Discussions sur 18 avions pour environ 2 milliards d'euros, selon Dass
OK
Accueil  > Communauté   > Forum CAC 40

Discussions sur 18 avions pour environ 2 milliards d'euros, selon Dass

Cours temps réel: 5 655,46  0,22%

PX1


aliqujus
28/03/2017 12:11:19
0
Pas de chance , HOLLANDE est parti faire un tour dans le coin il y a degrandes chances que cela vat merder;
comme SARKO avec le BRESIL , LES EMIRATS .... DES POLITIQUES QUI N4ONT JAMAIS RIEN VENDU , même pas une paire de chaussettes de mêlent de faire du commerce international .
Que l'ETAT fixe pour la vente de matériels sensibles DES BUTEES dans les accords c'est essentiel mais mener des négociations de vente ??? voir notre brillant résultats pour les JO de Londres , la FRANCE envoyé des politiques , comme d'habitude cela a merdé , les anglais des commerciaux avec des sportifs...
  
Répondre
aliqujus
28/03/2017 11:55:56
0
Pas de chance , HOLLANDE est parti faire un tour dans le coin il y a degrandes chances que cela vat merder;
comme SARKO avec le BRESIL , LES EMIRATS .... DES POLITIQUES QUI N4ONT JAMAIS RIEN VENDU , même pas une paire de chaussettes de mêlent de faire du commerce international .
Que l'ETAT fixe pour la vente de matériels sensibles DES BUTEES dans les accords c'est essentiel mais mener des négociations de vente ??? voir notre brillant résultats pour les JO de Londres , la FRANCE envoyé des politiques , comme d'habitude cela a merdé , les anglais des commerciaux avec des sportifs...
  
Répondre
aliqujus
28/03/2017 11:55:56
0

Avion de combat Rafale lors d'un salon aérien en Inde le 14 février 2017 (AFP/Archives/MANJUNATH KIRAN)

Le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, a indiqué mardi à l'AFP que les discussions sur l'acquisition de l'avion de combat Rafale par la Malaisie portaient sur 18 appareils pour un montant d'environ 2 milliards d'euros.

"Les discussions portent sur l'achat de 18 appareils" pour un montant "autour de deux milliards d'euros", a-t-il déclaré en marge d'une visite du président François Hollande sur la base aérienne malaisienne de Subang, à la périphérie de Kuala Lumpur.

"Il n'y a rien de finalisé donc nous restons humbles devant les discussions qui restent à venir", a toutefois souligné le PDG de Dassault Aviation à l'issue d'une démonstration en vol de l'avion de chasse français sous les yeux du président Hollande et des ministres de la Défense des deux pays, Jean-Yves Le Drian et Hishammuddin Hussein.

"Il fallait d'abord démontrer que l'avion était le meilleur et il faut ensuite trouver les bons accords contractuels" ce qui est "en cours", a-t-il relevé.

Pour Eric Trappier, la visite de François Hollande en Malaisie mardi est "une étape importante, politique" qui "renforce une fois de plus les liens entre les deux pays, principalement dans le domaine de la défense et de ses équipements".

Mais "on n'a pas fini" même si la Malaisie considère "sérieusement cette acquisition", a-t-il insisté.

Le Premier ministre malaisien, Najib Razak, avait confirmé un peu plus tôt mardi l'intérêt de son pays pour le Rafale, à l'issue d'un entretien avec François Hollande à Putrajaya, la capitale administrative malaisienne.

A ses côtés, le président français a assuré que la France avait "confiance" en Kuala Lumpur pour acquérir le Rafale "le moment venu".

La Malaisie doit remplacer sa flotte de MiG-29 russes dans les prochaines années. Outre le Rafale, le F-18 américain, le Suédois Gripen ou l'Eurofighter sont sur les rangs.

François Hollande poursuivait mardi en Malaisie une tournée en Asie du Sud-Est qu'il avait entamée dimanche et lundi à Singapour et qu'il devait achever mercredi en Indonésie. Sauf surprise, il s'agira de sa dernière tournée internationale avant la fin de son mandat à la mi-mai.

© 2017 AFP

  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201703281211 574736
Ma liste