OK
Accueil  > Communauté   > Forum Valeo

Valeo: recul notable de la rentabilité au second semestre

Cours temps réel: 30,31€  -1,56%

FR


Ribo
21/12/2018 22:20:29
0

Pas d'hybride à l'hydrogène alors ?

  
Répondre
fremont
21/12/2018 21:54:03
0

et pourtant , alors reprenons:


Je ne crois pas en l'avenir du vehicule 100% électrique pour tout le monde , pourquoi?

-Comment produire toute cette électricité ?

-Temps de recharge,tout le monde ne dispose pas d'un garage avec prise de courant pour la recharger tranquillement la nuit

-Pollution engendrée par la construction et le recyclage difficile des batteries

Je vois plutot dans l'avenir des véhicules thermiques catalysés et peu gourmands hybridés a 48V pour les routieres et à 12V pour les citadines légéres rechargeables a souhait. Secteur ou Valeo est leader

  
Répondre
Arnaud951
03/10/2018 14:33:27
0
C'est fort possible monsieur !

Atterrissage imminent !!!

https://www.abcbourse.com/forums/msg645267_la-sanction-est-severe.aspx
  
Répondre
moicmoi
19/09/2018 23:30:38
0
Je reste toujours fermement ancré sur ma théorie : le secteur auto possède un fabuleux potentiel. Abandon programmé par les Gvts du modèle actuel (motorisation thermique – par tous les moyens) au profit de l’électrique, de l’hydrogène, etc....ce qui implique le renouvellement complet du parc auto (monde entier) en à peine qqs décennies.
C’est peut-être la prochaine ruée vers l’or !
Et plus encore pour les équipementiers qui ne seront pas en reste : 1er monte, 2d monte, (pour cause de pannes, usure , accidents (tôles froissées),) , adaptations aux normes nouvelles, …
Donc, pour qui veut bien être patient, il y a là un gisement dont il serait dommage de ne pas profiter.
Qui peut envisager l’avenir avec le retour du cheval, de la marche à pieds, du vélo, du patin à roulettes, alors que la vie moderne nous impose régulièrement des déplacements de plusieurs centaines de kilomètres ? (a part les rêveurs du Gvt pour le vélo)

Simple avis, et non...etc..etc...
Le tout, c'est de trouver le bon point d'entrée.
  
Répondre
Arnaud951
14/09/2018 12:02:53
0
C'est le moment d'entrer ? :D
  
Répondre
Ptitchat72
09/06/2018 13:09:07
2
Jacques Aschenbroich : «Valeo pourrait réaliser 30 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2022»
Publié le 09/06/2018 à 10:47 - Mis à jour le 09/06/2018 à 10:47
Jacques Aschenbroich, directeur général de l'équipementier automobile depuis 2009 et PDG depuis 2016, a répondu aux questions du Revenu dans un entretien exclusif.

Âgé de 63 ans, cet ingénieur du corps des Mines a été nommé directeur général de Valeo en 2009, avant de devenir PDG en 2016. Après avoir exercé plusieurs fonctions dans l’administration, il démarre sa carrière dans l’industrie chez Saint-Gobain (1988-2008). Jacques Aschenbroich verra son mandat d’administrateur proposé au renouvellement lors de l’assemblée générale 2019.

La croissance interne du chiffre d’affaires, qui était ressortie à 7% en 2017, a ralenti à 1% au premier trimestre 2018. Peut-on parler d’année de transition pour Valeo ?

Jacques Aschenbroich : Je n’ai jamais utilisé ce terme, même si notre rythme de croissance du premier trimestre a pu, il est vrai, décevoir certains analystes ou investisseurs. Mais je ne crois pas que l’on puisse juger une entreprise sur une période si courte, surtout lorsque la base de comparaison est à ce point élevée.
Aussi, nous visons une croissance interne du chiffre d’affaires de 5% pour l’ensemble de l’exercice 2018, ce qui est loin d’être négligeable. Surtout dans un contexte marqué par le faible dynamisme de la production automobile mondiale (attendue en hausse de 1,5 à 2% cette année après 2% en 2017) et par la brutalité de certains virages que l’industrie doit négocier.
Personne n’aurait imaginé, il y a encore quelques mois, que les ventes de véhicules à motorisation Diesel chuteraient de 17% en Europe au premier trimestre.

C’est pourtant une réalité et le point de départ d’une forte demande pour les nouvelles technologies dédiées à la voiture hybride ou 100% électrique.

En avance sur la feuille de route

Valeo est-il équipé pour traverser cette période sans encombre ?
Jacques Aschenbroich : Bien sûr, car le potentiel de croissance du groupe est considérable. Dans le véhicule électrique par exemple, notre niveau de prises de commandes reste très élevé et nos clients nous demandent souvent au final plus de volumes que ce qui était prévu originellement.
D’une manière générale Valeo a fait les bons choix en se positionnant sur les technologies et surtout les segments du marché automobile qui sont en très forte croissance. Ce n’est pas pour rien que notre solution d’hybridation à basse tension (48 volts) a capté 60% des commandes mondiales !

