2019 : suivez le guide. - Forum General
OK
Accueil  > Communauté   > Forum General

2019 : suivez le guide.



Ribo
24/04/2019 11:10:40
0

MEXICO, 24 avril (Reuters) - 24/04/2019 | 00:50 ►Mexico dit avoir déporté 15.000 migrants clandestins en un mois

Les autorités mexicaines ont déporté 15.000 migrants clandestins lors du mois écoulé, a déclaré mardi un représentant du gouvernement, alors que Donald Trump a menacé de fermer la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique si celui-ci n'intensifiait pas ses efforts contre l'immigration clandestine.

S'exprimant lors d'une conférence de presse, le directeur de l'institut national des migrations, Tonatiuh Guillen, n'a pas précisé dans quel(s) pays avaient été renvoyés ces migrants clandestins, dont la majorité sont issus du Guatemala, Honduras et Salvador.

Guillen a indiqué qu'un tiers des migrants d'Amérique centrale se trouvant à l'heure actuelle au Mexique étaient des mineurs, et que plus d'un millier de Cubains étaient aussi arrivés dans le sud du pays.

La ministre de l'Intérieur, Olga Sanchez, présente au côté de Guillen, a souligné que le Mexique n'était pas responsable du flux "sans précédent" de migrants d'Amérique centrale qui pénétraient au Mexique, tout en rappelant la nécessité pour les autorités mexicaines de contrôler la frontière avec le Guatemala.

Face à l'afflux de migrants d'Amérique centrale voulant se rendre aux Etats-Unis en passant par le Mexique, le président américain Donald Trump a menacé le mois dernier de fermer la frontière entre les deux pays, puis d'imposer des taxes douanières au Mexique, si celui-ci n'intensifiait pas ses efforts pour arrêter les "caravanes" de migrants.

Washington a annoncé au début du mois qu'il allait accélérer le déploiement de centaines d'agents du service des douanes et de la protection des frontières le long de la frontière avec le Mexique pour lutter contre l'afflux de demandeurs d'asile.

○ (Anthony Esposito; Jean Terzian pour le service français) © Thomson Reuters 2019

  
Répondre
Ribo
24/04/2019 00:42:24
0

WASHINGTON, 23 avril (Reuters) - 23/04/2019 | 23:23

Le fisc US n'a pas remis les déclarations d'impôts de Trump au Congrès

Le fisc américain a laissé passer mardi le délai fixé par une commission de la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, sans lui remettre les déclarations de revenus de Donald Trump, a-t-on appris de source parlementaire.

Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a expliqué pour sa part qu'il ne pouvait pas non plus les transmettre tant qu'il n'aurait pas la certitude que cette demande est conforme à la loi.

Le représentant démocrate Richard Neal, président de la commission chargée des impôts (Ways and Means), avait demandé à l'administration américaine les déclarations personnelles et professionnelles de Donald Trump sur une période de six ans. Il réclamait de les obtenir avant 17h00 heure de Washington (21h00 GMT).

Sa commission pourrait désormais tenter de se les procurer par la voie d'une assignation judiciaire, ouvrant un front qui pourrait aller jusque devant la Cour suprême.

Le président américain s'oppose catégoriquement à cette diffusion en arguant du fait qu'il est l'objet d'un audit de la part de l'administration du Trésor.

Le secrétaire général de la Maison blanche Mick Mulvaney a déjà fait savoir que les déclarations fiscales de Trump ne seront "jamais" transmises aux démocrates.

○ (David Morgan Pierre Sérisier et Henri-Pierre André pour le service français) © Thomson Reuters 2019

  
Répondre
Ribo
23/04/2019 21:59:00
0

LE CAIRE, 23 avril (Reuters) - 23/04/2019 | 19:51 ► Egypte: La réforme constitutionnelle adoptée à 88,8% des voix

Les électeurs égyptiens ont approuvé à 88,8% des voix les amendements constitutionnels qui pourraient permettre au président Abdel Fattah al Sissi de se maintenir au pouvoir jusqu'en 2030, a annoncé mardi soir la commission électorale.

La participation électorale à ce référendum organisé sur trois jours, de samedi à lundi, ressort à 44,33% des quelque 61 millions d'électeurs inscrits.

La réforme constitutionnelle, approuvée la semaine dernière par 531 voix contre 22 au Parlement, fait passer la durée du mandat présidentiel de quatre à six ans et de ne pas tenir compte de ceux que Sissi a déjà accomplis, ce qui lui permettrait de rester au pouvoir jusqu'en 2030.

