OK
Accueil  > Communauté   > Forum EDF

EDF: acquisition d'un projet éolien en Ecosse.

Cours temps réel: 8,01€  1,99%

EDF


gars d'ain
24/04/2020 14:56:47
0

Et dire que certains pensent que je suis pessimiste sur EDF...

J'avais pointé les bidouilles comptable pour les comptes de groupe et le bien, la dette et les EPR avec la hausse potentiel du cout Hinky Point...


Nous voilà, arrivé à destination. ça vaut moins de 5,00 et c'est bien payé.

  
Répondre
ettircs
24/04/2020 14:10:59
0
gars d'ain
06/04/2020 14:49:29
0

Total parmi les concurrents d'EDF réclamant la force majeure sur l'électricité nucléaire


06/04/2020 | 14:35


TOTAL PARMI LES CONCURRENTS D'EDF RÉCLAMANT LA FORCE MAJEURE SUR L'ÉLECTRICITÉ NUCLÉAIRE


Total fait partie des concurrents d'EDF sur le marché français de la distribution d'électricité qui ont réclamé l'activation de la clause de force majeure dans leurs contrats d'approvisionnement auprès des centrales nucléaires du groupe public en raison de la chute de la demande provoquée par l'épidémie de nouveau coronavirus, ont dit des sources à Reuters.

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) a déclaré la semaine dernière que ni EDF ni elle-même n'étaient favorables au déclenchement de cette clause.

La CRE, autorité de régulation du secteur de l'énergie en France, n'a pas précisé quelles étaient les fournisseurs ayant demandé d'activer cette clause mais trois sources ont dit à Reuters que Total en faisait partie et jouait un rôle moteur dans ce dossier.

D'après une source, une longue bataille judiciaire est en vue tandis qu'une autre a évoqué la perspective de "pertes colossales" pour les fournisseurs dits alternatifs, alors que les prix de l'électricité sont tombés bien en-dessous des tarifs prévus dans leurs contrats existants.

EDF et Total, son principal concurrent sur le marché de détail en France, ont refusé de s'exprimer sur le sujet.

Un porte-parole d'Engie, autre grand rival d'EDF, a déclaré que le groupe n'avait pas activé la clause de force majeure dans son contrat.

La CRE a indiqué la semaine dernière que plusieurs fournisseurs d'électricité avaient réclamé l'activation de cette clause prévue dans leurs contrats "Arenh".

Ce dispositif d'accès régulé à l?électricité nucléaire historique (Arenh) permet aux fournisseurs dits alternatifs de s'approvisionner en électricité nucléaire auprès d'EDF à un prix préalablement fixé.

Les concurrents d'EDF dans la distribution d'électricité peuvent ainsi lui acheter jusqu'à 100 terawatts/heure (TWh) sur une année, soit environ un quart de sa production nucléaire, au prix de 42 euros par megawatts/heure (MWh).


"LE MARCHÉ S'EST COMPLÈTEMENT EFFONDRÉ"

Lors des dernières enchères annuelles en novembre, les prix élevés de l'électricité sur le marché de gros en Europe avaient entraîné une forte demande pour le mécanisme Arenh en France pour les approvisionnements prévus cette année.

Depuis, l'épidémie de Covid-19 et les mesures de confinement décidées pour tenter d'enrayer la propagation de la maladie ont provoqué une chute d'environ 15% de la demande d'électricité en France, selon RTE, le gestionnaire du réseau national de transport d'électricité.


Les prix de gros sont désormais loin des 42 euros/MWh payés par les fournisseurs alternatifs dans le cadre de l'Arène.

Lundi matin, le contrat de base pour livraison en juin se négociait sur le marché à 20,40 euros/MWh tandis que le contrat pour le troisième trimestre se traitait à 26,20 euros/MWh.


"Le marché s'est complètement effondré", a dit l'une des sources à Reuters. Selon cet expert du marché français de l'électricité, il s'agit d'une situation exceptionnelle qui, si elle n'est pas traitée comme telle, pourrait briser les principes de l'Arenh dont l'objectif est de garantir une équité commerciale entre EDF et ses concurrents.

"Cela représente une perte colossale pour les fournisseurs alternatifs alors que leur concurrent (la division commerciale d'EDF-NDLR) n'aura pas à subir la même chose. C'est une forte distorsion du marché", a dit cette source.

