Londres: publication du projet de loi sur le déclenchement du Brexit
OK
Accueil  > Communauté   > Forum CAC 40

Londres: publication du projet de loi sur le déclenchement du Brexit

Cours temps réel: 5 514,57  -0,13%

PX1


CRI74
27/01/2017 10:46:34
0
C'est sûr avec le coût de la vie qui s'envole et leur patrimoine immobilier qui s'écroule , c'est le paradis !
Tiens , un petit document très parlant sur l'enfumage de la marinade .
http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/20-heures/jt-de-20h-du-jeudi-26-janvier-2017_2026532.html
ça va sûrement aller mieux après vu la débandade
  
Répondre
CRI74
27/01/2017 10:16:07
0
Demandez donc aux anglais ce qu'ils en pensent ........... de la tromperie !
  
Répondre
CRI74
27/01/2017 09:55:56
0
Ben voyons !
HSBC vient d'annoncer la délocalisation de 1000 salariés liée à la mise en oeuvre du Brexit , idem dans les intentions de ses confrères , conséquence directe de la fin du passeport européen qui impose de réintégrer en Europe les actifs qui lui sont liés ce qui doit représenter une proportion conséquente du volume de la city .
Les premiers résultats des entreprises impactés par le Brexit , non en vigueur faut-il le rappeler mais aux conséquences déjà ravageuses .
Ryanair supprime des postes en Grande Bretagne , Easy jet s'expatrie .D'autres sociétés annoncent des lourdes pertes liées à la chute de la livre ,elle même encore modérée
L'inflation atteint un record depuis 2007 , très bon pour la consommation sans doute !
Et l'Europe reste très ferme sur le Brexit dur qui confirme que les accord commerciaux seront très défavorables aux GB qui exportent en majorité sur le continent .
Je voie bien le futur accord USA -GB alors que les deux pays ont des industries concurrentes (aéronautiques , armement , santé etc ....)
Les premières conséquences concrètes sont toutes négatives à l'exception du tourisme porté par la chute de la monnaie
Rappelons le , le Brexit ne sera effectif au mieux que dans deux ans : ça promet au vu des dégâts actuels !

  
Répondre
ygalsky
27/01/2017 06:54:52
0
Bonjour,

Après l’accord final avec le bloc européen pour le BREXIT, le royaume Uni pourra à nouveau décider de ses relations, accords commerciaux et diplomatiques, avec les 170 autres pays du monde, ou 324 communautés humaines, sans devoir demander l’autorisation de l’UE pour ce faire, sans rendre des comptes à l’UE, composée de 27 petits pays.
L’UE pourra solliciter le Royaume Uni pour obtenir aussi des accords, qu’ils soient commerciaux ou diplomatiques, et non l’inverse grâce à la puissance de sa place financière qui la lui confère dans le monde : « The City » !
Pour rappel, HSBC à elle seule détient une capitalisation bancaire supérieure à l'ensemble des 4 grandes banques françaises, que sont bnp/société générale/crédit agricole/natixis !
La décision souveraine d’avoir des accords ou pas avec l’UE, en reviendra au Royaume Uni s’il y trouve son intérêt, mais très certainement à ses conditions.
Sa présence dans la NATO (OTAN), lui permet de garder ses excellentes relations avec les USA. D’autant plus, avec l’arrivée du nouveau Président américain Donald TRUMP, qui n'a pas caché sa sympathie pour le Royaume Uni, ainsi que de son Premier ministre : Theresa May.

Bonne lecture
  
Répondre
ygalsky
27/01/2017 06:54:52
0

Le gouvernement britannique a publié jeudi le projet de loi qu'il va soumettre au Parlement pour être autorisé à lancer les négociations de sortie de l'Union européenne. (AFP/Archives/THIERRY CHARLIER)

Le gouvernement britannique a publié jeudi le projet de loi qu'il va soumettre au Parlement pour être autorisé à lancer les négociations de sortie de l'Union européenne, a annoncé le ministère chargé du Brexit.

Intitulé "Projet de loi de l'Union européenne (notification de retrait)", le document, très bref, demande aux parlementaires de "conférer le pouvoir à la Première ministre de notifier, selon l'article 50 du traité de l'Union européenne, l'intention du Royaume-Uni de se retirer de l'UE".

Cette publication intervient deux jours après la décision de la Cour suprême obligeant le gouvernement à obtenir l'aval du parlement avant d'activer l'article 50, qui lancera les négociations de sortie de l'UE.

Ce projet de loi "simple", "sera présenté à la chambre des Communes et la chambre des Lords avant d'obtenir l'assentiment royal avant la date limite du 31 mars", précise le ministère dans un communiqué.


L'article 50 au coeur du Brexit (AFP/Sophie RAMIS, Alain BOMMENEL, Kun TIAN)

"Je fais confiance au parlement, qui a voté en faveur du référendum par six contre un, pour respecter la décision prise par le peuple britannique et pour valider rapidement ce projet de loi", a indiqué David Davis, le ministre chargé du Brexit.

Le projet de loi sera présenté et discuté devant la Chambre des Communes mardi et mercredi prochain puis le 8 février où il sera soumis à un vote, a précisé le gouvernement. Il sera ensuite présenté devant la chambre des Lords, la chambre haute du parlement avant d'être transmis à la Reine.

- "Aussi expéditif que possible" -

La Première ministre Theresa May a promis d'activer avant la fin mars l'article 50 du Traité de Lisbonne déclenchant le Brexit. Son gouvernement a affirmé que le vote de députés ne devrait pas remettre en cause ce calendrier.

Mercredi, Theresa May a en outre indiqué accepter finalement de préciser sa stratégie pour le Brexit dans un "livre blanc" que réclamait à cor et à cri l'opposition, et préconisé par la commission parlementaire sur le Brexit.


Les blocs européens (AFP/Laurence SAUBADU, Aude GENET)

Mme May s'était jusque là refusée à le faire, affirmant qu'elle avait été suffisamment explicite dans son discours du 17 janvier défendant une rupture "claire et nette" avec l'Union européenne impliquant la sortie du marché unique en vue de reprendre le contrôle des frontières du pays.

Malgré l'insistance du leader de l'opposition travailliste, Jeremy Corbyn, elle n'a cependant pas voulu donner une date de publication du document.

"Nous allons d'abord présenter le projet de loi et publier ensuite le livre blanc en temps voulu", a souligné une porte-parole de Mme May. Elle a précisé que ce livre allait "se fonder sur le discours" du 17 janvier.

Jeudi, David Davis a assuré devant les députés l'intention du gouvernement d'être "aussi expéditif que possible" en vue d'une adoption rapide.

Elle ne devrait pas poser de difficultés, car même si le gouvernement ne dispose que d'une étroite majorité à la chambre des Communes, le Labour, principal parti d'opposition, a promis de ne pas bloquer le projet de loi.

Néanmoins, M. Corbyn a annoncé que le parti travailliste allait déposer des amendements demandant notamment des garanties sur un accès au marché unique et sur la protection des droits des travailleurs. Le Parti national écossais (SNP) compte également déposer "50 amendements" au projet de loi gouvernemental.

© 2017 AFP

  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201701271046 562844
Ma liste