Bouclier antimissile: Pékin se venge sur la Corée du Sud
OK
Accueil  > Communauté   > Forum CAC 40

Bouclier antimissile: Pékin se venge sur la Corée du Sud

Cours temps réel: 5 620,65  0,09%

PX1


ygalsky
04/03/2017 13:56:21
1
La paranoïa submerge les autorités chinoises.
Pourtant le bouclier nucléaire est à environ 600km de Pékin !
Les chinois n'ont rien à craindre, ils ne sont pas visés, mais seulement la Corée du nord !
Le gouvernement chinois peut avoir une grande et totale confiance envers les USA, qui sont des hommes respectueux de la vie humaine.(...vraiment ?)
L'Histoire des USA, depuis 1776, date de leur création, le prouve.(...ou non ?)
Il va falloir attendre 2 à 5 ans avant que la portée des missiles nucléaires des USA, puisse atteindre les 1000km et avoir dans sa mire Pékin et les plus grandes villes chinoises.
Aujourd'hui les chinois n'ont rien à craindre, mais seraient mauvais joueurs !
D'autre part, il n'y a que 20 à 30 million d'habitants à Pékin.
En cas de frappe US sur Pékin, ça ne représenterait que 1,4% à 2% de la population totale de la Chine. En estimant celle-ci à 1 Milliard 400 million d'habitants, il resterait encore 1 Milliard 370 million d'habitants.
En conclusion, le gouvernement chinois fait-il vraiment de la paranoïa ?
Ou bien, leur colère est-elle justifiée ?
La question reste ouverte après.....la provocation que représente ce projet !
  
Répondre
Dubaisan
03/03/2017 14:47:08
2
Je dirais avec "humour" que la Chine est geree sous regime "chinois".


En France a l'heure actuelle et concernant une certaine election , on peut voir des faits tout a fait similaires, grace a un certain socialisme qui organise des purges judiciaires contre ses opposants ou simplement contre ceux qui déplaisent à leur normenclatura. Tout cela bien entendu avec "humour".
  
Répondre
aliqujus
03/03/2017 14:06:01
0
Simple question : sous quel régime est gérée la CHINE ....SI JE ME SOUVIENS il y a quelques années des jugements pour le moins discutables ont sacqué des opposants , imitant en cela le "grand frère" qui au mon d'un certain socialisme organisait des purges judiciaires contre ses opposants ou simplement ceux qui déplaisaient à leur normenclatura.
  
Répondre
Dubaisan
03/03/2017 13:18:44
1
Ca ne va pas deranger beaucoup ce groupe de supermarches (120 en Chine) qui depuis 3 ans a perdu pres d'1 trillion de won (US$853 millions) en Chine.

Message complété le 03/03/2017 13:40:40 par son auteur.

"Un representant du QG de Lotte a Shanghai a confirme au Global Times ce vendredi que plusieurs filiales de la Ste faisait l'objet d'einvestigations par les autorites chinoises notamment concernant les impots et les controles techniques anti-incendie et de securite".
Si les autorites chinoises regardent, elles vont trouver et fermer immediatement les magasins.
Ca c'est de la Realpolitik.

  
Répondre
Dubaisan
03/03/2017 13:18:44
0

Le cinquième conglomérat sud-coréen Lotte est dans le collimateur de la Chine, après la décision de la Corée du Sud d'installer un bouclier américain antimissile (AFP/Archives/STR)

Cyberattaques, boycott, voyages suspendus: le régime chinois, par consommateurs interposés, se venge de la décision de la Corée du Sud d'installer un bouclier américain antimissile destiné à protéger le pays d'éventuelles attaques de l'inquiétant voisin nord-coréen.

Dans le collimateur: Lotte, le cinquième conglomérat sud-coréen, actif dans la distribution et les parcs de loisirs, qui a eu le tort selon Pékin de céder cette semaine à l'Etat un terrain de golf qui sera utilisé pour le déploiement du système antimissile.

Le régime chinois considère que ce système, baptisé Thaad, porte atteinte à sa sécurité en renforçant le potentiel militaire de Washington dans la région.

Et Lotte, très présent en Chine, est une cible facile.

Weilong, un fabricant de produits à grignoter, a ainsi annoncé le retrait de ses marchandises des 120 magasins Lotte présents en Chine, promettant de "ne plus jamais" coopérer avec le groupe sud-coréen.

De même, une fédération pékinoise de plus d'une centaine d'entreprises d'approvisionnement de supermarchés a également promis de sanctionner Lotte.

Et un appel au boycott a été lancé dans la province du Jilin, frontalière de la Corée du Nord, où des manifestants ont déployé une banderole devant un point de vente.

"Lotte soutient le Thaad, qu'il quitte la Chine immédiatement", pouvait-on lire, selon des images circulant via les réseaux sociaux.

Pékin avait montré l'exemple: le mois dernier, les autorités chinoises avaient contraint Lotte à suspendre un projet de construction de parc à thèmes à 2,46 milliards d'euros à Shenyang, dans le nord-est de la Chine. Quant à son site internet, il a été opportunément piraté cette semaine.

"La société chinoise est collectivement déterminée à imposer des sanctions à la Corée du Sud", a affirmé jeudi le quotidien Global Times, au ton volontiers nationaliste.


Un magasin Lotte, à Shenyang, province de Lianoning, en Chine, le 1er mars 2017 (AFP/STR)

Lotte a beaucoup à perdre en Chine, où le groupe a investi plus de 8 milliards d'euros depuis 1994.

Le conglomérat compte 22 filiales et 26.000 employés en République populaire, qui lui rapportent près de 2,5 milliards d'euros par an. En Corée même, ses innombrables magasins hors-taxes font plus des deux tiers de leur chiffre d'affaires avec les touristes chinois.

- 'Raisons politiques' -

Or, les agences de voyage ont visiblement reçu l'ordre de cesser de vendre des séjours en Corée du Sud.

Trois des plus grandes agences chinoises, contactées par l'AFP, ont confirmé que les voyages à destination de ce pays étaient suspendus jusqu'à nouvel ordre.

"Allez dans un autre pays. Les voyages en Corée du Sud sont suspendus pour des raisons politiques et de sécurité", a déclaré une employée de l'agence d'Etat CYTS.

Officiellement, le gouvernement chinois se défend de toute menace à l'égard de Lotte mais un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a souligné jeudi que les affaires du groupe sud-coréen en Chine dépendaient "du marché chinois et des consommateurs chinois".

La Chine est le premier partenaire commercial de la Corée du Sud, absorbant le quart de ses exportations. Séoul risque de perdre "l'énorme marché chinois", a affirmé le Global Times dans un éditorial, promettant que la Corée du Sud allait "payer très cher" l'installation du bouclier antimissile.


Un magasin Lotte, à Shenyang dans la province de Lianoning (nord de la Chine), le 1er mars 2017 (AFP/STR)

Séoul et Washington ont décidé de déployer le Thaad l'an dernier en réponse aux essais nucléaires et de missiles de la Corée du Nord.

Pékin soutient les dernières sanctions adoptées à l'ONU contre son allié nord-coréen et a même annoncé en février qu'il cessait ses importations de charbon de la Corée du Nord, une source de devises cruciales pour le régime de Pyongyang.

Mais le gouvernement chinois, bien relayé par les médias d'Etat, ne perd pas une occasion de condamner la mise en place du Thaad, qui pourrait intervenir dès le printemps.

La polémique vise aussi les stars de la K-pop, très populaires en Chine, dont des tournées ont été annulées, tandis que des séries télévisées sud-coréennes disparaissent des plateformes internet.

© 2017 AFP

  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201703041356 569876
Ma liste