Fessenheim: les syndicats refusent la fermeture du site
OK
Accueil  > Communauté   > Forum CAC 40

Fessenheim: les syndicats refusent la fermeture du site

Cours temps réel: 5 643,08  -0,40%

PX1


angeloysse
10/01/2017 15:00:22
1

il y'a eu beaucoup d' accidents dans l'histoire de l'énergie nucléaire .


nous devons savoir qu'une zone dans un rayon de 30 km autour de l'installation c'est a dire de la centrale et la plus contaminés après un accident .


ce rayonnement détruit toute vie arbre rivière et humain et pour les survivants la santé sera mis a lourde épreuves par la démultiplication des cancers


la liste des accidents nucléaire est longue depuis 1950 a nos jours
Canada , Russie , Angleterre Etats-Unis en passant par Tchernobyl en Ukraine l'un des plus grand accident, Brésil et sans oublier Fukushima japon !!!!!


En entretenant et en maintenant les très vieilles centrales en poussant leurs limites nous avons nous aussi de très fortes chances de connaître un Tchernobyl ou un Fukushima et dans des proportions bien pire !!!!
  
Répondre
gbobola
10/01/2017 14:23:15
2
pour les barrages en effet c'est pire car l'eau est inaliénable.... conséquences de l'édit de moulin 1566....
a moins de prouver une activité antérieure à cette date... c'est une des raisons sur le fait qu'il u peu de barrages privés surtout hydroelectrique
  
Répondre
aliqujus
10/01/2017 14:00:15
3
Comme d'habitude quand la politique gère c'est tout et son contraire.
Il faut accélérer le renouvelable , très bien mais pourquoi il faut environ 5 ANS pour autoriser les éolienne , pour la mer c'est pire , pour les barrages sans doute encore pire. .
Ou il y a un impératif logique et hautement souhaitable : cesser la prolifération atomique ce qui conduit au renouvelable , il faut accélérer sa mise en place ou les écolos nous mènent en bateau avec une prétendue pollution!! , ce qui me semble plus que surprenant.
Pour l'instant EDF doit importer du courant des centrales au charbon d'ALLEMAGNE qui polluent à court terme et PARIS pour se prémunir quand les vents viennent de l'est ou du nord est prends des mesures qui , dans le fond , ne pénalisent que ceux qui ont le moins de revenus : longueur des transports par des moyens de locomotion alimenté par EDF via les centrales ATOMIQUES ou en interdisant les véhicules anciens ; ce qui normal les riches ne changent pas leurs voitures!!!*

Pour UN REGIME QUI SE PRETENDS SOCIALISTE C'est pour le moins étonnant;

Question : combien dépense EDF pour maintenir en vie UNE CENTRALE ET COMBIEN DE COURANT AURAIT ETE FOURNI en dépensant la même somme dans le renouvelable.
  
Répondre
I88416AA
10/01/2017 13:23:27
0

Bien à ce moment là, il faut arrêter de construire des réacteurs et arrêter le projet de construction de 2 EPR en Angleterre.
Laissons les Anglais gérer leurs moyens de productions énergétiques.
  
Répondre
I88416AA
10/01/2017 13:21:19
0
L'Etat veut fermer Fessenheim après de coûteux investissements pour prolonger la durée de vie de cette centrale et en même temps l'Etat donne son accord pour le très hasardeux, risqué projet de construction de 2 EPR en Angleterre, qui peut comprendre de telles décisions ?
Ce qui est certain, c'est que le citoyen Français paiera l'addition, c'est déjà la cas avec la recapitalisation d'AEVA. Je suis surpris qu'aucune manifestation citoyenne se fasse jour car EDF est l'Entreprise de tous les Français.
  
Répondre
angeloysse
10/01/2017 13:18:50
0
il faudra attendre une catastrophe pour ouvrir les yeux de la conscience


  
Répondre
angeloysse
10/01/2017 13:18:50
0

Les personnels de Fessenheim dénoncent le projet de fermeture du site (AFP/Archives/Sebastien Bozon)

Les personnels de la centrale nucléaire alsacienne de Fessenheim ont cessé le travail pendant une heure mardi pour dénoncer le projet de fermeture du site, et soutenir leurs collègues qui doivent s'opposer à cette décision lors d'un comité central d'entreprise d'EDF près de Paris.

"L'objectif était de soutenir nos collègues pendant le CCE. C'était un petit coup de poing, pour montrer qu'on existe encore", a expliqué à l'AFP Philippe Huck de la CGT.

L'arrêt définitif de Fessenheim, réclamé de très longue date par les militants anti-nucléaires qui estiment cette centrale particulièrement dangereuse, est une promesse de campagne de François Hollande en 2012. Il est actuellement fixé à l'horizon 2018, quand EDF prévoit de mettre en service l'EPR de Flamanville (Manche).

"Nous sommes engagés dans un marathon et nous n'avons pas la capacité d'appeler à un arrêt de travail pendant un jour entier. Ce serait trop coûteux pour les salariés", a souligné Carole Perrin de la CFDT.

L'appel lancé par l'intersyndicale opposée à la fermeture de la centrale a été suivi. 150 salariés se sont rassemblés devant l'entrée du site à 08H00 et d'autres ont observé un arrêt de travail selon leurs possibilités, ont précisé les syndicats.

La centrale emploie 850 agents d'EDF, auxquels s'ajoutent 250 emplois dans les sociétés de sous traitance.

Le CCE réuni en fin de matinée au siège d'EDF à Levallois-Perret, en banlieue parisienne, devait donner son avis sur la fermeture de la centrale. Le Conseil d'administration d'EDF devra ensuite se prononcer sur ce projet le 24 janvier.

Les syndicats des salariés de Fessenheim ont prévu de nouveaux mouvements pour cette journée. Les six représentants des salariés voteront contre la fermeture, et tout dépendra de la décision des six administrateurs indépendants, car les six représentants de l'Etat ne devraient pas prendre part au vote.

Le gouvernement a promis le versement à EDF d'une indemnité de l'ordre de 400 millions d'euros au titre de l'indemnisation pour la fermeture de la plus vieille centrale nucléaire de France dont les deux réacteurs produisent 1.800 MWe en pleine capacité, soit 1,5% de l'électricité française et la moitié de la production alsacienne.

A ce jour, un seul des réacteurs est connecté au réseau. Le second devrait l'être à nouveau en mars.

© 2017 AFP

  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201701101500 559659
Ma liste