Vivendi veut grimper à 30% dans Mediaset, malgré l'hostilité des Berlu
OK
Accueil  > Communauté   > Forum CAC 40

Vivendi veut grimper à 30% dans Mediaset, malgré l'hostilité des Berlu

Cours temps réel: 5 514,57  -0,13%

PX1


Augustus
23/12/2016 16:31:40
0

  
Répondre
ygalsky
23/12/2016 16:18:56
0
Bonjour très cher SPQR,

Tout à fait d'accord...!

...Mais qu'est-ce qui n'est pas absurde aujourd'hui ?

Sinon, pas mal le "SPQR".

Dans mon enfance, avec des camarades nous rions de voir ces lettres en reliefs sur les tampons d'égouts(en Italie certes), et nous les traduisions par : "Sono Porci Questi Romani".
Ce qui était injuste, je l'accorde, puisque en réalité c'était :"Senatus PopulusQue Romanus".

Nous n'avions pas de sympathie pour Rome...et en particulier pour les conséquences de sa décadence, que toute la péninsule a subit, tout comme la notre aujourd'hui au niveau continental.

Cordialement, ainsi que "Bonnes Fêtes" !

Y.

  
Répondre
Augustus
20/12/2016 06:54:48
1
Bonjour, c’est du grand n'importe quoi mon cher, vos propos non pas de sens

Limite très limite , vous devriez vous relire avant d'écrire des absurdité


CIAO

SPQR

Message complété le 20/12/2016 07:03:35 par son auteur.

@ ygalsky

  
Répondre
ygalsky
20/12/2016 05:30:08
0
Vivendi use de méthodes de voyous...!
Comportement qui ne peut que porter atteinte au libéralisme, et surtout en amplifier le discrédit.
Bravo et félicitations bolloré, les méthodes "sauvages" qui peuvent fonctionner en Afrique, et en Cote d'Ivoire en particulier, n'étant donc pas contestées, ne peuvent pas être appliqué de la même façon sur notre continent, sans être tôt ou tard mis au ban de notre société.
Les méthodes employées sur des peuples dont "l'histoire" est plus récente(Afrique), par des individus issus de peuple à "l'histoire" plus ancienne, comme celles des pays de notre continent, peuvent être acceptées par nos contemporains occidentaux.
Mais, que penser d'un individu issu d'un pays à l'histoire plus "jeune", que celle d'un pays qui lui a apporté la civilisation, "Rome"(Italie depuis la fin de l'Empire) qui a modifié le "futur" de la Gaule et des gaulois, et a transformé les gaulois en "gallo-romain"(bâtards/bastardus de romains), par le ventre de leurs femmes, après la mort des combattants gaulois sur les champs de batailles contre les romains.
Comme tout être né "hors mariage"(bastardus), il n'y a que le ressentiment et la haine de ce père(romain/italien en l’occurrence ?) qui n'a pas légitimé sa naissance, et le crépuscule de la vie ne peut qu'inciter à agir/punir ce père, avant d'être emporté par la fin...de l'histoire...

D'autant plus, que sur le "Marché" boursier italien, il est interdit être un acteur majeur de la téléphonie et de la télévision; il faut choisir sous peine de sanctions.
  
Répondre
ygalsky
20/12/2016 05:30:08
0

L'ex-chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, le 21 mai 2014 à Rome (AFP/Archives/TIZIANA FABI)

Le bras fer entre le groupe de médias français Vivendi et les Berlusconi s'est encore intensifié lundi, le groupe français, qui avait acquis la semaine dernière 20% de Mediaset, annonçant qu'il comptait augmenter jusqu'à 30% sa participation dans le groupe de télévision italien.

Le groupe de Vincent Bolloré avait fait la semaine dernière une entrée fracassante au capital de Mediaset, groupe contrôlé par la famille de Silvio Berlusconi, laquelle a qualifié ,via sa holding Fininvest, cette manoeuvre d'"hostile" et a saisi la justice italienne en accusant Vivendi de "manipulation de marché".

Dans un communiqué publié lundi, Vivendi explique que son directoire, "considérant les prises de position récentes de Fininvest", "a décidé avec l'autorisation du conseil de surveillance d'augmenter sa participation dans Mediaset en fonction des conditions de marché", et ce dans la limite de 30% du capital et des droits de vote du groupe italien.

Vivendi "rappelle que sa présence au capital de Mediaset s'inscrit dans sa volonté de se développer en Europe du Sud et dans le cadre de ses ambitions stratégiques en tant que groupe international majeur dans le domaine des médias et des contenus d'essence européenne", ajoute encore le communiqué.

Dans la soirée, Fininvest, la holding des Berlusconi, qui avait annoncé un peu plus tôt avoir doublé sa plainte en justice contre Vivendi d'un recours auprès du gendarme italien des marchés, la Consob, pour "manipulation de marché et abus d'informations privilégiées", a pourfendu cette nouvelle déclaration.

"Vivendi poursuit, avec son annonce, une stratégie très agressive qui, un geste après l'autre, ne fait que confirmer toutes les irrégularités et les graves violations que Fininvest a relevé dans ses recours et plainte présentés au parquet (de Milan, ndlr) et à la Consob, avec le dépôt de la documentation adéquate. Ces premières actions judiciaires seront suivies d'autres, aussi bien sur le plan pénal que civil et administratif", a expliqué Fininvest.

Après l'échec d'un projet de mariage annoncé en avril entre Mediaset et Vivendi, qui a débouché sur un conflit acrimonieux, Vivendi tente un coup de force pour s'emparer de Mediaset, seule cible européenne accessible dans le domaine des contenus télévisuels.

Dénonçant une opération hostile, la famille Berlusconi s'est lancée, en riposte à l'entrée de Vivendi dans Mediaset, dans l'achat de titres pour monter à 38,266% du capital et 39,775% en termes de droits de vote au sein du groupe de télévision italien.

Le gouvernement italien est aussi intervenu dans la bataille, jugeant inappropriée l'opération de Vivendi et évoquant une "escalade hostile".

La genèse de l'affaire remonte au 8 avril, lorsque Vivendi et Mediaset, dont les patrons étaient amis de longue date, avaient annoncé un accord stratégique prévoyant la prise de contrôle par le groupe français de 100% du bouquet de chaînes payantes Mediaset Premium, et un échange de participations entre les deux groupes (à hauteur de 3,5% de leur capital).

Mais le 25 juillet, l'entreprise dirigée par Vincent Bolloré a indiqué ne plus vouloir racheter ce bouquet, évoquant des doutes concernant ses résultats futurs. Elle a alors proposé d'acquérir 20% de Premium et de prendre une participation de 15% dans Mediaset, via l'émission d'une obligation convertible obligatoire, une proposition rejetée par le groupe italien.

Cette volte-face de Vivendi avait entraîné depuis l'été une chute de 30% du titre de Mediaset. Elle a été dénoncée vivement par Fininvest, qui y voit une basse manoeuvre du groupe français pour faire chuter le cours de Mediaset et tenter de s'en emparer à bas prix.

© 2016 AFP

  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201612231631 556359
Ma liste