OK
Accueil  > Communauté   > Forum Alstom

Le Maire: refuser la fusion Alstom/Siemens serait une "erreur économiq

Cours temps réel: 40,56€  0,10%

ALO


CRI74
15/01/2019 20:15:00
0

On croit rêver lorsqu’on lit le listing d’idées reçues évoquées pour soutenir non une fusion d’Alstom mais une vraie braderie qui signe l’arrêt de mort de l’entreprise

Invraisemblable de voir comment son déformés les propos , comment les idéaux politiques viennent totalement polluer la réflexion

Les récents déboires d’Alstom devraient au moins faire réfléchir et inciter à des correctifs urgents.

Si la taille critique apparaît indispensable sans pouvoir rivaliser avec les chinois de toute évidence,une alliance , fusion ou partenariat ne peut ni doit se réaliser par démantèlement d’Alstom et , pire encore , de braderie des cœurs de métier et des éléments critiques de la société. C’est exactement ce qu’il advient avec Siemens ( trop content de la conviction politique française !)

On doit donc trouver d’autres montages ou accords maintenant l’entreprise en vie

Je parle peut être dans le vide confronté à des interlocuteurs qui ne maîtrisent visiblement pas le secteur ni l’entréprise

Quant à savoir pourquoi nos sociétés en général ne remportent pas les appels d’offres plus souvent, demandez leurs quel paramètre essentiel manque dans la balance ?

Vous devriez rapidement revenir vers la finance nationale

Je vous laisse chercher plutôt que m’affubler bêtement d’actions ou pensées qui sont si éloignées de la réalité


  
Répondre
Dubaisan
15/01/2019 15:26:34
1

Merci floalain pour votre analyse que je partage pleinement;

Quand enfin, les français comprendront-ils qu'un chef d'entreprise, un industriel qui investit et son temps et son argent personnel dans des activités de production ira là ou les conditions qu'on lui offre sont les meilleures;

Exemple très actuel que je viens de vivre il y a 2 jours:

Samedi dernier, j'étais invité par le 1er groupe de cosmétique chinois (13000 employés) dont ma PME est un fournisseur de 1er rang, pour y recevoir le "Prix de l'Excellence" qui nous a été attribué et ce aux côtés de près de 350 autres fournisseurs dont quelques entreprises coréennes et japonaises toutes les autres étant des entreprises chinoises.

Le patron de ce groupe m' a confié que l'année prochaine, il souhaitait investir dans la création d'une nouvelle usine, soit en France, soit aux Etats Unis, soit en Corée; l'investissement tournerait aux alentours de 350 millions d'euros avec 250 à 300 personnes à recruter. Il n'a pas fait encore son choix, mais au vu des derniers évènements et de la fiscalité actuelle en France, il m'a dit qu'il penchait maintenant plutôt vers les 2 derniers ou la recherche, l'innovation, la stabilité économique, sociale et financière sont très appréciées .

  
Répondre
Alain07
15/01/2019 13:53:12
2

Et Mr Cri74, vous faites partie de ce que Mr Hollande appelait "la finance".

Vous êtes en bourse, vous achetez à bas pris et vous revendez plus haut, vous ne refuser pas le dividendes des actions que vous possédez.

En d'autres termes, vous spéculez.

Vous participez au fait que les entreprises, les banques cherchent à faire le maximum de profit, donc vendre plus et fabriquer moins cher. Du profit pour vous le redistribuer, vous qui êtes actionnaires.

Et ce n'est pas forcément en France que le profit est le plus élevé.....

On est tous dans le même bateau. Aucun système n'est parfait, ça se saurait. Mais vouloir les avantages de tous les systèmes sans en avoir le moindre inconvénient d'aucun, c'est de l'utopie.

Tout cela ne voulant pas dire qu'il ne faut pas évoluer, bien entendu.

