OK
Accueil > Communauté > Forum General

M. Schäuble



moisankarl
05/06/2012 16:51:03
0

UE: Berlin va proposer un programme de croissance sans relance - document
Le ministère allemand de l'Economie a élaboré un programme de croissance pour l'Europe, dont l'AFP a obtenu copie mardi et qui appelle essentiellement à "exploiter le potentiel du marché commun" et les Etats membres à s'atteler à des réformes.

Ce document de huit pages doit à la fois être soumis à la fin du mois aux partenaires européens de l'Allemagne, dont beaucoup comme la France réclament avec insistance des mesures de stimulation de la croissance pour accompagner les politiques de rigueur budgétaire à l'ordre du jour en Europe.

Il doit aussi servir de base aux négociations avec les partis allemands d'opposition, dont Berlin essaie d'obtenir le soutien pour le vote au Bundestag du pacte budgétaire dans les semaines à venir.

Orthodoxie budgétaire et croissance sont "deux faces d'une même médaille", selon ce document, qui reprend une des formules favorites de la chancelière Angela Merkel ces dernières semaines.

Mais "la croissance pérenne ne s'achète pas avec des programmes de dépenses publiques, ni avec des interventions étatiques qui biaisent la concurrence, ou avec une politique monétaire trop expansive", poursuit le texte.

Les mesures et projets proposés, réunis sous cinq chapitres, consistent donc essentiellement soit en suggestions de réformes à faire par les Etats eux-mêmes, soit en un appel à une meilleure utilisation des ressources et des mécanismes européens existants.

Les pays de l'UE sont ainsi invités à "mettre en place des conditions favorables à l'activité entrepreneuriale", avec une administration compétente; à accélérer les privatisations; à réformer leur marché du travail.

Au niveau européen, "le marché du travail et de l'apprentissage doit devenir plus transparent". La commission doit à cet effet renforcer le réseau de placement Eures, écrit le ministère tenu par le libéral Philipp Rösler.

De manière générale, "il faut continuer à exploiter le potentiel du marché commun", par exemple par le biais d'une meilleure connexion des marchés de l'énergie, la stimulation du commerce en ligne ou encore la construction de réseaux à bande large.

Les services de Philipp Rösler font également campagne pour "une meilleure utilisation des fonds européens" au service d'une amélioration de la compétitivité. Ainsi "les projets d'infrastructure doivent s'orienter vers un besoin effectif", et la Commission européenne et la Banque européenne d'investissement (BEI) accorder un soutien technique à leur réalisation.

Berlin précise que "le capital de la BEI pourrait être augmenté de 10 milliards d'euros".

Le document appelle aussi à la mise en oeuvre "rapide" du projet-pilote d'obligations européennes dédiées aux grands projets ("project bonds").
  
Répondre
moisankarl
24/05/2012 18:18:46
0
J'adorre la rhétorique


Schäuble: Paris et Berlin doivent éviter de donner l'impression d'un désaccord
Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a indiqué jeudi qu'il vaudrait mieux que Paris et Berlin fassent preuve d'un peu plus d'harmonie en public, les deux pays s'étant engagés à trouver un terrain d'entente.

"Nous ne devons pas donner l'impression qu'il existe des désaccords fondamentaux", a expliqué le ministre, ajoutant qu'il était d'accord sur ce point avec son homologue français, Pierre Moscovici, alors qu'une grande nervosité règne toujours sur les marchés financiers, ce qui a affaibli l'euro.
  
Répondre
moisankarl
21/05/2012 19:32:24
0
Eurobonds: les Allemands et les Français campent sur leurs positions
Les dirigeants européens, qui se réuniront mercredi pour un dîner informel à Bruxelles, essaieront de résoudre leur différend sur l'intérêt d'émettre ou non des obligations communes à la Zone Euro pour servir d'antidote à la crise de confiance dont souffrent les pays membres de l'union monétaire, a déclaré lundi le ministre français des Finances, Pierre Moscovici.

