Paris s'affaire pour séduire les prochains exilés du Brexit
OK
Accueil  > Communauté   > Forum CAC 40

Paris s'affaire pour séduire les prochains exilés du Brexit

Cours temps réel: 5 535,57  0,31%

PX1


ygalsky
15/11/2016 12:39:49
1
Bonjour,

Combien de fois faudra-t-il répéter que les entreprises financières françaises n'arrivent pas à la cheville de leurs homologues britanniques ?
Ne serait-ce que la capitalisation boursière d'une seule banque britannique, qui est supérieure à la totalité des 4 plus grandes banques françaises.
HSBC pour ce qui est de la banque britannique, et BNP+SOCIÉTÉGÉNÉRALE+CRÉDITAGRICOLE+NATIXIS pour les 4 "grandes" petites banques françaises...
À la niche les hâbleurs ! Pour l'os à ronger de la place parisienne.
Le "gras" restera à Londres, pour les "Maîtres" prédateurs financiers de la place londonienne.
2 banques françaises "Primary Dealers" auprès de la FED de N.Y. BNP et Société Générale depuis 2011.
Mais 10 us, 3 britannique, 3 canadienne, 2 suisses, 2 japonaises, 2 françaises et 1 allemande.
La BNP y est toujours présente après une amande record !(racket ?).
C'est là que l'on peut voir l'influence des banques anglo-saxonnes.
La domination mondiale des banques anglo-saxonnes est une construction qui a plus de 2 siècles d'existence.
À la fin du XIXème, l'Angeterre n'avait plus que 13% de sa population vivant de la paysannerie, cependant que la France en était à 84% !
L'Angleterre avait exporté ses paysans(hommes+femmes+enfants), pour ne pas devoir supporter des "parias", vers ses colonies et l'Amérique du nord, depuis la fin du XVIIIème, et tout au long du XIXème, en leur offrant le prix du billet.
Mais en gardant, toutefois, les éléments les plus solides pour le travail dans les mines de charbon, énergie nécessaires au fonctionnement de la manufacture naissante du textile anglais, avec les bras des paysans les moins sots reconvertis en ouvriers.
Le Droit International inexistant le permettait.
Ces paysans déportés, fondèrent leur nation au grand dam des amérindiens.
La France a gardé ses paysans...sans pouvoir les reconvertir...
Et par décret, des hommes en transit sur une "scène", veulent modifier cet ordre là ?

Message complété le 15/11/2016 12:44:27 par son auteur.

correction :

-Le Droit International inexistant le permettant :"
en place de :
"Le Droit International inexistant le permettait."

  
Répondre
aliqujus
15/11/2016 10:42:57
1
Avec SAPIN et VALLS voilà un bon duo de "commerçants vendeurs" quand nos politiques cesseront-ils de s'occuper de tout , leur problème c'est de remplacer les textes de LOI négatifs PAR DES TEXTES POSITIFS.
Pour le restant avec les banques les courtiers, les grosses agences immobilières, la CCI ETC ETC les laisser faire , ce sont des gens qui savent de quoi ils parlent pas comme SAPIN qui est incapable de faire un speach sans sortir une contre-vérité ou une boulette.
Pour Valls, rien qu'à le voir les acheteurs qui aiment la souplesse et la diplomatie se sauvent
Nos politiques n'ont rien retenu de l'échec avec le choix de LONDRES pour les J.O , tout marchait bien jusqu'à l'arrivée des politiques.

Arrivé à un certain niveau les responsables n'aiment pas qu'un choix leur soit imposé par des personnes n'ayant que des vagues notions du sujet.
  
Répondre
aliqujus
15/11/2016 10:42:57
0

Le ministre français de l'Economie Michel Sapin (à gauche) et le Premier ministre Manuel Valls, lors du forum "Paris Europlace" le 6 juillet 2016 à Paris (AFP/Archives/DOMINIQUE FAGET)

Tordre le cou aux idées reçues sur la France et accompagner les futurs investisseurs tout au long de leurs démarches pour s'implanter en Ile-de-France: face aux perspectives offertes par le Brexit, Paris a fort à faire pour attirer les entreprises de ce côté-ci de la Manche.

Même si le divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne n'est pas encore acté, et que ses conséquences restent encore incertaines, la capitale, tout comme les autres grandes métropoles européennes, se met en ordre de marche pour tenter d'avoir la plus grosse part du gâteau.

