Macron veut traiter "fin du monde" et "fin du mois" à la fois
OK
Accueil  > Communauté   > Forum CAC 40

Macron veut traiter "fin du monde" et "fin du mois" à la fois

Cours temps réel: 5 557,61  0,71%

PX1


colet
28/11/2018 22:05:49
1

moicmoi

Qaund l'état n'a pas le fric de ses ambitions, il emprunte encore et encore

déficit oblige !

alors comment çà ? les gilets jaunes ne veulent pas en faire autant ?

m'enfin, msieurs les banquiers, faut suivre les conseils de mr le président , faut prêter à ceux qui auront les pires difficultés pour vous rembourser, mais eux ils vont vous prévenir de suite !


allez un bon geste pour les gilets jaunes !


  
Répondre
sergiobress
28/11/2018 16:19:35
2

Voilà ou on les mets quand on ne sait plus quoi en faire et ça coûte la peau du c.l


https://www.facebook.com/pierrotpiot/videos/10217633802262685/

regardez bien elle n'a pas été supprimée, et puis encore une fois on voit bien dans quel luxe nos élus vivent et combien ils touchent ; sans compter bien sûr des autres fonctions cumulées.

  
Répondre
moicmoi
27/11/2018 19:26:10
6

Y sont rigolos, le macron et ses copains. Le Peuple demande du pouvoir d’achat, et eux, ils traduisent par : achetez des bagnoles écolos. La moderne version contemporaine de : le Peuple n’a plus de pain ? Qu’il mange de la brioche.
Comme aurait dit le commissaire Bourel : mais bon dieu c’est sûr ! Les ceusses qui sont dans le rouge à chaque fin de mous vont se payer une voiture neuve écolo 2 fois plus cher que les autres.
Les banques ne demandent qu’à prêter , et piquer le petit pavillon au premier incident de paiement .
Tout le monde n’est pas malheureux à cause des fins de mois dans le rouge.
La bande a macron s’imagine que c’est en parlant écologie qu’il vont calmer le Peuple ? Les gilets jaunes ? Mais c’est vraiment à se demander s’ils ont quelque chose entre les deux oreilles.
Il vont créer un comité bidule (dixit Ch. De Gaulle) pour réfléchir sur le réchauffement climatique , alors que le Peuple réfléchit sur son compte bancaire rouge en fin de mois .
Et, pour financer ce comité bidule (re dixit Ch. De Gaulle) , il vont le financer avec une nouvelle taxe verte ?
Clémenceau disait : pour enterrer un dossier, il faut créer une commission.
Je crois que le macron, il a tout faux : il communique avec retard , il communique avec du retard à l’allumage, et lui et ses fiers à bras racontent des conneries et méprisent le Peuple.
M’étonnerais que tout ça est fait pour calmer les esprit. Au contraire, on pourrait bien avoir le même « climat » que les DOM. Et ça, il ne le voit pas arriver non plus.

virgules44

Je ne suis pas très malin : pourrais-tu préciser ce que tu entends par : réfléchir ?

Moi , je comprends vite, mais il faut m'expliquer longtemps.

Message complété le 27/11/2018 19:27:42 par son auteur.

fin de mois. (C'est mon doigt qui a fourché.)

  
Répondre
chatdoux
27/11/2018 18:15:23
6

macron ! ça marche plus!

0/20.

HORS SUJET

  
Répondre
franc.k
27/11/2018 17:36:26
8

A cours d idées ce gouvernement, ils ont perdu le GPS, la start-up est en train de se casser la gueuler et nous avec.

Pour les émanations de gaz à effet de serre, Jupiter devrait demander à sa copine européenne Angela de fermer ses centrales à charbon.

Mais le CO2 teuton s arrête probablement aux frontières, comme pour Tchernobyl.

  
Répondre
jipes
27/11/2018 17:35:30
1

Parce que tu trouves que son discours est fameux !


  
Répondre
virgules44
27/11/2018 16:34:01
0

Jipes.....réfléchis donc avant d’écrire

  
Répondre
lahume
27/11/2018 16:02:03
1

"Pour ce qui est de l'écologie ce n'est pas la priorité, le peuple vous l'a démontré, alors ne faites pas semblant de ne pas comprendre, car sinon je pense que les gilets jaunes reviendront encore plus nombreux."

