pris sa retraite il y a un mois, après 35 ans de secrétariat, mais elle envisage de reprendre un emploi pour payer son assurance santé, en attendant de bénéficier de la couverture vieillesse (Medicare) à partir de 65 ans.

Selon le Bureau fédéral des statistiques sur le travail (Bureau of Labor Statistics), 29% des personnes à la soixantaine finissante travaillaient en 2006, contre 18% en 1985. Au cours de la prochaine décennie, la proportion des travailleurs de 55 ans et plus devrait augmenter à un rythme plus de cinq fois plus rapide que celui de l'ensemble de la population active, estime l'agence fédérale.

Dans ce contexte, de nombreux conseillers en investissement recommandent aux épargnants américains d'examiner leur portefeuille d'actions et d'obligations, pour vérifier si le risque financier correspond bien à leur situation et au nombre d'années qui les séparent de la retraite. AP

Alors en France... Répartition ou Capitalisation ?

Message complété le 09/10/2008 16:09:19 par son auteur.

Remember ... 1929 ! Après la faillite de plusieurs banques et de nombreuses entreprises, l'investissement, la production et la consommation poursuivent leur chute tout au long des années 1930 à 1933. Automobile, bâtiment, distribution... Tous les secteurs de l'économie sont touchés simultanément. La "Grande dépression" a commencé et sa principale conséquence, un chômage massif, met des millions de ménages américains en difficulté. Dans les entreprises, le manque de liquidité, l'effondrement des prix et l'accumulation des stocks amène rapidement à des licenciements massifs. Tandis que la production chute de moitié entre 1930 et 1932, le chômage est multiplié par 3 aux Etats-Unis. Il est passé de 4 millions à 12 millions de demandeurs d'emplois. Sur une plus longue période (1929-1940), on peut parler d'une multiplication par 10 du nombre de chômeurs.

  
Répondre
Napoli
06/10/2008 20:03:06
0
ce passage est délicieux :

""En troisième lieu, il faut "rétablir la santé du patient et s'assurer que ce à quoi nous assistons ne se reproduise pas" mais, sur ce dernier point, "personne ne sait vraiment comment faire", a poursuivi M. Mandelson.""

Ils sont vraiment aussi mauvais qu'on le pense alors...

  
Répondre
YAN141
06/10/2008 19:48:30
0
Heureusement l'anglais délicat évite l'euthanasie ! that's true FILLON
  
Répondre
Napoli
06/10/2008 19:08:56
0
le bon ?

http://actu.voila.fr/Article/mmd--francais--journal_internet--dos1/L-economie-britannique-est-dans-un-tres-mauvais-etat-selon-un-ministre.html
  
Répondre
Napoli
06/10/2008 19:06:37
0
Napoli
06/10/2008 18:59:46
0
Un de mes post sur un forum :
//********************************************************
cela fait 18 mois que l'on disait avec Toro que les banques partaient au gadin...
"ceux qui ont fait des affaires irresponsables (devraient !!) rendrent des comptes" ahhhhhhhhhhhhh le joli discours politique bien creux... du style "nous allons revoir les rémunératis des dirigeants" ou bien "réglementer les parachutes dorés"
Il faut faire plaisir au petit peuple.

Mais putain réveillez vous merde !

l'état qu'il soit Allemand ou Français peut toujours ouvrir sa gueule mais ils ne peuvent rien garantir du tout ! la france par exemple cumule une dette > 60% de son PIB, l'argent qui manque est contracté par emprunt, donc l'état intrinsèquement appartient déjà aux banques ! le serpent se mord la queue, vous ne voyez rien ou vous êtes vraiment débiles ?

la crise actuelle si elle n'a rien à voir avec 1930 est sans précédent, j'avais dis ici même dans un post il y presque 2 ans ! que le jour ou l'affaire arriverait dans le grand public nous n'éviterons pas la panique, rien à voir avec la bulle internet ou la spéculation n'a touché qu'un secteur particulier, l'affaire ici est d'une gravité que vous ne mesurez pas (bêtise ou lâcheté ?).

Imaginez un seul moment ce qu'il peu advenir si d'aventure les liquidités venaient à manquer (déjà le cas...) prenez vous conscience que le règlement des crédits immobiliers est dans ce cas de la petite bière ? la totalité de l'économie tient sur le crédit, quelque soit sa forme : agios, couvertures de découvert, avances diverses...
Imaginez que le supermarché du coin même en pleine santé ne puisse s'approvisionner car ne pouvant payer ses fournisseurs faute de liquidités... imaginez que ce même supermarché est la seule source d'approvisionnent et que tout ce qui était encore d'actualité jusqu'en 1975 a totalement disparu de nos jours : agriculture, campagnes, savoir faire, le tout corrélé à la monté en puissance de la mondialisation...

Guerre civile, exacerbation du racisme, émeutes,… ce scénario vous semble catastrophique ? Souhaitons effectivement qu’il ne se produise jamais.

