OK
Accueil > Communauté > Forum Cac 40

Marché: le 10 ans grec proche des 13%, le 2 ans des 30%.

Cours temps réel: 6 600,66  0,83%



gars d'ain gars d'ain
29/06/2015 13:45:30
0
Et pourquoi pas 50% tant que l'on y est ?

Allez les Grecs, Foutez ces vampires suceurs de fonds dehors!!!

750 milliards, c'est 1% du shadow's banking mondial.

Le remboursement actuel qui ferait défaut n'en représente qu'une portion infime. Quant à la dette grecque, elle n'en représente tout juste autour de 0.5%...


  
Répondre
tirelire19 tirelire19
29/06/2015 12:53:46
0
Les taux italiens prennent le train en marche
  
Répondre
tirelire19 tirelire19
29/06/2015 12:45:47
1
Regardez bien le massacre des taux grecs qui se sont envolés , on veut les punir , à l' heure place je ne rembourserais rien , d' ailleurs c' est ce qu' ils ont de mieux à faire , c' est une honte de voir de tels taux !
  
Répondre
tirelire19 tirelire19
17/06/2015 19:02:37
2
On continue à presser le citron grec
  
Répondre
tirelire19 tirelire19
17/06/2015 12:10:46
1
Colet
Justement j' attends que le le projecteur soit branché sur notre pays , çà va venir mais avant il se passera quelque chose qui dérèglera les politiques de fausses monnaies !
  
Répondre
colet colet
17/06/2015 12:08:44
1
Tirelire
les agences de notation ne les regardant pas de la même façon, ne les notent pas pareil
d'où une sérieuse différence
mais lorsqu'un projecteur sera mis sur nous ...
  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
17/06/2015 11:33:46
1
Et on ose parler de stabilité dans la zone euro...

La logique voudrait que chacun mange avec les mêmes couverts...
  
Répondre
tirelire19 tirelire19
17/06/2015 11:28:10
2
J' ai décidé de vous offrir chaque jour les taux presse citrons appliqués à la Grèce si seulement la France était gratifier de la même chose : elle serait déclarée en faillite
Ces taux sont une honte !
  
Répondre
jipes jipes
17/06/2015 11:05:21
2

Où est-elle l'union qui devrait prévaloir entre les pays européens membres de l'UE ?


Quand on voit le peu de solidarité prodiguée par les pays du Nord, Allemagne en tête, quand on voit le comportement des milieux financiers avec les taux pratiqués actuellement, on voudrait asphyxier le pays que l'on ne s'y prendrait pas autrement.


Il y a de quoi être écoeuré et la seule issue digne pour la Grèce, c'est de quitter l'euro et de se retirer de l'UE.
Si l'on trouve un arrangement dans les heures qui suivent, le même problème, qui sera cette fois accentué, se reproduira dans trois mois, six mois, une année, mais il se reproduira.
  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
17/06/2015 10:44:42
2
Malgré ces chiffres, les 3/4 de grecs souhaitent rester dans l'euro. Je tire mon chapeau à ce peuple car c'est bien l'UE qui a organisé le développement économique à marche forcée des pays du sud pour s'octroyer la primauté de nouveaux marchés afin de consolider sa croissance...

Il faudrait voir l'horizon plutôt que le bout du doigt, c'était le conseil d'un sage chinois...
  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
17/06/2015 10:40:37
2
Avant de critiquer les grecs, il serait bon pour un certain nombre d'aller en Grèce voir comment les gens vivent et qui sont réellement les arnaqueurs. ce que j'ai fait...

Article "Comment la gestion de la crise grecque a renvoyé les Grecs pauvres à leur situation des années 1980"
http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-gestion-crise-grecque-renvoye-grecs-pauvres-situation-annees-1980-nicolas-goetzmann-2101859.html

Variation du PIB nominal. T2 2008-T4 2014.

  
Répondre
tirelire19 tirelire19
17/06/2015 10:29:29
2
les grecs ont fait les réformes nécessaires sinon comment expliquer la grande misère , la pauvreté , l' absence de soins , ils ont été saignés par la troicka ( FMI, BCE, zone euro ) , on voit le niveau de vie atteint par les grecs depuis 2011, ils ont fait des efforts .
Verriez vous la France avoir des taux d' emprunts à 13 % pour le 10 ans , pourtant elle le mérite ne respectant rien , pas de réduction de dette , pas de réduction des déficits , s' il y a un pays qui doit se réformer c' est bien le notre .
De toute façon dans cette histoire qui sont les responsables de cet état de fait : les préteurs et bien quand on a une personne insolvable , on ne prète plus , pour un pays c' est la même chose .
Comme tous les pays sont dans le même cas de la Grèce , les responsables sont ceux qui prétent , qu' ils cessent une fois pour toute de préter vous verrez ce qui se passera , on vit sur l ' abondance de liquidités déversées par les banques centrales , tout repose sur l' argent facile qui ne vaut plus rien .
Que fait on , on massacre les pays comme la Grèce qui sont faibles , allez appliquer çà au Japon , aux USA çà serait croustillant mais on ne le fait pas tout est là .
  
