Libéral a bon dos... - Forum General
OK
Accueil  > Communauté   > Forum General

Libéral a bon dos...



OSCARrl
21/10/2008 08:11:21
0
Bonjour Jacky,

Je ne te connais pas mais tu as un bon raisonnement: "Surpopulation planétaire… N’en faisons pas un tabou." N'en faisons pas un tabou, je suis tout à fait d'accord. En général les tabous sont néfastes à l'espèce humaine. Il y a toutes sortes de tabous.
Si Napoli ne veut pas en débattre, c'est son problème. On ne lui en voudra pas s'il ne participe pas.
Sur la surpopulation, il y a énormément de choses à dire. Ce matin, je n'ai pas trop le temps, j'y reviendrai peut-être un de ces jours. Cela risque d'être long car le sujet est bien vaste et concerne beaucoup de secteurs( environnement, la faim, la pollution, la fin de l'espèce humaine...etc).

A+

  
Répondre
Jacky.c
20/10/2008 23:02:27
0
Pas de problème Napoli, à chacun sa sensibilité et ses croyances.
Et il appartient aux autres de les respecter.
A partir de là tout dialogue peut déboucher sur du constructif.
Mais le dialogue n’est jamais obligatoire.
Sinon les deux premières lignes ne voudraient rien dire.

Avec toute mon estime.


  
Répondre
Napoli
20/10/2008 20:36:15
0
salut jacky,

puisque de mon post du bas nous en sommes arrivés à débatre sur la démographie de notre monde voici 2 liens :
lien proposé par l'utilisateur
lien proposé par l'utilisateur

Nous sommes sur un terrain extrêmement glissant et sensible, par nature j'ai toujours des réactions épidermiques lorsque l'on tend à mal s'exprimer sur le sujet, toute idée hégémonique ayant dans mon esprit un écho et un retentissement douloureux...

Je ne souhaite absolument pas m'exprimer sur ce sujet, lisez les liens si cela vous dit mais je vous demanderai s'il vous plait, de renoncer à ce débat.

merci.

Ps : la vie trouve toujours son chemin, l'homme doué de réflexion se prend à penser et croire qu'il pourra un jour dominer la nature, la place de Dieu est unique, nous ne pouvons être à la fois ici et au dela.

l'allégorie de la caverne, Platon :
lien proposé par l'utilisateur
  
Répondre
Jacky.c
20/10/2008 19:42:11
0
Surpopulation planétaire… N’en faisons pas un tabou.


Le seul moyen de sauver (à terme) la planète et l’humanité, (ça va de pair pour nous, humains) c’est de combattre dés maintenant la surpopulation de notre espèce, pour n’espérer des résultats sensibles que dans plusieurs générations.
Il serait donc urgent de nous attabler à cette tâche.
Nous en avons les moyens techniques (depuis une génération seulement) avec le contrôle des naissances. (Je veux parler du contrôle volontaire des naissances qui est le seul acceptable.)
Mais sur ce plan, rien ne pourra se faire sans deux progrès préalables à réaliser de toute urgence au niveau planétaire. (Et on n’en prend pas le chemin).
1) D’énormes progrès dans l’éducation.
2) Un meilleur partage des richesses. (NDLR : Ceci dit sans être de gauche du tout)
Allez donc en effet faire comprendre au milliard d’humains qui crèvent de faim que faire des gamins nuit à leur vie matérielle future tant que ces deux progrès n’auront pas été tant soit peu réalisés.
Il va sans dire que ce ne sera possible qu’en révisant le concept de croissance qu’ont les politiques, les économistes et les affairistes de ce monde.

Il faudra bien un jour abandonner l’idée de croissance basée sur la consommation effrénée y compris à crédit suicidaire, et la remplacer par celle d’une croissance basée davantage sur l’investissement à caractère durable.

Tout cela est possible dans un monde régi par un capitalisme démocrate et intelligent.
Il ne manque plus que l’intelligence et le respect de la démocratie au capitalisme pour nous sauver. (Et ce n’est pas peu de chose)

On peut toujours espérer pour la retraite de nos arrière-arrières petits-enfants.
Mais sans doute suis-je trop optimiste, vu le niveau actuel de nos politiques, de nos économistes et de nos affairistes.

Bons trades à tous en attendant.
  
Répondre
jollyjoker
20/10/2008 15:50:31
0
c'est à partir de ce constat que l'on peut penser qu'un système sain serait celui ou le PIB/habitant augmenterait sans que le PIB augmente:

chaque personne vivrait mieux, sans pour autant augmenter la production totale
  
Répondre
OSCARrl
20/10/2008 15:47:50
0
"je ne dis pas non plus que la faim dans le monde est due à la surpopulation, je dis simplement que si on continue à se multiplier comme ça, on va détriure toutes nos ressources".

