La Grèce, ou est la surprise ? - Forum General
OK
Accueil  > Communauté   > Forum General

La Grèce, ou est la surprise ?



Napoli
14/05/2011 05:14:59
0
Salut Jipes et Lupo,

Pour ma part je n'ai jamais eu ni le courage ni la volonté et encore moins l'envie de quitter ma méditerranée.

Tu soulèves un problème de taille Jipes en parlant de l'europe comme tu le fais.
C'est la problématique actuelle, il n'est pas possible d'émettre ne serait ce qu'un doute au sujet de la conduite des affaires de l'europe, sans passer pour le négationniste de service.

Barroso n'est qu'un épouvantail, celui que l'on agite faute de mieux, il est la pour instiller la peur, élément nécessaire à la déculturation générale.
C'est la tactique de la terre brûlée.

Je renvois une fois de plus à l'article de Michel Gabrysiak sur la société Carrefour, qui simplement décrit la déstructuration d'un groupe par ailleurs prospère, au seul avantage de fonds de pensions qui n'ont d'autres but que d'en tirer un profit immédiat.
Il en va de même avec les états, les marchés financiers imposent leurs règles, il n'est pas permis de douter de la validité de ces dernières. La aussi, l'objectif est d'en tirer un profit financier immédiat en démantelant des pays et en asservissant leurs peuples.

Peut importe la Grèce et son passé, c'est l'exemple qu'il faut retenir, l'avant était critiquable mais assurait à tout le moins du travail et une vie relativement prospère. L'après est une abomination, une déculturation générale, le chaos social et toute la violence qui en résulte.

Sentant poindre les adeptes d'un modernisme à tout crins, je précise que mes propos ne sont pas animés de réminiscences nostalgiques, il s'agit de prendre en compte les éléments actuels et savoir en tirer toutes les conclusions objectives nécessaires.
Au jeu des comparaisons notre monde actuel est un échec sur le plan social, mais comment en serait-il autrement ?

Je suis usé d'entendre des hommes politiques - dont le relais est assuré par une presse morne et mécanique - fustiger tous ceux qui ne sont pas de leur avis. Pour arriver à leur fin, ils tentent de marginaliser toutes les opinions contraires à leur projet.
Est taxé d'antieuropéen, quasi raciste, irresponsable à n'en point douter celui qui n'adhère pas à l'europe telle qu'elle nous est proposée.

Pour ma part ce n'est pas demain la veille que je donnerai la moindre caution à une Europe qui tend à détruire plus qu'elle ne rassemble.
Souvenons nous du référendum sur le traité européen, 55% de non en France, la messe était dite ? sûrement pas, il fut imposé par voie parlementaire.

Une piqûre de rappel de la carte de France qui s'exprima sur ce référendum, pour dire si nous sommes entendus !
  
Répondre
jipes
13/05/2011 23:56:54
0
Moi aussi Lupo, je me rapproche du bassin méditerrannéen ou plutôt, je le vis dans ma vie de tous les jours bien je sois à 400 km des côtes les plus proches.

Pour moi, la Grèce et l'Italie sont indissociables. Dès que j'arrive à Vintimille, dans la Vallée d'Aoste ou à Domodossola ou sur une île grecque, je me sens chez moi. Mille sons provenant de mandolines ou de bouzoukis imaginaires me réchauffent alors le coeur.

Irène Papas, Mélina Mercouri et Sotiria Bellou. Ces trois femmes ont représenté pour moi la Grèce du 20ème siècle.

Si tu peux capter la chaîne "Ert world", je te conseille de voir chaque samedi soir aux alentours de 22 h 30 / 23 h une émission de variété qui te fera certaines fois vibrer et même participer aux chants, aux danses et à la chaude ambiance qui règne alors sur ce plateau de télévision. A chaque fois, on a droit à deux à trois heures de bonheur.

A la semaine prochaine
  
Répondre
Lupo
13/05/2011 23:10:38
0
Plus je vieillis et plus je me rapproche du bassin méditerrannéen.
La pensée va plus vite que le physique. C'est pourquoi je suis encore dans ma belgitude. Triste belgitude. Triste mais belle car je suis de ceux qui ont l'optimisme dans le coeur.