Il y a plein de sujets sur lesquels l'ETAT pourrait travailler dans le sens "justice sociale", sujets que bien des français ne sont pas prêts à entendre.

pourquoi certains peuvent partir en retraite à 55 ans (sans pénibilité) et que d'autres doivent attendre 62 ?

Toutes ces niches fiscales....

les différences entre privé et public.

etc.

Ca en fait des manifestations à venir.....

Cordialement.


  
Répondre
HD-MAICO
15/01/2019 13:50:20
0
Alain07
15/01/2019 12:09:10
2

Ce n'est pas l'Etat qui désindustrialise.

Ce sont les industriels qui quittent la France parce qu'ils ont des conditions bien meilleures ailleurs. Et ces conditions ne sont pas seulement fiscales.

Les banques, ce n'est pas l'Etat non plus et si elles préfèrent investir ailleurs, il faut se poser la question et encore une fois, ce n'est pas de la faute de l'Etat seulement.

Les "cadeaux fiscaux" sont bien plus importants ailleurs. Allez voir ce que Google paye comme impôts en Irlande par exemple.

Dire systématiquement c'est la faute de l'Etat, n'est ce pas se cacher derrière son petit doigt ?

Vouloir un hopital tous les 20 kms, vouloir des lignes de chemin de fer jusque dans les coins les plus reculés, vouloir un Etat qui finance tout, qui compense tout, ça a un coût que les français ne veulent plus payer (demande ne moins d'impôts).

Aller chercher l'argent chez les "riches", Mittérrand avait essayé en 81, Hollande était parti en guerre contre la finance, et d'autres encore, ils sont tous revenus penauds. La finance est mondialisée et il faut juste en tenir compte et essayer d'en tirer partie plutôt que de se battre contre elle, tel Don Quichotte.

Mais ce n'est qu'un avis personnel .....


  
Répondre
Dubaisan
15/01/2019 11:38:26
2

Cri74,

Donc, vous ne defendez pas cette alliance et meme vous semblez contre.

Et puis , la Chine, enfin CRRC, dans son projet de One Belt, One road, a deja vendu 70 TGV aux pays participants au projet (Asie Centrale, Moyen Orient et Asie du Sud Est asiatique) et peut etre bientot aux pays d'Europe Centrale....en Afrique, en Amerique du Sud...et en a meme deja vendu aux USA.

Donc selon vous, Alsthom, doit continuer seule a fabriquer ses TGV et autres rames de metros

Je pose les questions suivantes:

avec:

- Quelle structure industrielle? (apte a faire face a ses concurrents, cela s'entend).

- Quels financements? (fonds propres? AK?)

- Quels clients?

  
Répondre
CRI74
15/01/2019 11:12:18
0

Et vous pensez qu'en désindustrialisant la France avec des tels projets faussement présentés comme prometteurs on va relever les défis cruciaux ?

Moins d'élus , d'accord , moins de dépenses , d'accord (sous condition que ce ne soit pas dans les services publics) mais cela ne va rien résoudre .

Les problèmes sont ailleurs

_ Financement de l'économie nationale par les banques au point mort depuis 10 ans

_ Cadeaux fiscaux qui s'accumulent chez les lobbys qui tiennent le pouvoir => on parle ici de centaines de milliards , pas de quelques millions issus des mesures à prendre évoquées ci dessus

_ Dépenses d'investissements institutionnels hors limites (travaux d'infrastructures à tous les niveaux structurels de la nation ) , c'est à dire surpayés de 30 à 50% ; tiens , on devait revoir les appels d'offres dans le programme Macron ...oublié ...

_ Enfin , soutiens à l'industrie inexistants côté banques ce qui coûte là aussi fort cher en compétitivité du pays et au budget puisque compensé par le CICE et autres mesures inconséquentes

Alstom s'inscrit bien dans ces différents sujets

  
Répondre
Alain07
15/01/2019 10:31:04
1

L'Etat a t'il vocation à soutenir l'industrie (financièrement et durablement) ?

Ne sommes nous pas arrivé au bout de l'Etat providentiel qui résout tous les problèmes ?

