Bourbon: chiffre d'affaires de 1,103 milliard d'euros.
OK
Accueil  > Communauté   > Forum Bourbon Corporation

Bourbon: chiffre d'affaires de 1,103 milliard d'euros.

Cours temps réel: 2,17€  0,00%

GBB


gars d'ain
20/02/2019 10:12:30
1

Probablement, direction 2,80 euros et moins...

Concernant les infos en post précédent, je pense sincèrement à la vue des états comptables qu'une augmentation de 100 Md'e, c'est "petits bras" et que si les problèmes persistent dans le pétrole avec des grands mouvements de prix de forte amplitude comme actuellemment depuis 6 ans, le group risque d'avoir encore à mouiller la chemise ou de boire la tasse.

De plus, vu le niveau récurrent de déficit il semble qu'il est un problème d'adéquation entre les moyens, le prix facturé, et le marché. Bourbon va être de gré ou de force contraint de s'adapter...

Notons que l'on devrait suivre une certaine logistique :

• CGG a tenu tête au marché pétrolier, il a payé le prix fort en terme de dilution et de conversion des créances : il était le plus en amont (les études). Il a été dans l'obligation financière de plier...

• Vallourec tient tête au marché, mais a vécu et récolté une dégration considérable de son cours d'action au moint d'être l'une valeur les plus spéculés en vente à découvert (Les tuyaux).

• Bourbon tient tête au marché et à ses créanciers mais est au bord du gouffre (le transport et l'approvisionnement des sites de productions).

.

  
Répondre
gars d'ain
20/02/2019 09:43:56
1

çà sent mauvais !...

---------------------------------------------------------------------

Bourbon : Portzamparc reste vendeur, gare à la dilution

Actualité publiée le 20/02/19 09:23


(CercleFinance.com) - Portzamparc revient ce matin sur le dossier Bourbon, le groupe de services parapétroliers en situation financière difficile, que selon la presse certains de ses créanciers se proposent de reprendre. Redoutant une dilution, le bureau d'études reste d'avis de vendre l'action, avec un objectif de 2,8 euros augurant d'une baisse de l'ordre de 15%.

Dans le détail, un 'pool' de créanciers aurait présenté une offre de reprise de Bourbon au Comité interministériel de restructuration industrielle. 'Cette offre n'a pas encore été examinée par le conseil d'administration. C'est une alternative à la proposition des fonds américains Davidson Kempner, Värde et Centerbridge qui sont prêts à injecter du cash (200 millions d'euros ?) mais attendent que les créanciers abandonnent la majorité de leurs créances. Le fonds de dette Hayfin s'intéresserait également au dossier', détaille Portzamparc.

Rappelons que le bilan de Bourbon, lesté d'environ 1,5 milliard d'euros de dette et de 1,1 milliard d'engagements de loyers, est tendu, au point que les fonds propres risquent de devenir 'rapidement' négatifs. Certes, le groupe a mis en place un plan baptisé 'Bourbon in motion' qui comprend des économies et des cessions. Mais selon Portzamparc, 'le bilan reste une problématique majeure selon nous et une augmentation des fonds propres (Obligations convertibles ? Augmentation de capital ?) nous paraît inéluctable', pour un montant d'au moins 100 millions d'euros, en lien avec un abandon partiel de créances.

Principal actionnaire, 'Jacques de Chateauvieux devra probablement être dilué, de gré ou de force. Rappelons que depuis la loi Macron de 2015, un tribunal peut forcer les actionnaires d'une entreprise à se faire diluer par les créanciers seniors', termine Portzamparc.



