France: l'industrie mécanique dépasse son niveau d'avant crise
OK
Accueil  > Communauté   > Forum CAC 40

France: l'industrie mécanique dépasse son niveau d'avant crise

Cours temps réel: 5 521,71  -0,12%

PX1


aliqujus
04/04/2017 09:14:01
0

a moicmoi :
pour info /
Les grandes découvertes de la fin du 19ième et début du 20 ième et leur entrée dans les mœurs n'ont pas été le fait des ETATS mais des individus : vaccination, transport , énergie ,...
Ce que l'on appelle LES GRANDES CONQUËTES SOCIALES ne sont que la généralisation de qui existait dans la plus part des entreprises : MUTUELLES LOGEMENTS CONGES PAYES SECU...
Les nationalisations sont venues plus tard et , indiscutablement , ont eu des effets bénéfiques pour reconstruire la nation S N C F, RENAULT , S N C A S O, ancêtre de la SNIAS , EDF , GAZ DE FRANCE...
A part EDF ET L'ENERGIE ATOMIQUE qu'il faut conserver à tout prix dans le giron de l'Etat ? TOUT SERA PRIVATISE c'est à dire deviendra la propriété de millions de petits actionnaires directement ou indirectement : fonds de pension par exemple.
nota / dernière étude parue sous l'égide des régions : les RER gérés par la SNCF sont 30% plus onéreux que ceux gérés par des entreprises du secteur concurrentiel.
  
Répondre
aliqujus
04/04/2017 08:52:13
0

a nullos 87 : tout à fait d'accord , les défauts de l'EUROPE pourraient être 100 fois pires pour une question de PAIX elle est indispensable;
J'ai été élevé avec une bi-arrière grand'tante qui n'avait rien oubliée des horreurs de la guerre de 1870 avec les sinistres cavaliers allemandes les UHLANS
Par des grands-parents qui avaient connus les horreurs de la guerre 14 ; le der des ders
Mes parents et moi celle de 39/45 et je me souviens encore des récits des réfugiés en 1939 qui avaient fuis la barbarie allemande en se rappelant celle de l'invasion de leur région en 1914.
ALORS : assez , un peu plus ce compréhension entre les peuples , des concessions ...sont préférables à une "bonne" guerre.
Pour ceux qui pense qu'il faut oublier le passé l'expérience a depuis longtemps démontré que l'avenir s'inscrit dans la lignée du passé.
  
Répondre
nullos87
03/04/2017 17:35:15
0
L Europe n est pas parfaite mais on a pas trouvé mieux pour stoppé les guerres.
De nullos
  
Répondre
aliqujus
03/04/2017 16:47:52
0

a moicmoi
Les accords entre patrons ne visent qu'à se partager le gâteau en le faisant le plus rentable possible car il faut satisfaire les actionnaires , entre autres les fonds de pension qui ont besoin de dividendes pour payer les pensions de retraite.
Sans l'EUROPE , petite ou grande où en serait AIRBUS et pratiquement tous les systèmes de défenses , missiles , fusées , EURATOME pour l'ENERGIE , la recherche SPACIALE ..... ; ce sont , à chaque fois des accords entre patrons initiés avec les ETATS.
La FRANCE ne représente qu'1% de l'humanité pour la population et environ le double pour l'économie , notre débouché commercial vers l'EUROPE est plus fort que celui vers le reste du monde.
Pour les taxes la procédure des amortissements accélérés permet de diminuer les B I C et de laisser des capitaux indispensables pour investir;
De mémoire il me semble que RAYMOND BARRE premier ministre à la fin des années 70 avait utilisé , avec succès , cette méthode qui , en fait, décale dans le temps le règlement des BIC , dans l'intervalle l'ETAT perçoit la TVA résultante d'une activité commerciale (la dépense d'investissement) plus forte.
Il faut avoir géré des entreprises de production pour pouvoir comparer avant et après , l'ayant fait je dois reconnaître que l'EUROPE a grandement participée à la remise en route de l'économie nationale pendant la période que les économistes appelle "les 30 glorieuses" début 50 fin des années 70 maintenant nous sommes dans les 30 "piteuses"
  
