Pierre Moscovici demande à l'Italie du respect pour la Commission
OK
Accueil  > Communauté   > Forum CAC 40

Pierre Moscovici demande à l'Italie du respect pour la Commission

Cours temps réel: 5 326,87  -1,14%

PX1


gars d'ain
23/11/2018 17:42:41
1

Si c'est la Grosse de ... Commission, faut bien tirer la chasse après...


: )

  
Répondre
franc.k
23/11/2018 17:26:06
1

Ça leur fait pas de mal, ces petits noms d oiseaux.

Ça fait dégonfler un peu la tête

  
Répondre
whatelse
22/11/2018 22:47:02
1

Si l'état manque de pognon devinez ce qu'il va faire! Vous savez les taxes pour favoriser la transition énergétique.

  
Répondre
moicmoi
22/11/2018 19:05:13
2

jipes

« « ++La France doit toujours 112 millions au canton de Vaud
Malgré deux rappels, la rétrocession d'impôt attendue depuis le 30 juin n'est toujours pas arrivée dans les caisses cantonales
» »

Les entreprises qui travaillaient pour l’État Français dénonçaient volontiers que l’État est mauvais payeur. Je vois que c’est toujours d’actualité.
Mais je suppose que la contribution à l’E.U. est payée rubis sur l’ongle. Si l’État manque de pognon, il ne lui reste qu’à déposer la piscine de Brégançon et la vaisselle de l’Elysée, au mont de Piété. Et les manteaux de la Brigitte. Tant pis si elle s'enrhume.

whatelse

« « traiter Moscovici de trou du cul est lui faire honneur, un trou du cul ayant une utilité » »

C’est pas faux. Mais il me semblait que ce surnom était bien senti.
Je vais donc me pencher sur mon dictionnaires de « petits noms » pour le requalifier ( requalifier n’est pas le bon terme, car il sous-entend qu’il aie des qualités, ce qui est impossible)

  
Répondre
whatelse
22/11/2018 16:55:03
1

traiter Moscovici de trou du cul est lui faire honneur, un trou du cul ayant une utilité, lui ne sert à rien, n'a jamais servi à rien et de surcroît, c'est un nul. Alors, respectez mon trou du cul et attribuez lui un autre nom.

  
Répondre
jipes
22/11/2018 15:32:07
1

Moscovici devrait aussi demander à la France de respecter ses engagements, le délai de paiement au 30 juin étant largement dépassé.


++La France doit toujours 112 millions au canton de Vaud

Malgré deux rappels, la rétrocession d'impôt attendue depuis le 30 juin n'est toujours pas arrivée dans les caisses cantonale

La France n'a pas encore procédé à la rétrocession d'impôts perçus auprès des frontaliers pour l'année 2017. Vaud s'impatiente et propose d'introduire des pénalités en cas de versement hors délai.

Une convention franco-suisse prévoit une rétrocession de 4,5% de la masse salariale brute versée aux frontaliers français. Pour le canton de Vaud, cela représente plus de 112 millions de francs pour 2017, en augmentation de quelque 12 millions par rapport à 2016.

Questionné par le député Alexandre Berthoud, le Conseil d'Etat confirme jeudi que ce montant n'a pas encore été versé. Une demande a été déposée le 26 avril auprès du Département fédéral des finances (DFF) et la France avait jusqu'au 30 juin pour s'en acquitter.

Des relances auprès du DFF ont été effectuées en août et en octobre. Dans les deux cas, le service concerné à Berne a relancé l'Etat français afin d'obtenir le statut du versement, assure le canton.

Le conseiller d'Etat Pascal Broulis a interpellé personnellement le conseiller fédéral Ueli Maurer. Lui rappelant que ces retards posent des problèmes aux communes pour préparer leurs budgets 2019. «Ce sont souvent de petites communes limitrophes et elles nous ont fait part de leurs préoccupations», explique-t-il.

Les derniers échanges avec le DFF du 15 novembre ne permettent pas d'indiquer à quel moment le versement aura lieu, constate le Conseil d'Etat. Le Département vaudois des finances continuera à suivre le développement de ce dossier avec une «attention particulière».

En parallèle, Pascal Broulis proposera à la Confédération d'étudier la possibilité d'introduire dans la convention des pénalités en cas de versement hors délai. Cette disposition serait à examiner entre les autorités suisses et françaises, ajoute-t-il. (ats)++

  
Répondre
moicmoi
22/11/2018 12:40:26
2

Et le pire du pire, c’est que le roi macron 1er travaille à mettre en place un Gvt européen, avec roi, reine, ministres, et toute la cour. (Ce qui multipliera le Nb de fauteuils dorés pour placer les copains.) Et bien sûr, taxes, impôts, racket qui vont avec, sans rien supprimer de ce qui existe par ailleurs.
Et que le trou du cul moscovien se verrait ministre des finances.
Autrement dit : faites des économies pour pouvoir cracher au bassinet européen le moment venu !

  
Répondre
pamelia
22/11/2018 12:37:44
3
respet pour les élus....Mosco n'en est pas un.....
  