Quand à ceux qui pensent se couvrir en achetant de l’or physique, ceux la je les attends dans un monde ou le chao régnera en maître ! ils payeront leur cochon ou leurs œufs au prix du lingot, de plus il leur faudra être bien armé pour protéger leur pécule, les sots ! un seul film populaire vous remémorera ce que peut être de vivre dans de telle conditions : »la traversée de paris avec Bourvil et Gabin… » et encore comme dit précédemment nous avons traversés l’atrocité de 2 guerres car nos structures immédiates et de proximités étaient présentent (le monde était rural…) mais maintenant, dans notre monde délocalisé ?

Bonne nuit et faites de beaux rêves.
//*****************************************************
suite, en réponse à un membre qui finalement met fin à mon intérogation "vous êtes vraiment débiles...."
/******************************************************
Pour le court terme un supermarché comme quelques grosses capitalisations ont un cash suffisant.

Le reste de l'économie (comme les banques et les assureurs) serait vite confrontée à une pénurie de capitaux, quelque soit les dépôts bancaires d'un particulier ou d'une société, si la banque qui doit normalement assurer la couverture ne le peu... alors on constatera qu'il n'y a plus rien.

Si un tel scénario venait à se mettre en place l'accélération serait fulgurante et rien ni personne ne pourra enrayer le processus.

Ok avec toi 700 milliards c'est beaucoup mais les banques centrales ont injectées bien plus en quelques semaines sans résultats aucun.

Au point ou nous en sommes plus personne ne maîtrise quoi que ce soit, le système est en suspend et il peu basculer d'un coté ou d'un autre, le sortir de cette crise si il est favorable (ce que je souhaite) va laisser des traces dans nos sociétés et je ne parle pas de l'aspect financier ! le monde a vu et constaté maintenant que le mensonge était de mise, il n'y a plus de lois et encore moins de responsables, bâtir une société ou une économie sur de pareilles fondations est illusoire, la déliquescence est en marche, le chacun pour soit et la violence vont habiter ce monde un peu plus, les extrèmes vont sortir quoi qu'il se passe vainqueurs de cette crise, soyez en sur.
  
Répondre
rockr
06/10/2008 16:58:54
0
Encore un grand merci à l'Amérique d'avoir mis ses prêts à très bas intérêt pour ses concitoyens pas capables de payer !!!
En mettant de côté les émeutes ect ... la famine arrive certe dans certains pays, en espérant que notre belle nation retombe sur ses pattes.
  
Répondre
Smarty
06/10/2008 16:50:56
0
Eh bien, son pronostic toutefois, s'avère exact ( encore une fois )
je me souviens de ses nombreux posts où il mettait en garde ... ( du style ... pitêtre pas le temps de descendre à la gare des 3.800 ... c'est ce qui est en TRAIN de se passer : le TGV vers l'Andalousie !
( le Maroc à 3.500 et l'Afrique du Sud à 2.500 pts !
Moi, je ne sais pas ressortir les anciens Mails >>> napo peut-être ?
Merci les VAD, malgré les financières !
  
Répondre
rockr
06/10/2008 16:42:44
0
T'y vas un peu fort là ... non ??
  
Répondre
Napoli
04/10/2008 20:03:29
0

La crise actuelle est révélatrice de la fragilité du système mondial en place: unicité, uniformité, standardisation, délocalisation, concentration sont les maîtres mots de la pensée globale.

Le plan Paulson en sauveur de la faillite ? 700 milliards de $ afin de soit disant effacer les créances "pourris", les banques centrales ont injectées bien plus que ce montant ces dernières semaines et avec quels résultats ?
Même si rien ne peut être comparable avec le crash de 1930, cette crise risque réellement de faire basculer le monde dans un chao sans précédent, imaginez un seul instant ce que peut être un monde ou l’argent est bloqué... imaginez que le supermarché du coin ne puisse plus s’approvisionner faute de liquidités pour régler ses fournisseurs... émeutes, pillages, guerre civile sont des mots qui me viennent à l’esprit.

Nous avons perdu ce qui était précieux et a permis à l’humanité de traverser toutes les crises: la proximité de nos besoins essentiels et le savoir faire, tout cela est parti ailleurs, a été concentré dés lors notre dépendance est totale, la fragilité de tels ensembles et maintenant bien apparente.
Le mensonge est révélé car acheter ses citrons en argentine certes mais le coût du transport ? en fait nous avons réduits les coûts des matières premières du moins pour un temps... l’Europe via ses aides récurrentes coûte bien plus, beaucoup plus à chaque citoyen que le fait de payer son citron cultivé localement en acceptant d’acquitter le juste prix d’une main d’œuvre locale...
Alors mon idée reste totalement libérale, pour autant je dénie toute forme d’amalgame entre libéral et global, un système pensé de la sorte est de facto un système qui signe son arrêt de mort, la fragilité née de l’unicité elle peu donner une impression de puissance pour un temps mais reste d’une sensibilité extrême à tout évènement exogène.

Voili.
  
Répondre

Forum de discussion General

200810101743 156815
Ma liste