L'ancien chef d'état-major des forces armées a accédé à la tête du pays en 2014, à la suite du renversement par les militaires du président islamiste Mohamed Morsi à l'été 2013.

Un amendement confère par ailleurs au président de nouvelles prérogatives en matière de nomination des juges et des procureurs; d'autres prévoient que l'armée a le devoir de protéger "la Constitution, la démocratie, la cohésion fondamentale du pays et sa nature civile" et élargissent les compétences des tribunaux militaires.

Les soutiens de Sissi considèrent que les changements proposés sont indispensables pour que le président puisse parvenir à boucler des projets de développement majeurs ainsi que les réformes économiques. Ses détracteurs y voient une bascule vers un régime autoritaire.

○ (Nayera Abdallah Jean Terzian et Henri-Pierre André pour le service français) © Thomson Reuters 2019

  
Répondre
Ribo
23/04/2019 18:15:32
0

WASHINGTON, 23 avril (Reuters) - 23/04/2019 | 17:54 ► Feuilles d'impôts de Trump - Le délai expire mardi soir

Le département du Trésor et le fisc américain ont jusqu'à 21h00 GMT (17h00 heure de Washington) mardi pour transmettre au Congrès les déclarations de revenus de Donald Trump, une demande à laquelle le président américain s'oppose catégoriquement.

Le représentant démocrate Richard Neal, président de la commission des Finances (Ways and Means), a demandé à l'administration américaine les déclarations personnelles et professionnelles de Donald Trump sur une période de six ans.

Richard Neal a informé Charles Rettig, commissaire du fisc, que le refus de transmettre les documents demandés serait considéré comme un déni.

Le secrétaire général de la Maison blanche Mick Mulvaney a déjà fait savoir que les déclarations fiscales de Trump ne seront "jamais" transmises aux démocrates.

Le secrétaire du Trésor Steven Mnuchin a exprimé sa volonté de "respecter la loi" tout en promettant de protéger le fisc contre une "instrumentalisation" pour des motifs politiques.

Donald Trump justifie son refus de transmettre ses déclarations fiscales en arguant du fait qu'il est l'objet d'un audit de la part de l'administration du Trésor.

"Je comprends que le président a été très clair", a déclaré Hogan Gidley, porte-parole de la présidence américaine, s'exprimant sur Fox News. "Quand l'audit sera terminé, il réfléchira à la question, mais il n'envisage pas de le faire pour le moment".

"La loi est de notre côté. La loi est claire comme du cristal : ils doivent s'y soumettre", a commenté le représentant démocrate Bill Pascrell qui a fait de la publication de ces déclarations fiscales un cheval de bataille.

"S'ils ne se soumettent pas à cette demande, une bataille juridique va s'engager pour défendre le droit de contrôle du Congrès", a dit la représentante démocrate Judy Chu, membre de la commission des Finances.

○ (David Morgan; Pierre Sérisier pour le service français) © Thomson Reuters 2019

  
Répondre
Ribo
23/04/2019 18:12:03
0

PLATEAU DU GOLAN, 23 avril (Reuters) - 23/04/2019 | 17:51

Une nouvelle localité sur le Golan portera le nom de Trump

Israël va donner le nom de Donald Trump à une nouvelle localité sur le Golan pour remercier le président américain d'avoir reconnu le mois dernier la souveraineté d'Israël sur ce plateau stratégique, a annoncé mardi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Le plateau du Golan a en partie été occupé lors de la guerre des Six-Jours en 1967 par l'armée israélienne qui en a chassé les forces syriennes. Il a été annexé par l'Etat hébreu en 1981, annexion que les Nations unies n'ont pas reconnue.

"Tous les Israéliens ont été profondément touchés quand le président Trump a pris sa décision historique", a déclaré Benjamin Netanyahu en visite sur le Golan.

Il a ajouté qu'après les célébrations de la Pâque juive, il présenterait au gouvernement "une résolution afin qu'une nouvelle localité sur le plateau du Golan prenne le nom du président Donald J. Trump".

Les autorités israéliennes ont par ailleurs décidé de baptiser "Donald J. Trump" la future gare qui desservira à Jérusalem le Mur des Lamentations, en contrebas de l'Esplanade des Mosquées.

○ (Dan Williams; Guy Kerivel pour le service français) © Thomson Reuters 2019

Message complété le 23/04/2019 18:13:01 par son auteur.

"la future gare qui desservira à Jérusalem le Mur des Lamentations" : ironie ou réalisme ?

