Energies futures :l'hydrogene - Forum General
OK
Accueil  > Communauté   > Forum General

Energies futures :l'hydrogene



Ribo
02/04/2019 12:05:21
0

(AOF) - 02/04/2019 | 08:56 EDF lance une nouvelle filiale pour l'hydrogène bas carbone

EDF a annoncé la création de « Hynamics », une nouvelle filiale du Groupe, en charge de proposer une offre d’hydrogène bas carbone performante pour l’industrie et la mobilité.

"Par cet engagement, l'ambition d'EDF est de devenir un acteur incontournable de la filière hydrogène en France et à l'international et de renforcer sa contribution à la lutte contre le réchauffement climatique et pour un monde bas carbone", a commenté le groupe.

A fin mars 2019, les équipes d'Hynamics ont identifié et travaillent sur une quarantaine de projets cibles, situés en France et dans d’autres pays européens.

Copyright 2019 AOF

  
Répondre
Ribo
13/03/2019 11:43:43
0

12 mars 2019 / 16:32 Toyota va développer un véhicule lunaire à pile à hydrogène

Reuters Staff

2' de lecture

TOKYO (Reuters) - Toyota Motor et l’agence spatiale japonaise ont conclu un accord de coopération en vue de développer un engin lunaire (rover) habité doté d’une pile à hydrogène.

Même si le Japon n’a pas pour le moment de projet de vol spatial habité, l’engin pourrait représenter une importante contribution à un futur programme international de sondes spatiales, a déclaré mardi JAXA (Japan Aerospace Exploration Agency), l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise.

Le rover “sera un élément important de l’exploration lunaire par l’homme, qui devrait avoir lieu dans les années 2030”, a déclaré le vice-président de JAXA, Koichi Wakata.

Notre objectif est de lancer un tel rover dans l’espace en 2029.”

L’engin en est encore au stade de la conception, mais une illustration dans le communiqué de presse montre une machine à six roues qui ressemble un peu à un véhicule blindé de transport de troupes.

Selon un porte-parole de Toyota, le projet permettra au constructeur japonais, qui veut développer des voitures à pile à combustible comme alternative non polluante aux véhicules à essence, de tester ses technologies dans un environnement hostile comme celui de la Lune et de les améliorer le cas échéant.

“En tant qu’ingénieur, il n’y a pas de plus grande joie que de pouvoir participer à un projet lunaire par le biais de la production de voitures chez Toyota”, a déclaré Shigeki Terashi, vice-président exécutif du constructeur, ajoutant vouloir relever le défi de l’espace.

Kiyoshi Takenaka; Claude Chendjou pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

  
Répondre
Ribo
27/01/2019 12:54:49
1

<<< ce n'est pas une file de débat mais d'information ! Car personnellement n'ayant aucune compétence dans ce domaine, cela ne m'empêche pas de m'informer pour savoir si l'hydrogène est un placement intéressant pour l'avenir.

Point --

Si tu veux expliquer j'apprécie, si tu veux polémiquer on s'en fout !

Message complété le 31/01/2019 22:05:11 par son auteur.

Y a eu du dégazage dans la file... du coup on sait plus à qui s'adresse le message...

  
Répondre
Ribo
23/01/2019 15:29:44
0
toto...
22/01/2019 22:40:38
2

Il est très probable que de nouvelle membranes d'électrolyse nano viennent bouleverser le secteur et rendre enfin l'H2 bon marché et plus propre à produire.

Message complété le 22/01/2019 23:17:23 par son auteur.

https://www.icgm.fr/recherche-aime/nanostructuration-materiaux-pour-la-conversion-de-l-energie

Mais bon... nous Franc avons du retard, ou l'Israel en avance.

Message complété le 22/01/2019 23:20:01 par son auteur.

chercheurs Technion ont développé un nouveau procédé pour la production d'hydrogène à partir d'eau en utilisant l'énergie solaire. La nouvelle méthode permettra de produire de l'hydrogène de manière centralisée loin de la ferme solaire, rentable, sûre et efficace.