La surpopulation est un problème. Il faut nourrir tout ce monde, avec quoi? On va encore détruire des forêts pour faire des terres cultivables? A force, on va détruire la planète. La forêt est un écosystème nécessaire à la vie et au climat. Sans forêts le désert va s'étendre de plus en plus sans compter les dérêglements climatiques. Bonjour les cyclones à répétition!
  
Répondre
jollyjoker
20/10/2008 15:44:55
0
la je suis d accord avec toi Antoine,

la comparaison que j ai faite était de mauvais gout, et je m'en excuse auprès de Napoli notamment.
  
Répondre
Antoine
20/10/2008 15:41:05
0
J'avais compris ton message dans le sens ou tu l'expliques et tonn opinion ne me choque en rien

Par contre ,si tu permets certaines comparaisons et sujets sont a éviter



  
Répondre
jollyjoker
20/10/2008 15:32:41
0
je n'approuve pas le massacre des juifs, bien au contraire, c'est pour ça que je dis qu'il ne faut pas faire la chasse au coupable comme en 33, parce que sinon ça va finir pareil.

je ne dis pas non plus que la faim dans le monde est due à la surpopulation, je dis simplement que si on continue à se multiplier comme ça, on va détriure toutes nos ressources

relis moi tu verras !
  
Répondre
superbitos
20/10/2008 15:26:20
0
jolly,

les forums ne sont pas fait pour des gens racistes et sectaires comme toi.
Te rend tu compte que tu approuve le massacre des juifs et que la faim dans le monde est du à la surpopulation alors l'europe impose des cotas pour l'agriculture ?
Normal que tu te fait "insulter"
  
Répondre
jollyjoker
20/10/2008 14:06:01
0
Lapalissade !

Merci Kagi-trader, tu m'as appris un mot aujourd'hui!
  
Répondre
kagi-trader
20/10/2008 13:35:51
0
Si elles avaient le choix. Elles n'avaient qu'à pratiquer des taux plus élevés que les concurrents. C'est la honte de ne pas se faire de l'argent facile qui les a poussé à manger le gâteau avec les autres! Les banques ont une grosse part de responsabilité.
Quant aux politiciens, ils sont irresponsables, mais ça c'est une lapalissade en soi.
  
Répondre
Napoli
20/10/2008 09:36:41
0
Alors la le jolly tu es dans la dérive la plus totale...

Tu ne me donneras aucune leçon sur l'Allemagne de 1933...

Il ne s'agit pas de punir mais de juger, la nuance t'échappe peut être et cest bien dommage, les freins existes : la loi, point final, pourquoi réinventer la roue ?

Coupables de mensonge et parjure, la plupart des responsables de la finance planétaire ont construit un système d'ont il savait de manière certaine qu'il allait dans le mur, si tu gères à titre individuel une société (SARL ou ce que tu veux) et que ton comportement est à ce point déviant au regard des règles comptables et autres je peux t'assurer que pour toi la loi s'appliquera sans coup ferrir et avec une saine logique.

Tu me prends pour qui machin ? un père fouetard ? avant d'essayer le dialogue commence par lire un peu et avoir une idée qui te soit propre.

Ciao Anguri.

Pas la peine de répondre tu me gonfles, c'est clair ?
  
Répondre
kagi-trader
20/10/2008 09:26:42
0
et les banquiers, ils ont le droit d'être cons, de ne pas contester, de pas dire aux politiques "notre métier, blabllabla... allez vous faire voir, messieurs les politiciens". Naaaannnnn, tous complices et incompétents. Voilà.
-3 à la caisse d'épargne.
Encore 40 ou 50000 punitions pour remettre de la confiance dans le système financier!
  
Répondre
jollyjoker
20/10/2008 09:06:19
0
"l’occasion est rêvée de mettre un frein durable à ces exagérations en faisant jouer les vrais leviers qui sont les garants de nos libertés, je pense notamment aux applications et mesures légales qui pourraient et devraient être prises à l’encontre des différents protagonistes ayant participés au désastre risquant par leur attitude prédatrice de faire basculer de monde dans un chaos sans précédent,"

Punissons... trouvons les coupables... 1933, en Allemagne: les coupables, ce sont les juifs. cette fois ci, qui sera désigné!

Et puis, coupable de quoi ? De la baisse de l'immobiler, ou du système des subprimes?

Si c'est le second le problème, les coupables sont tout trouvés comme le dit Oscar, ce sont les politiques qui ont créé ce système, pas les banques!
  