  
Répondre
gars d'ain
28/01/2019 15:19:24
2

Retrouvez l'agenda financier 2019 de BOURBON


DATE EVENEMENT

• 07 Février 2019 : Publication du chiffre d'affaires annuel 2018 et du 4ème trimestre 2018

• 14 Mars 2019 : Résultats annuels 2018

• 02 Mai 2019 : Publication de l'information financière du 1er trimestre 2019

• 07 Juin 2019 : Assemblée Générale annuelle 2019

• 05 Septembre 2019 : Publication des résultats du 1er semestre 2019

• 07 Novembre 2019 : Publication du chiffre d'affaires du 3ème trimestre et 9 mois 2019


http://www.bourbonoffshore.com/fr/investisseurs/agenda

  
Répondre
0PHENIX0
27/12/2018 14:47:30
0

"BOURBON : UNE RUMEUR DE RACHAT ENTRAÎNE UN REBOND DE BOURBON "


A qui profite le crime ?


  
Répondre
CRI74
20/12/2018 10:59:48
0

Non seulement les banques françaises n'arrêtent pas de spéculer contre les entreprises françaises en bourse mais en plus celles ci en rajoutent en cas de fragilité .

Qu'on saisissent ces banques d'urgence !

Et vite , toute cette mafia dirigeante dehors

  
Répondre
gars d'ain
20/12/2018 10:41:54
0

Dans une brève publiée dans sa rubrique 'Confidentiels', Challenges l'hebdomadaire économique rapporte d'abord que deux banques, BNP Paribas et Crédit mutuel-CIC, ont fin novembre fait 'temporairement' saisir un des navires du groupe, le Bourbon Artic, estimé à 60 millions d'euros. A l'aide de la banque Lazard, Bourbon négocie actuellement une restructuration de sa dette.

  
Répondre
gars d'ain
19/12/2018 19:13:58
0

BOURBON : UNE RUMEUR DE RACHAT ENTRAÎNE UN REBOND DE BOURBON

actualité publié le 19.12.218 | à 16:28

BOURBON profite d'une rumeur de rachat pour rebondir mercredi

(BFM Bourse) - Le cours de la société, qui offre des services maritimes aux compagnies pétrolières, connaît un brusque afflux à l'achat mercredi après-midi, l'hebdomadaire Challenges rapportant que trois fonds américains seraient prêts à en prendre le contrôle. Le titre avait atteint un nouveau plus bas historique la veille.


En léger repli depuis l'ouverture, après une clôture à 4,03 euros (nouveau plus bas depuis le transfert du titre sur le marché réglementé en 2006) l'action Bourbon a connu une brusque ré-accélération dans l'après-midi, gagnant jusqu'à 19,35% après un article évoquant l'intérêt de "trois fonds américains".


Vers 16h20, la hausse ralentissait à +6,33%, sur un cours de 4,28 euros.


Selon un article de Challenges, trois fonds américains envisageraient en effet d'injecter 200 millions d'euros au capital du sous-traitant de l'industrie pétrolière et gazière en difficultés.

En novembre, le groupe avait indiqué en marge de l'ouverture de procédures de conciliation pour plusieurs de ses filiales que la recherche de nouveaux partenaires financiers "progressait diligemment", sans toutefois donner d'horizon pour l'aboutissement de discussions ni d'indications quant à la forme (dette et/ou capital) que pourraient prendre d'éventuels nouveaux financements.

Selon Challenges, l'un des navires de l'entreprise aurait fait l'objet fin novembre d'une saisie à la demande de BNP Paribas et CIC-Crédit Mutuel.

À noter qu'étant donné le niveau de la capitalisation atteinte par Bourbon, inférieure à 350 millions d'euros, un renflouement sur la base du montant avancé par Challenges entraînerait une importante dilution pour les actionnaires existants.


------------------------------------------------------------------------

BOURBON : LA RELANCE DES INVESTISSEMENTS PÉTROLIERS ENCORE INSUFFISANTE POUR REVIGORER BOURBON

jeudi 8 novembre 2018 à 16h25

BOURBON se replie jeudi après son point trimestriel

(BFM Bourse) - Bien qu'en progression par rapport au précédent trimestre, l'activité du spécialiste des services à l'industrie pétrolière est restée dégradée au troisième trimestre, tandis que son refinancement demeure en suspens. L'action perd du terrain jeudi.


