bourse investir
OK

Et vous? votre avis?

Cours temps réel: 5,532€  -0,81%
VK


24/03/2017 07:21:32

Re:À lire

chrisfenua 0
pour le rebond nullos87

a 5.50 elle est pas chère

  
Répondre
24/03/2017 07:03:24

Re:Vad

TRADMEN 0
Totale netto shortpositie op 24 maart 2017: 8,44%
  
Répondre
22/03/2017 07:00:03

Re:Vad

TRADMEN 1
Totale netto shortpositie op 22 maart 2017: 8,87%


  
Répondre
21/03/2017 12:51:17

Re:Vad

TRADMEN 1
Re:Vad
  
Répondre
21/03/2017 06:57:19

Vad

TRADMEN 0
Totale netto shortpositie op 21 maart 2017: 9,18%
  
Répondre
20/03/2017 20:55:05

Re:À lire

nullos87 0
Moi je me méfie des petrolieres!!
  
Répondre
20/03/2017 20:53:45

Re:À lire

chrisfenua 0
hello

à 5.50 c'est encore intéressant Vallourec j dis...mais elle peut être un peu moins chère encore j pense....

dans l secteur j regarde un peu + Bourbon qui a pris une bonne claque en 2 semaines.....-20%.....

le potentiel est pas mal non plus

  
Répondre
20/03/2017 18:28:38

Re:À lire

TRADMEN 0
20/03/2017 | 17:19
L'OPEP PRÊTE À PROLONGER L'ACCORD AVEC LES PAYS NON-MEMBRES
Les pays de l'Opep penchent de plus en plus fortement vers une prolongation au-delà du mois de juin de leur accord de réduction de la production entré en vigueur le 1er janvier afin de rééquilibrer le marché, ont déclaré des sources internes au cartel, précisant que la Russie et les pays non membres de l'organisation devraient également y souscrire.
L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) s'est engagée le 30 novembre dernier à réduire sa production de 1,2 million de barils par jour (bpj) pour la ramener à 32,5 millions de bpj au premier semestre de cette année. La Russie et d'autres pays non-membres de l'organisation ont également consenti à réduire leurs pompages.


Cet accord a permis de faire remonter les cours du baril de brut, mais les stocks des pays industriels continuent d'augmenter et la hausse des prix a encouragé une relance de la production américaine de pétrole de schiste. Un nombre croissant de responsables de l'Opep pensent que six mois seront insuffisants pour réduire les stocks.


"Une prolongation (de l'accord) est nécessaire pour rééquilibrer le marché", a dit un délégué de l'Opep, ajoutant : "Toute prolongation de l'accord devra concerner les pays non-Opep."


En février dernier, des sources avaient rapporté à Reuters que le cartel pourrait prolonger son accord de réduction, voire mettre en oeuvre des baisses plus importantes à partir du mois de juillet si les stocks de brut ne parvenaient pas à descendre au niveau ciblé.


Selon les chiffres les plus récents, les stocks mondiaux ont atteint 278 millions de barils en janvier, un niveau supérieur à leur moyenne des cinq dernières années, alors que le cartel cherche à ce qu'ils retombent à ce palier.


Cinq autres sources au sein de l'Opep ont dit qu'il était de plus en plus clair que six mois seraient insuffisants pour stabiliser le marché, ajoutant là encore que tous les producteurs, de l'Opep comme hors-Opep, devaient être d'accord.


"Les ministres se rencontreront en mai pour arrêter leur décision, mais chacun devra être d'accord", a déclaré une source d'un des principaux pays producteurs de l'Opep.


La prochaine réunion ministérielle de l'Opep est prévue le le 25 mai à Vienne. Une réunion entre pays membres et non membres de l'Opep aura également lieu en mai, a dit le mois dernier le secrétaire général de l'organisation, Mohammad Barkindo.


"D'âpres négociations sont en cours", a dit une autre source.


La Russie, le plus important des 11 producteurs non membres de l'Opep qui se sont associés à l'accord, n'a pas publiquement annoncé si elle défendrait sa prolongation. Mais Moscou se méfie de la reprise de la production du pétrole de schiste aux Etats-Unis, qui pèse sur les cours.


Les ministres de l'Opep n'anticipent pas pourtant une forte relance de la production de pétrole de schiste en 2017. Une source au sein du cartel a précisé qu'elle devrait augmenter de 300.000 barils par jour cette année, un niveau dont le marché pourrait s'accomoder.


(Rania El Gamal et Alex Lawler, Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Véronique Tison)


Valeurs citées dans l'article : London Brent Oil, WTI
  
Répondre
20/03/2017 12:16:23

Re:À lire

TRADMEN 0
Bonjour peu importe le pourcentage un vadeur en entraîne un autre et du coup çela fait boule de neige ...
Les positions actuelles sont raisonnables ...Les vendeurs d'aujourd'hui hui sont les acheteurs de demain...
Après plus la position monte plus le risque d écart important est présent sur la valeur .
Cdlt
<p>


</p>
  
Répondre
20/03/2017 07:50:32

Re:À lire

damirov 0
Bjr¨
A partir de quel pourcentage le nombre de pos. short devient-il significatif pour l'évolution de la valeur ?
  