Répondre
francleon
22/11/2018 12:23:15
3
Donner des leçons Moscovici ? Se rappelle t'il son passage, de 2 ans, comme ministre de Hollande avec augmentation de la TVA intermédiaire de 7 à 10% ? Un INCAPABLE, qui est nommé par Hollande (après tractations avec les Allemands) Commissaire Européen, la voie royale pour ce nul, en attendant sa retraite dorée!
  
Répondre
moicmoi
22/11/2018 12:19:33
4

Il est vrai qu’avec son passé de brillantissime ministre des finances Français, MÔsieur peut se permettre de donner des leçons.

https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/moscovici-parmi-les-plus-mauvais-ministres-des-finances-selon-le-financial-times_1431571.html

De même qu’il est en droit d’exiger le respect. Lui qui n’est pas le dernier pour mépriser les autres.
Au fait, être dans l’attente d’une lettre du Père Noël est un manque de respect ? Ce qui veut dire que tous , ou presque tous, avons été irrespectueux durant toute notre enfance ?
Et en plus , mÔssieur bombe le torse et se présente comme : « je suis le commissaire aux Affaires économiques », oubliant de préciser qu’il n’est qu’un trou du cul parachuté là par un autre trou du cul .
Manque de bol, c’est nous qui payons les lourdes factures pour entretenir ces gangters pourris jusqu’à la moëlle. Et je suis respectueux, là..
J’espère que Salvini saura le remettre à sa place, comme il sait si bien le faire.

  
Répondre
jipes
22/11/2018 11:40:17
2

Robespaul,


Parce que tu crois que nos dirigeants qui taxent à tour de bras et qui ne font rien pour aider les retraités et les plus démunis sont des adultes !

  
Répondre
sergiobress
22/11/2018 11:28:23
2

On sait d'où il vient ………………...

Message complété le 22/11/2018 11:34:45 par son auteur.

Mettre un type comme ça à ce poste c'est comme donner de la confiture aux cochons.

  
Répondre
pcottaz
22/11/2018 11:22:00
3
Jai du mal a lire un ancien ministre
Qui donne des leçons alors quil a pas su faire Qq chose de bien
  
Répondre
robespaul
22/11/2018 11:17:47
0
sale vini et le petit maurico devrait arrêter de jouer et devenir adulte !
  
Répondre
jipes
22/11/2018 10:48:40
2

"Le dialogue n'est pas une option, mais un impératif", réitère M. Moscovici.


Et il se veut donner des ordres. Pour qui se prend-il ?

  
Répondre
jlccasa
22/11/2018 10:38:31
1
On en peut respecter que ce qui est respectable !
  
Répondre
jlccasa
22/11/2018 10:38:31
0

Le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici, le 21 novembre 2018 à Bruxelles (AFP/JOHN THYS)

Le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici demande à l'Italie de ne pas "tirer sur le pianiste" et de faire preuve de respect, après avoir à nouveau rejeté son projet de budget, dans un entretien jeudi avec le Corriere della sera.

"Je ne suis pas le père Noël, je suis le commissaire aux Affaires économiques et je pense que ces questions doivent être traitées avec respect réciproque, sérieux et dignité", déclare-t-il dans cet entretien.

"La lettre de l'UE est arrivée ? J'attends aussi celle du Père Noël", avait ironisé mercredi le vice-Premier ministre italien, Matteo Salvini, leader de la Ligue (extrême droite), un des deux partis de la coalition au pouvoir, avec le Mouvement 5 étoiles (M5S).

La Commission européenne a ouvert mercredi la voie à de possibles sanctions financières contre Rome, après avoir de nouveau rejeté le projet de budget 2019 de la coalition populiste.

"Nous avons lancé une procédure, mais la suite n'est pas écrite (...). Voilà pourquoi la désinvolture n'est pas la réponse adaptée: il est trop facile de tirer sur le pianiste", ajoute M. Moscovici.

Le commissaire français rejette par ailleurs les accusations de partialité ou de manipulation des marchés, assurant que la Commission est "neutre et objective" et que ses commentaires sont "toujours prudents", a fortiori dans le cas de l'Italie où le gouvernement est "particulier avec des leaders politiques parfois agressifs".

"Ce n'est pas le thermomètre qui provoque la fièvre, c'est la fièvre qui fait monter le thermomètre (...) Ce qui fait bouger les marchés, ce sont les préoccupations concernant la politique économique", ajoute-t-il.

La Commission se tient sur une ligne de crête avec l'Italie, à qui elle doit montrer sa fermeté, tout en évitant de trop agiter les marchés, de peur que les inquiétudes ne se propagent à l'ensemble de la zone euro.

"Le dialogue n'est pas une option, mais un impératif", réitère M. Moscovici.

La Bourse de Milan a ouvert en baisse jeudi matin, tandis que le "spread", l'écart très surveillé entre les taux d'intérêts à dix ans italiens et allemands, atteignait 314 points, contre 311 mercredi soir.

Les médias italiens spéculent depuis mercredi sur la possibilité que le gouvernement italien revoit sa copie budgétaire pour tenir compte des remarques de la Commission, des informations toutefois non confirmées officiellement.

© 2018 AFP

  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201811231742 659421
Ma liste