Répondre
lafontaine lafontaine
17/06/2015 08:41:38
0
Est ce que les grecs ont vraiment fait des réformes ? J'en doute vraiment !
  
Répondre
LWS78 LWS78
16/06/2015 20:04:32
1
c'est une honte.... ça sert a rien pour les Grecs de faire le moindre effort avec le vol manifeste que représente ces taux...
  
Répondre
LWS78 LWS78
16/06/2015 20:04:32
0
(CercleFinance.com) - Les marchés sont partagés entre l'attentisme lié à l'entame des délibérations du comité de politique monétaire de la FED ce mardi et les spéculations sur la probabilité du scénario du 'grexit': il n'a jamais été plus élevé (et les taux longs grecs non plus) depuis le début de la crise durant l'été 2010.

L'anxiété franchit chaque jour de nouveaux sommets, sans que cela débouche cependant sur une 'fuite éperdue' vers les actifs refuges: l'euro et le Dollar oscillent de part et d'autre des 1,1250 mais ça s'arrête là.
La monnaie unique est loin de reprendre le chemin de ses plus bas annuels (1,05/$) malgré les risques de fortes turbulences si le sommet de l'Eurogroupe ('de la dernière chance') de jeudi se solde par un échec.

Yanis Varoufakis qui retrouvera ses homologues ministres des finances dans 48H laisse transpirer la possibilité d'une ou deux propositions à l'attention des créanciers... mais Alexis Tsipras suit une ligne plus dure où la pression est mise sur les créanciers, Athènes n'ayant plus rien à offrir qui n'ait déjà été discuté (et il ne lâchera rien sur les points qualifiés 'd'inacceptables' par la Grèce).

Un article du Süddeutsche Zeitung' indique que les Européens auraient décidé de mettre en place un plan d'urgence (de type contrôle des capitaux pour les banques grecques... dont Athènes ne veut pas entendre parler) dès vendredi pour éviter une panique bancaire (ou 'bank run') en Grèce si le sommet 'de la dernière chance' de l'Eurogroupe se solde par un échec ce jeudi.

Le comportement du marché obligataire grec présente toutes les caractéristiques d'une veille de crise majeure avec le '10 ans' grec qui s'envole de 75Pts de base à 13% (à 0,01% près), soit +175Pts de base en 4 séances) et le '2 ans' explose de +130Pts de base à 29,983% (presque 30%)soit +530Pts en 72H (mais cela reste très virtuel, il y a peu d'échanges).

Le Portugal résiste aujourd'hui à la débâcle grecque : le '10 ans' se détend même de 3Pts de base de 3,28% à 3,25%.

Même tendance à l'embellie sur les 'Bonos' avec -5Pts de base à 2,36% puis sur les 'BTP' italiens revenus à 2,33% contre 2,36% lundi soir.

Les OAT et le '10 ans' belge se désolidarisent très légèrement puisqu'ils évoluaient quasiment à parité la veille vers 1,29% mais se négocient à respectivement 1,254 et 1,27%, soit un petit décalage de 1Pt de base.

Le 'spread' se stabilise par rapport au 'Bund' qui se détend également de -3Pts de base (comme l'OAT ou le BTP italien) à 0,795%.
A noter le peu de réaction du marché obligataire germanique à la chute de -10,4Pts l'indice ZEW du sentiment des investisseurs à 31,5 alors que les analystes allemands s'attendaient à un score voisin de 38.

De l'autre côté de l'Atlantique, les T-Bonds à '10 ans' répliquent exactement le comportement du 'Bund' à 2,328 contre 2,359%... à parité parfaite cette fois-ci avec le '10 ans' italien).

Difficile d'interpréter les chiffres US publiés à 14H30: en effet, les mises en chantier ont reculé de 11,1% en mai pour s'établir à 1.036.000, après 1.165.000 (chiffre révisé de 1.135.000) et contre une estimation d'environ 1,1 million. A l'inverse, et de façon assez paradoxale, le nombre de permis de construire a bondi de 11,8% à 1.275.000, contre un consensus de 1,1 million et après 1.140.000 (chiffre révisé de 1.143.000).

Difficile de déterminer quel enseignement la FED pourrait tirer de 2 chiffres aussi contradictoires et qui ressortent très éloignés du consensus.

Copyright © 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
  
Répondre

Forum de discussion Cac 40

201506291345 474833
ebook trading Téléchargez gratuitement le guide du trader 2021

Améliorez votre compréhension du climat économique avec le guide annuel d’Alvexo plébiscité par les traders afin de prendre des décisions de trading avisées.