La CRE a déclaré la semaine dernière qu'EDF s'opposait au déclenchement de la clause de force majeure.

L'autorité a pour sa part jugé "que la force majeure ne trouverait à s?appliquer que si l?acheteur parvenait à démontrer que sa situation économique rendait totalement impossible l?exécution de l?obligation de paiement de l?Arenh", ce qui, de son point de vue, n'est pas le cas dans la situation actuelle.


La CRE a déclaré qu'elle ne pouvait pas suspendre entièrement les contrats Arenh car "une telle situation créerait un effet d?aubaine pour les fournisseurs au détriment d?EDF".

EDF réclame depuis des années aux gouvernements successifs l'abandon de ce dispositif de régulation qu'il juge trop à l'avantage de ses concurrents, lesquels y ont recours quand les prix de gros sont élevés mais se tournent vers le marché quand les prix sont bas.

Le gouvernement actuel a lancé une réforme du marché de l'électricité, notamment du mécanisme Arenh.

  
Répondre
gars d'ain
03/04/2020 09:45:52
0

Finalement, par la force des choses, EDF va fait comptablement ce qu'il aurait du faire depuis au moins 5 à 6 ans, c'est à dire garder le résultat pour avoir de l'argent pour :

• payer la dette, les investissements qu'il a souscrit, les dépassements colossaux de budgets d'investissement,

• construire des digues pour protéger les installations,

• financer le stockage et le traitement des déchets et financer le démantèlement des réacteurs en fin de vie,

De plus concernant les comptes et le résultat du groupe (...totalement farfelu) , faire des tours de passe passe comptable en réévaluant des activités pour arranger les comptes et éviter de justesse d'avoir un Rapport DETTES / EBITDA catastrophique finit toujours de la même façon car la caisse reste toujours désespérément vide et faut alors trouver du liquide...

  
Répondre
gars d'ain
02/04/2020 10:47:04
1

Concernant ceux qui pensent qu'à EDF on maitrise tout y compris les comptes, et la finance


Je vous conseilles ce reportage où l'on voit comment ça se passe en coulisses...


Envoyé spécial : "Barrage de Vouglans : le scénario catastrophe - 13 septembre 2018 (France 2)"

https://www.youtube.com/watch?v=23KfSrZWsoI

  
Répondre
gars d'ain
19/03/2020 13:07:46
2

Lâché de couteau baissier après "Island resershal " en "M" baissier = cumul d'une double figure baissière.


Et voilà, comme je l'avais annoncé, les comptes sont bidonnés avec une forte hausse de la dette et vu la situation, ça m'étonnera qui ça se termine bien. Lever de la dette c'est souvent plus facile que de la rembourser surtout avec des approximations comptables de dépenses très largement et régulièrement revues en hausse ...


J'annonce donc la fermeture de la dernière tranche de la fourchette d'Andrews à la baisse : direction l'inconnu vers 4,00 pour 3,00 euros pour essayer de trouver la médiane de fourchette ou le triple creux.


Le passage dans la seconde fourchette baissière jaune et marron est acté... Direction la médiane.

Faudra observer finalement ce qui se passe, parce là sinon c'est la bérézina car la valorisation du capital va être dans cul de basse-fosse... Pour le RSI, on fait du sous-l'eau dans les douves ...


Conclusion : laissez moi cet engin tranquille bien hors de vu de votre portefeuille.

.

  
Répondre
gars d'ain
14/02/2020 10:52:59
1

Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois....


Pour compléter mon post précédent sur la comptabilité complaisante de bisounous...


On nous vante ce matin le résultat net part du groupe à 5,2 Millards d'euros alors que dans le même temps, la dette déjà astronomique a encore augmenté de ... 7,7 Mds€ sur un an.


Du coup, c'est bien pratique, ces prix, ses abonnements, ces devises et ces actifs qui augmentent alors que l'efficacité de production est défaillante (baisse globale importante de la production).

L'Endettement financier net/EBITDA (5) passe ainsi de 2,24x à 2,46 en 2019. On nous dit qu'il est inférieur à l'objectif à ne pas dépasser de 2,70. Mais si on reprend l'EBITDA de 2018, on obtient un ratio à 2,686 et on flirte donc dangereusement avec les limites.