Les français rendent l'Etat responsable de tous leurs maux depuis 40 ans (tout régime confondu). Mais l'Etat est il réellement responsable de tout cela. Droite, gauche et centre n'ont pas mieux fait les uns que les autres. On est vraiment en droit de se poser la question de savoir est qu'il n'y a que l'Etat qui peut et doit faire quelque chose ?

Les français n'ont ils pas aussi quelque chose à faire ?

8 fois plus de jours de grève en France qu'en Allemagne.

10 fois plus d'élus en France qu'en Angleterre.

La santé française 7 fois plus chère par habitant que la santé danoise pour une espérance de vie identique.

etc....

Ca fait beaucoup de dépenses tout cela.....

  
Répondre
CRI74
07/01/2019 10:06:10
0

Certainement , Siemens étant un conglomérat 2 fois plus gros qu'Alstom , il est bien plus présent sous une version multiforme .

En ferroviaire , et c'est tout l' intérêt de l'allemand , il n'est pas au top dans trois marchés majeurs , train à grandes vitesse , trams et automoteurs (type TER ), voire les systèmes embarqués

Une fois ces pans captés et rapatriés en Allemagne , adieu Alstom , ce qui prendra moins de 5 ans .

Quelle fatalité a-t-on en France à systématiquement faire les mauvais choix en matière industrielle , qui conduisent systématiquement aussi à des catastrophes économiques et tout cela pour quelques profits financiers de très court terme la plupart du temps ?

Que de regrets ensuite alors que le retard induit devient irrattrapable post opération .

Depuis le temps , on devrait bien être vaccinés ???

Ce n'est pas parce que Macron a le ferroviaire dans le pif qu'on doit tout brader et faire table rase d'un pan entier de notre économie comme il tente de la réaliser .


  
Répondre
fraxinus
07/01/2019 09:22:52
0

Bien d'accord avec toi à propos de la prédation. Même si en matière boursière on a vu des petits manger des gros, l'alliance permet tout de même de s'en protéger

Quant à la certitude de la mise à mort d'Alstom par Siemens je n'en sais rien.

Siemens est bien plus présent qu'Alstom dans différents domaines. On en parle pas ou peu. Les sociétés allemandes interviennent sur des chantiers emblématiques en France, nationalisme oblige on en parle pas!

Celà ne nous rend pas service, l'opinion publique est induite en erreur pas omission.


  
Répondre
CRI74
07/01/2019 08:51:04
0

Il ne s'agit pas d'alliance mais de guerre économique où la prédation demeure le maître mot .

Avec Siemens , on a l'assurance d'une mise à mort d'Alstom à l'horizon 5 ans voire moins , une fois dépecée.

Toute autre solution s'avère donc plus judicieuse !

Quant à savoir si les chinois seront devant avec ou sans fusion , la réponse tombe sous le sens

  
Répondre
fraxinus
07/01/2019 08:24:52
0

Bonjour à toutes et à tous,

Bien d'accord avec B.Lemaire. Alstom ne pourra pas survivre toute seule.

Quant à trouver des ,alliances, n'est-il pas préférable de les établir avec des sociétés européennes plutôt qu'américaines?

Lorsque le niveau des compétences est élevé, et je ne doute pas que celui des employés d'Alstom le soit, le travail avec les allemands est non seulement possible mais probablement bénéfique. ( voir Airbus, Ariane) Ils sont fondamentalement ingénieurs, inventeurs et penseurs de machines.

La France ne sauvera pas son industrie en s'isolant.Là non plus le nationalisme n'a pas beaucoup d'avenir


  
Répondre
Dubaisan
07/01/2019 06:56:02
0

Je ne peux qu'approuver la position de B.Lemaire dans ce dossier soumis a la Commission Europeenne, sinon dans 10 ans, tous les nouveaux TGV qui circuleront sur les reseaux europeens seront chinois.