Sous le slogan "Tired of the fogs? Try the frogs!" ("Marre du brouillard? Essayez les grenouilles!"), le quartier d'affaires de La Défense a lancé une campagne de communication dans la City et les gares et aéroports londoniens pour courtiser les entreprises britanniques.

De son côté, le Premier ministre Manuel Valls a inauguré il y a une dizaine de jours, dans le XIXe arrondissement, un guichet unique intitulé "Choose Paris Region - Welcome to Greater Paris", initiative réunissant plusieurs acteurs dont la région Ile-de-France, la Mairie de Paris et l'agence publique Business France.

Que ce soit sur la règlementation de tel ou tel secteur, la fiscalité, l'immobilier ou encore l'offre culturelle et éducative dans la capitale, les six conseillers de cette toute nouvelle structure se doivent de pouvoir répondre à toutes les questions que leur posent leurs interlocuteurs.

"Une fois qu'un investisseur a décidé de venir s'installer en Ile-de-France, on fait en sorte de faciliter cette démarche, en faisant des simulations fiscales, en aidant à trouver des locaux, des ressources humaines, à ouvrir les compteurs d'électricité, ou encore à accompagner les salariés dans leurs démarches au rectorat pour inscrire leurs enfants à l'école", explique Robin Rivaton, directeur général de Paris Région Entreprises, l'agence de développement économique de la région Ile-de-France.

- Faciliter les démarches -


De gauche à droite: Patrick Ollier, président de la Métropole du Grand Paris; Anne Hidalgo, maire de Paris; Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France et Manuel Valls, lors de l'inauguration de "Choose Paris Region", le 3 novembre 2016 (AFP/Archives/PHILIPPE LOPEZ)

"Vous pouvez aussi avoir des gens qui appellent le guichet et qui sont encore dans une phase de réflexion, demandent des informations sans qu'ils aient totalement arrêté leurs décisions d'implantation", ajoute-t-il.

Pour l'heure, une quinzaine de dossiers est gérée par l'équipe, mise en place il y a environ un mois, essentiellement dans les secteurs de la finance et de la logistique, et émanant plutôt de petites ou moyennes structures.

Parmi eux, un petit nombre en est à un stade très avancé, avec une installation imminente. D'autres hésitent encore entre Paris, Francfort, Dublin ou encore Amsterdam.

Les responsables du guichet unique s'attendent à une montée en puissance au fur et à mesure des évolutions des négociations entre Londres et Bruxelles.

Mais Ross McInnes, président du conseil d'administration de l'équimentier aéronautique Safran, adoubé ambassadeur du guichet unique par Manuel Valls, prévient: "on ne va pas tout d'un coup éteindre les lumières à Londres et les rallumer à Paris". En revanche, "durant cette période d'incertitudes, il est du devoir des employeurs, surtout dans le secteur financier, de regarder toutes les options qui s'offrent à eux", indique-t-il.

Et de celui de Paris de leur apporter des réponses concrètes, en brisant certains clichés. "Oui les charges sociales sont plus élevées en France, indubitablement", reconnaît-il.

"Mais en face de ça, les coûts opérationnels vont être moindres", l'immobilier étant moins cher à Paris qu'à Londres, de même que les mutuelles, observe M. McInnes, dont le rôle sera de "donner un coup de pouce et un élément de crédibilité" dans certains dossiers avancés, du fait de son expérience de dirigeant d'une entreprise française reconnue sur la scène internationale.


Ross McInnes, président du conseil d'administration de l'équimentier aéronautique Safran (AFP/Archives/ERIC PIERMONT)

D'autres entités sont à la manoeuvre, à l'image de l'association Paris Europlace, qui a vanté lundi les mérites de la place financière parisienne auprès d'une délégation de banques et d'entreprises chinoises reçues à Bercy, ou de l'ancien gouverneur de la Banque de France Christian Noyer.

Des acteurs qui espèrent que leurs efforts ne seront pas ruinés par le vote de mesures emblématiques, actuellement en débat à l'Assemblée nationale, revenant sur les allègements fiscaux pour les impatriés ou la fiscalité avantageuse pour la distribution d'actions gratuites.

© 2016 AFP

  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201611151239 550547
Ma liste