On voit donc que la comptabilité et les hausses ont été habillement additionnées pour faire dire à la compta ce que l'on avait envie quelle dise...


La dette de l'entreprise reste énorme et le coût de démentalement des centrales en activités n'est toujours pas provisionné : on voit mal d'ailleurs comment on fera, vu que pour faire un bénéfice comptable de 5,2 Milliards, il faut déjà générer 7,7 milliards de dettes...


pour ceux qui n'ont pas les yeux en face des trous...



  
Répondre
gars d'ain
14/02/2020 10:26:41
2

Gros tour de passe passe comptable dans la publication annuelle 2019 pour absorber le démantèlement de Fessenheim à compter de 2020...


Je note "EDF a vu son bénéfice net multiplié par plus de 4 en 2019, à 5,2 milliards d'euros, gonflé comptablement par des résultats financiers liés à la bonne performance des marchés financiers, a annoncé vendredi l'électricien.

Le bénéfice net a ainsi atteint 5,2 milliards d'euros, contre 1,2 milliard un an auparavant, a-t-il indiqué dans un communiqué. Le groupe a en effet bénéficié de la variation positive de juste valeur de ses actifs dédiés, qui sont destinés à couvrir les frais de démantèlement nucléaire et de gestion des déchets. Sur un plan plus opérationnel, son excédent brut d'exploitation (Ebitda) a progressé pour sa part de 12% à 16,7 milliards d'euros, dans le haut des prévisions du groupe et au-dessus des attentes des analystes, tiré par de bonnes conditions de prix et l'activité renouvelables. Cela en dépit du recul de la production nucléaire en France et au Royaume-Uni, ainsi qu'une chute de la production hydraulique française. "


Je note encore que le Résultat net courant 2019 n'est que de 3,9 Mds€. Il est par ailleurs précisé : " Le résultat net courant n'est pas défini par les normes IFRS et n'apparaît pas en lecture directe dans le compte de résultat consolidé du Groupe. Il correspond au résultat net hors éléments non récurrents, hors variations nettes de juste valeur sur instruments dérivés énergie et matières premières hors activités de trading et hors variations nettes de juste valeur de titres de dettes et de capitaux propres nets d'impôts."

https://www.edf.fr/groupe-edf/espaces-dedies/journalistes/tous-les-communiques-de-presse/resultats-annuels-2019


Si je reprends le résultat net courant 2018 à 2,5 Md€ : la comparaison est beaucoup moins flatteuse à +56% et NON multiplié par 4.

é%20de%20France_Resultats-annuels.pdf


Vous verrez que l'an passé pour 2018 dans ce PDF, on nous ventait les mérites du Résultat net courant plus avantageux que le résultat net part du groupe et que donc cette année, comme on a bien trituré les comptes, on préfère parler à partir du point le plus bas...


On voit encore aussi de l'an passé en 2018, il fallait surtout s'intéresser au résultat net courant et que cette année, on nous explique en gros que le résultat net courant n'est pas réprésentatif... Vous avez suivi ???

C'est un peu lamentable comme communication et ça s'appelle encore rouler l'actionnaire dans la farine...




Par ailleurs, concernant la performance opérationnelle :


• La production nucléaire est en baisse de -3,49%

• La production hydraulique est en baisse de -14,7 %

• Au royaume-uni, la production nucléaire est en baisse de -13,70%

• La production d’EDF Renouvelables est en baisse de -2%

• pour le reste, on précise très vaguement sans aucun chiffres: "En Italie, la production éolienne et les services système sont en hausse notable. En Belgique, la production nucléaire tout comme la production éolienne sont en augmentation."


On voit donc bien ici qu'EDF s'en sort uniquement par un MIX prix produit plus élevé qui n'est en aucun cas lié à une performance de production plutôt défaillante. Mix Prix auquel il faut ajouter des effets de changes sur lesquels on semble être passé "maitres" en la matière...


Bref, y'a pas de quoi s'enorgueillir.... On vient juste de redresser un peu la barre du navire qui était sur le côté. Revaloriser les actifs de démantèlement, quel beau tour de passe passe comptable sur quelque chose que par ailleurs seul EDF en estime la valeur et qui est plus ou moins invendable....