Au total, la publication du point trimestriel de Bourbon apparaît "davantage décevante qu'encourageante", déplore l'analyste de Portzamparc : la société a fait état avant Bourse d'un chiffre d'affaires ajusté de 169,2 millions d'euros entre juillet et septembre. Un montant certes un peu plus élevé (+2,2%) qu'au troisième trimestre, ce qui rompt avec quatre trimestres consécutifs de repli séquentiel, mais qui révèle encore une forte baisse (-22,6%) sur un exercice glissant. L'action reculait de 1,62% à 5,47 euros jeudi vers 16h20.


Rebond séquentiel dans le subsea, mais le déclin reste prononcé par rapport à l'année dernière

"Nous avons continué à tout mettre en oeuvre avec les équipes ainsi qu'avec nos partenaires pour maîtriser nos coûts, préserver notre performance opérationnelle et notre chiffre d'affaires. Plus que jamais, nous nous adaptons et nous transformons pour continuer à être un leader sur nos marchés", a fait valoir le directeur général, Gaël Bodénès. Le groupe a notamment recueilli sur le trimestre écoulé de nouveaux contrats pour des projets dans l'offshore éolien, illustrant ses efforts pour diminuer sa dépendance aux budgets des seuls producteurs pétroliers. Cela a contribué à un rebond séquentiel de 25,5% de sa division "subsea", certes par rapport à une base très faible, souligne Portzamparc. Quant aux divisions "marine & logistics" et "Bourbon mobility", elles sont restées sous pression.


Pas de progrès sur les tarifs


En outre, les taux d'utilisation moyens des navires n'ont pas progressé, à 51,6% contre 52,5% deuxième trimestre, et les tarifs journaliers moyens sont en baisse de 2,3% reflétant selon Bourbon "des négociations à la baisse avec une compagnie nationale mais également le renouvellement progressif des contrats long terme à des tarifs marché globalement bas"


La relance des investissements des producteurs se concentre sur l'onshore


"Avec un baril dont le prix semble ancré bien au-delà des 60 dollars, nos clients retrouvent des marges de manœuvre", note Bourbon, ce qui se manifeste notamment par des acquisitions de nouveaux blocs en offshore profond. "Nous constatons cependant que leurs premiers investissements sont toujours orientés principalement vers les projets onshore, en particulier l'huile et le gaz de schiste américain. Les clients se concentrent aujourd'hui sur les projets courts à retour sur investissement rapide", reconnaît toutefois l'armateur, qui trouve néanmoins un motif d'espérer au vu des campagnes d'exploration lancées par les pétroliers pour renouveler leurs réserves et ainsi faire face à la demande en croissance.


Des discussions toujours en cours pour renforcer le bilan


Maintenant son conseil de vente, Portzamparc juge qu'à ce stade le groupe ne semble pas encore en mesure de profiter du rebond du pétrole. Par ailleurs, les discussions toujours en cours quant au refinancement du bilan continuent à poser une sérieuse hypothèque. Début novembre, le groupe a indiqué en marge de l'ouverture de procédures de conciliation pour plusieurs de ses filiales que la recherche de nouveaux partenaires financiers "progressait diligemment". Sans toutefois donner d'horizon pour l'aboutissement de discussions ni d'indications quant à la forme (dette et/ou capital) que pourraient prendre d'éventuels nouveaux financements.

  
Répondre
gars d'ain
07/12/2018 14:54:35
1

Tente de se maintenir au dessus de la ligne de flottaison vers 4,00 euros.


Comme on le voit, bourbon a de plus en plus de mal à trouver des bouées pour continuer de flotter et il n'y a rien à attendre le da publication annuelle qui enfoncera plus le titre qu'elle ne servira en soutient...