Le ministre s'exprimait à l'issue d'une réunion à Berlin avec son homologue allemand, Wolfgang Schäuble, leur première depuis l'entrée en fonction du nouveau gouvernement français la semaine dernière. Pierre Moscovici a expliqué qu'ils avaient débattu de plusieurs questions, parmi lesquelles celle des euro-obligations, mais que les deux pays n'avaient pas modifié leur point de vue respectif.

"Notre discussion n'a pas permis de dépasser les traditionnelles positions allemande et française", a-t-il déclaré.

Interrogé, Wolfgang Schäuble a préféré éluder la question et déclarer que l'Allemagne soutenait depuis longtemps les efforts destinés à améliorer la façon dont l'Europe distribue ses fonds structurels.

Lors de leur première réunion officielle la semaine dernière, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande sont convenus de mettre sur la table toutes les idées consacrées à la relance de la croissance avant le prochain sommet européen. Pierre Moscovici a indiqué que l'agenda du dîner informel prévu à Bruxelles la semaine prochaine, organisé pour préparer le sommet, incluait des débats sur la relance de la croissance, notamment par le biais d'obligations communes à la zone euro, d'obligations émises pour des projets spécifiques et d'efforts pour créer une taxe européenne sur les transactions financières.

L'Allemagne s'oppose à la création d'euro-obligations, qui serviraient d'instruments financiers pour lesquels toute la zone euro serait garante. Berlin estime que cela ferait baisser les taux d'intérêt des pays les plus fragiles sans qu'il soit au préalable exigé d'eux qu'ils assainissent leurs budgets et réduisent leurs dettes.

Paris estime pour sa part que ces titres permettraient à l'Europe de lever des fonds pour financer des projets destinés à créer des emplois et à limiter les spéculations de marché visant certains pays membres en particulier

Message complété le 22/05/2012 09:21:38 par son auteur.


Moscovici met en garde contre tout scénario de sortie d'Athènes de l'euro
Satisfait du message "très positif" de Berlin sur la Grèce, le ministre des Finances Pierre Moscovici prévient, dans un entretien à l'AFP, qu'une sortie d'Athènes de l'euro provoquerait une contagion imprévisible et qu'il faut donc "tout faire" pour l'éviter.

Lors de la première rencontre de Pierre Moscovici avec son homologue allemand Wolfgang Schäuble, lundi à Berlin, les deux hommes ont promis en choeur de "tout faire pour garder la Grèce" dans la Zone Euro.

"C'est un discours très positif de la part de Wolfgang Schäuble", s'est réjoui, dans l'avion le ramenant à Paris, le patron de Bercy, "satisfait" de son entretien.

"Chacun peut être inquiet pour la Grèce, et nous le sommes. Mais une sortie de la Grèce provoquerait une contagion de la crise dont l'ampleur n'est pas prévisible et peut-être pas maîtrisable", met-il en garde, pour mieux rejeter ce scénario.

Pour Pierre Moscovici, "il faut tout faire pour qu'il y ait, après les élections du 17 juin, un gouvernement grec favorable à la zone euro et qui s'engage à faire le nécessaire pour rester dans la zone euro".

Comment, puisque, comme le reconnaît le ministre, ce sont in fine les Grecs qui trancheront par leur vote? "Il faut tout faire pour aider les forces pro-européennes et pro-euro en Grèce", en proposant notamment "des mesures pour relancer la croissance et redonner espoir aux Grecs", répond cet Européen "convaincu", assurant parler un "langage commun" avec le ministre allemand.

"Il faut retrouver l'espoir, or il n'y pas d'espoir en Europe sans croissance." Voilà donc le thème phare du président François Hollande: la croissance. Sur ce sujet aussi, Pierre Moscovici est satisfait de sa première visite berlinoise.