Répondre
moicmoi
03/04/2017 12:39:33
0
aliqujus
++.. les accords internationaux conclus par les patrons ..//..au sein de l'EUROPE démontrent deux choses:
Il ne faut pas rester enfermé , l'EUROPE est essentielle ..++
Cette allégation n’est peut-être pas vraiment justifiée. Europe ou pas Europe, de tous temps des accords internationaux ont été conclus par les patrons. Les patrons n’ont jamais attendu l'EUROPE pour faire des affaires et/ou des accords. Sinon, comment expliquerais-tu les accords internationaux conclus par les patrons au niveau mondial ? Il n’existe pas de structure « Monde Uni », que je sache.
Donc, contrairement à ce que tu affirmes, l'EUROPE n’est pas essentielle, sur ce terrain-là.
Sur d’autres terrains, oui, je te l’accorde, mais à conditions que l'EUROPE soit gérée par des gens compétents et honnêtes, et qui pensent plus au Peuple qu’à la finance. Ce qui n’est pas le cas actuellement, loin s’en faut.
++.. Bien que très en retard la hausse des investissement de productite facilitée par une baisse fiscale est encourageante…++
Je pense que cette phrase est à mettre au « conditionnel dubitatif ». A mettre dans la case : à faire de toute urgence. Où est la baisse fiscale en France ?
Il faut bien être conscient que les patrons investissent quand ils sont persuadés qu’il y aura de la demande. Sinon : pas d’avenir, pas d’ investissements. C’est pas plus compliqué.

  
Répondre
nullos87
03/04/2017 09:50:20
0
Merci me le président hollande
  
Répondre
aliqujus
03/04/2017 09:26:00
0

Selon toute vraisemblance une analyse plus précise indiquera que cette progression provient du redressement de l'industrie automobile et d'AIRBUS autrement il y aurait une grosse chute pour la mécanique en générale.
Bien que très en retard la hausse des investissement de productite facilitée par une baisse fiscale est encourageante.
  
Répondre
aliqujus
03/04/2017 09:21:21
0

A CIGALE : les accords internationaux conclus par les patrons comme PEUGEOT plus ceux de AIRBUS au sein de l'EUROPE démontrent deux choses:
Il ne faut pas rester enfermé , l'EUROPE est essentielle
l'apport de sous-ensembles qui pèsent sur la balance des paiements confirme la faiblesse de nos industries mécaniques traditionnelles , je pense à cause d'un retard dans les investissements.
  
Répondre
aliqujus
03/04/2017 09:16:03
0
Enfin une bonne nouvelle , hommage indirect aux qualités des patrons français.
  
Répondre
cigale11210
03/04/2017 09:16:01
0
Tiens. Tiens Fillon nous mentirait sur le bilan du quinquennat de m hollande. !
  
Répondre
cigale11210
03/04/2017 09:16:01
0

Une chaîne de montage de turbines à Montoir-de-Bretabne le 21 novembre 2017 (AFP/Archives/LOIC VENANCE)

Les industries mécaniques françaises ont retrouvé et dépassé en 2016 leur niveau d'avant crise, avec une croissance de près de 2% sur un an, et tablent pour 2017 sur une nouvelle progression du même ordre, estimée entre 1,7% et 2%, selon un communiqué diffusé lundi.

Le président de la Fédération des industries mécaniques (FIM), Bruno Grandjean, a salué "une année record" en 2016, avec un chiffre d'affaires de 123,8 milliards d'euros, supérieur au meilleur niveau qui remontait à 2008.

"Il a fallu 8 ans pour digérer la grosse crise de 2009 et revenir dans la course. On a enfin franchi ce cap", a déclaré M. Grandjean à l'AFP. "On est repartis sur une dynamique assez favorable et qui a l'air de se confirmer pour 2017", a-t-il ajouté.

La FIM souligne "une tendance favorable quasi générale" pour la mécanique dans les différents secteurs industriels, avec notamment le rebond de l'automobile, l'activité soutenue dans l'aéronautique et la reprise dans la construction.

"Tous les secteurs sont au vert, hormis ceux liés à l'énergie et au machinisme agricole, toujours un peu en retrait", a observé M. Grandjean.

En 2016, les investissements dans le secteur mécanique ont progressé au même rythme que pour l'industrie dans son ensemble (+4% selon l'Insee), a indiqué la FIM.

La fédération signale en particulier la hausse de 15% des ventes de robots et de près de 40% pour les chariots élévateurs.

Dans le contexte général d'embellie dans l'industrie, la mécanique a tiré parti de la mesure de suramortissement des investissements industriels, qui a joué un rôle de "catalyseur" dans la décision d'achat, a estimé M. Grandjean.

La FIM entend maintenant mettre l'accent sur l'exportation qui représente 39% de la production du secteur mécanique français, majoritairement à destination de l'Union européenne (56% du total).

"Le prochain défi pour l'industrie mécanique, c'est de reconquérir des parts de marché à l'étranger. C'est notre objectif pour 2017-2018", a souligné Bruno Grandjean.

Plus largement, le président de la FIM a réaffirmé que "la France n'est pas condamnée à la désindustrialisation", et "doit retrouver un PIB industriel autour des 15%".

M. Grandjean a jugé que le quinquennat qui s'achève a été "favorable globalement à cette dynamique", avec des mesures comme le CICE, le suramortissement et le programme Industrie du Futur.

"Il faut que ça dure. Le prochain quinquennat doit poursuivre et même amplifier cette politique pro-compétitivité", a déclaré M. Grandjean.

© 2017 AFP

  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201704040914 575796
Ma liste