Le deficit par action devrait être "record" estimé à près de 3,80 ... soit le cours actuel, ça en dit long...


Coté graphe, les perspectives de matérialiser un triple top sur une oblique baissière de sommet sont réelles (voir cercles rouges en bas à droite du graphe sur les niveaux actuels). Et ça serait en cas de réalisation bien sûr encore un coup dur à encaisser...

.

  
Répondre
gars d'ain
10/07/2018 18:10:53
1
BOURBON : a signé un « waiver » général avec ses créanciers


10/07/2018 | 18:01
Bourbon a signé un « waiver » général avec ses crédit-bailleurs et créanciers représentant l'essentiel de la dette du groupe, l'autorisant ainsi à différer le remboursement de ses loyers et le service de sa dette. « Ayant vocation à protéger le groupe, ce 'waiver' lui permet de rester focalisé sur ses priorités opérationnelles et sur la mise en oeuvre de son plan stratégique », explique le spécialiste des services maritimes à l’offshore pétrolier et gazier.


Au final, le groupe dit rester " confiant dans sa capacité à parvenir avant la fin de l'année à une solution équilibrée avec l'ensemble de ses créanciers - souvent partenaires de longue date - qui convienne à l'ensemble des parties tout en permettant d'adapter le financement de l'entreprise à son développement ".
  
Répondre
gars d'ain
03/05/2018 16:59:21
0

Direction potentielle baissière : 3,95 euros en report de balancier


Publication assez catastrophique ce matin du CA Trimestriel : "Le chiffre d'affaires ajusté du 1er trimestre 2018 s'élève à 171 millions d'euros (chiffre d'affaires consolidé de 157,6 millions d'euros), en retrait de 13,2 % par rapport au 4ème trimestre 2017, impacté par la baisse de l'activité dans les services Subsea"


On reste à -23?08% du CA T1/2017.
Le reste des chiffres est là : http://hugin.info/159569/R/2189797/847284.pdf


++++++++++++++++++++++++++++++++++Le navire devrait prendre l'eau de toute part : et il y a plus beaucoup de ballast...


Graphiquement, c'est très mal engagé :
• On vient d'enchainer une succession négative de figures : bébé abandonné et Islands Reversals baissiers.
• Dernièrement, on a tenté un fanion baissier en bleu.
• La sortie sur publication de CA a échoué ce jour avec actuellement -7,52%
Et comble de malchance, on va probablement faire un balancier baissier sur un probable island reversal en cours.


A la baisse, l'enfoncement du support de très long terme vers 4,70 (soit sur 20 ans) est hautement probable et le cartouche rose de report de balancier baissier nous indique un 3,95 euros en plus bas, soit -23% de ppotentiel baissier encore. 9a va pas être la joie dans les cantines d'équipages...
Notons que "Si le déploiement du plan d'action stratégique 'BOURBONINMOTION' se poursuit, les perspectives ne sont par ailleurs pas des plus encourageantes, le groupe estimant que 'la croissance des investissements dans le secteur 'offshore' ne devrait intervenir que très progressivement à partir de 2019'.


'Les prix resteront durablement bas, impactés par la surcapacité de navires sur le segment des PSV et AHTS', a-t-il ajouté, alors qu'en revanche les majors pétrolières ont repris leurs investissements dans l'onshore.


Dans ce contexte globalement défavorable, Bourbon dit concentrer ses efforts sur la gestion de la trésorerie et la réduction des coûts. La société a aussi engagé des discussions avec ses principaux partenaires financiers, en France comme à l'étranger, afin de mettre en adéquation le service de sa dette avec une reprise attendue, mais progressive du marché et donc des performances correspondantes du groupe.


En conséquence, un waiver général devrait être signé avec les crédit-bailleurs et créanciers de Bourbon afin de permettre au groupe de différer l'ensemble de ses paiements. Dans l'immédiat, le groupe a suspendu, pendant la période de négociation, le paiement de ses loyers et le service de sa dette.
.
  
