OK
Accueil  > Communauté   > Forum CAC 40

En plein mouvement des "gilets jaunes", le moral des Français en chute

Cours temps réel: 5 655,46  0,22%

PX1


gars d'ain
28/11/2018 19:12:02
0

Parlons donc "Taxe d'ordure ménagère"...

Pour suivre par exemple, je suis pour le passage automatique des poubelles hors recyclables (puisqu'ils sont valorisés en déchetterie et revendus comme minerai...).


à 3 puisque mon fils est en études supérieurs, on produit un sac ridicule chaque semaine d'environ 2 kg... Exceptionnelle, ça monte à 3kg.

__________________________________________________

à titre d'infos /

http://www.cniid.org/Les-dechets-en-France-quelques-chiffres,151

LES DÉCHETS EN FRANCE : QUELQUES CHIFFRES

QUELLE QUANTITÉ DE DÉCHET PRODUISONS-NOUS ?


Chaque année en France, un habitant produit 354 kg d’ordures ménagères. Les calculs sont réalisés par l’Ademe à partir des tonnages des poubelles des ménages (hors déchets verts) collectées par les collectivités locales.


On peut aussi, comme le fait Eurostat afin d’effectuer des comparaisons internationales, évaluer la quantité de déchets municipaux par habitant. La quantité produite monte alors à 536 kg par an, et intègre en plus des déchets des ménages, ceux des collectivités et également une partie des déchets d’activités économiques.


Mais attention, ces chiffres ne sont que la partie émergée de l’iceberg de déchets produits en France chaque année : en prenant en compte les déchets professionnels (BTP, industrie, agriculture, activités de soin), on atteint 13,8 tonnes de déchets produits par an et par habitant.


- Plus de détails sur les chiffres de la production de déchets en France dans la brochure "Les déchets en chiffres" publiée par l’Ademe.


LA RÉPARTITION DES MODES DE TRAITEMENT


En France, la destination de nos déchets se répartit ainsi (moyennes nationales) :

- Incinération : 30 %

- Décharges : 36 %

- Valorisation matière (recyclage) : 20 %

- Gestion biologique (compostage/méthanisation des déchets organiques) : 14 %


---------------------------------------------------

Pour compléter :

Article "Les coûts de gestion des déchets ménagers explosent" (voir l'article complet)

https://www.actu-environnement.com/ae/news/couts-gestion-dechets-menagers-fnade-amorce-16953.php4

"... Pour les déchets collectés auprès des 4.400 déchetteries comptabilisées sur le territoire, le coût moyen est de 119 €/t, pour près d'un tiers des déchets ménagers et assimilés produits.

Par type de traitement, les coûts moyens sont de : 64 €/t pour le stockage (avec une variation de 45 à 76 €/t), 94 €/t pour l'incinération (avec une variation de 77 à 121 €/t) et 151 €/t pour les 251 centres de tri hors verre (avec une variation de 76 à 251 €/t). On peut s'attendre à ce que de nouvelles analyses donnent les coûts liés au traitement par compostage, méthanisation voire par tri mécano-biologique ; bien que ce dernier soit aujourd'hui considéré comme un pré-traitement au même titre que le centre de tri.

..."



  
Répondre
gars d'ain
28/11/2018 19:00:32
2

Certaines écoles privées et/ou semi public ont corrélés des frais aux niveaux d'impostion et de revenus du foyer...


Pour l'école, on devrait largement s'inspirer de la Suisse et de la valorisation de l'apprentissage au lieu de produire des franquignoles surdiplômés et des bras cassés qui attrapent des ampoules rien qu'en observant ce qu'il y a faire...

  
Répondre
waine70
28/11/2018 18:55:55
1

Salut mon gars d'ain !



pour les études, ce que tu dis n'est pas faux, mais parfois j'entends que certains étudiants passent masters sur masters ... et sont toujours sans emploi à plus de 25 ans.


Ce que je veux dire, c'et que toutes ces choses gratuites ont un coût ... et c'est qui qui paye ?



...

  
Répondre
gars d'ain
28/11/2018 18:37:51
2

Salut, waine70...


Oui, déjà y a des indemnités de la fonction publique qui créent un niveau de rémunération beaucoup plus elevé qu'il n'y parait auquel il faut ajouter la mise à disposition de logements de fonction...


Pour certains un chauffeur, l'entrée Ad vitam au buffet gratuit et en plus le remboursement de notes de frais diverses et variés tels des c-ostumes de réprésentation....


Taper sur plus pauvre que soi, n'est forcément la meilleur idée selon moi... Pour les études, je suis pas d'accord non plus, le sytème gratuit permet en théorie une ascension sociale avec l'obtention de diplômes souvent supérieur à la génération génitrice N-1...