Technion-Israel Institute des chercheurs ont mis au point la technologie une nouvelle approche de la production d'hydrogène à partir d'eau en utilisant l'énergie solaire. Dans les résultats publiés hier dans Nature Materials, les chercheurs expliquent que cette approche permettra de produire de l'hydrogène de manière centralisée au point de vente (par exemple, à une station d'essence pour les voitures électriques alimentées par l'hydrogène) situés loin du solaire ferme. La nouvelle technologie devrait permettre de réduire considérablement le coût de production de l'hydrogène et de l'expédier au client.

L'étude a été menée par Avigail Landman, étudiante au doctorat en Nancy et Stephen Programme du Grand Technion Energy (GTEP), et le Dr Poule Dotan du Electrochemical Matériaux et appareils de laboratoire, ainsi que le Dr Guennadi Shter de la Faculté de génie chimique. Mme Landman travaille sur son doctorat sous la direction du Professeur Avner Rothschild de la Faculté des Sciences des Matériaux et du génie, et le professeur Gideon Grader, doyen de la Faculté de génie chimique.



L'étude publiée dans Nature Materials a été soutenue par les centres israéliens d'excellence en recherche (I-CORE) pour Solar Fuel Research (financés par le Comité de la planification et du budget du Conseil de l' enseignement supérieur d'Israël), le ministère des Infrastructures nationales, de l' énergie et l' eau, l'entreprise les cellules européennes de combustible et l' hydrogène (PCH), le Programme d' énergie du grand Technion (GTEP), Ed donateurs Satell et la Fondation Adelis.

L'hydrogène est considéré comme l'un des vecteurs énergétiques les plus prometteurs pour les véhicules et divers autres usages en raison de ses avantages saillants:

L'hydrogène peut être produit à partir de l'eau, et donc la production ne dépend pas de l'accès aux ressources naturelles non renouvelables.
L'utilisation du carburant d'hydrogène réduirait la dépendance aux combustibles fossiles comme le pétrole et le gaz naturel, dont la disponibilité dépend de facteurs géographiques, politiques et autres, et augmenterait l'énergie disponible à la population de la terre.
Contrairement aux moteurs diesel et à essence qui émettent une pollution considérable dans l'air, le seul sous-produit de l'utilisation du combustible à l'hydrogène est l'eau.

En raison des avantages de carburant d'hydrogène, de nombreux pays - menés par le Japon, l' Allemagne et les États-Unis - investissent d' énormes sommes d'argent dans des programmes pour le développement de technologies respectueuses ( « verts ») de l' environnement pour la production d'hydrogène. La plupart de l' hydrogène est actuellement produit à partir de gaz naturel dans un processus qui émet du dioxyde de carbone dans l'air, mais il est également possible de produire de l' hydrogène à partir d' eau en séparant les molécules d'eau en hydrogène et oxygène dans un processus appelé électrolyse. Cependant, étant donné que la production d'électricité elle - même est un processus coûteux et polluants, les chercheurs du Technion et du monde entier développent une photoélectrochimique (PEC) cellulaire qui utilise l' énergie solaire pour séparer l' eau en hydrogène et de l' oxygène directement, sans la nécessité d' une source d'alimentation externe.

Les principaux défis dans le développement de fermes solaires PEC pour la production de l' hydrogène sont : 1.) le maintien de l'hydrogène et l'oxygène séparé de l'autre, 2) la collecte de l'hydrogène à partir des millions de cellules PEC, et 3.) le transport de l'hydrogène à le point de vente. L'équipe Technion a résolu ces défis en développant une nouvelle méthode pour séparer l' eau PEC. Avec cette méthode, l'hydrogène et l' oxygène sont formés dans deux cellules distinctes - celle qui produit un atome d' hydrogène, et un autre qui produit de l' oxygène. Ceci est en contraste avec le procédé classique, dans lequel l'hydrogène et l' oxygène sont produits dans la même cellule, et séparées par une membrane mince qui les empêche de se mélanger et de former un mélange inflammable et explosif.

