OK
Accueil > Communauté > Forum General

Quels livres me conseillez-vous de lire ?



MMManson
20/06/2020 15:02:29
0

<<L'Union européenne à l'épreuve des nationalismes>> - Anaïs Voy-Gillis

  
Répondre
0PHENIX0
20/06/2020 13:43:17
0

"Théologie de l'histoire de l'ascenseur." Ω6

  
Répondre
Omega9
20/06/2020 11:06:08
0

L'art de perdre. ALICE ZENITER

  
Répondre
MECKOOL
20/06/2020 00:13:41
0

J'ai lu "LA Séminariste". Cà circule sous le manteau. Cà décoiffe.

  
Répondre
deckard6
19/06/2020 16:26:22
1

'' Le grand hold-hulp ou passent vos impôts ? '' le livre noir de la fiscalité de Laurence Allard

Editions Flammarion enquête

  
Répondre
KONG
19/06/2020 16:05:13
0

"LA Séminariste" de Jean Bruno. Attention, c'est pas pour les dames patronnesses, et çà déménage...

  
Répondre
toto...
16/06/2020 00:14:15
0

Rachel Carson : publie une bombe éditoriale : "Printemps silencieux".

  
Répondre
Dubaisan
15/06/2020 17:55:34
1

三十六計 - San Shi Liu Ji - Les 36 stratagèmes.

et

兵法学 - bing fa xue - l'étude de l'Art de la guerre de Sun WU (孫武)

Message complété le 15/06/2020 18:16:27 par son auteur.

Jcroiplu,
Excellent choix que celui de Trinh Xuan Thuam…
A lire aussi: "Une brève histoire du temps" de Stephen Hawking et beaucoup plus ardu "Quantum Gravity" de C.Rovelli.

  
Répondre
Ares26
15/06/2020 16:55:11
0

Bonjour à tous,

Voila je viens de finir la "Peau de chagrin" de Balzac et j'aimerai étoffer un peu ma collection,
Avez-vous des idées à me proposer, je sais qu'il à écrit beaucoup de choses donc un petit conseil me serait très utile.

Pour info, j'ai déjà lu "Les Chouans, le père Goriot, le Colonel Chabert, El Verdugo, Adieu, Le Réquisitionnaire, le Lys dans la vallée et Illusion perdues."

Donc si il y a des amoureux de Balzac, ils sont priés de se montrer ^^

Merci d'avance

  
Répondre
Luncyan
09/03/2020 12:13:57
0
Ribo
28/10/2019 20:40:58
0

Pour Luncyan :

  
Répondre
JCROIPLU
26/10/2019 16:13:17
1

Trinh Xuan Thuam:

- la mélodie secrète

- le chaos et l'harmonie

- la plénitude du vide

grand merci MONSIEUR Trinh Xuan Thuam.

  
Répondre
Luncyan
26/10/2019 15:24:16
1

https://youtu.be/eagA8TqT4EI


J’ecrirai la meme chose dans les 10 prochaines années. Je pense que la France sera un bon sujet d’étude avec ce qu’il va nous arriver :)

  
Répondre
Cha-from
07/10/2019 12:08:42
1

Quelle belle découverte cette file !

J'ai très envie de lire "Préférence système" de Ugo Bienvenu. Je ne suis pas très BD habituellement, mai j'en ai entendu parler hier sur France Info et l'interview de l'auteur m'a séduite.

Sinon, parmi les livres que j'ai le plus aimés il y a :

La cathédrale de la mer de Ildefonso Falcones,
Les piliers de la terre de Ken Follett,
le cycle de Pern de Ann McCaffrey,
La formule de Dieu de Dos Santos (déjà cité dans cette file, mais il mérite bien cette redite),
Les espaces enchevêtrés de BR Bruss,
Hyperion de Dan Simmons,
le tableau du maître flamand de Antonio Perez-Reverte,
Cent ans de solitude de Gabriel Garcia- Marquez

Ca fait un peu inventaire à la Prévert, j'ai toujours été éclectique dans mes lectures




  
Répondre
gars d'ain
05/10/2019 18:55:16
0



• POURQUOI LES SPAGHETTI BOLOGNESE N'EXISTENT PAS ?