Message complété le 28/11/2018 18:40:40 par son auteur.

Pour le transport scolaire subventionné par le conseil général du 69 par contre, il a des abérrations flagrantes dans le département du rhône et des doublons totalement injustifiés avec le train subir-entionné par la région.

Et c'est bien un problème politique de querelle de clocher ...

  
Répondre
waine70
28/11/2018 18:28:22
2

@ franck



là ou je suis un peu moins d'accord, c'est sur le fait que la responsabilité reposerait uniquement sur le politique ...?...


Je crains que nous n'ayons que ce que nous méritons.


Polémiquons un pneu. si je disais qu'en France, il y a trop de choses "gratuites" ; études supérieures, transport scolaire, CMU, santé, chomage, ...


Vous en avez d'autres peut etre ...?...

  
Répondre
franc.k
28/11/2018 15:29:05
4

Le moral des Français a remonté après l ' election présidentielle, la lune de miel en quelque sorte, mais l' alignement des planètes n'a pas duré tres longtemps pour Macron et la chute a été exponentielle depuis cet été avec notamment l' affaire Benalla.

Depuis, les Français ont constaté que rien n'avait changé, ancien monde ou nouveau monde, c'est strictement pareil.

ils ont essayé la droite, la gauche, la Rem, et ils ont le sentiment, justifié par ailleurs, qu' a chaque fois ils sont les cocus de l'histoire. Attention à la tentation des extremes pour les prochaines élections, mais si ça arrive, ce que je ne souhaite pas personnellement, nos politiques l' auront bien cherché.

Et ces politiciens ne pourront pas taxer les Français de populistes ou d' essayer de les marginaliser comme ils le font aujourd'hui avec les gilets jaunes.


  
Répondre
CRI74
28/11/2018 14:59:59
0

Le moral des français en chute libre .

En êtes vous bien sûr ?

Je ne me rappelle pas qu'il ait remonté à un moment donné . C'est génétique pour l'ensemble du pays .

La courbe de consommation des antidépresseurs devrait utilement renseigner sur le sujet

Message complété le 28/11/2018 15:01:54 par son auteur.

On peut suggérer qu'après la cure de Détox vienne rapidement celle de Détaxe ... au moins en rêve

  
Répondre
whatelse
28/11/2018 14:44:16
0

deltafin,

C'est de l'humour ?

  
Répondre
sergiobress
28/11/2018 09:28:47
0

Bonjour à tous

Une vidéo ancienne qui en dit long sur l'argent des FRANCAIS :


https://www.facebook.com/pascal.dondelinger.3/videos/2123200544374847/


Bonne journée à tous

  
Répondre
sergiobress
27/11/2018 21:12:03
2

Macron regarde Arte ce soir, tu apprendras beaucoup de choses .............

  
Répondre
jipes
27/11/2018 21:01:30
2

C'est vrai que si la flèche prend la direction du Nord, on rejoint la Hollande.

  
Répondre
Obywan
27/11/2018 20:52:12
0

Finalement si on n'en croit le graphique 2012/2017 fut une bonne ascension..

Si Hollande voit ça il va réellement se persuader qu'il est l'homme de la situation.... ^^

  
Répondre
robespaul
27/11/2018 20:37:38
1
qu'est ce que ça va être quand il va falloir faire les vraies réformes et taper dans le gras ?
  
Répondre
kalkulus
27/11/2018 16:02:13
2
La décroissance approche à petits pas... lol

#Frexit Macron démission et vive les gilets jaunes
  
Répondre
deltafin
27/11/2018 14:51:54
1
Comment le moral des français s'améliorerait-il alors q'une véritable insurrection citoyenne se profile dans notre pays ? Heureusement que le CAC 40 est corrélé au NASDAQ, soutenu par Donald TRUMP....
  
Répondre
gars d'ain
27/11/2018 14:32:49
1

Analyse graphique : Support haussier cassé et retour dans le cartouche de latéralisation au plus bas en vue.


La chûte va se poursuivre : je dis retour au niveau de 2008...


Maintenant que les français seront équipés de toutes les dernières merdes gouvernementales, il va falloir payer l'addition...

.

Message complété le 27/11/2018 14:34:33 par son auteur.

Reste à la louche : -10 points et ils vont faire mal... Prochain Krack 2022.

2008 +7 +7 = 2022

ça coïncidera avec la fin de mandat...