Répondre
gars d'ain
29/03/2018 18:31:25
0
La descente aux enfers se poursuit : on a touché à la baisse les 4,70 ce matin.
  
Répondre
gars d'ain
25/09/2017 18:45:34
1
Frets maritimes: les frets secs grimpent, les pétroliers reculent

25/09/2017 | 18:24

LONDRES (awp/afp) - Les prix des transports de matières premières sèches ont grimpé la semaine dernière, tout comme les taux des pétroliers de brut.

Indice phare du marché, le Baltic Dry Index (BDI), qui fournit une estimation moyenne des tarifs pratiqués sur 20 routes de transport en vrac de matières sèches (minerais, charbon, métaux, céréales, etc.) a fini vendredi à 1.502 points, à son plus haut niveau depuis mars 2014, contre 1.385 points une semaine auparavant.

"Le rebond du BDI depuis début 2016 calque la forte croissance mondiale, qui a entraîné une hausse du prix des matières premières, notamment des métaux", ont résumé les analystes de Capital Economics.

"Le marché a longtemps été submergé par une abondance de navires, mais la flotte a été fortement réduite sur les dernières années", ont-ils ajouté.

Le Baltic Capesize Index 2014 (BCI 2014), qui compile les tarifs de la catégorie de navires "Capesize", forcés par leur taille imposante à naviguer au large des caps Horn et de Bonne-Espérance, a terminé la semaine à 3.147 points, à son plus haut niveau depuis novembre 2014, contre 2.685 points une semaine auparavant.

Le Baltic Panamax Index (BPI), qui synthétise les tarifs pour quatre routes (la plupart pour les céréales) empruntées par des navires de la catégorie "Panamax" a terminé en baisse vendredi à 1.493 points, après avoir atteint mardi 1.536 points, son plus haut niveau depuis près de cinq mois, contre 1.521 points une semaine auparavant.

Le Baltic Clean Tanker Index (BCTI), moyenne des prix pratiqués sur six routes de produits pétroliers raffinés (essence, gaz liquéfié, fioul de chauffage, etc.), a terminé à 621 points vendredi, contre 548 points sept jours auparavant.

L'indice Baltic Dirty Tanker Index (BDTI), moyenne des taux pratiqués sur dix-sept routes de transport de pétrole brut et de fioul lourd, a fini vendredi à 772 points, à son plus haut niveau depuis près de trois mois, contre 744 points la semaine précédente.

"Avec la clôture du contrat d'octobre pour le Brent, l'activité a été plus élevée au Moyen-Orient", ont noté les analystes du Baltic Briefing, site d'information du Baltic Exchange.
  
Répondre
gars d'ain
05/07/2017 17:28:45
2
Le support en pointillé rouge est pulvérisé à la baisse : -3.81%

Sur fond probable de nouvelle chûte des cours du pétrole brut, on devrait s'enfoncer en direction de 7.00 euros.

Les indicateurs restent très dégradés et baissiers à l'image du RSI qui montre une clair désaffection pour le titre : on surnage petitement dans la piscine bleue...

.
  
Répondre
gars d'ain
13/06/2017 12:05:04
0
N'en a manifestement pas fini avec la baisse: direction 8.40.

Graphiquement, depuis la dernière fois, on a fait illusion haussière avec la formation d'un "M" baissier qui a bien fait chûter le titre dans le sillage baissier de CGG et de Vallourec.

Comme on le voit l'oblique noire baissière partant du dernier sommet vers 12.60 est résistante : on vient de tenter 2 fois de passer. on devrait logiquement tenter une troisième fois : on aura alors matérialisé un triple Top Baissier (voir les 3 petits cercles roses).

Les cours devraient alors logiquement à la baisse aller s'enfermer sans le triangle noir assortie de 2 supports de baisse (pointillés rouge), on a déjà enfoncé le premier et on devrait y retourner pour aller tester à la baisse le deuxième support en pointillé gras rouge vers 8.40...