Une partie encore des explications ...

https://media.opera-energie.com/hausse-edf-contrats-electricite-reconductibles/

https://www.lefigaro.fr/conso/2018/08/24/20010-20180824ARTFIG00120-electricite-une-facture-plus-salee-pour-les-petits-consommateurs.php


Les tarifs de l'électricité en hausse de 5,9% ce samedi : consommation, abonnement, taxes, on a décortiqué votre facture

https://www.lci.fr/conso-argent/les-tarifs-de-l-electricite-en-forte-hausse-ce-samedi-consommation-abonnement-taxes-on-a-decortique-votre-facture-2116501.html


  
Répondre
gars d'ain
03/02/2020 13:03:08
0

Agenda Financier 2020 de EDF


• 14 Fév. 2020 : Résultats annuels 2019

• 07 Mai 2020 : Assemblée générale annuelle des actionnaires 2020


https://www.edf.fr/groupe-edf/espaces-dedies/investisseurs-actionnaires/actualites-et-evenements/agenda

  
Répondre
gars d'ain
14/01/2020 17:56:05
0

A ceux qui pensent que le tout électrique, c'est l'avenir...

C'est surtout une belle escroquerie pour tenter de faire remonter le soldat EDF comptablement en grande souffrance récurrente...


Tout est ci ...


Climat: le PDG de Total juge le débat "trop manichéen"

Actualité publiée le 14/01/20 15:01

Le PDG de Total Patrick Pouyanné, photographié mardi 14 janvier 2020 lors d'une conférence organisée par l'opérateur boursier Euronext à Paris, juge "trop manichéen" le débat sur les moyens de lutter contre le réchauffement clinatique. (AFP/ERIC PIERMONT)

Le PDG de Total Patrick Pouyanné a regretté mardi un débat "trop manichéen", au moment où le secteur des hydrocarbures est sous pression pour agir contre le réchauffement climatique, estimant que la solution "prendra du temps".

"Le débat est aujourd'hui quand même beaucoup trop manichéen, trop faussé", a déclaré Patrick Pouyanné lors d'une conférence organisée par Euronext à Paris.


"On pense qu'il y a un monde blanc et noir. Je comprends qu'il y a des jeunes qui ont envie qu'on agisse, mais c'est un sujet complexe", selon lui.

Il était interrogé sur le cas du joueur de tennis Roger Federer, critiqué par des militants de la cause environnementale, dont Greta Thunberg, pour ses liens avec un sponsor - le Credit Suisse - qui favoriserait les investissements dans les énergies fossiles.


M. Pouyanné a reconnu l'existence d'une "pression" sur les groupes pétroliers et gaziers, tout en la jugeant "très occidentale, voire très européenne".

"Les actionnaires... ce qu'ils veulent surtout s'assurer, c'est la durabilité de nos dividendes", a-t-il aussi jugé.

"Les énergies fossiles représentent 90% du mix (bouquet, NDLR) énergétique mondial aujourd'hui. On ne va pas faire disparaître tout ça d'un coup de baguette magique" et "tout ça va prendre du temps", a aussi fait valoir le PDG de Total.


"Il faudrait que tout le monde retombe un peu sur Terre sur ce sujet énergétique. Je ne verrai pas de mon vivant un système énergétique à base que de renouvelables, il faudrait quand même qu'on arrête de rêver tous collectivement", a-t-il ajouté.

Total s'est largement diversifié dans le gaz naturel et investit dans l'électricité d'origine renouvelable, a-t-il rappelé.


"On est en train de réfléchir à voir si les prochaines émissions [obligataires] qu'on fera, on va les lier à un indicateur qui montrerait (...) comment nous contribuons par l'évolution de nos investissements à une trajectoire moins carbonée", a par ailleurs indiqué M. Pouyanné.

Il ne s'agirait pas d'obligations "vertes" ("parce qu'on va être accusés immédiatement de greenwashing") mais d'obligations de "transition", a-t-il expliqué.


  
Répondre
LBWB
17/12/2019 20:44:00
0

MAJ


MM 100 9.92

test oblique

  
Répondre
gars d'ain
04/12/2019 17:12:44
0

EDF se montre bien impatient de redémarrer vu la période de froid en cours alors que l'ASN n'a pour l'instant pas donné son feu vert. Encore donc une mauvaise news qui n'annonce à longue liste de l'année en cours.