Répondre
kagi-trader
19/10/2008 18:38:05
0
ouah. Le premier post hyper sérieux de Oscar! ça se fête!
Il a bien fait de quitter Z
  
Répondre
OSCARrl
19/10/2008 16:03:53
0
Au risque d'en choquer certains, influencés par des médias qui n'y connaissent vraiment pas grand chose, pour ne pas dire strictement rien du tout, la perte de trading de 600 millions d'euros enregistrée par la caisse d'épargne n'est, comme il a été signifié par cette dernière, qu'un " incident ". Evidemment aux yeux du " bon peuple " qui ne comprend strictement rien aux marchés financiers et à son fonctionnement, cela peut paraître énorme. Mais en fait, ce n'est pas grand chose, et chaque jour, les TRADERS des banques du monde entier gagnent et font gagner des millions d'euros sans que les médias n'en parlent.

Les médias, particulièrement excités par tout ce qui touche à la Bourse actuellement, se délectent évidemment de ce genre d'incidents en mélangeant tout. Les politiques, donc l'illustre SARKOZY, emboîtent évidemment toujours le pas avec un aspect démagogique toujours aussi flagrant, à la limite du populisme pur et dur. Il se pose encore et encore en sauveur de l'humanité, et ce afin de tenter de régler son énorme problème affectif. Le " petit garçon " veut en effet se faire aimer coûte que coûte.

Ces 600 millions de pertes ne représentent donc rien à côté des gains faramineux engendrés chaque jour par la planète financière en matière de trading. Mais les médias ne s'intéressent évidemment qu'aux trains qui n'arrivent pas à l'heure. C'est bien plus croustillant, et à l'heure ou le " bon peuple " rame, cela permet de ratisser très large.

La problèmatique actuel, et c'est bien ce qui pose un énorme problème aux politiques en place, c'est que les marchés sont aux mains des TRADERS du monde entier. Il n'y a pas un seul investisseur sérieux et averti qui veut en effet se risquer à investir aujourd'hui en Bourse. Les TRADERS, et donc les banques, font la pluie et le beau temps, en " s'amusant " à faire descendre ou monter les cours comme ils l'entendent. A ce jeu là les gains peuvent être évidemment faramineux, et le sont effectivement, même si de temps en temps il y a forcément quelques incidents qui se produisent. On ne peut pas gagner à tous les coups, tout comme une entreprise ne peut pas remporter tous ses contrats.

Il faut donc cesser cette hypocrisie malsaine largement entretenue par les médias, et dont les politiques se servent à des fins électorales. La France, à la tendance communiste déjà bien affirmée, n'a pas besoin de cela pour s'enfoncer encore plus. Mais ce qui peut être surprenant, encore que, c'est que c'est celui qui voulait " américaniser " la société française en la décomplexant, à savoir SARKOZY une fois encore, qui tire à présent à boulets rouges sur le " capitalisme ". Mais en " bon " politique qui se respecte, ROLEX au poignet en plus, il n'est évidemment pas à une incohérence près. On l'excusera cependant, dans la mesure où il n'y connait strictement rien du tout en matière économique, et qu'il a toujours rêvé d'être un milliardaire qu'il ne sera jamais. Le petit avocat, qui parle beaucoup, mais ne sait pas compter, a donc des raisons d'être frustré par rapport aux financiers de la planète, qui auront toujours un tour d'avance.

Les seules pertes engendrées aujourd'hui par les banques sont celles liées aux fameux " supbrimes ". " Subprimes " mises en place par les seuls politiques, et qui faisaient également fantasmer SARKOZY durant sa campagne lorqu'il criait haut et fort qu'il souhaitait une France de..." propriétaires ". A ce jeu là, tous les politiques se sont brûlés les doigts, et s'il y a des responsables à trouver actuellement, c'est bien de leur côté qu'il faut regarder et pas ailleurs.

Chacun sa place.

  
Répondre
Napoli
19/10/2008 14:29:52
0
Bretton Woods et le "Bancor", l’esperanto Européen en matière de finance et de monnaies.

