Marché du travail: situation difficile pour les jeunes en France
OK
Accueil  > Communauté   > Forum CAC 40

Marché du travail: situation difficile pour les jeunes en France

Cours temps réel: 5 500,72  -0,25%

PX1


moicmoi
27/01/2017 16:06:39
0
ygalsky
++.. il n'est pas le seul à prendre ses concitoyens pour des burnes, les autres "candidats" ne sont pas en reste !..++

Tout à fait d’accord. Sauf que je n’aurais pas employé le mot « burne ».

++.. que toutes les lois votées à l'assemblée nationale, sont l'œuvre de la Commission européenne…++

Pas d’accord du tout. Les lois votées sont l’œuvre des lobbies , qui les ont rédigées de A jusque Z. Les bruxellocrates les votent sans en changer la moindre virgule.

++..Les lois votées à l'Assemblée Nationale, ne sont que les transcriptions des directives européennes décidées par la Commission Européenne…++
Exact. Nos gouvernants marchent au pas de l’oie. Seule une très faible quantité de pays osent dire NON. Hélas, par des moyens plus que condamnables,(chantage, menaces, …) les bruxellocrates arrivent parfois à les amener à leurs despotiques exigences.

  
Répondre
moicmoi
27/01/2017 15:55:33
0
glanglois
++.... bref il ne nous reste que le FN pour 2017 ..... ++

Faux ! D’une part, le FN ne cherche qu’à se partager le gâteau, comme les autres.
Et à part le FN, il existe des petits candidats issus de la société civile, que l’on s’emplie à tenir loin, à l’écart. Et ceux-là sont ignorés par les médias complices, méprisés par les partis autorisés, rejetés par la fameuse loi anti-démocratique « modernisation des élections présidentielles « ,instaurée par l’équipe hollande mais votée par tous, et qui n’est en fait qu’un subterfuge pour ne permettre l’accès qu’aux seuls politi-chiens.

  
Répondre
ygalsky
27/01/2017 12:04:05
0
Bonjour,

Les pourcentages affichés sont à regarder attentivement.
Prendre les statistiques démographiques publiées par l'ONU, qui sont très explicites. (ouais, c'est fatigant et barbant).
Nous avons, en France, une croissance démographique supérieure à nos voisins.
Nous avons certainement plus de jeunes que nos voisins. Et...
...Ces "stats" ne valent rien !
Nos jeunes qui partent et trouvent du travail chez nos voisins, c'est parce que nos voisins n'ont pas assez de jeunes.
C'est pourtant clair ! Non ?
Quand au "FN", son "plafond de verre" se situe à + ou - 6 200 000/6 400 000 voix. Donc ce n'est pas pour demain !
D’autant plus, que aux dernières élections la limite de 6 200 000 voix a été atteinte, donc chute du nombre de voix.
  
Répondre
ygalsky
27/01/2017 11:54:47
0
Bonjour...

....désolé, mais Hamon n'aura pas l'autorisation de l'UE pour appliquer ses promesses.
Hé oui, les directives européennes doivent être appliquées impérativement...sous peine de pénalités financières très lourdes.
Remarquez, il n'est pas le seul à prendre ses concitoyens pour des burnes, les autres "candidats" ne sont pas en reste !
Parce que ces concitoyens sont plus que paresseux, et ne prennent pas le temps de consulter les Grandes Orientations de Politique Économique, fixées par la Commission européenne aux 28 États membres de l’Union européenne.
Tellement paresseux qu'ils n'ont même pas pris le temps de lire le Traité de Lisbonne.
Il faut bien se mettre dans le crane, "volens-nolens", que toutes les lois votées à l'assemblée nationale, sont l'œuvre de la Commission européenne.
Les lois votées à l'Assemblée Nationale, ne sont que les transcriptions des directives européennes décidées par la Commission Européenne.
Bref ! 1 député = 40 496€ X mois
Comprend : l'indemnité des députés, l'indemnité représentative de frais de mandat, les charges sociales, le pécule pour rémunérer leurs collaborateurs.
Les indemnités "pour travaux supplémentaires" (les séances de nuit), ne sont pas comprises. En 2015, 23,79 million d'€ y ont été consacrés.
http://www.assemblee-nationale.fr/14/budget/plf2015/b2260-tIII-a36.asp
12 mois = 485 952€, ça pour 1 député !
577 députés/an = 280 394 624€
N'est pas compris dans ce montant, le personnel de l'Assemblée Nationale, l'entretien du bâtiment.
On fait pas dans la dentelle, là on est à des million d'€ !
Hé oui, c'est le prix pour nous enfumer ! Que nous payons !!!
Mais dans l'ensemble, hors petit personnel-travaux supplémentaires-entretien du bâtiment, ça ne fait que 4€ par concitoyen (majeur-mineur), pour afficher une apparence d'autonomie.
  