  
Répondre
Ribo
23/04/2019 02:10:59
0

LAS CRUCES/TAOS, Nouveau-Mexique, 22 avril (Reuters) - 23/04/2019 | 00:23

USA - Le chef d'une milice anti-migrants aurait formé des volontaires pour tuer Obama

Le chef d'une milice armée, composée de citoyens américains qui patrouillent à la frontière avec le Mexique pour arrêter les migrants entrant illégalement aux Etats-Unis, se serait vanté d'avoir formé des volontaires pour assassiner l'ancien président Barack Obama et l'ancienne secrétaire d'Etat Hillary Clinton, a déclaré un agent du FBI dans des documents de justice.

Larry Hopkins, qui se présente comme le commandant de l'United Constitutional Patriots (UCP), comparaissait lundi devant le tribunal de Las Cruces, au Nouveau-Mexique, pour possession d'armes à feu par un criminel. Le FBI dit avoir découvert des armes lors d'une visite à son domicile en 2017.

L'avocat de Larry Hopkins a déclaré que son client allait plaider non coupable pour le chef d'inculpation de possession d'armes à feu par un criminel car les faits n'étaient en rien liés aux activités de l'UCP à la frontière.

Dans des documents de justice, le FBI rapporte que des témoins ont affirmé que Hopkins avait déclaré en 2017 que la milice se préparait à assassiner Barack Obama, Hillary Clinton et le milliardaire George Soros. Ces accusations qui ont été proférées lors d'une enquête sur des "activités extrémistes de milices", précise le FBI.

Des organisations, dont l'American Civil Liberties Union (ACLU), accusent l'UCP d'être une "milice fasciste" dont les membres arrêtent et kidnappent illégalement des migrants en se faisant passer pour des forces de l'ordre.

L'UCP a indiqué avoir aidé la police des frontières à arrêter 5.600 migrants au Nouveau-Mexique ces deux derniers mois.

Les membres de la milice, dont beaucoup ont servi dans les forces spéciales américaines, vivent à tour de rôle dans une caravane située à proximité de la frontière, près de Sunland Park, au Nouveau-Mexique. Ces derniers patrouillent sur une portion de la frontière d'une dizaine de kilomètres, dont une grande partie n'est pas clôturée.

Le groupe a publié des dizaines de vidéos sur lesquelles on voit des miliciens, armés de fusils et vêtus d'uniformes de camouflage, demander aux familles de migrants de s'asseoir en attendant l'arrivée de la police des frontières. Une vidéo publiée le 16 avril montrant près de 300 migrants qui se rendent dans un camp de l'UCP a attiré l'attention des médias américains.

La gouverneure du Nouveau-Mexique, Michelle Lujan Grisham, a déclaré vendredi que les citoyens n'avaient aucune autorité pour arrêter ou détenir qui que ce soit et que les autorités allaient enquêter sur les activités de la milice.

○ (Julio-Cesar Chavez et Andrew Hay; Arthur Connan pour le service français) © Thomson Reuters 2019

  
Répondre
Ribo
23/04/2019 02:07:55
0

SEOUL, 22 avril (Reuters) - 22/04/2019 | 23:33 ► Pyongyang confirme la tenue "prochaine" d'un sommet Kim - Poutine en Russie

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un se rendra "prochainement" en Russie pour un sommet avec Vladimir Poutine, confirme mardi l'agence officielle de presse nord-coréenne KCNA.

L'agence officielle ne précise pas le calendrier de cette visite à l'invitation du président russe.

A Moscou, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a indiqué lundi que les deux dirigeants étaient en bonne voie pour se rencontrer d'ici la fin du mois.

Il s'agira du premier sommet entre les deux hommes depuis que Kim a succédé à son père, Kim Jong-il, en 2011.

○ (Joyce Lee Henri-Pierre André pour le service français) © Thomson Reuters 2019

  
Répondre
0PHENIX0
22/04/2019 20:14:01
0

"à sa demande"


🤣

-> 17/04/2019 23:49:08

  
Répondre
Ribo
22/04/2019 18:42:50
0

WASHINGTON, 22 avril (Reuters) - 22/04/2019 | 18:33 ►USA - Herman Cain n'est plus pressenti pour la Fed, annonce Trump

L'homme d'affaires Herman Cain n'est plus, à sa demande, pressenti pour entrer au Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale, a annoncé lundi Donald Trump.