En parlant de Mikis, tu m'as fait pensé, bien évidemment à Zorba. Irène Papas et cette musique si chaude, si tendre, si humaine, etc...

Te souviens tu : "Patron, tu veux que je te dise...je n'ai jamais aimé un homme comme je t'aime" Le tout, si j'ai bonne mémoire.

Bon Week end à vous, Jipes, Napoli, Stauffenberg et tous les autres.
  
Répondre
jipes
13/05/2011 22:14:44
0
Bonsoir Napoli,
Bonsoir à tous,

J'en reviens à certains discours que je tenais il y a quelques mois à savoir que cette formidable aventure que celle de l'UE, que certains portent aux nues, s'est construite au détriment du facteur humain et dans le but de satisfaire le grand capital et quelques politiciens qui n'y ont toujours rien compris.

Cette Europe, je l'ai rejetée et il en sera toujours ainsi tant qu'on n'aura pas fait la grande lessive.

Monsieur Barroso peut pavoiser, quel hypocrite ! Il ne pouvait pas ne pas savoir ce qui se passait dans son propre pays et qu'a-t-il fait du haut de son nid bruxellois ? Rien !
A ce jeu, il n'est pas le seul. Certains, dont notre Président et Monsieur Juncker entre autres,
ont voulu donner des leçons à la Suisse (en particulier à son système bancaire); j'ai le plaisir de vous annoncer que la Suisse se porte très bien. La Suisse, réunion de plusieurs cantons (ayant chacun valeur d'Etat) aurait dû être un exemple pour l'Europe. On a préféré la snober. Quelle erreur.

Une parenthèse que j'adresse à Mme Merkel et à MM. Sarkozy, Trichet, Barroso et tant d'autres,
comment avez-vous résolu le problème des "bonus" ?

Pour la Grèce, l'Irlande et le Portugal, on se croit revenu au temps de l'Occupation ! S'il n'y a pas de présence physique à cette dernière, elle est bien là et telle une pieuvre elle étend ses tentacules à l'intérieur de chacun de ces pays.

Alors, il devient normal que les habitants de ces pays se rebiffent et je les encourage à le faire. Je ne leur apporte qu'un soutien moral mais je l'apporte.

Il est facile de dire que la Grèce a triché en entrant dans l'UE. Mais étant donné que chaque adhésion a été soigneusement étudiée, ce seraient plutôt les énarques, les bureaucrates et les technocrates bruxellois qu'il faudrait fustiger.

Que la Grèce sorte de l'Euro, si c'est la condition pour qu'elle retrouve une paix intérieure, elle le fera. Le monde et l'Europe continueront de tourner.
Et plus important, la Grèce restera toujours le pays des grands philosophes, le pays d'oû est née la démocratie et le pays qui vibre au son de la musique de Mikis Théodorakis.

Pour le monde de la finance, ce sera une péripétie, une de plus. Une réaction boursière à la baisse bien vite corrigée. Seules quelques banques pourraient en faire les frais mais elles ont des réserves !

Bon week-end Napoli
Bon week-end Lupo et stauffenberg
Bon week-end à tous

P.S. j'ai déjà envoyé ce texte sur la file de ljacobus
"Faut-il craindre une faille des états de l'UE" ?
  
Répondre
Napoli
13/05/2011 21:41:38
0
Salut Jamas,

Non je n'écoute pas la radio, ne regarde pas les journaux télévisés, lis seulement le Monde, ce qui est écrit est de la production maison.
Il suffit d'observer pour se rendre à l'évidence, l'europe a été faite pour ressembler aux US, et avec beaucoup d'innocence et de légèreté, pensant que le fait d'intégrer l'UE permettrait aux pays tels que la Grèce de jouer dans la cour des grands.

Les Gréciens comme disait ce cher Bush (le fils), sont sympathiques au demeurant mais comme je le dis plus bas, qu'attendre de ce pays ? quels sont ses possibles ? dans le contexte international, aucun…

Le plus tragique, c'est que si la Grèce n'avait pas intégré l'UE, ce serait aujourd'hui un pays dont les finances seraient certainement à l'équilibre.