Le nouveau procédé permet la séparation géographique entre la batterie solaire constitué de millions de cellules PEC qui produisent exclusivement l' oxygène, et le site où l'hydrogène est produit de manière centralisée, rentable et efficace. Ils ont accompli ceci avec une paire d'électrodes auxiliaires en hydroxyde de nickel, un matériau peu coûteux utilisé dans les batteries rechargeables, et un fil métallique qui les relie.

« Dans cet article, on décrit un nouveau procédé pour produire de l'hydrogène à travers la séparation physique de la production d'hydrogène et la production d'oxygène », dit Mme Landman. « Selon notre estimation des coûts, notre méthode pourrait rivaliser avec succès avec les méthodes de fractionnement d'eau existants et servir de plate-forme pas cher et sans danger pour la production d'hydrogène. »

Le premier diagramme montre un dispositif classique PEC, avec une membrane séparant les deux produits (oxygène sur la droite, d'hydrogène sur la gauche).

Le deuxième diagramme montre la technologie développée au Technion: l'oxygène et l'hydrogène sont produits et stockés dans des cellules complètement séparées. Selon Mme Landman, l'une des électrodes (anode) peut être remplacée par une électrode sensible à la lumière (photo-anode), de sorte que la conversion de l'eau et de l'énergie solaire en combustible de l'hydrogène et de l'oxygène est effectuée directement dans chaque compartiment simultanément .

Mais ce n'est pas tout. Comme indiqué, la vision des chercheurs du Technion est la séparation géographique entre les sites où sont produits l'oxygène et de l'hydrogène: sur un site, il y aura une ferme solaire qui permettra de recueillir l'énergie du soleil et produire de l'oxygène, tandis que l'hydrogène est produit dans un système centralisé de manière à un autre site, miles. Ainsi, au lieu de transporter l'hydrogène comprimé à partir du site de production au point de vente, il ne sera nécessaire d'échanger les électrodes auxiliaires entre les deux sites. Les calculs économiques effectués en collaboration avec les boursiers de recherche de Evonik Creavis GmbH et l'Institut de recherche solaire au Centre aérospatial allemand (DLR), indiquent le potentiel d'économies importantes dans la configuration et les coûts d'exploitation de la production d'hydrogène.

En Octobre, Mme Landman a remporté la première place dans la catégorie d'énergie dans la compétition Thèse de trois minutes (3MT) a eu lieu en Australie. Lors de la compétition, tenue à l'initiative de l'Université du Queensland, les participants doivent présenter des recherches novatrices en seulement trois minutes. Dans sa conférence, présentée dans le lien suivant, Mme Landman présente brièvement l'étude: https://player.vimeo.com/video/187919440

La méthode développée au Technion pour séparer la production de la production d'hydrogène et de l'oxygène a été la base pour le développement de nouvelles technologies d'électrolyse en deux étapes. Cette technologie, qui a été développé par le Dr Hen Dotan, permet la production d'hydrogène à haute pression et avec une efficacité sans précédent, ce qui réduit considérablement les coûts de production d'hydrogène. La nouvelle technologie est maintenant dans sa phase de développement pré-industriel.

  
Répondre
Ribo
22/01/2019 19:08:55
0

D'ailleurs à l'étude il y a un train dont les banquettes récupèrent l'hydrogène, avec un peu de méthane aussi, mais après tout, ça carbure aussi...

Message complété le 22/01/2019 19:10:05 par son auteur.

Semi-blague, car les japonais ont bien inventé le slip anti-odeur au charbon actif pour le métro...

  
Répondre
Ribo
22/01/2019 12:10:47
1
kalitcho
22/01/2019 12:06:15
0

Enfin un débat intéressant qui élève le Forum.......

  
Répondre
Dubaisan
21/01/2019 18:00:34
2

« c'est terrible les gens qui manifestement n'y connaissent rien et veulent donner l'illusion de savoir. »

Bravo, je suis profondément ému de voir à quel point vous vous connaissez. C’est rare !!!