C'est étonnant le brouillard de communication auquel se livre EDF alors que c'est l'ASN qui commande à ce niveau...



Electricite de France : EDF prolonge jusqu'à samedi l'arrêt d'un réacteur nucléaire à Cruas

04/12/2019 | 16:51

EDF PROLONGE JUSQU'À SAMEDI L'ARRÊT D'UN RÉACTEUR NUCLÉAIRE À CRUAS

EDF a prolongé mercredi de deux jours, jusqu'à samedi, l'arrêt du réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse, en Ardèche, ajoutant que la reprise de la production d'électricité pourrait être retardée en raison de vérifications de sécurité en cours à la suite du séisme survenu le 11 novembre sur la commune du Teil.

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) mène des contrôles sur cette centrale disposant de quatre réacteurs d'une capacité totale de 3.600 mégawatts.

Une porte-parole de l'ASN a dit que cet examen n'était pas terminé et que les réacteurs n'étaient pas autorisés à redémarrer.


EDF affirme qu'aucun dégât visible n'a été repéré sur la centrale mais qu'un capteur s'est déclenché lors du séisme, entraînant la suspension de la production pour des contrôles supplémentaires.

Un porte-parole de l'électricien français a dit que le groupe avait transmis à l'ASN tous les documents nécessaires à l'enquête et qu'il attendait la décision de l'autorité.

En attendant, EDF procède à des tests en vue du redémarrage du réacteur, a dit ce porte-parole.

  
Répondre
gars d'ain
25/10/2019 09:43:46
0

ça va pas arranger le tiroir caisse pour passer l'hiver...

...........................................................

EDF: écrête sa prévision de production électrique

Actualité publiée le 25/10/19 09:02

EDF communique ce matin après que l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ait émis une note relative aux problèmes de soudures d'éléments fournis par Framatome rencontrés dans plusieurs de ses réacteurs.

L'énergéticien, dont le capital est très largement contrôlé par l'Etat, souligne d'abord que les réacteurs concernés peuvent continuer à fonctionner. Cela étant, en raison de la prolongation de périodes de maintenance et d'arrêts fortuits d'unités, EDF ramène sa prévision de production électrique de ses réacteurs pour 2019 de 395 à 390 TWh.

En revanche, EDF confirme ses projections financières pour 2019 et 2020.

  
Répondre
CRI74
14/10/2019 19:58:33
0

Certes , mais autant les progrès technologiques que l'augmentation constante de la population participent à l'accroissement sensible de la demande ; plus critique encore lorsque les vieux réacteurs nécessitent un remplacement relativement rapide (à leur échelle)

L'anomalie vient de la solution de facilité provenant de cette mesure alors que les énergies propres et renouvelables s'avèrent très largement ignorées , cas des hydroliennes mises au rencart avant d'avoir seulement produit le premier mégawatt .

Les minis centrales fluviales suivent un chemin pas très éloigné ; bon , les sécheresses à répétition ne militent pas pour leur sort .

Il y aurait de quoi développer une thèse envers les divers manquements concernant l'énergie .

A qui cela profite au fait .... ?

  
Répondre
gars d'ain
14/10/2019 19:20:21
1

Tout le bordel autour de la voiture électrique et de la hausse du gasoil est destiné à argumenter les besoins en électricité et donc à justifier une dérive vers toujours plus de nucléaire : pas mois de 6.


On se fout de notre gueule : on n'est même pas capable d'un construire un qui marche. Ce que je vois, c'est que 2 projets auront couté tellement chère qu'il faut en contraire d'autre pour amortir ainsi la technologie et différer des pasages de lignes comptables de bilan...


J'espère que ceux qui décident en haut lieu se verront remettre des déchets à conserver dans leur cave pour participer à le gestion des déchets. Les prévisions du site de Bure montre qu'il sera saturé très, très rapidement.


On est dans le grand n'importe quoi, on comprend mieux pourquoi Hulot s'est barré...