"Il y a des compromis possibles" avec l'Allemagne, estime-t-il, énumérant les principales propositions du chef de l'Etat pour relancer l'activité en Europe: renforcement du capital de la Banque européenne d'investissement (BEI), mobilisation des fonds structurels inutilisés et création d'une taxe européenne sur les transactions financières.

Les deux premiers leviers pourraient particulièrement être utilisés pour des investissements ciblés et rapides en Grèce.

Mais même sur les emprunts communs européens pour financer des projets d'infrastructures, ou "project bonds", une ouverture semble possible à Berlin, juge-t-on côté français.

Pierre Moscovici reconnaît en revanche qu'il existe encore, pour l'instant, un "désaccord majeur" avec l'Allemagne sur les "eurobonds", cette mutualisation d'une part des dettes des Etats européens chère à François Hollande mais rejetée par la chancelière Angela Merkel.

"Pour nous c'est une idée forte, mais on ne peut pas l'imposer, on va en parler", dit le ministre avant d'ajouter: "nous y tenons".

Au passage, il réitère la position de Paris: la France ne ratifiera pas le traité européen de discipline budgétaire tant qu'un "volet croissance" ne viendra pas le compléter.

Quelle forme juridique doit prendre ce "volet croissance"? "On parle d'abord de la substance, pour la forme on verra ensuite", répond-il.

Pierre Moscovici dit également avoir profité de l'occasion pour "dissiper" l'éventuelle "défiance qu'il pouvait y avoir en Allemagne vis-à-vis du nouveau gouvernement".

Pour cela, il a exprimé un message clair: "J'ai donné l'assurance que nous tiendrons nos engagements budgétaires. Il ne fallait pas que les Allemands pensent que sur ce point nous pouvons être fantaisistes ou laxistes".

"La France veut une relation d'amitié avec l'Allemagne: nous comprenons leur préoccupation sur la stabilité budgétaire, mais ils doivent comprendre notre préoccupation sur la croissance", conclut-il.

Marquer Avec :

  
Répondre
moisankarl
21/05/2012 12:04:06
0

Hollande ne veut pas de Schäuble pour diriger l'Eurogroupe
Le président de la République, François Hollande, a de sérieuses réserves au sujet d'une éventuelle nomination du ministre allemand des Finances, Wolfgang Schaüble, à la tête du groupe des ministres des Finances de la Zone Euro, rapporte le magazine allemand Der Spiegel.

Selon l'hebdomadaire, François Hollande a informé les responsables européens à Bruxelles qu'il lui serait "très difficile" d'accepter qu'un Allemand dirige l'Eurogroupe. D'après le président français, Wolfgang Schäuble devrait renoncer à ses fonctions actuelles en cas d'élection à la tête de l'Eurogroupe, ajoute Der Spiegel.

Le ministre allemand des Finances est considéré comme favori pour remplacer Jean-Claude Juncker, qui quittera la tête de l'Eurogroupe cet été.

Message complété le 21/05/2012 12:04:40 par son auteur.


Moscovici et Schäuble tiendront un conférence de presse à Berlin à 16h30
Les ministres des Finances allemand et français tiendront une conférence de presse à 16h30 à l'issue d'une réunion bilatérale, a déclaré lundi le ministère allemand des Finances.

Le nouveau ministre français des Finances, Pierre Moscovici, doit se rendre à Berlin lundi pour s'entretenir avec son homologue allemand, Wolfgang Schäuble, selon le ministère allemand des Finances. Cette réunion doit permettre aux deux ministres de faire connaissance. L'agenda de la réunion est ouvert, selon un représentant du ministère des Finances.

Cette rencontre intervient après l'entrée en fonction du nouveau gouvernement français la semaine dernière, alors que les tensions s'accentuent entre Paris et Berlin concernant la stratégie à adopter pour résoudre la crise de la dette dans la Zone Euro. Pierre Moscovici a déclaré que la France pourrait ne pas ratifier le pacte budgétaire européen à moins que l'Allemagne n'accepte d'y ajouter un volet de croissance.