Il serait particulierement judicieux que la Commission europeenne se lance dans le financement des grands travaux d'infrastructures ou de renovation-modernisation, concernant les reseaux ferroviaires et fluviaux, afin de relier capitales et centres agro - industriels a forte valeur economique de tous les pays europeens.

  
Répondre
CRI74
06/01/2019 19:47:01
1
La faute extrêmement grave est de ne pas tirer les conclusions de ses erreurs passées , confirmées voilà quelques semaines encore après l'autorisation finale de cession totale de la branche turbines .

La faute , impardonnable , serait de livrer sans autre garantie un fleuron français aux allemands qui évidemment profiteront de l'aubaine pour tuer définitivement l'un des plus sérieux de leurs concurrents .
La faute , toujours plus impardonnable encore , sera de livrer l'un de nos derniers grands opérateurs à la concurrence , accélérant plus encore la liquidation industrielle du pays .

Le défaut de taille concurrentielle a bon dos alors qu'il s'agit de manque de soutien institutionnel à un groupe insuffisamment armé quant à la qualité des innovations qu'il peut mettre en oeuvre .

La France s'appauvrit , ne soutient plus ses industries et s'affaiblit plus encore avec des décisions dépassant l'entendement au seul profit de court terme des financiers .

Qu'on stoppe le sabordage de l'économie nationale !
  
Répondre
CRI74
06/01/2019 19:47:01
0

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire le 15 novembre 2018 à Paris (AFP/Archives/ERIC PIERMONT)

Refuser la fusion entre les groupes industriels français Alstom et allemand Siemens serait une "erreur économique" et une "faute politique" de la part de la Commission européenne, a estimé dimanche le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

"Si jamais la Commission européenne devait donner une décision défavorable à cette fusion, elle le ferait pour de mauvaises raisons", a déclaré M. Le Maire, invité de l'émission "Le Grand Rendez-Vous" sur Europe 1, organisée avec CNews et Les Echos.

"Ce ne serait pas simplement une erreur économique, ce serait une faute politique parce que ça affaiblirait toute l'industrie européenne face à la Chine", a-t-il ajouté.

"Ça enverrait le signe, face à une Chine conquérante, qui a des moyens qui sont aujourd'hui considérables (...), que l'Europe se divise et se désarme", a poursuivi le ministre, soulignant qu'il ne voyait "aucune raison acceptable" pour que la Commission s'oppose à cette fusion et souhaitant la voir aller "jusqu'au bout".

Bruxelles a jusqu'à mi-février pour donner son feu vert ou non au projet d'union entre l'allemand Siemens et le français Alstom, les deux géants du rail européen, annoncé en septembre 2017.

Les deux groupes industriels ont déposé début décembre une proposition de mesures compensatoires, en réponse à des inquiétudes de la Commission européenne.

L'institution avait dit craindre que cette "concentration ne réduise la concurrence pour la fourniture de plusieurs types de trains et de systèmes de signalisation".

"Le droit de la concurrence européen est obsolète", a asséné M. Le Maire. "C'est un droit qui a été créé au 20ème siècle (...) et qui ne permet pas à l'Europe de créer ses propres champions industriels", a-t-il estimé.

Le chinois "CRRC fait 200 trains à grande vitesse ou très grande vitesse par an, Alstom et Siemens, 35. Le chiffre d'affaires d'Alstom et Siemens ensemble, c'est la moitié du chiffre d'affaires de CRRC", a indiqué M. Le Maire.

"CRRC a pris quasiment tous les appels d'offres aux Etats-Unis sur les trains et les transports publics de voyageurs dans les villes, qu'est-ce qu'on attend pour se réveiller ?", a-t-il martelé.

La fusion entre Alstom et Siemens ferait naître un nouveau géant européen du rail, présent dans 60 pays avec un chiffre d'affaires annuel de 15,6 milliards d'euros. Elle doit permettre aux deux entreprises de tenir tête à CRRC et au canadien Bombardier.

© 2019 AFP

  
Répondre

Forum de discussion Alstom

201901152015 668647
Ma liste