Bien sûr ! la "transition énergétique" se fera de toute façon !



Il n'est pas utile de forcer le trait et de vouloir tout faire de suite !

Commencez par inciter les constructeurs à faire des véhicules achetables par le plus grand nombre ! et petit à petit les gens en changeront .

Evitez de paniquer les gens en voulant les obliger à remplacer leur véhicules avant l'heure à coup de normes que même les véhicules neufs ne peuvent plus satisfaire sans tricher sur les résultats ! et évitez aussi de changer sans arrêt les règles du jeu !

Maintenant s'il s'agit d'obliger les gens à prendre des crédits pour remplacer de force leur véhicule en les rendant complètement dépendants du banquier , alors continuez , vous êtes sûr la bonne voie !

Je pense aux jeunes qui commencent à travailler , avec pour la plus part des salaires "mirobolants" et qui vont devoir résoudre le problème des déplacements ...vont-ils pouvoir changer , ou acheter un nouveau véhicule ? et quoi et à quel prix ? ( bien sûr ceux qui ont la chance d'habiter et de travailler en ville le pb est moins crucial )


L'augmentation du prix du carburant a été le catalyseur des inquiétudes mais n'aurait pas , me semble-t-il , à lui seul ,été suffisant pour enclencher un mouvement comme celui des gilets jaunes .


  
Répondre
jipes
27/11/2018 15:40:00
2

J'ai trouvé le discours du Président lénifiant et vide de sens. Vide de sens car il ne répondait en rien aux attentes des gilets jaunes. D'un côté on parle des difficultés de la vie, de l'autre d'écologie. Rien de compatible.

Donc ne nous étonnons pas si, dans les prochaines manifestations, on demande à nouveau la destitution du Président et la démission du Gouvernement.

  
Répondre
gars d'ain
27/11/2018 15:29:05
5

En fait, c'est "LA TRANSITION DES CONFISSEURS" : pas de vagues pour les fêtes...


On reporte le tout à Février , comme ça laissera passer aussi tout le train des hausses annuelles et après c'est "Vacances scolaires" de février...


Jour de Pipeau sans partition, ni chef d'orchestre : les musiciens tentent un air connu...

Message complété le 27/11/2018 15:30:17 par son auteur.

... Dans la grande improvision en reprenant des refrains connus et surtout déjà éculés...

: (

  
Répondre
lahume
27/11/2018 15:17:07
1

Une photo comme ça et vouloir "traiter la fin du monde"

Si dieu est au centre , ou est le ""saint d'esprit"" ?


Message complété le 27/11/2018 16:38:29 par son auteur.

sain d'esprit , bien sûr

  
Répondre
sergiobress
27/11/2018 15:15:33
8

Il faudrait déjà raboter vos salaires Messieurs ainsi que vos avantages, diviser les députés par 2 et faire un peu de ménage dans les doublons, là on commence à faire des économies.

Pour ce qui est de l'écologie ce n'est pas la priorité, le peuple vous l'a démontré, alors ne faites pas semblant de ne pas comprendre, car sinon je pense que les gilets jaunes reviendront encore plus nombreux.

Avez-vous bien compris le sens des manifs ?

Le peuple commence a en avoir marre de vos discours et réflexions à deux balles, agissez plutôt dans le bon sens, cela évitera des dérives.


  
Répondre
Goenka
27/11/2018 15:04:57
4
Philippe ,Macron et Rugy ;le trio dévastateur!
Quand on voit l'énormité des dépenses faites par Matignon,entre autres,le train de vie que mène tte la" haute sphère"; leurs discours vides de sens sont vraiment pa thé tiques!!
  
Répondre
ichimoku
27/11/2018 14:54:55
3
S'il pouvait traiter la fin de sa carrière aussi
  
Répondre
ichimoku
27/11/2018 14:54:55
0

Le président Emmanuel Macron (c), le Premier ministre Edouard Philippe (g), le ministre de l'Ecologie François de Rugy (d), lors d'une réunion sur la "Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), le 27 novembre 2018 à l'Elysée, à Paris (POOL/AFP/IAN LANGSDON)

"Fin du monde" ou "fin du mois", "nous allons traiter les deux", a assuré mardi Emmanuel Macron en pleine grogne des "gilets jaunes", tout en annonçant une adaptation de la fiscalité des carburants aux fluctuations des cours mondiaux.