  
Répondre
moisankarl
16/05/2012 09:36:18
0

Schäuble: la croissance allemande est solide grâce à la réduction du déficit
Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a déclaré mercredi que la croissance supérieure aux attentes qu'a connue le pays au premier trimestre témoignait de l'importance des réformes structurelles et de la réduction des déficits.

"Nous nous portons bien parce que nous réduisons progressivement le montant élevé de dette que nous avons été forcés de contracter pendant la crise financière en 2008", a déclaré le ministre dans un entretien accordé à la radio allemande Deutshlandfunk. "Des finances solides sont une condition nécessaire à une bonne performance économique sur le long terme".

Concernant l'impasse politique en Grèce, Wolfgang Schäuble a averti les partis politiques grecs que quelle que soit l'issue des nouvelles élections, les Grecs devaient respecter les engagements pris en échange d'une aide internationale. Il a suggéré qu'il ne serait pas possible d'obtenir un report au-delà de 2020 des objectifs de réduction des déficits et de la dette de la Grèce. Le pays a jusqu'à 2020 pour afficher un déficit public proche de la limite de 3% du produit intérieur brut (PIB) fixée par le traité de Maastricht.

"Tout le monde veut que la Grèce reste dans la zone euro", a affirmé Wolfgang Schäuble, en référence à la réunion des ministres des Finances européens à Bruxelles mardi, ajoutant qu'il revenait à Athènes de décider de son avenir au sein de l'union monétaire.
  
Répondre
moisankarl
15/05/2012 11:28:35
0
Moi je vous le dit, une seule chose aujourd'huis pourrait semble t-il rationaliser dans un cadre disons "plus moral" l'emballement actuel du système financer, (qui au passage, représente plus de 7 foi le poid du système économique) serait de recaculer le PIB.

Message complété le 15/05/2012 11:35:09 par son auteur.

"Luis de Guindos a expliqué que l'examen complet du portefeuille de prêts des banques espagnoles prendrait du temps, dans la mesure où il se monte à quelque 3.000 milliards d'euros, soit trois fois le produit intérieur brut du pays."

  
Répondre
jipes
15/05/2012 11:12:30
0
OK Antoine,

On est sur la même longueur d'onde.
On pourrait rajouter la disparition pure et simple des "bonus" (un 13ème voire un 14ème salaire suffirait amplement à récompenser les bons éléments).
En ce qui concerne ces fameux bonus, la plupart des cadres ne les méritent pas.
  
Répondre
moisankarl
15/05/2012 10:13:53
0
Je vote OUI, OUI, et OUI.

Jean-Claude Juncker a ajouté que la réunion de ce jour ne porterait pas sur le nom de son remplaçant à la tête de l'Eurogroupe, un poste que le Luxembourgeois doit quitter cet été, notant simplement que l'actuel favori, le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble, conviendrait tout à fait.

Message complété le 15/05/2012 10:14:52 par son auteur.

Si cela peut nous aider à plus de clarté.

  
Répondre
Antoine
14/05/2012 20:33:15
0
Bonsoir Jipes

"Cela n'a rien à voir avec une politique d'investissement" ! :

tout a fait d'accord ,c'est la boule de neige qui conduit a la faillite de la banque et ensuite de l'état .

Une amorce de solution:
séparation au sein d'une banque des activités de dépôts et d'investissement ;réglementation des activités de produits dérivés ;

CDS UNIQUEMENT pour les détenteurs d'obligations

prêts des actions pour les ventes a découvert a un taux "dissuasif "

Ces mesures pour commencer .... le capitalisme financier
  
Répondre
jmegauss
14/05/2012 17:30:49
0
Mais pour certains, quand y'en a plus, y'en a encore. Le tout c'est de s'en auto-persuader....
  
Répondre
3ipi
14/05/2012 17:21:49
0
Bonjour, on a du mal à accepter qu'un sou c'est un sou et quand y en a plus, y en a plus.
  