Je me suis certes laissé emporter par le «vous rêvez » et mépris sur votre phrase : « il ne suffit pas de dire "hydrogène métallique" pour que l'hydrogène devienne un métal pour l'instant c'est un gaz et c'est le 2 ème élément le plus difficile a liquéfier , à -253°C et pour le solidifier il faut descendre à -259°C et la densité 86kg /m3 est a peine plus forte que celle de l'hydrogène liquide , 79kg/m3 , phrase qui sans ponctuations, était très mal écrite et prêtant à confusion;

Alors côté charabia, au ton doctoral qui plus est, vous êtes très mal placé pour donner des leçons.

Je vous ai parlé de densité énergétique du MH et vous répondez densité de l’hydrogène solide, ce qui n’a rien à voir car n’apportant rien de plus au débat, enfin pas plus que l’hydrogène liquide ou même gazeux. Votre phrase : « quel intérêt d'obtenir de l'hydrogène métallique qui est encore bien plus difficile à obtenir, et surtout impossible à conserver », montre également que vous n’avez rien compris au fond du problème et à ses enjeux tant sur le plan scientifique que celui de la Recherche, et pire même, que vous n’étiez même pas au courant de ces recherches.

Je l’ai dit, je ne suis pas un spécialiste des très hautes pressions et du MH bien que ces 2 domaines m’intéressent particulièrement ; Par contre dans le cadre de mon entreprise, j’ai développé un modèle de calcul de l’étirement et de la déformation de feuillards en métaux soumis à des basses pressions (de 5 à 50 bars) et ceci au grand bonheur de mes clients qui, au travers de la qualité et de la précision de mes produits, ont pu réduire 98% de leur « pertes » en production. Dans ce petit domaine, on me considère plutôt comme un spécialiste et au passage, cela m’a permis de devenir le n°1 du secteur en Chine ….

Donc, ne vous inquiétez pas pour mes connaissances, qui malgré leur apparence ne font pas illusion auprès des grands industriels et aussi auprès de vrais chercheurs dont un ami que je vous ai cité comme source.

J’espère que vous aurez, à votre tour, l’honnêteté de citer les vôtres ?


  
Répondre
Dubaisan
20/01/2019 17:17:45
2

Actuellement et parmi les procédés de fabrication de l'hydrogène, l'électrolyse est le seul procédé, disons, "propre". Le rendement est faible, mais comme le faisait remarquer Coco85, il existe des solutions qui peuvent être intéressantes si l'électricité nécessaire pour l'électrolyse, le compresseur, la distribution etc... est d'origine éolienne et ou solaire.

Pour le consommateur, avec un EV dotée d'une pile à combustible, c'est transparent (déchet = eau) mais le rendement là aussi est faible.

Tout le débat tourne à la comparaison/confrontation entre pile à combustible et batteries, d'une part sur le plan théorique et conceptuel et d'autre part sur le plan de leur technologies. Avec des matériaux nouveaux et ou abondants sur terre comme le graphène et le sodium les batteries et leurs usages risquent de faire un sacré bond...

Tant que l'on usera de l'hydrogène soit sous forme gazeuse soit sous forme liquide les rendements resteront faibles et c'est la limite de ce qu'autorisent nos technologies actuelles.

L'avenir sera à mon sens sur le mh (metallic hydrogen) dont la densité d'énergie sera colossale. C'est la- dessus que les chercheurs sur les systèmes impliquant des hautes pressions portent actuellement leur regard car on possède certains moyens d'y arriver et Mr Hua met très bien en évidence cet intérêt.

"the importance of MH lies not in the metallization itself, but mainly in the potential application of MH as a test model for quantum many-body theory at very high density, and as a room temperature superconductor or a high energy density material, as well as the capability to turn this wonder material into real product.

MH might have a huge and deep impact on the future of mankind.

Mais ce n'est pas pour demain, même si Mr Hua semble très optimiste sur les chances de "découvrir" rapidement enfin ce métal. Et on pourra imaginer alors, de nouveaux moteurs et vaisseaux spatiaux qui permettront enfin à l'homme de s'échapper du système solaire.

  
Répondre
Ribo
20/01/2019 15:52:06
0

Bon... et que faut-il en déduire pour un béotien comme moi ? Y-a-t-il un avenir pour l'hydrogène ou pas ?

  
Répondre
Dubaisan
19/01/2019 16:22:39
0

“vous revez !”