Lors d'un discours à l'Élysée pour la présentation de la programmation pluriannuelle de l'énergie, le chef de l'État a en outre annoncé une "grande concertation de terrain sur la transition écologique et sociale", rassemblant associations, élus et "représentants des gilets jaunes" pour, "dans les trois mois qui viennent", élaborer des "méthodes d'accompagnement".

"Fin du monde" ou "fin du mois", "nous allons traiter les deux, et nous devons traiter les deux", a-t-il assuré dans une référence à la nécessité de concilier les enjeux climatiques et sociaux pointée par l'ex-ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot.


Nucléaire: 14 réacteurs fermés d'ici 2035 (AFP/Simon MALFATTO)

"Nous devons entendre les protestations d'alarme sociale" mais "sans renoncer à nos responsabilités", car "il y a aussi une alarme environnementale", a-t-il insisté.

Car "vouloir en quelque sorte traiter l'urgence sociale en renonçant à toute ambition environnementale et énergétique, c'est installer nos concitoyens les plus fragiles, nos travailleurs les plus modestes, dans la situation où collectivement progressivement, insensiblement, nous les avons plongés depuis des décennies", a jugé M. Macron.

- Pas "à n'importe quel prix" -

En pleine contestation des "gilets jaunes" contre la perte de pouvoir d'achat et la hausse des taxes sur les carburants, il a ainsi annoncé que leur fiscalité serait adaptée aux fluctuations des prix afin de se "mettre à l'abri" des envolées des cours mondiaux.


La France championne du nucléaire (AFP/Simon MALFATTO)

Il faut "rendre plus intelligente cette taxe aveugle", a-t-il dit: "je refuse que s'installe une France à deux vitesses", "que la transition écologique accentue les inégalités entre territoires et rendent plus difficile encore la situation" des Français habitant en zones rurale ou périurbaine.

Selon l'Élysée, en cas de surchauffe des prix sur les marchés mondiaux, la hausse prévue de la fiscalité sur les carburants serait mise partiellement ou totalement entre parenthèse le temps de ce pic. C'est le gouvernement qui pourra en prendre la décision, précise Matignon.

La transition énergétique ne doit pas se faire à "n'importe quel prix", a insisté M. Macron.


Des "gilets jaunes" bloquent l'autoroute A6 à Villefranche-sur-Saöne, le 24 novembre 2018 (AFP/Archives/JEFF PACHOUD)

"Ceux qui disent que ce sont, au fond, toujours les mêmes qui font les efforts", "ont raison", a-t-il ajouté, fustigeant "quarante ans de petites décisions" et les discours incitant "depuis des années" les Français à s'installer en périphérie des villes ou à rouler au diesel.

Assurant par ailleurs ne pas "confondre" les casseurs avec "la manifestation sur laquelle ils se sont greffés", il a affirmé "comprendre" et "partager" la "crainte exprimée par nombre de nos concitoyens ces derniers jours: être laissés pour compte, payer la transition énergétique sans en bénéficier".

Cette France qui a "peur des changements", "c'est une France à qui on a demandé beaucoup", et "on ne peut pas considérer que les changements à venir, on les fera malgré elle ou sans elle".

Au-delà de la transition environnementale, il y a donc aussi "les choix que nous aurons à faire plus largement pour rebâtir ce contrat social du siècle nouveau", avec "une plus grande efficacité de l'action publique" et l'objectif de "réussir à avoir un meilleur service public, à avoir une meilleure réponse à leurs aspirations, en dépensant moins, et donc en pouvant plus rapidement baisser leurs impôts et leurs taxes".

L'Élysée a précisé dans le sillage du discours du chef de l'État que le ministre de la Transition écologique François de Rugy recevrait mardi après-midi des représentants des "gilets jaunes", à la demande d'Emmanuel Macron.

© 2018 AFP

  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201811282205 660534
Ma liste