"Mon ami Herman Cain, un homme vraiment formidable, m'a demandé de ne pas le nommer pour un siège au conseil de la Réserve fédérale. Je vais respecter son souhait. Herman est un grand Américain qui aime vraiment notre Pays", a dit le président des Etats-Unis dans un message publié sur Twitter.

Herman Cain, ancien dirigeant d'une chaîne de pizzerias et ex-candidat à l'investiture du Parti républicain pour l'élection présidentielle de 2012, risquait de ne pas réunir les suffrages nécessaires au Sénat pour que sa nomination à la Fed soit validée, plusieurs élus républicains ayant exprimé leur opposition au choix du président.

○ (Tim Ahmann; Marc Angrand pour le service français) © Thomson Reuters 2019

  
Répondre
Ribo
22/04/2019 16:48:33
0

WASHINGTON, 22 avril (Reuters) - 22/04/2019 | 16:34 ► Trump ne veut pas donner à la Chambre d'informations sur ses finances

Le président Donald Trump a engagé lundi une action en justice afin de ne pas avoir à remettre à la Chambre des représentants les informations réclamées sur sa fortune personnelle et son empire financier.

Elijah Cummings, le président de la commission de contrôle de la Chambre, réclame à Donald Trump de remettre des documents s'étalant sur huit années et concernant les biens personnels et les affaires du président.

Il a fait cette demande à la suite de l'audition en février dernier par une commission de la Chambre de l'ancien avocat de Trump, Michael Cohen, qui a accusé le président d'avoir par le passé gonflé sa fortune artificiellement pour gagner des places au classement de Forbes et de l'avoir réduite tout aussi artificiellement pour payer moins d'impôts.

Pour les avocats de Donald Trump et de sa fondation, la demande de Cummings "est invalide et inapplicable car elle n'a aucun fondement législatif légitime".

○ (Makini Brice avec Alexandra Alper et Ginger Gibson; Guy Kerivel pour le service français, édité par Tangi Salaün) © Thomson Reuters 2019

  
Répondre
Ribo
21/04/2019 21:53:47
0

WASHINGTON, 21 avril (Reuters) - 21/04/2019 | 16:58 ► Des ténors démocrates laissent l'option d'un "impeachment" sur la table

La possibilité de lancer une procédure de destitution à l'encontre de Donald Trump sur la base du rapport de Robert Mueller sur son "enquête russe" reste sur la table, ont déclaré dimanche deux ténors du Parti démocrate au Congrès.

Jerrold Nadler, président de la commission judiciaire de la Chambre des représentants, où les démocrates sont majoritaires, et Adam Schiff, qui préside la commission du Renseignement, s'exprimaient alors qu'Elizabeth Warren, candidate déclarée à l'investiture du parti pour la présidentielle de 2020, a réclamé que cette procédure soit lancée.

"L'entrave à la justice, si elle est prouvée, serait un motif de destitution", a reconnu Nadler sur NBC. Mais l'élu démocrate a souligné qu'il faudrait d'abord vérifier si les éléments contenus dans l'"enquête russe" relèvent effectivement de l'obstruction au cours de la justice.

Il a d'ores et déjà réclamé la version intégrale du rapport Mueller et souhaite entendre en commission le procureur spécial d'ici au 23 mai.

Rendu public jeudi dans une version expurgée, le rapport Mueller, résultat d'une enquête de 22 mois sur l'influence que Moscou a cherché à exercer sur la présidentielle de 2016, recense une dizaine d'exemples de pressions et de tentatives menées par Trump pour freiner l'"enquête russe".

"Les preuves que nous avons obtenues sur les actes et l'intention du président présentent des points difficiles qui nous empêchent de déterminer de façon concluante qu'aucune conduite criminelle n'a eu lieu. En conséquence, même si ce rapport ne conclut pas que le président a commis un crime, il ne l'exonère pas non plus", peut-on notamment lire dans ce rapport de 448 pages.

Et Mueller note que le Congrès a l'autorité nécessaire pour étudier si Trump a ou non violé la loi.

"Cela va être une décision très lourde de conséquence", a relevé Adam Schiff, invité lui sur Fox News. "Je vais réserver mon jugement tant que nous n'aurons pas la possibilité de délibérer pleinement sur ce sujet."

DEUX PROCÉDURES DANS L'HISTOIRE, DEUX ÉCHECS

L'ouverture d'une procédure d'"impeachment" relève de la Chambre des représentants, où un vote à la majorité simple suffit. Mais il appartient ensuite au Sénat de trancher, par un vote à la majorité qualifiée des deux tiers.