: (

  
Répondre
31gol
27/11/2018 14:28:01
0
Mr Macron est un mou, cassez joyeusement il ne bougera pas, puisque les ploucs paieront les degats
  
Répondre
31gol
27/11/2018 14:28:01
0

Manifestation de "Gilets jaunes", le 24 novembre 2018 à Rochefort (AFP/Archives/XAVIER LEOTY)

Une lourde chute et de nombreuses interrogations: en plein mouvement des "gilets jaunes", le moral des Français a atteint en novembre son plus bas niveau depuis près de quatre ans, suscitant les craintes des économistes pour la croissance et l'emploi.

Selon l'Insee, la "confiance des ménages" s'est établie à 92 points, soit trois points de moins qu'en octobre. Il s'agit de "son plus bas niveau depuis février 2015", souligne l'organisme public dans un communiqué.

Avec cette baisse, qui survient en plein conflit des "gilets jaunes", le moral des ménages - calculé sur la base de soldes d'opinion - se situe désormais "nettement au-dessous de sa moyenne de longue période", qui est de 100 points, rappelle l'Insee.

Le signe que les Français ont le moral dans les chaussettes ? "On pouvait s'attendre à une baisse, compte tenu du climat socio-économique actuel. Mais un telle chute, c'est inquiétant", estime Hélène Baudchon, économiste chez BNP Paribas.

"On n'est pas au niveau du creux de vague des années 2013-2014, mais on est quand même très bas, notamment si on compare le chiffre actuel à celui atteint après l'élection d'Emmanuel Macron", à savoir 108 points, abonde Mathieu Plane, chercheur à l'OFCE.

- "situation paradoxale" -

D'après l'Insee, le recul de novembre s'explique principalement par un regain de pessimisme sur le contexte économique national - l'opinion des ménages sur leur situation personnelle n'ayant pour sa part connu qu'une légère dégradation.


Le moral des ménages (AFP/Vincent LEFAI, Sophie RAMIS)

La proportion de ménages estimant que le niveau de vie va s'améliorer en France au cours des douze prochains mois a ainsi reculé de 11 points par rapport à octobre. Les craintes sur le chômage ont pour leur part grimpé de 21 points, à leur plus haut niveau depuis novembre 2016.

Le nombre de Français jugeant opportun, dans ce contexte, de faire des achats importants a fortement diminué. Selon l'Insee, le solde correspondant perd huit points et se situe sous sa moyenne de longue période, pour la première fois depuis décembre 2015.

"C'est surprenant, car cela survient au moment où le pouvoir d'achat est censé augmenter, en raison des baisses d'impôts décidées par le gouvernement", souligne Hélène Baudchon, qui évoque une "situation paradoxale" et "difficile à expliquer".

Le mois d'octobre a en effet été marqué par la deuxième tranche de baisse des cotisations salariales pour les salariés, mais aussi par une baisse de 30% de la taxe d'habitation pour 80% des Français, dont le coût est évalué à trois milliards d'euros.

"Il s'agit de baisses d'impôts d'une ampleur quasiment jamais vue, mais qui semblent rester invisibles pour de nombreux Français. Il y a un décalage entre la réalité comptable et le ressenti", analyse Mathieu Plane.

- "pas de bon augure" -

Cette vague de pessimisme aura-t-elle des conséquences sur l'activité du quatrième trimestre? C'est probable, d'autant que les blocages des "gilets jaunes" ont pesé sur l'activité de ces dernières semaines, notamment dans le commerce de détail.

"Dans la grande distribution, la perte de chiffre d'affaires a été de 35% le samedi 17 novembre et de 18% le samedi 24 novembre", a indiqué lundi le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, évoquant "un impact sévère" pour l'activité.

Pour Mathieu Plane, le principal danger vient de la consommation, principal moteur de la croissance hexagonale, et qui pourrait n'être pas aussi forte qu'attendu en fin d'année, au vu du pessimisme manifesté par la fronde des "gilets jaunes".

"Le moral des ménages, c'est du ressenti, ce n'est pas un indicateur très solide. Mais le risque, c'est qu'il y ait une épargne de précaution qui se forme, ce qui pénaliserait bel et bien la croissance", souligne l'économiste.

Un scénario à l'allure de catastrophe pour le gouvernement, qui compte sur un dernier trimestre solide, avec une hausse du produit intérieur brut (PIB) de l'ordre de 0,5%, pour atteindre son objectif de croissance pour 2018, fixé à 1,7%.

"Un bon chiffre reste encore possible, d'autant que le prix du pétrole a fortement baissé en novembre, ce qui devrait stimuler la consommation en fin d'année. Mais la baisse du moral des ménages est quand même très prononcée, ce qui n'est pas de bon augure", concède Hélène Baudchon.

© 2018 AFP

  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201811281912 660528
Ma liste