Les objectifs de moyen terme, dont celui d’un chiffre d’affaires de 27 milliards d’euros et d’une marge opérationnelle autour de 9% à fin 2021, seront donc atteints ?
Jacques Aschenbroich : Oui, je n’ai pas d’inquiétude à ce sujet. Je peux même affirmer que nous sommes plutôt en avance sur notre plan de développement. Le volet de la croissance est sécurisé par nos prises de commandes records de l’an passé (27,6 milliards d’euros) et notre sélectivité accrue dans la signature de nos futurs contrats avec les constructeurs automobiles laisse entrevoir une remontée des marges.
Pause dans les acquisitions

Quelle est votre politique d’acquisitions ?
Jacques Aschenbroich : J’ai toujours dit que Valeo réaliserait une ou deux petites acquisitions par an, tout en respectant le bon équilibre entre le cash, la croissance du chiffre d’affaires et la rentabilité. Après avoir bouclé trois opérations en 2017 (Ichikoh, FTE et Kapec), nous n’en réaliserons probablement pas cette année.
Comme nous anticipons une reprise de la croissance des ventes l’an prochain, nous devons en priorité investir dans nos capacités de production. Le pire pour Valeo serait de ne pas être en mesure de développer l’ensemble des commandes que nous avons en portefeuille.

Les performances financières de la coentreprise créée fin 2016 avec Siemens dans le véhicule électrique dépassent toutes les attentes. Comptez-vous racheter la part du conglomérat allemand ?
Jacques Aschenbroich : Valeo Siemens eAutomotive a en effet signé un excellent départ, réalisant en 2017, sa première année d’activité, un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros. Ses revenus devraient même totaliser 2 milliards d’euros en 2022. C’est d’ailleurs à partir de cette date que Valeo pourra exercer son option d’achat sur les 50% du capital actuellement détenus par Siemens.
La coopération est ainsi structurée depuis la création de cette coentreprise. Et je ne vous cache pas que, dans notre esprit, nous avons déjà prévu une dépense correspondant au rachat de la part de Siemens.Selon toute vraisemblance, en supposant l’intégration de Valeo Siemens eAutomotive, le groupe pourrait franchir un nouveau palier à l’horizon 2022, avec un chiffre d’affaires autour de 30 milliards d’euros (+61% par rapport à 2017, hors éventuelles acquisitions).

À la conquête des actionnaires

En baisse de 10% depuis le 1er janvier, l’action signe l’un des plus forts replis du CAC 40. Peut-on parler de crise de confiance entre la société et les investisseurs ?
Jacques Aschenbroich : C’est vrai que, depuis le début de l’année, le parcours du titre n’est pas aussi florissant qu’il l’a été les années précédentes. Mais je ne sens pas pour autant de la part de nos investisseurs un sentiment de défiance.
Pour preuve, les résolutions de la dernière assemblée générale ont toutes été votées entre 94,3 et 99,5%, et le quorum n’avait jamais été aussi largement dépassé (65,2%). C’est un réel juge de paix. Certains investisseurs voient aussi dans le repli du titre un formidable point d’entrée sur une valeur plébiscitée il y a encore peu pour sa faculté à créer de la valeur pour l’actionnaire.

L’e-club des actionnaires de Valeo fêtera bientôt son premier anniversaire. C’est l’heure d’un premier bilan…
Jacques Aschenbroich : Nous sommes satisfaits de la vie du club, qui a déjà recruté 1.350 membres à ce jour. Tout en restant conscients qu’il existe un déficit structurel d’actionnaires individuels en France, nous comptons poursuivre nos efforts de conquête et de fidélisation.
Mais c’est un processus de très long terme qui nécessite, de la part de Valeo, une grande régularité dans ses performances financières et le versement d’un dividende attrayant (le coupon de 1,25 euro par action, au titre de l’exercice 2017, sera détaché le 4 juin prochain et mis en paiement le 6 juin).
En parallèle, nous encourageons l’actionnariat salarié avec pour objectif de voir nos collaborateurs réunir entre 4 et 5% du capital de la société d’ici cinq ans. À ce jour, 30% de nos effectifs possèdent des actions Valeo et ce taux dépasse même 50% dans quatre pays : la France, la Chine, la Corée du Sud et la Thaïlande.
  
Répondre
Pictou
22/02/2018 23:10:41
0
gars d'ain... ce que je trouve, sur un graphe 5 ans

- le bas du canal haussier sur 55.

- une belle bougie rouge mensuel, avec une grande mèche basse sur la mm20...