Si les démocrates sont majoritaires à la Chambre, ils sont en revanche minoritaires au Sénat, où les républicains contrôlent 53 des 100 sièges.

La dernière procédure en destitution de l'histoire américaine a été lancée en décembre 1998 contre le président démocrate Bill Clinton pour parjure et obstruction à la justice. L'accusation visait ses affirmations sous serment quand il avait nié toute relation sexuelle avec Monica Lewinsky, stagiaire à la Maison blanche. La procédure avait été stoppée devant le Sénat et Clinton avait été innocenté.

L'autre procédure dans l'histoire récente remonte au Watergate et à l'accusation contre le républicain Richard Nixon dans le scandale du Watergate, une affaire d'intrusion dans les locaux de l'immeuble abritant le Comité national démocrate à Washington en 1972. Nixon avait démissionné en 1974, sans attendre l'issue de la procédure.

Le seul précédent remonte à 1868 quand la Chambre des représentants avait voté la destitution du président Andrew Johnson, poursuivi pour avoir limogé son secrétaire à la Guerre. Il avait ensuite été acquitté et maintenu dans ses fonctions par le Sénat.

○ (Sarah N. Lynch et Yasmeen Abutaleb, avec Jan Wolfe Henri-Pierre André pour le service français) © Thomson Reuters 2019

  
Répondre
ALEZE
21/04/2019 21:19:15
0

Aux États-Unis, les grands patrons gagnent en moyenne 254 fois plus que leurs salariés

http://www.lefigaro.fr/societes/aux-etats-unis-les-grands-patrons-gagnent-en-moyenne-254-fois-plus-que-leurs-salaries-20190420

  
Répondre
0PHENIX0
21/04/2019 13:35:12
0
Ribo
20/04/2019 15:31:10
0

BRUXELLES, 20 avril (Reuters) - 20/04/2019 | 01:42 ► Juncker dit toujours craindre un Brexit sans accord

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a déclaré être toujours inquiet que le Brexit puisse intervenir sans accord, malgré l'octroi d'un délai supplémentaire à la Première ministre britannique Theresa May pour convaincre son Parlement de voter l'accord de retrait.

S'exprimant dans un entretien au groupe de presse allemand Funke à paraître samedi, il a incité le Royaume-Uni à ne pas gâcher l'extension de six mois qui lui a été offerte pour parvenir à régler les détails de son retrait de l'Union européenne.

"Personne ne sait comment le Brexit va se terminer. Cela créé une grande incertitude. Il y a toujours la crainte de voir un Brexit 'dur' se produire, sans aucun accord", dit Juncker, soulignant l'impact négatif de ce feuilleton sur l'économie européenne.

"J'espère que les Britanniques vont profiter de ce délai et ne pas le gâcher encore. On ne peut pas continuer à repousser indéfiniment la date de retrait", poursuit-il.

Après avoir repoussé une première fois la date du Brexit, du 29 mars au 12 avril, les chefs d'Etat et de gouvernement ont convenu dans la nuit du 10 au 11 avril d'offrir à Theresa May un report "flexible" du Brexit, jusqu'au 31 octobre.

La dirigeante britannique a échoué à trois reprises à faire adopter par la Chambre des communes l'accord de retrait qu'elle a conclu avec Bruxelles en novembre dernier. Son gouvernement a, depuis, engagé des discussions avec l'opposition travailliste dans le but de sortir de l'impasse.

○ (Foo Yun Chee; Jean Terzian pour le service français) © Thomson Reuters 2019

  
Répondre
Ribo
20/04/2019 15:29:20
0

(Reuters) - 19/04/2019 | 23:11 ► Warren demande au Congrès d'entamer le processus de destitution de Trump

La sénatrice américaine Elizabeth Warren, qui brigue l'investiture démocrate pour la présidentielle de 2020, a estimé vendredi que le Congrès devait entamer le processus de destitution de Donald Trump, à la lumière des conclusions du rapport du procureur spécial Robert Mueller, dont une version expurgée a été rendue publique jeudi.

"La gravité des méfaits constatés exige que les représentants élus des deux partis mettent de côté les considérations politiques et assument leurs responsabilités constitutionnelles", a-t-elle écrit sur Twitter. "Cela signifie que la Chambre des représentants doit entamer les procédures de destitution à l'encontre du président des Etats-Unis".

Elizabeth Warren est la première des principaux candidats à l'investiture démocrate pour 2020 à réclamer la destitution du président, au lendemain de la publication du rapport Mueller.