Répondre
20/03/2017 07:06:23

Re:À lire

TRADMEN 0
Vallourec
Totale netto shortpositie op 20 maart 2017: 9,32%


  
Répondre
16/03/2017 13:06:18

À lire

TRADMEN 0
Londres (awp/afp) - Les prix du pétrole poursuivaient leur rebond jeudi en cours d'échanges européens, la baisse inattendue des réserves américaines ayant redonné un peu d'élan au marché depuis mercredi.


Vers 11H00 GMT (12H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 52,22 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 40 cents par rapport à la clôture de mercredi.


Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat d'avril gagnait 34 cents à 49,20 dollars.


Les cours de l'or noir, qui avaient fortement reculé pour atteindre mardi leur plus bas niveau depuis plus de trois mois, rebondissaient depuis que les données hebdomadaires sur les réserves américaines ont montré un léger recul des stocks de brut.


"Les importations de brut ont reculé de 745.000 barils par jour, ce qui explique en grande partie la baisse des réserves", ont détaillé les analystes de Commerzbank, qui soulignent par ailleurs que la production américaine continue d'augmenter, "à 9,1 millions de barils par jour, son plus haut niveau depuis février 2016".


Alors que la surproduction mondiale pèse sur le marché depuis 2014, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et d'autres grands producteurs se sont accordés fin 2016 pour limiter leurs extractions et permettre au marché de retrouver l'équilibre.


Mais la hausse des prix qui s'en est suivie a permis aux producteurs indépendants américains de reprendre de plus belle leurs extractions de pétrole non conventionnel, plus coûteuses.


"Les grandes hausses des réserves américaines de brut sur le mois passé ont conduit les investisseurs qui pariaient sur une hausse du prix du WTI à perdre patience. L'accord de l'Opep est respecté à des niveaux historiques, mais les investisseurs se focalisent sur les réserves", a expliqué Michael Tran, analyste chez RBC Capital Markets.


"Il ne faut pas se focaliser entièrement sur les réserves américaines pour juger de l'état du niveau mondial car les stocks d'autres pays de l'OCDE commencent à reculer", a prévenu l'analyste.


js/jbo/cj
  
Répondre
16/03/2017 07:05:37

Re:Vad

TRADMEN 0
Totale netto shortpositie op 16 maart 2017: 9,39%


  
Répondre
15/03/2017 07:01:42

Re:Vad

TRADMEN 0
Totale netto shortpositie op 15 maart 2017: 9,29%
  
Répondre
14/03/2017 06:38:08

Re:Vad

TRADMEN 0
Totale netto shortpositie op 14 maart 2017: 9,22%
  
Répondre
13/03/2017 06:46:34

Re:Vad

TRADMEN 0
Totale netto shortpositie op 13 maart 2017: 9,12%
  
Répondre
10/03/2017 07:08:59

Vad

TRADMEN 0
Totale netto shortpositie op 10 maart 2017: 8,67%


  
Répondre
09/03/2017 12:20:31

Re:Hausse ce jour

TRADMEN 0
Re:Hausse ce jour
  
Répondre
09/03/2017 07:12:54

Hausse ce jour

TRADMEN 0
Totale netto shortpositie op 9 maart 2017: 8,47%
  
Répondre
09/03/2017 07:10:11

TRADMEN 0
(Boursier.com) — Le pétrole s'est illustré mercredi par un plongeon de plus de 5% après l'annonce d'une forte hausse des stocks américains de brut lors de la semaine passée. Le cours du baril de brut WTI (contrat à terme d'avril sur le Nymex) a ainsi fini en recul de 5,38%, à 50,28$, retombant au plus bas depuis trois mois. Au moment de la clôture du Nymex, le Brent cédait de son côté 5% à 53,11$ le baril.


Aux Etats-Unis, les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont bondi de 8,4 millions de barils lors de la semaine close au 3 mars, à 528,4 millions de barils, alors que le consensus tablait sur +2 mb. Cette accumulation des stocks américains laisse penser que les efforts de l'Opep et d'autres grands pays producteurs pour limiter l'offre globale de pétrole ne suffiront pas à éponger l'offre excédentaire et les stocks élevés.


Le ministre de l'Energie de l'Arabie Saoudite, Khalid al-Falih, a aussi contribué à l'accès de faiblesse de l'or noir. Mardi, lors de la conférence sur l'énergie CERAWeek à Houston, il envoyé des signaux contradictoires sur la future réduction de production par l'Opep.


Chute des valeurs énergétiques mercredi à Wall Street


M. Falih a indiqué d'une part que l'accord passé fin 2016 entre l'Opep et des pays non-membres avait amélioré les fondamentaux du marché. En revanche, il a jugé prématuré d'envisager la prolongation de la réduction à la seconde partie de l'année, alors que les experts jugent cette prolongation indispensable pour rééquilibrer le marché mondial.


A Wall Street, les cours de Bourse des groupes pétroliers ont bu la tasse mercredi, dans le sillage des cours du brut : -1,8% pour ExxonMobil, -1,9% pour Chevron, -3% pour Transocean et -2,3% pour Schlumberger.
  
Répondre

Retour au forum Vallourec