Ne vous en déplaise, je fais partie des gens qui réalisent leur rêves.

Quelques petites et humbles observations:

1) Vous êtes probablement en piste pour le prochain NOBEL DE PHYSIQUE ayant déjà trouvé avant tout le monde la densité de l’hydrogène métallique alors que la communauté scientifique n’en a encore pas vu le moindre nanogramme, à peine seulement aperçue la reflectivité de ce métal.

2) Quand on confond densité et densité énergétique comme vous le faîtes si bien, on peut ne se poser plus beaucoup de questions…...

“que signifie "'H2 métallique métastable de surcroît (donc dans un état de non - réversibilté " est ce vous qui avez ecris ce pur charabia ?”

Oui, ce charabia m’appartient que j’ai essayé de traduire de la manière la plus simple et la plus compréhensible pour tous ceux qui nous lisent et ne maîtrisent pas l’anglais et encore moins l’anglais scientifique. Maintenant vous trouverez ci-après la notion de métastabilité que les scientifiques anglo-saxons usent en la matière:

Metastability denotes the phenomenon when a system spends an extended time in a configuration other than the system's state of least energy. During a metastable state of finite lifetime all state-describing parameters reach and hold stationary values.

Metallurgy : chemically unstable in the absence of certain conditions that would induce stability, but not liable to spontaneous transformation.

Physics , Chemistry: pertaining to a body or system existing at an energy level (metastable state) above that of a more stable state and requiring the addition of a small amount of energy to induce a transition to the more stable state.

Enfin une de mes sources est un grand spécialiste du MH (metallic hydrogen):

le professeur Hua Y. Geng du National key Laboratory of shock wave and detonation Physics, Institute of Fluid Physics, à Mianyang, Sichuan 621900 PR China

Au passage, je vous cite extraits d’un de ses articles paru en Décembre 2018 que Mr Hua a eu la gentillesse de me faire parvenir mi-Octobre dans lequel il indique que cela ne prendra pas 100 ans, un point technique concernant notamment la métastabilité et enfin sa vision que je partage totalement de ce que l'on peut attendre du MH.

“Metallic hydrogen (MH), referred to hydrogen in a metallic state [1], is dubbed as the Holy Grail in the high-pressure community. Quantum mechanics tells that every material can come into metallic state under high enough compression, which should also be the case for hydrogen……

A clear message from this public debate is that we are now very near the discovery of MH…….

One important aspect was ignored or downplayed in this debate: the metastability and recovery of MH at ambient conditions. Nellis raised the importance of this topic without concrete responses. In Ref. [7], DS referred to Ref. [14] for the justification of recoverability of MH. This could be wildly optimistic. Actually, an exploration of the possible energy barriers in MH at ambient pressure with accurate modern density functional theory (DFT) and NEB method unfortunately revealed that MH could be highly unstable at ambient pressure [15]. We extend a similar analysis at relatively high pressures here to investigate that at what pressure can MH be metastable. Both the degenerate Cs-IV and Fddd phases have been studied. We only focus on Fddd phase below as the conclusion is the same for Cs-IV. At first, we explored the superheating limit of MH down to 200 GPa, using AIMD in PBE approximation of DFT as implemented in VASP. With a large cell containing 480H, a kpoint grid of 2 2 2, and an energy cutoff of 600 eV, we found that the classical superheating temperature of MH within this pressure range is very low, as shown in Fig. 1(a). If taking into account the nuclear quantum effects of protons, the superheating limit should lower further. The indication is that one cannot have MH, even in a metastable state, at a pressure less than 200 GPa and a temperature as low as 100 K. This conclusion is further strengthened by a NEB energy barrier calculation using both PBE and vdW-DF functionals. It is well known that DFT has some problems in describing the H2 dissociation. But both accurate QMC calculations and dynamic compression experiment showed that the true physics in dense hydrogen around dissociation should be well bracketed by PBE and vdW-DF functionals [16]. We thus employed both methods to avoid possible bias. The results for 315 GPa is given in Fig. 1(b). Avery weak barrier (in both PBE and vdWDF) of about 0.03 eV/H is observed. This value corresponds to a temperature of 348 K, being consistent with the superheating temperature. This barrier reduces rapidly with further decreasing pressure. The conclusion is that MH cannot be recovered to low pressure with traditional methods.