Ce rapport, qui concerne le rôle de la Russie dans l'élection présidentielle de 2016 aux Etats-Unis, fournit d'amples détails sur les efforts déployés par Trump pour tenter d'entraver son enquête fédérale, autant de munitions politiques au Parti démocrate qui se divise sur la manière de les employer.

Ce rapport de 448 pages dépeint clairement les moyens employés par le président républicain pour tenter de freiner ou de faire obstacle à l'enquête russe du procureur spécial.

Si le texte ne conclut pas que Trump a commis un crime d'obstruction au cours de la justice, il ne l'en exonère pas davantage. Et Mueller note que le Congrès a l'autorité nécessaire pour étudier si Trump a ou non violé la loi.

Pour Elizabeth Warren, "ignorer les efforts répétés d'un président pour entraver une enquête sur son propre comportement déloyal causerait un tort conséquent et durable à notre pays."

○ (Jan Wolfe; Eric Faye pour le service français) © Thomson Reuters 2019

  
Répondre
Ribo
20/04/2019 15:28:01
0

NEW YORK, 19 avril (Reuters) - 19/04/2019 | 21:40 ► La cote de Trump recule après publication du rapport Mueller-sondage

La cote de popularité de Donald Trump a perdu 3 points après la publication du rapport Mueller sur le rôle de la Russie dans la présidentielle américaine de 2016, à en croire un sondage exclusif Reuters/Ipsos rendu public vendredi.

Cette enquête d'opinion, réalisée de jeudi après-midi à vendredi matin, est la première au plan national à mesurer l'impact sur l'opinion américaine de la publication du rapport du procureur spécial Robert Mueller.

Selon le sondage, 37% des sondés approuvent l'action de Donald Trump à la Maison blanche, contre 40% lors d'une enquête analogue réalisée le 15 avril.

Il s'agit de la cote la plus basse atteinte par Donald Trump depuis le début de l'année.

Le rapport Mueller fournit d'amples détails sur les efforts déployés par Donald Trump pour tenter d'entraver son enquête fédérale, autant de munitions politiques au Parti démocrate qui se divise sur la manière de les employer.

Ce rapport de 448 pages, dont une version expurgée a été rendue publique jeudi, dépeint clairement les moyens employés par le président républicain pour tenter de freiner ou de faire obstacle à l'enquête russe du procureur spécial.

○ (Chris Kahn; Eric Faye pour le service français) © Thomson Reuters 2019

  
Répondre
0PHENIX0
18/04/2019 00:12:31
0

Rocket man en remet une couche

Message complété le 18/04/2019 00:12:56 par son auteur.

https://www.cnbc.com/2019/04/17/north-korea-test-fires-a-new-tactical-guided-weapon.html

  
Répondre
0PHENIX0
17/04/2019 23:49:08
0

Le pizzaiolo se rebiffe :)


STOCKBRIDGE, Ga.—Herman Cain said Wednesday he has no intention of withdrawing his name from consideration for a seat on the Federal Reserve Board, despite an apparent lack of sufficient support for Senate confirmation if President Trump nominates him.

  
Répondre
0PHENIX0
16/04/2019 19:48:34
0

-> 14/04/2019 08:36:52


Un pizzaiolo et un commentateur à la Fed, qui se permet de critiquer ? 🤣🤣


WASHINGTON, 16 avril (Reuters) - La Maison blanche envisage d'autres candidats possibles pour les postes à pourvoir au conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale même si le président Donald Trump continue de soutenir Herman Cain et Stephen Moore, a déclaré mardi Larry Kudlow, le conseiller économique de la présidence.

Les deux choix de Trump sont critiqués par nombre d'économistes inquiets pour l'indépendance de la banque centrale, et jusqu'au sein du Parti républicain.

  
Répondre
0PHENIX0
14/04/2019 20:55:53
0

En voilà un qui renaît de ses cendres !


Donald J. Trump

Compte certifié

@realDonaldTrump

18 minil y a 18 minutes

Plus

Congratulations to @TigerWoods., a truly Great Champion!

Message complété le 14/04/2019 20:57:23 par son auteur.

Tiger Woods remporte les Masters, est encore une fois la plus grande star du golf
https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-04-14/tiger-woods-wins-masters-reclaims-title-of-golf-s-biggest-star?srnd=premium-europe

Message complété le 14/04/2019 20:57:57 par son auteur.

Oops, j'aurais dû faire une file

  
Répondre

Forum de discussion General

201904241110 665059
Ma liste