Répondre
jipes
14/05/2012 16:19:51
0
Bonjour Antoine,

N'oubliez pas que les banques italiennes et espagnoles ont en partie contrevenu au voeu de la BCE, à savoir qu'elles ont racheté des obligations de leur propres pays.
Cela n'a rien à voir avec une politique d'investissement !
  
Répondre
Antoine
14/05/2012 15:36:40
0
Soit, au diable les idéologies et parlons chiffres .J'attends les chiffres de l'audit que ne manquera pas de demander le nouveau président , les chiffres du chômage, du déficit budgétaire ,et autres "gâteries" : a partir de ce point nous pourrons juger de l'action du gouvernement .

Pour le moment, seules les prev de PIB sont claires :

1/ 2012 : +.5 % Commission européenne ,Ancien et nouveau gouvernement sont d'accord

2/ 2013 : +1.3% Commission européenne ; +1.7% pour Ancien et nouveau gouvernement









Message complété le 14/05/2012 15:41:26 par son auteur.


"Car emprunter c'est logique dans un objectif d'investissement sur de grands travaux d'amènagements des territoires. Le seul hic, mais de taille, avec quel argent? " :


Avec Celui qui est prété aux banques à 1% et qui le REPLACENT aux états et aux particuliers au taux de ???? rappelez moi les taux italiens et espagnols !!


  
Répondre
JCROIPLU
14/05/2012 15:12:43
0
Rappellons-nous il n'y a pas si longtemps que cela le plan de relance de SARKO "le grand emprunt" il a fait flop!!!
Maintenant avec HOLLANDE on change de niveau, le plan de relance est Européen. Cela fera reflop!!!! Car emprunter c'est logique dans un objectif d'investissement sur de grands travaux d'amènagements des territoires. Le seul hic, mais de taille, avec quel argent?
Donc attendons 5 ans, pour passer à l'homme politique qui fera le "changement".
Je vais parier qu'il fera un "très grand plan de relance", mais pas que simplement au minable niveau Européen. Il aura une vision "intelligente" plus vaste, surement au niveau de toute l'AFRIQUE.
Donc cela nous donne 10 ans pour gagner du temps.
  
Répondre
moisankarl
14/05/2012 14:56:26
0
Il ne sert à rien je pense de se disputer, ils ne le mérite peut-être pas.
Qu'on est les idées réaliste à gauche, idéologique à droite... 1 + 1 ont toujours fait 2.
Reste à trouver les moyens sans pour autant compromettre la fin.
Les solutions de l'Allemagne sont riche d'un tissu industriel sans mesure avec celui Français et c'est je pense ce qui nous manque aujourd'huis.
  
Répondre
Antoine
14/05/2012 13:48:01
0
flan by : et toi ? vu le niveau de ton argumentaire , le qualificatif a t'attribuer serait ....disons : malpoli ?
  
Répondre
jmegauss
14/05/2012 12:47:18
0
tout baser sur la bonne volonté des autres, sur le rassemblons-nous pour être plus fort, le je-suis-convaincu-qu'on-peut-le-faire...y'en a marre de cette utopie du programme socialo.

et on va s'en rendre compte que c'est du flan...by.
  
Répondre
jipes
14/05/2012 12:38:51
0
Tu as raison mais il faut penser qu'il se devait d'être original dans son programme électoral !
  
Répondre
jmegauss
14/05/2012 12:17:11
0
""la relance de grands chantiers à l'échelle européenne.""

çà fait bouffer les français çà ?
  
Répondre
jipes
14/05/2012 12:08:12
0
Il me semble que Monsieur Hollande lorsqu'il parlait de croissance, c'était avant tout la relance de grands chantiers à l'échelle européenne.

Une légère divergence avec Monsieur Schäuble !
  
Répondre

Forum de discussion General

201206051651 281465
Ma liste