Le RSI fait actuellement du sous l'eau dans la piscine et tente de remonter la tête. Le MACD est baissier. La DM rouge baissière dominante est la manoeuvre et la DM verte subit la baisse. Les Stochastiques ont bien du mal à retrouver un tendance.

Les MM 20 rouge, 60 orange et 100 bleue sont nettement baissières. La MM 200 verte commence à s'arrondi du "côté qui penche"... Elle vient d'enfoncer un support à 11.06.

Le contexte pétrolier devraient continuer à peser sur les cours et sur la tendance d'autant que la compta de Bourbon continuera à être impactée...
.
  
Répondre
gars d'ain
31/05/2017 09:38:16
1
BOURBON et Kongsberg Maritime renforcent leur collaboration dans les solutions digitales pour la nouvelle génération de navires connectés

London, May, 31, 2017 / Paris, le 31 mai 2017

BOURBON et Kongsberg Maritime renforcent leur collaboration dans les solutions digitales pour la nouvelle génération de navires connectés

Partenaires depuis de nombreuses années, BOURBON et Kongsberg Maritime viennent de signer un accord stratégique de développement collaboratif portant sur les navires autonomes et connectés.

Les deux groupes mèneront des projets conjoints visant à développer de nouveaux modes d'opérations efficaces dans l'industrie des services maritimes à l'offshore avec des délais de mise sur le marché réduits. Les deux partenaires travailleront à explorer et mettre en oeuvre des solutions techniques et digitales pour renforcer la sécurité et optimiser le coût des opérations tout en améliorant le niveau d'excellence opérationnelle.

L'accord entre BOURBON et Kongsberg est un pas en avant pour amener les deux groupes à une étape supérieure en termes de digitalisation. Kongsberg permettra à BOURBON d'accéder efficacement à des données navires agrégées et de haute qualité et de développer de nouvelles façons d'opérer les navires. BOURBON permettra à Kongsberg de mieux comprendre les opérations des clients et d'accéder à un large éventail de données provenant de sa flotte de navires, allant de la communication à la cyber sécurité, en passant par le stockage et la gestion des données.

« Une transformation majeure est en cours dans l'industrie du pétrole et du gaz. Entrés dans la nouvelle ère digitale, nos clients demandent plus de services à des coûts optimisés. Nous sommes très heureux de ce partenariat et confiants dans sa capacité à produire des solutions innovantes nous permettant de répondre aux besoins des clients », a commenté Gaël Bodénès, Directeur Général Délégué de BOURBON Corporation.

« La digitalisation est essentielle pour une plus grande efficacité à bord de chaque navire et des flottes complètes », a déclaré Stene Førsund, EVP Global Sales and Marketing, Kongsberg Maritime. « En travaillant en étroite collaboration avec des sociétés leaders des services maritimes à l'offshore comme BOURBON, nous pouvons nous assurer que nos solutions répondent aux besoins de données de l'industrie aujourd'hui, tout en construisant les fondations d'une plus grande autonomie des navires à l'avenir. »
  
Répondre
chrisfenua
22/05/2017 18:13:18
0
au bord du gouffre on dirait ....dans l mm cas que CGG :(
  
Répondre
gars d'ain
22/05/2017 17:40:39
1
Frets maritimes: les frets secs et les pétroliers calent


22/05/2017 | 17:02
LONDRES (awp/afp) - Les prix des transports de matières premières sèches ont baissé la semaine dernière, tout comme le taux des transporteurs de produits distillés du pétrole, seuls les transporteurs de brut résistant à la baisse.


Indice phare du marché, le Baltic Dry Index (BDI), qui fournit une estimation moyenne des tarifs pratiqués sur 20 routes de transport en vrac de matières sèches (minerais, charbon, métaux, céréales, etc.) a fini vendredi à 956 points, à son plus bas depuis deux mois et demi, contre 1.014 points une semaine auparavant.