Répondre
christof71
24/01/2017 16:56:09
0
et VALS qui est contre un minimum pour vivre ! la valeur travail c'est bien mais faut il encore qu'il y ait du travail !

JE vote dimanche pour Hamon

Nb: j'ai pas voté au 1er tour !

  
Répondre
glanglois
24/01/2017 16:46:47
0
Et ce n'est pas la loi travail qui va arranger les choses bien au contraire le dernier rapport montre une hausse du chômage chez les jeunes de plus de 65% ce qui nous amène à plus de 3.5 millions de jeunes sans aucun travail et surtout tout ces jeunes ne sont pas comptabilisé dans le taux et le nombre de chômeurs car ils sont à la chargent de leurs parents ... Une façon déguiser de truquer les chiffres par nos politiciens véreux .... Voilà pourquoi il faut dire stop aux socialistes pour leurs incompétences et stop aux ripoux-blicains pour leurs malhonnêteté .. bref il ne nous reste que le FN pour 2017 .....
  
Répondre
glanglois
24/01/2017 16:46:47
0

Situation dégradée des jeunes sur le marché de l'emploi et insertion professionnelle plus compliquée en France qu'ailleurs en Europe (AFP/Archives/PHILIPPE HUGUEN)

Un taux d'activité faible, un "sur-chômage" persistant, une proportion élevée de décrocheurs...: la situation des jeunes sur le marché du travail s'est globalement dégradée et leur insertion professionnelle est plus compliquée en France qu'ailleurs en Europe, selon un rapport qui doit être remis mardi à la ministre du Travail, Myriam El Khomri.

Ce rapport de "diagnostic" a été élaboré par France Stratégie, organisme de réflexion rattaché à Matignon, et la Dares, le service des statistiques du ministère du Travail, en concertation avec les organisations syndicales et patronales ainsi que quatre organisations de jeunesse (Fage, JOC, MRJC et Unef), à l'issue d'une concertation sur l'insertion professionnelle des jeunes lancée par Myriam El Khomri en septembre 2016.

Comparé aux autres pays européens, le taux de chômage des jeunes français, qui a été multiplié par 3,5 en 40 ans, "se situe dans la moyenne haute": 24% en 2016 pour les moins de 25 ans, soit la 5e position sur 16 pays, après la Grèce, l'Espagne, l'Italie et le Portugal mais loin devant l'Allemagne, le Royaume-Uni ou les Pays-Bas, souligne le document.

Le taux d'activité des 15-24 ans est également faible, de 4,5 points inférieur à la moyenne européenne en 2015, ce qui s'explique notamment par un faible cumul emploi-études. A 15%, il est en hausse, mais reste plus bas que dans d'autres pays européens, notamment l'Allemagne et les Pays-Bas, où davantage de jeunes sont en apprentissage.

Toutefois, ce cumul peut avoir un effet positif sur l'insertion tout en augmentant les risques d'échec universitaire, nuance le rapport.

La proportion de "NEET", ces jeunes qui ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation reste par ailleurs plus élevé (15%) en France que dans les pays nordiques et en Allemagne, et, contrairement à d'autres pays de l'Union européenne, il n'a pas reculé depuis 2013.

Les jeunes Français connaissent aussi un "sur-chômage" élevé au moment de leur entrée sur le marché du travail, qui persiste "plus d'une dizaine d'années après leur entrée sur le marché du travail". Et 35% sont en contrat temporaire.

"Les difficultés d'insertion de jeunes dans l'emploi sont marquées dans tous les pays européens par un sur-chômage. Mais, outre le fait qu'en France la conjoncture du marché du travail est globalement dégradée, ce qui la rend plus difficile chez nous, c'est pour certains le cumul de difficultés qui constituent de véritables barrières à l’entrée (compétences de base, mobilité, santé, logement, maîtrise du numérique…)", explique à l'AFP Hélène Garner, directrice du département travail à France Stratégie.

Parmi les dispositifs favorisant l'insertion, l'apprentissage permet une meilleure insertion dans l'emploi que la voie scolaire, notamment pour les moins diplômés, constate le rapport. Mais avec un bémol: un taux de rupture des contrats élevé, de l'ordre de 27%.

© 2017 AFP

  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201701271606 562213
Ma liste