Macron se livre à un exercice d'autocritique inédit
OK
Accueil  > Communauté   > Forum CAC 40

Macron se livre à un exercice d'autocritique inédit

Cours temps réel: 5 488,87  -0,22%

PX1


colet
15/11/2018 22:20:55
0

j'ai noté qu'il souhaite s'occuper de relancer l'industrie

bien du courage !


mais j'ai bien tendue l'oreille sur les sujets suivants :

les agriculteurs, les marins pêcheurs, les artisans , les commerçants , les travailleurs détachés

mais avec le bruit de "fond" z'ai rien entendu de bon sur ces sujets .


donc il n'y aurait que l'industrie qui l'interesserait ?

bon, c'est pas nouveau car avec la CSG on nous a opposés les travailleurs et les retraités

cherchez les arbitres , ils sont ci-dessus


  
Répondre
gars d'ain
15/11/2018 09:04:54
0

Samedi 17 novembre, c'est la fête à Macron ...


Le principe est simple : tourner en rond autour du rond point sur les passages piétons...


C'est l'idée du siècle !


Traverser en continue sur les passages piétons autour du rond-point avec son gilet jaune, c'est pas verbalisable et en plus, on est dans son droit de piéton pour occuper la chausser.


Ne pas laisser traverser un piéton au passage clouté, c'est 6 points maintenant :


Article : "Refuser la priorité aux piétons, c'est 6 points !"


https://www.autoplus.fr/actualite/Refus-de-priorite-Pietons-6-points-Permis-Loi-1531217.html




Avec un tel dispositif, c'est ceux qui roulent qui boucheront les voies de circulation .... Le gouvernement pourra alors envoyer tout ce qu'il veut, ça devrait guère avancer ...

  
Répondre
BAWA50
15/11/2018 08:40:11
0
les français sont des faignants, des boeufs et des illétrés .... c'est pas avec ça qu'il va changer, mais à 100 millions d'euros de gains à l'élection présidentielle il peut toujours mettre un slip neuf pour se représenter ça va marcher
  
Répondre
fipuaa
15/11/2018 07:33:04
2

la démagogie est un art aussi qu'il manie peu et mal, Macron est avant tout un affameur bourrin pour sa caste et le naturel revient au très grand galop chez lui

  
Répondre
franc.k
15/11/2018 07:26:12
2

Sa méthode, en arrivant, supprimer l ISF, donner des aides aux entreprises qui devaient grâce à ça embaucher et puis c'est tout.

Pour le peuple, hausse de la CSG, baisse des APL, cascades de hausses diverses et variées

Et notre président s émeut qu' il n'a pas su réconcilier les Français avec l exécutif

Les réponses apportées hier face à la grogne des gilets jaunes ne sont que de la poudre de Perlinpinpin pour reprendre l expression de Macron

Quand le peuple discipliné et encadré aura obéi et roulera en hybride ou en électrique il aura droit à une taxe pour le recyclage des batterie, l'histoire du diesel aura mutée sur l électrique

Les baises , comptez vous....

Rendez vous Samedi 17 nombreux et dans la légalité marre des charlatans nantis,

  
Répondre
sennac
15/11/2018 05:55:51
0
pinocchio
  
Répondre
sennac
15/11/2018 05:55:51
0

Photo de l'interview d'Emmanuel Macron à bord du Charles de Gaulle diffusée par TF1, le 14 novembre 2018 au large de Toulon (TF1/AFP/Handout)

Emmanuel Macron s'est livré mercredi à un exercice d'autocritique inédit en admettant ne pas avoir "réussi à réconcilier le peuple français avec ses dirigeants" et en promettant de gouverner "d'une manière différente" à l'avenir.

Assis dans un hangar du porte-avions Charles de Gaulle, le président de la République, a également estimé que l'exécutif n'avait pas apporté assez de "considération" aux Français depuis le début de son mandat en mai 2017.

"Je n'ai pas réussi à réconcilier le peuple français avec ses dirigeants", a-t-il souligné lors d'un entretien à TF1, à trois jours de la mobilisation des "gilets jaunes" contre la hausse du prix des carburants.

"Nos concitoyens aujourd'hui veulent trois choses: qu'on les considère, qu'on les protège, qu'on leur apporte des solutions. Pas des déclarations. Des solutions. La considération, on ne l'a sans doute pas assez apportée", a insisté M. Macron, souvent accusé par l'opposition d'être hautain et éloigné des préoccupations des Français.

Au cours des derniers mois, le chef de l'Etat avait déjà à plusieurs reprises affirmé qu'il ne réussissait "pas tout". Mais pour la première fois, il a déclaré aussi clairement sa volonté de "décider peut-être d'une manière différente. Pas tout à Paris. En demandant à nos directions d'administrations centrales, aux ministres, à ceux qui les conseillent, d'aller se confronter au terrain beaucoup plus".

Lors de son périple "mémoriel" de la Grande Guerre, qui l'a conduit la semaine dernière dans les régions parfois sinistrées du nord et de l'est de la France, M. Macron dit avoir été confronté directement à la "colère" et à "l'impatience" de certains.

"Considérer c'est entendre quand les gens se plaignent, pour les amener dans cette transformation. Mais les respecter", a ajouté M. Macron, qui a régulièrement été critiqué ces dernières mois pour ses saillies jugées méprisantes à l'égard des Français.

- Nouvelle méthode, cap inchangé -

Interpellé le 4 octobre à Colombey-les-Deux-Églises (Haute-Marne) par une retraitée sur sa faible pension, puis par une autre sur la limitation de vitesse à 80km/h, M. Macron avait par exemple cité le général de Gaulle qui disait: "Vous pouvez parler très librement, la seule chose qu'on n'a pas le droit de faire, c'est de se plaindre". "Le pays se tiendrait autrement s'il était comme ça", avait-il ajouté.


Le président Emmanuel Macron à bord du porte-avions Charles de Gaulle, au large de Toulon, le 14 novembre 2018. (POOL/AFP/CHRISTOPHE SIMON)

Il avait également été critiqué en invitant en septembre un jeune horticulteur au chômage à "traverser la rue" pour trouver un travail.

"Cette réconciliation entre la base et le sommet, je considère que je n'ai pas réussi à le faire, et c'est pour moi au coeur de ce qui m'attend dans les mois à venir (...) C'est un vaste programme, mais il requiert la mobilisation de toute la nation", a conclu M. Macron sur TF1.

Mais à des promesses de nouvelle méthode, le président a opposé un cap inchangé, accompagnant cette mise au point par un long exercice pédagogique s'attardant notamment sur l'utilité de l'impôt.

Ce qui ne l'a pas empêché de se montrer offensif envers l'opposition, appelant à ce "qu'on sorte d'une forme de poujadisme contemporain, où les mêmes qui vous disent, à longueur de journaux télévisés, +on paye trop d'impôts+, sont les mêmes qui vous disent, dès que vous commencez à demander des efforts ou à faire des réformes en profondeur, +ne touchez pas aux dotations, ne demandez pas d'efforts aux collectivités locales, ne demandez surtout aucun effort".

"Le cap sur lequel je me suis engagé devant les Françaises et les Français consiste à avoir une politique de transformation en profondeur du pays", a soutenu le président de la République, selon qui "on ne le fera pas en un an, il prendra le temps de ce quinquennat".

© 2018 AFP

  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201811152220 657920
Ma liste