Comme le dit Stauf, les US avec le pouvoir que leur confère le dollar peuvent se permettre bien des choses, d'autant plus qu'ils maîtrisent depuis toujours tous les rouages de la finance.

La seule chance de l'europe c'est d'être fédérale, sans cela c'est à minima une europe à 2 vitesses mais je vois plutôt un éclatement de la zone euro.

Message complété le 13/05/2011 21:55:25 par son auteur.

Je prends connaissance de l'édito du jour de Michel Gabrysiak : lien proposé par l'utilisateur.
Cela traduit parfaitement mes propos, il parle de Carrefour avant et après l'entrée de prédateurs que sont les fonds de pension.
La Grèce et le reste du monde nous sommes victimes de l'immédiateté de faire de l'argent.

  
Répondre
Jacky.c
13/05/2011 21:04:05
0
Oui c'est Neuschwanstein.
Superbe contrée que cette haute Bavière.
Il faut partir de Lindau sur le lac de Constance et prendre la route touristique des Alpes.
On suit grosso-modo la frontière autrichienne et l'on arrive à la ville de Mozart.
350 Km de plaisir.
J'aime beaucoup LINDERHOF aussi.
  
Répondre
jamas
13/05/2011 10:59:07
0
En parlant d'une Europe fédérale, ce matin sur BFM Business, l'interview par Stéphane Soumier de l'économiste Christian Saint-Etienne. Ce dernier était invité pour parler de son livre, récemment sorti, "La fin de l'euro".
J'ai attrapé l'interview en cours de route... mais il est possible que tes propos Napoli aillent dans le même sens que ce monsieur.
Il parlait entre autres d'une Europe où l'on retrouve dans un camp l'Allemagne, l'Autriche et les Pays-Bas avec une politique industrielle puissante ; la France, l'Italie, l'Espagne (et un quatrième dont ma mémoire ne se rappelle plus) ayant opté pour le parti de la consommation ; sans parler des pays sur-endettés dont fait partie la Grèce.
Selon lui, et il n'est pas le seul à penser de la sorte, l'Euro des années 2000 est né sans base solide, à savoir entre autres une harmonisation des lignes directrices des pays. Alors que les 35h nous font consommer (quand on en a les moyens), nos voisins travaillent pour relancer la machine.
La cigale et la fourmi ne sont pas bien loin...

Si besoin est : lien proposé par l'utilisateur

Bonne journée à tous.

PS : Jacky, c'est le château de Neuschwanstein ?
  
Répondre
Napoli
13/05/2011 08:40:09
0
Bonjour Maîtres Stauffenberg et Jacky,

Un comme l'autre vous serez accueillis avec une cuisine abondante, une visite guidée de Nice, un tour au marché de Vintimille, mon calvaire quotidien en bref…

L'année prochaine il y aura la piscine à la maison, je n'ai pas pu pour cette année, pas assez de temps. Si je parle de la piscine, c'est qu'il aura juste à coté une cuisine d'été, c'est mon concept pour bronzer serein !

Pour Jacky, non je ne cherche pas à provoquer, c'est mon ton, il est direct et comme tu le dis il m'a déjà valu de belles inimitiés, encore actuellement dans mon nouveau job, mais j'assume car ceux qui m'apprécient sont des gens enrichissants.

Quant à Arnaud, tu viens quant tu veux, il y a un "paquet" de murs et d'aménagement sur le terrain à réaliser, et je te sais grand spécialiste dans la rénovation des vieilles pierres et châteaux, quelques dizaines de mètres de murs de restanques ne devraient pas t'effrayer outre mesure !
  
Répondre
menfin
13/05/2011 08:31:05
0
AG2R , mutuelle obligatoire pour les ouvriers de la boulangerie pâtisserie , ça pue mais alors ques que ça pue , curieusement aucun journalistes n'y a mis son gros nez , puraient eux aussi ...
  
Répondre
stauffenberg
13/05/2011 08:11:04
0
Bonjour Maître...

Je souscris pleinement et entièrement à cette analyse...

Mes Maîtres , bien le bonjour !!!
  
Répondre
Jacky.c
13/05/2011 08:06:08
0
Salut Napo,

Méfies-toi quand même,

"Celui qui dit la vérité, il doit être éxécuté" (vieil air connu)

J'en connais ici qui vont te tirer dessus, mais je sais que tu aimes çà.