Pour ma part la série de sommets annoncée est un des signes de la faiblesse Européenne et de la position toujours ambiguë des Américains, les fameux accords ayant précipité le monde vers la globalisation ainsi qu’une concurrence qui sera toujours faussée, notons que peu après Galbraith eu enfin la révélation de l’axiome ! Le Bancor idée simple voire simpliste aurait été seule garante d’un équilibre libéral, las ! L’Europe en position de faiblesse signa des deux mains un contrat léonin ou les accords commerciaux internationaux furent retirés du débat.
Le plan Marshall suivi en 1947, l’aide accordée à l’Europe fut une arme à double tranchant, la contrepartie étant l’obligation faite aux récipiendaires de consommer made in US, le vers était dans le fruit dés l’origine.
Depuis d’autres événements d’importance ont enrichis la situation mais le contrat prévaut toujours, la finance s’étant substituée à l’industrie.
Ce qui arrive à DSK est révélateur des tensions qui existent, cette affaire banalement humaine de népotisme coïncide avec la déclaration d’intention des pays de la CEE de transférer un pouvoir de supervision des marchés vers le FFMI...
nous accusons toujours un retard conséquent en terme compétences transactionnelles envers les états unis.
Les excès et protubérances financières des "subprimes" ne sont qu’une résultante d’une crise bien plus profonde et majeure, cette dernière ayant comme sous jacent l’émergence de pays à la force et l’ambition naissante et à la distorsion des forces économiques sous doctrine Américaine se targuant de libéral et en fixant les règles, sur ce point l’anachronisme est total...
Voila maintenant que nous réclamons un Bretton Woods bis ! dans un monde ou la seule garantie de stabilité est l’idée libérale quelles sont les mesures qui vont être adoptées garantissant une quelconque transparence ? aucune ! sans jouer les cassandre il est évident que toute forme de régulation entreprise sera faite avec une absence de moyens à suivre qui entraînera de facto une dilution de la chose écrite l’exception étant l’alliée de la règle !
L’idée de fond actuelle est de dire que le libéralisme a trouvé ses limites, que l’absence de règles a engendré ce désastre, alors régulons et nous aurons les résultats précédemment cités, je laisse à Galbraith le soin de s’émerveiller et découvrir les préceptes humains qui ont émergés en même temps que l’homme, pour ma part je préfère ma libre conscience individuelle au service d’un collectif... et non l’inverse...
Il ne faut pas se tromper de cible, l’idée libérale ne peut être amalgamée avec une quelconque hégémonie économique ou politique, elle est la coupable désignée actuelle de ceux qui l’on si mal étreint et de tous les autres qui l’ont toujours reniée, ces derniers étant certainement les pires car ce sont eux les freins du véritable libéralisme, ils se servent de leur haine à cette idée comme un slogan et n’ont de repli que vers une argumentation politique ou l’état (?) serait le seul garant de l’équilibre.
Dans ce cas nous irons vers l’idée du pire, celle qui sous-tend que certains hommes ont la faculté de penser pour d’autres, que réguler un système c’est prémunir la masse de ses excès, nous abordons la des thèmes d’un autre âge, la déresponsabilisation ajoutant du renoncement de l’individu au dépend d’un collectif, ouvrant ainsi la porte aux pires excès à venir.
Nous soignons actuellement les plaies (ou tentons de le faire) des excentricités de la finance mondiale, l’occasion est rêvée de mettre un frein durable à ces exagérations en faisant jouer les vrais leviers qui sont les garants de nos libertés, je pense notamment aux applications et mesures légales qui pourraient et devraient être prises à l’encontre des différents protagonistes ayant participés au désastre risquant par leur attitude prédatrice de faire basculer de monde dans un chaos sans précédent, jamais nos civilisations ont été aussi fragiles et dépendantes, au même instant jamais la conscience et l’esprit réflectif humain n’a jamais été aussi avancé, de grâce ne faisons pas marche arrière !
Les relais naissant que sont internet et la véhiculation de l’information ainsi que l’éducation au sens large permettent au citoyen lambda de n’importe quel pays de s’affranchir de toutes enclaves, malgré le musellement de la presse et de l’information il est facile de constater que les contre-pouvoirs naturels se mettent en place, quelle que soit la puissance et les moyens d’un individu, système ou état, cette force naturelle se dresse, dénonce et infléchi toute idées tendant à nuire à la liberté, souvenons nous de l’apartheid, du bloc soviétique... l’effondrement de ces abominations s’étant faite par la conscience et le déni collectif mondial, l’éducation et la prise de conscience globale grâce à la responsabilisation et la libéralisation de chaque individus, la pierre fait le mur pas l’inverse...
Je n’attends ni n’espère rien de la mascarade politico financière en cours, et de voir notre cher président et sa ministre de l’économie s’indigner de la perte récente de 600M€ de la caisse d’épargne ne me fera pas infléchir dans mon idée, alors quoi, ils découvrent le système ? si c’est le cas seul le mot incompétent peux les qualifier, et vous voudriez que je m’en remette à ces gens ? pour faire bonne mesure n’oublions pas les partis opposants au pouvoir en place dont les réactions épisodiques et soubresauts d’humeur toujours dirigés vers des individus en lieu et place d’une analyse de fond de la crise ne les grandis pas dans leur rôle de force d’opposition nécessaire au libéralisme... car c’est la qu’est la défaillance principale, le renoncement individuel et de facto collectif à toute critique constructive et participative au détriment d’un esprit clanique, un mal remplaçant l’autre.

Voili.
  
Répondre

Forum de discussion General

200810210811 157798
Ma liste