Pitoyable et affligeant

  
Répondre
CRI74
14/10/2019 19:09:20
2

6 EPR en projet ....

Le gouvernement a envoyé une lettre au président d'EDF, Jean-Bernard Lévy, lui donnant une feuille de route précise pour être en mesure de répondre à l'exécution d'un programme de construction de six nouveaux réacteurs EPR, rapporte lundi Le Monde dans son édition électronique.

Dans ce courrier, que le journal dit s'être procuré, la ministre de la Transition écologique et le ministre de l'Economie, Elisabeth Borne et Bruno Le Maire, évoquent "trois paires de réacteurs sur trois sites distincts", la construction de chaque paire devant être "espacée de quatre ans et les tranches au sein d'une même paire de dix-huit mois".

Contacté par Le Monde, le ministère de la Transition écologique et solidaire assure que "cette lettre de mission ne présage en rien les décisions qui pourraient être prises après mi-2021" et affirme que le fait de mentionner la construction de six réacteurs EPR constitue uniquement "une hypothèse de travail".

Source DJ

Vu les coûts actuels des EPR , il n'est pas certain qu'EDF puisse encore délivrer le moindre dividende , sans prendre en considération le bilan actuel déjà peu favorable


  
Répondre
gars d'ain
14/10/2019 16:13:23
1

Pas de souci.


L'optique traité ici, c'est plutôt d'éviter de l'avoir en moyen à long terme. En fait, elle se comporte comme le BX 4, plus elle détache du dividende, plus elle rebondit moins haut...


Après, si t'arrives à gagner 3 sous avec, c'est bien.

  
Répondre
parsec2
14/10/2019 16:07:50
1

Pour ceux qui suivent : retour de très brèves vacances : je suis encore dessus ! Accroc ! Avec le volume à l'achat plus important ce matin à 9,31, j'y suis revenu à 9,32 ! Déjà revendu à 9,45 ; et j'ai loupé la suite... ! +1,22% dans la journée, frais inclus. Je sais que globalement vous déconseilliez plutôt cela sur le forum, mais pour l'instant, je trouve que ce fonctionnement me convient. Il y a certainement mieux et moins contraignant, et j'espère continuer d'apprendre à vos côtés bien davantage à l'usage.

  
Répondre
mika57
11/10/2019 10:15:14
0

Honnêtement, ça serait pas plus mal qu'ils fassent sauter le dividende d'EDF si ça permet à la boîte de sortir de sa crise

Mais l’État va tout faire pour freiner ce genre de mesure


Tout simplement parce qu'indirectement, c'est les français qui vont trinquer :

Prélèvements obligatoires de l’État : 43% du PIB

Dépenses publiques : 56% du PIB

Déficit réel : 13%

Déficit annoncé : 2.8%


Différentiel : Les dividendes empochés sur EDF mais aussi ORANGE, ENGIE, FDJ, ADP, AIRBUS, etc...


Si EDF supprime son dividende (0.30 euros par action en 2018), c'est 767 millions d'euros en moins chaque année dans les caisses (mais on sait bien que l’État siphonne bien plus), même si 2018, 2019 et 2020 seront payés en actions


Donc, 2 solutions, que les français regretteraient :

- Diminuer les dépenses de 300 milliards ==> Les français morflent

- Augmenter les impôts de 300 millions ==> Les français morflent


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

"Vous constaterez qu'en un rien de temps, on vient de perdre 2 années de bénéfices comptables et de dividendes, autrement dit 2019 et 2020 servent juste à éponger les surcoûts"

Mais il me semble qu'EDF ait annoncé un RN de 2.5 milliards, et ce, rien que pour le 1er semestre de cette année

Alors, sauf s'il y a grosse perte ou bénéfice 0 au S2, c'est (un peu) moins que 2 années de pertes comptables



Étant toujours actionnaire, mais plus pour longtemps, ça me dérangerait pas de supprimer le dividende, surtout quand on voit le niveau passé. 60% du RN est consacré au dividende depuis au moins 2014

Et quand on voit son niveau passé, on voit tout l'agent qui aurait pu servir ailleurs


  
Répondre
gars d'ain
11/10/2019 08:48:21
0

Les fusibles ont fait sauter le disjoncteur Flamaville !

EDF n'aime pas les surtensions financières, enfin surtout ses actionnaires qui comment à bien avoir de peine à croire au monde vertueux promis par EDF...