"Le marché sur le court terme reste très faible, car le pessimisme règne quand on regarde les mois à venir", ont expliqué les analystes de Fearnleys.


"Les prix sont sous pression, car il n'y a tout simplement pas de demande forte", ont-ils ajouté, citant notamment le ralentissement de l'activité vers l'Asie.


Le Baltic Capesize Index 2014 (BCI 2014), qui compile les tarifs de la catégorie de navires "Capesize", forcés par leur taille imposante à naviguer au large des caps Horn et de Bonne-Espérance, a terminé la semaine à 1.668 points contre 1.725 points une semaine auparavant.


Le Baltic Panamax Index (BPI), qui synthétise les tarifs pour quatre routes (la plupart pour les céréales) empruntées par des navires de la catégorie "Panamax" a terminé en baisse vendredi à 870 points, à son plus bas depuis quatre mois et demi, contre 992 points une semaine auparavant.


Le Baltic Clean Tanker Index (BCTI), moyenne des prix pratiqués sur six routes de produits pétroliers raffinés (essence, gaz liquéfié, fioul de chauffage, etc.), a terminé à 513 points vendredi, à son plus bas depuis quatre mois et demi, contre 540 points sept jours auparavant.


"La semaine a été particulièrement dure pour les propriétaires de navires au Moyen-Orient", ont détaillé les analystes du Baltic Briefing, site d'information du Baltic Index.


A plus long terme, "si le dollar continue de reculer, cela pourrait augmenter la demande de pétrole à travers le monde", ont noté les analystes du courtier MJLF.


La faiblesse du billet vert, provoquée par les scandales qui entourent la présidence de Donald Trump, permet aux investisseurs utilisant d'autres devises d'acheter des barils à bas coût, puisqu'ils sont libellés en dollars.


L'indice Baltic Dirty Tanker Index (BDTI), moyenne des taux pratiqués sur dix-sept routes de transport de pétrole brut et de fioul lourd, a rebondi vendredi à 785 points, à son plus haut depuis un mois, contre 741 points la semaine précédente.



  
Répondre
gars d'ain
12/04/2017 08:15:35
1
Aux abois : une petite bouffée d'oxygène pour ménager la trésorerie qui fond...

Le groupe annonce une nouvelle étape de son plan d'action ' Stronger for longer ' avec la signature d'un accord avec ICBC Financial Leasing.

La direction a trouvé un accord pour réaménager le paiement des loyers des navires dans le cadre des contrats de vente et de reprise en affrètement coque-nue conclus en 2013 et 2014 avec ICBC Financing Leasing.

Cet accord prévoit une diminution des paiements de loyer au titre des années 2016 à 2018 de 240 millions de dollars, en considération de l'extension de deux ans de la période initiale de location coque-nue à un taux de 8 % ainsi que de termes commerciaux plus favorables en faveur de ICBC Financial Leasing.

' Cet accord avec ICBC Financial Leasing apporte une nouvelle démonstration du soutien de nos partenaires financiers ', a déclaré Jacques de Chateauvieux, Président Directeur Général de Bourbon Corporation.

  
Répondre
gars d'ain
05/04/2017 11:41:56
0
Vers un échec du rebond...

La tentative de rebond est actuellement contrée par une nouvelle résistance baissière qui maintient le titre en plongé baissière nettement sur la Keltner Basse.

Le RSI subit et a toutes les peines du monde à resortir de la piscine... Le MACD stabilise sa perte, on devrait poursuivre dans une phase de latéralisation baissière du MACD.

.
  
Répondre
chrisfenua
05/04/2017 10:21:38
0
hello gars d'ain :)

un ptit rebond teknik sur les 10eur t y crois pas ??

  
Répondre

Forum de discussion Bourbon Corporation

201902201012 493894
Ma liste