A un de ces jours, ma retraite approche et je vais avoir un peu de temps pour moi.
  
Répondre
Napoli
13/05/2011 03:18:21
0
La Grèce est l'exemple parfait de l'impossible adéquation d'une Europe non fédérale.
C'était difficile à prévoir ? : lien proposé par l'utilisateur tout comme la socialisation des dettes du privé annoncée dès 2007 (je n'ai plus le lien).

Que reproche t'on à la Grèce que nous ne puissions nous reprocher à nous même ? un état dispendieux, irréformable de part la complexité de ses structures administratives et de la puissance électorale de ce corps administratif épart ?

En France :
- aucun gouvernement n'a jamais su le nombre exact de fonctionnaires oeuvrant ou dépendant de Bercy

- l'éducation nationale, ce mammouth indégraissable, 6ème employeur mondial, qui ne sert plus à rien, sauf à être considéré comme une garderie géante pour enfants de plus en plus attardés

- une stratification de l'administration dont une enquête récente a révélée qu'un simple dossier administratif était traité 5 fois à minima

- un coût des traitements administratifs effarant, une commune moyenne lorsqu'elle commande un simple stylo le paye au prix de monsieur tout le monde certes, mais le traitement de la commande est de 85€ en moyenne !

- un endettement écrasant

- un système social qui ne ravi plus que les benêts, onéreux tout autant qu'inaccessible pour une majorité de citoyens qui ne peuvent s'offrir une couverture complémentaire privée (mutuelle)

- un entêtement à s'isoler dans des productions industrielles militaires, le Rafale étant l'étendard de cette gabegie, qui ne sert qu'à alimenter le besoin financier des partis politiques en quémande de moyens

- un empilement des administrations locales : mairies, canca, agglomérations de communes, conseils généraux, conseils régionaux, et toute une série de nébuleuses qui gravitent autour de ces trous noirs administratifs

- un taux d'imposition qui nous place dans le peloton de tête des plus ponctionnés

- une surtaxation des entreprises avec un cortège de prélèvements qui s'apparente clairement à un racket organisé

- une corruption à tous les étages

- une justice étouffée par l'appareil politique et dont personne ne sait plus à quoi elle sert réellement, tellement la vétusté des lois et le manque de moyens sclérose l'appareil judiciaire

- une police répressive, omniprésente sur les routes, machine à encaisser du fric, sans résultats aucun, mais absente partout ailleurs ou nous en avons besoin

- un appareil syndical corrompu et d'une rare médiocrité

Je vous laisse le soin de prolonger la liste.


L'europe, si l'on exclu l'Allemagne, la France, l'Angleterre, l'Italie, l'Espagne (ça baisse très vite !) que viennent apporter les autres pays de l'UE ?
Qu'attendre de l'adhésion à l'Europe d'un pays comme la Grèce ? sinon à les obliger au même schéma qu'on étés obligés de suivre tous les états de la planète : délocalisations, surendettement, fuite en avant.

Le seul défaut réel de la Grèce étant dans la limite de ses moyens, dans ses réels possibles.

Les marchés servis par des agences de notations qui imposent leurs règles à l'entier du monde sont de beaux hypocrites.
Ils prêtent à la Grèce, mais sans rire, ils comptaient vraiment être remboursés un jour ou bien avaient-ils fait le pari que les citoyens assumeraient les inévitables défaillances ?
Doit-on s'interroger tant la réponse est évidente…

Finalement j'ai pris le parti d'en rire, surtout en lisant des articles ça et la, véritables pensum sur le comment du pourquoi de la situation actuelle.
Comme si tous ces pseudos journalistes ou économistes découvraient avec stupeur la réalité de ce monde, qui continuent de se perdre dans des analyses d'une rare indigence, salauds aux ordres ou véritables cons ? Certainement les deux mon colonel !

La Grèce va mal car le monde va mal, car nous avons cédé une place incroyable à la finance, les années 80 marquant le début de la transformation des états en entreprises.

Quand un état a-t-il été rentable aussi loin que l'on puisse regarder ?
  
Répondre

Forum de discussion General

201105140514 228780
Ma liste