>>>> En théorie on pourrait hésiter, mais vu les résultats, + ''Valeur chère sanctionnée à tout amoindrissement des perspectives''

>>>> ça risque bien d'être direct le fond, reste à savoir lequel...



AOF , 01/02/2018 18:08:00
Société(s) citée(s) » VALEO

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur

- Equipementier automobile de « rang 1 », réalisant 30 % de son chiffre d’affaires « première monte » avec les constructeurs allemands, 27 % avec les asiatiques, 22 % avec les américains et 15 % avec les français ;
- Depuis plusieurs années, croissance supérieure à celle du marché mondial de l’automobile ;
- Equipementier français le plus exposé à la Chine, premier marché du groupe (14 % des ventes « première monte »), la part de l’Europe de l’ouest étant stable à 34 %, devant l’Asie (29 % Chine comprise) et l’Amérique du nord (22 % pour les Etats-Unis et le Mexique) ;
- Activité répartie en 4 pôles –confort et aide à la conduite pour 20 % des ventes, propulsion pour 24%, thermique pour 28 % et visibilité pour 28 %;
- Politique de R&D dynamique pour le 3ème dépositaire français de brevets (5,8 % du chiffre d’affaires), l’innovation apportant 50 % des prises de commandes ;
- Visibilité à plus de 5 ans sur la croissance du chiffre d'affaires, le carnet de commandes étant de son côté égal à 1,5 année de facturations, porté notamment par la récente société commune avec Siemens dans l’électrification high voltage, relais de croissance post-2020 ;
- Positionnement dans la réduction des émissions de CO2 (plus de la moitié du chiffre d’affaires de 1ère monte intégrant des produits participant à leur réduction ;
- Montée en puissance de l’activité de deuxième monte (17 % des revenus), à la marge double de celle de la première monte ;
- Endettement bien contenu, noté « investment grade » par les agences de notations.


Les points faibles de la valeur

- Risque d’amendes de la part de la Commission européenne qui enquête sur une entente éventuelle entre fournisseurs automobiles ;
- Sensibilité au prix des matières premières ;
- Impact négatif du contexte géopolitique en Corée du sud ;
- Repli de la marge opérationnelle dans la division Visibilité ;
- Capacité à intégrer les dernières acquisitions -Peiker, Speros, Ichikoh, Kapec, FTE- et les nouveaux collaborateurs -50 000 de plus dans les cinq prochaines années ;
- Valeur chère sanctionnée à tout amoindrissement des perspectives.

Message complété le 23/02/2018 12:50:56 par son auteur.

halte à la première étape, OK, si le plancher de 5 ans ne résiste pas, suivante au rez de chaussée ou au sous sol?

  
Répondre
Mahasia
22/02/2018 20:07:33
1
ça pue pour demain nan ?
  
Répondre
Mahasia
22/02/2018 20:07:33
0
(CercleFinance.com) - Publiés ce jeudi soir, les comptes 2017 de Valeo ont notamment révélé un repli de 4% du bénéfice net part du groupe à 886 millions d'euros. Sur le seul second semestre, il accuse une baisse notable de 24% à 380 millions.

L'Ebitda de l'équipementier automobile a en revanche augmenté de 14% par rapport à 2016 à près de 2,44 milliards d'euros, dont 1,22 milliard au second semestre (+11%).

La hausse de la marge brute a également été moins importante sur les 6 derniers mois. Celle-ci est en effet ressortie à 1,71 milliard d'euros, en croissance de 12%, soit un peu plus de 3,47 milliards à fin 2017 (+15%). Même constat quant à la marge opérationnelle (hors quote-part dans les résultats des sociétés mises en équivalence), qui s'est établie à près de 1,46 milliard d'euros au 31 décembre, soit une progression de 14%, dont 730 millions sur le seul second semestre (+12%).

Valeo a par ailleurs indiqué avoir enregistré 27,6 milliards d'euros de prises de commandes à fin 2017, ce qui témoigne d'une hausse de 17% en glissement annuel, dont 50% de produits innovants.

Sur la base d'une production automobile mondiale en hausse de 1,5% en 2018, de prix des matières premières et de taux de change en ligne avec les niveaux actuels, le groupe anticipe une croissance nominale du chiffre d'affaires en 2018 de l'ordre de 8 %, sachant qu'il s'est élevé à 18,55 milliards d'euros l'an passé (+12% et +7% à périmètre et changes constants), dont 9,09 milliard au second semestre (+8% et +5% à périmètre et changes constants).

La marge opérationnelle hors quote-part dans les résultats des sociétés mises en équivalence (en % du chiffre d'affaires) devrait pour sa part être du même ordre de grandeur que celle enregistrée en 2017, ce malgré la hausse récente des prix des matières premières et de l'euro face aux principales devises dans lesquelles Valeo est exposé.


Copyright © 2018 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
  
Répondre

Forum de discussion Valeo

201812212220 619705
Ma liste