D'Arthur Le Caisne

Editions Marabout : COLLECTION : BEAUX LIVRES

Après Le Manuel du Garçon Boucher, Arthur Le Caisne secoue de nouveau nos neurones et nos croyances sur la cuisine en près de 700 pourquoi et explications. Ustensiles, ingrédients, viandes, poissons et fruits de mer, légumes, préparations et cuissons sont passés au crible des remises en question. Chacune des réponses repose sur les études et expériences scientifiques les plus récentes, et est toujours livrée avec une bonne dose d’humour et de bienveillance.

Pourquoi ? Et pourquoi ? Mais pourquoi ? Si vous avez des enfants vous êtes déjà passé par cette étape du pourquoi à tout va : « Pourquoi le ciel est bleu ? », Pourquoi les haricots verts sont verts ? », « Pourquoi l’eau des pâtes déborde ? »…

C’est magique cette période des pourquoi parce qu’on apprend plein de choses. Et c’est comme ça qu’on comprend pourquoi l’eau des pâtes déborde (et comment faire pour l’éviter), pourquoi il faut saler l’eau de cuisson de certains légumes mais pas d’autres, pourquoi un pot-au-feu préparé la veille est meilleur, pourquoi il faut mettre les haricots verts à cuire à l’eau bouillante et les pommes de terre à l’eau froide, pourquoi les fraises et les pommes sont des légumes… Ah ! Et aussi pourquoi les spaghetti bolognese n’existent pas…

Parution :

02/10/2019

Format :

190 x 240 mm

- 240 pages

EAN :

9782501136556

19.90 €

  
Répondre
doudouneuf
22/09/2019 18:33:26
0

La Fabrique du crétin digital · Madinin'Art

https://www.madinin-art.net/la-fabrique-du-cretin-digital

Les dangers des écrans pour nos enfants. Dans son dernier livre La fabrique du crétin digital, le docteur en neurosciences Michel Desmurget s’attaque à plusieurs idées reçues sur les bienfaits de la révolution numérique.

  
Répondre
cben
22/09/2019 17:56:35
0

Le voyage au bout de la nuit.. Sombre, anarchiste, poétique, drôle, cruel, désespéré, hallucinant.. Génial

  
Répondre
Charle-Mouloud
22/09/2019 12:04:42
0

Sur les chemins de pierres de Smail Zidane le père de Zinedine Zidane !

  
Répondre
simcour
21/09/2019 20:08:49
0

Je conseille ce livre au sujet de la géopolitique du siècle dernier.


Titre : Le dictionnaire historique et géopolitique du 20ème siècle

Auteur principal : Serge Cordelier

Éditeur : La découverte

Année de publication : 2007 (3ème édition)

ISBN : 978-2-7071-5272-5

  
Répondre
JD1976
21/09/2019 17:11:28
0

Pierre-Antoine Delhommais - Piketty : n'est pas Marx qui veut

Avec « Capital et idéologie », Thomas Piketty signe une étude historique des inégalités… Dont il ressort que la France de 2019 est loin d'être perdante. par Pierre-Antoine Delhommais

Modifié le 12/09/2019 à 12:22 - Publié le 11/09/2019 à 17:00 | Le Point

Quitte à me fâcher d'emblée avec tous ceux qui détestent, par a priori politique, le très à gauche économiste « star » Thomas Piketty et l'accusent de nourrir en France, avec ses chansons égalitaristes à succès, cette haine des riches dont le mouvement des gilets jaunes a permis de mesurer l'ampleur, son dernier ouvrage, « Capital et idéologie » (Seuil), vaut vraiment la peine d'être lu : très enrichissant, si l'on ose dire, et stimulant intellectuellement, impressionnant surtout d'érudition historique, avec en plus ce sérieux scientifique qui offre la garantie de statistiques et de graphiques fiables.