EDF nomme un nouveau directeur au projet EPR de Flamanville : c'est assez marrant, ça sort à 22. Y'bossent encore à cette heure chez EDF, où on avait pas trop envie que ça se voit ????

Le cours de location des algeco de chantier va grimper, va falloir trouver une place à l'algeco qui va servir de placard au fond de la zone de chantier pour l'ancien directeur...


Bon, je vais pas vous retarder plus longtemps pour lire la niouse...

Vous constaterez qu'en un rien de temps, on vient de perdre 2 années de bénéfices comptables et de dividendes, autrement dit 2019 et 2020 servent juste à éponger les surcoûts. ça fait tout de même 130 milliards de CA à la louche pour rien, juste équilibre la balance à zéro. De qui se moque-t-on ???

Vu le passif déjà enregistré, ça ne relève pas franchement d'une gestion en bon père de famille du bijou du royaume... Mais qui donc va bien pouvoir payer les dividendes???

Ah, ça c'est une vraie question ? Et ne faudrait-il pas le supprimer vu ce qu'on est amené à constater... Effectivement, le problème, c'est que sans dividende, le cours pourrait descendre vers 6...

On surveillera encore la foudre de Jupiter qui pourrait s'abattre rapidement pour couper la poire blète en 2, la partie "bleue" et la partie "verte" : ce qui ne devrait pas manquer de créer des surtensions importantes, vu qu'aucune n'est mûr pour le projet...

C'est mon projet... ça me rappelle quelqu'un qui voulait électrifier les consciences : tout est tombé en panne et ils ont mis des gilets pour signaler qu'on avait un problème...


EDF nomme un nouveau directeur au projet EPR de Flamanville

Actualité publiée le 10/10/19 22:02

https://www.abcbourse.com/marches/edf-nomme-un-nouveau-directeur-au-projet-epr-de-flamanville_484308

------------------------------------------------------------------------------------------------------

EDF a annoncé jeudi la nomination d'un nouveau directeur au projet de l'EPR de Flamanville, sans préciser les raisons de ce changement de gouvernance qui intervient au lendemain de l'annonce d'une facture alourdie pour ce chantier.


Le PDG du groupe "a procédé à la nomination d’Alain Morvan au poste de directeur du projet Flamanville 3. Il succède à Laurent Thieffry nommé directeur de la Direction Industrielle au sein de la Direction Ingénierie et projets Nouveau Nucléaire", a indiqué EDF dans un communiqué.


Interrogé par l'AFP sur les raisons de ce changement, le groupe n'a pas souhaité faire de commentaire.

Ces nominations prendront effet le 1er janvier 2020.

La veille, EDF a annoncé que la facture du chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche) devrait s'alourdir de 1,5 milliard d'euros pour atteindre 12,4 milliards d'euros, à la suite des problèmes de soudures.


L'électricien, qui vise un chargement du combustible fin 2022, a présenté sa solution privilégiée retenue pour effectuer les travaux complexes de réparation, avec des robots télé-opérés.

Le coût prévu de l'EPR de Flamanville, lancé il y a quinze ans, était annoncé jusqu'à présent de 10,9 milliards, déjà trois fois plus que l'estimation initiale.

Alain Morvan, qui a débuté sa carrière au sein de l'entreprise, a intégré en 2019 la division Production Nucléaire, a souligné le groupe.


La Direction industrielle qui sera dirigée par Laurent Thieffry "porte l’expertise de la filière nucléaire au sein d’EDF dans les domaines des matériaux, de la chimie et des géosciences". Elle est également en charge du contrôle et de la surveillance des fournisseurs pour l’ensemble des activités nucléaires du groupe, est-il encore indiqué.


Le PDG d'EDF a annoncé début octobre des "décisions concrètes" à venir sur la filière nucléaire qui vit "des moments difficiles".

Les problèmes à Flamanville ont conduit le gouvernement à commander à l'ancien PDG de PSA Jean-Martin Folz un audit, qui doit être remis le 31 octobre.

Le groupe connaît également des difficultés en Angleterre, où son énorme chantier de construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point C devrait coûter jusqu'à 3,3 milliards d'euros plus cher que prévu.

  
Répondre

Forum de discussion EDF

202004241456 495989
Ma liste