OK
Accueil > Communauté > Forum Cac 40

CAC40: un scénario boursier post attentats quasi miraculeux

Cours temps réel: 6 733,69  0,71%



cris12345 cris12345
17/11/2015 19:39:44
0
Rien de miraculeux on a mis un scalpeur à la tête du Trésor qui guette avec les institutionnels
le moindre cent à attraper!Il est impératif de maintenir les actifs au plus haut pour
chasser le gogo.Si les gogos comprennent les volumes devraient s'écraser!A suivre.Je reste
malgré mes déculottées bear!Le scalpeur doit être un bookmaker indien !
  
Répondre
cris12345 cris12345
17/11/2015 19:39:44
0
(CercleFinance.com) - La France est en plein deuil national, mais sur les marchés la fête est complète: Paris s'offre même la pole position parmi les places européennes avec un gain tonitruant de +2,77% à 4.937Pts, devant Francfort et Madrid (+2,4%) puis Milan (+2,15%).

A Wall Street, la hausse semble plus mesurée avec des écarts allant de +0,55% (Dow et S&P) à +0,7% (Nasdaq).

Il ne faut certes pas déplorer que la bourse se porte bien... mais on serait bien en peine d'identifier aujourd'hui quelle lumineuse preuve d'embellie économique ou quelle déclaration providentielle d'un banquier central peut justifier une telle euphorie (et le terme n'est pas trop fort parce que +2,65% sur l'euro-stoxx50, c'est énorme).

Le monde apparaît encore plus dangereux et plus instable depuis vendredi (l'échiquier diplomatique a basculé ce weekend)... mais le marché passe en mode 'risk on' de façon radicale: jamais un tel rallye haussier ne s'était matérialisé au lendemain d'attentats majeurs comme ceux de Paris, Londres ou Madrid.

Peut-être est ce dû à un singulier 'effet de surprise' ?

La pleine conscience que cette envolée n'est liée à aucune 'actualité' vraiment favorable (le Dollar gagne 0,5% face à l'Euro, ce n'est pas +2% tout de même !) qui provoque une panique à l'achat de certains opérateurs qui se découvrent sous-investis.

Comment envisager +3% en 48H après l'instauration de l'état d'urgence en France, l'intensification de la guerre en Syrie, l'abandon des objectifs de réduction des objectifs de déficit budgétaire (contre lequel Bruxelles ou Francfort ne diront mot, sinon qu'ils 'comprennent la situation').

L'explication entendue aujourd'hui dans les salles de marché serait que la BCE -au vu des évènements dramatiques du weekend- accroitrait son soutien monétaire à l'économie pour l'aider à assumer les lourdes répercussions économiques potentielles consécutives aux attentats.
Ceci confirme plus que jamais que les 'mauvaises' (et même très mauvaises) nouvelles sont de bonnes (ou très bonnes) nouvelles pour les marchés.

Mais les dernières mesures de soutien massives de la BCE n'ont pas eu d'effets réellement mesurables.
Mario Draghi jugera t'il urgent et impératif de soutenir des marchés flirtant avec leurs plus hauts absolus qui se rient littéralement de tous les désastres humains et des signes de ralentissement économiques ?

Les indicateurs américains du jour sont effectivement décevants -et y compris le dernier tombé à 16H concernant l'immobilier (l'indice NAHB recule de -2Pts à 62)- mais assez pour remettre en cause le scénario d'une hausse des taux de la Fed d'ici à la fin de l'année.

Du côté des données européennes, l'indice ZEW, qui mesure le sentiment des investisseurs en Allemagne, s'est adjugé 1,9 point à 10,4 points ce mois-ci sous l'effet notamment de la baisse de l'euro (qui se poursuit, sous les 1,0765/$, un nouveau plancher annuel ayant été inscrit vers 1,0650 pour la monnaie unique).

Outre-Atlantique, les prix à la consommation ont comme anticipé augmenté de 0,2% en octobre. Cette progression intervient après une diminution de 0,2% en septembre, chiffre confirmé par rapport à l'estimation initiale.

Hors pétrole et énergie, la hausse atteint +1,9%, ce qui est presque conforme à l'objectif de la FED... presque.

Mais la production industrielle américaine a, elle, accusé également reculé -et de façon imprévue- le mois dernier (baisse de 0,2%, au lieu de +0,1% anticipée par le consensus des économistes), le taux d'utilisation des capacités industrielles stagne vers 77,4.

Concernant les valeurs, le CAC40 est soutenu par CapGemini et Total (+3,7%) puis par Vinci (+3,9%) et Airbus (+4,3%).

Suez bondit de 4,4% alors que La Lettre de L'Expansion indique qu'Engie souhaiterait contrôler à nouveau le groupe de services à l'environnement.

Coface (+5,5%) fait encore mieux et occupe la tête du SBF 120 après un relèvement de recommandation d'Exane, rapportent des sources de marché.

Aucune entreprise du CAC 40 n'a fini en repli, un fait assez rare pour être souligné, pas plus de 2 valeurs du SBF-120 en recul de -1%.


Copyright © 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
  
Répondre

Forum de discussion Cac 40

201511171939 495606
ebook Téléchargez gratuitement le guide "3 actions de nos experts pour 2021"

Analyser les opportunités actuelles, repérer les entreprises à fort potentiel, etc.