Thomas Piketty ne fait pas partie de cette catégorie d'économistes que l'on voit régulièrement sur les plateaux de télévision parler avec autant d'aplomb que de superficialité de tous les sujets, capables d'avoir un avis définitif aussi bien sur l'avenir de la filière bovine française, la situation économique en Chine ou la chute de la livre sterling. Il est d'abord un authentique chercheur, un des plus grands spécialistes mondiaux des inégalités, qui a passé des années à décortiquer d'ingrates données sur les revenus et les patrimoines et a largement contribué au progrès des connaissances dans ce domaine. Notamment à travers la création d'une gigantesque base de données, la World Inequality Database, alimentée par plus de 100 chercheurs dans 80 pays, qui a pour ambition de devenir aux inégalités ce que le GIEC est au réchauffement climatique. Que Thomas Piketty soit reconnu internationalement comme un grand économiste n'implique pas que ses travaux et encore moins ses idées fassent l'unanimité, tant s'en faut : référence de nature à flatter son immense ego, l'œuvre de Marx suscitait l'admiration de Raymond Aron sans pour autant que ce dernier ait jamais été marxiste.

Vertigineux voyage spatio-temporel. Des esprits un brin jaloux et malicieux pourraient ajouter que Thomas Piketty est d'autant plus légitime à parler des inégalités qu'il a une connaissance intime des hauts revenus grâce à l'extraordinaire succès mondial de son précédent ouvrage, « Le capital au XXIe siècle », traduit en 40 langues et vendu à plus de 2,5 millions d'exemplaires, qui a dû le propulser dans cette catégorie du 0,1 % de Français (et même très probablement du 0,01 %) gagnant le mieux leur vie - et qu'il voue, sans aucune solidarité de classe, aux gémonies fiscales en militant avec ferveur pour qu'ils soient imposés à hauteur de 90 %.

Pour en revenir au livre, son principal attrait réside dans le vertigineux voyage spatio-temporel auquel Thomas Piketty convie le lecteur en observant, à travers la lunette des inégalités, la France de Louis XIV et celle du XIXe siècle de Balzac, la Chine sous la dynastie Qing, l'Inde des castes, le Japon de l'ère Meiji, l'Afrique du Sud de l'apartheid ou encore l'Amérique esclavagiste, modèle d'inégalités extrêmes.

Le problème est que, si elle est passionnante, cette approche historique de long terme a pour conséquence de relativiser fortement les inégalités observées dans nos sociétés contemporaines et donc d'affaiblir considérablement la grande thèse du livre selon laquelle elles atteignent aujourd'hui des niveaux insupportables : le graphique de la page 163 représentant l'évolution de la répartition des revenus en France de 1780 à 2015 fait ainsi ressortir la baisse spectaculaire, depuis un siècle, de la part détenue par les 10 % les plus riches. De même, la description du Paris de la prétendue Belle Epoque, quand 70 % de sa population mourait sans aucun bien à transmettre et que 10 % de ses habitants possédaient 90 % du patrimoine, fait apparaître en comparaison le Paris actuel comme une sorte de paradis égalitaire.

Cocktails mondains. Le problème est surtout que Piketty l'« économiste », qui décrit la réalité des inégalités, s'efface trop souvent devant Piketty le « penseur politique », qui prétend, dans tous les sens du terme, « dépasser et abolir le capitalisme » et refonder, en toute simplicité, le système économique mondial. Qui propose de transformer, de façon aussi radicale que fumeuse, « la propriété privée en une propriété sociale et temporaire » et d'instaurer « un héritage pour tous » qui permettrait à tout citoyen de recevoir à 25 ans un capital de 120 000 euros.

Mais n'est pas Marx qui veut, et le dernier chapitre, au titre pompeux mais prometteur, « Eléments pour un socialisme participatif au XXIe siècle », est de très loin le plus faible de l'ouvrage. Comme il ne commence toutefois qu'à la page 1111, il est permis de penser qu'il ne décevra qu'un nombre assez limité de lecteurs. Ce qui n'est pas très grave, car « Capital et idéologie » fait partie de ces livres que la plupart des gens achètent nullement avec l'intention de les lire, mais pour faire savoir dans les cocktails mondains qu'ils se trouvent sur leur table de chevet. Du moins ce nouveau succès éditorial annoncé permettra-t-il à Thomas Piketty d'assouvir pleinement sa passion quasi amoureuse pour les impôts.

Message complété le 21/09/2019 17:12:47 par son auteur.

Pour Luncyan.

  
Répondre

Forum de discussion General

202006201502 662004
Ma liste