As mentioned above, the importance of MH lies not in the metallization itself, but mainly in the potential application of MH as a test model for quantum many-body theory at very high density, and as a room temperature superconductor or a high energy density material, as well as the capability to turn this wonder material into real product. MH might have a huge and deep impact on the future of mankind.

AIMD = Ab initio molecular dynamics

DFT = Density functionnal theory

There is no precedent in high pressure community with such a possible direct entanglement in civilization development. To obtain MH at high pressure condition is challenging enough, and to retrieve it back to ambient conditions is even much more challenging, requiring unconventional and extraordinary creativity. It is hard to say of having grabbed the Holy Grail by just observing it.


Message complété le 19/01/2019 16:32:14 par son auteur.

...on ne se pose plus beaucoup de questions….

  
Répondre
Polyeru
19/01/2019 11:24:18
0

au dela des discussion sur l'hydogéne metallique , ce qu'il faut retenir pour l'instant c'est que:


une pile permet de restituer 80% de l'energie electrique qui a servi à la charger


un stockage a l'hydrogéne permet de restitue r25% de l'energie electrique qui a servi à produire et comprimer l'hydrogéne


un cas particulier: les voitures , une voiture à hydrogene consomme 3 fois plus d'electricite par km parcouru qu'un vehicule à pile , en cela l'hydrogéne est anti écologique .


un stockage par hydrogene comprenant , electrolyseur , compresseur , stockage ( le moins cher est a 700 bar sous forme de gaz comprimé , pile air hydrogéne restitue 25% de l'energie électrique qui a été utilisé pour produire et comprimer l'hydrogene , et est plus cher par kW restitué.



  
Répondre
Polyeru
18/01/2019 22:20:49
0


"Je ne dis pas que c'est possible au vu de nos techniques actuelles, c'est évident; Seulement qu'il y a des équipes de recherches qui sont sur cette piste. Car si l'on analyse les choses et raisonne en termes de densité d'énergie contenue dans 1kg d'H2 métallique, là les choses prennent un autre sens."

vous revez ! il ne suffit pas de dire "hydrogene metallique" pour que l'hydrogene devienne un metal pour l'instant c'est un gaz et c'est le 2 eme element le plus difficile a liquefier , à -253°C et pour le solidifier il faut descendre à -259°C et la densite 86kg /m3 est a peine plus forte que celle de l'hydrogene liquide , 79kg/m3.

quel interet d'obtenir de l'hydrogene metallique qui est encore bien plus difficile a obtenir ,et surtout impossible a conserver .




"Trouveront - ils ? je n'en sais rien, mais ils découvriront certainement des choses qui feront encore évoluer la science et ce jusqu'à la maîtrise de la production d'H2 métallique métastable de surcroît (donc dans un état de non - réversibilté ) et peut être de stockage. Quand , à quel horizon? je ne sais pas, 100 ans peut être ou 200 ans… une chose est sûre je ne le verrais certainement pas."


amha jamais , la recherche ne recherche pas que des choses impossibles ou antieconomiques ,


que signifie "'H2 métallique métastable de surcroît (donc dans un état de non - réversibilté " est ce vous qui avez ecris ce pur charabia ? sinon citez votre source.




  
Répondre
Dubaisan
18/01/2019 16:45:23
0

Polyeru,

J'entends bien, et c'est bien la raison pour laquelle j'ai mis le mot stockage avec un point d'interrogation.

Je ne dis pas que c'est possible au vu de nos techniques actuelles, c'est évident; Seulement qu'il y a des équipes de recherches qui sont sur cette piste. Car si l'on analyse les choses et raisonne en termes de densité d'énergie contenue dans 1kg d'H2 métallique, là les choses prennent un autre sens.

Trouveront - ils ? je n'en sais rien, mais ils découvriront certainement des choses qui feront encore évoluer la science et ce jusqu'à la maîtrise de la production d'H2 métallique métastable de surcroît (donc dans un état de non - réversibilté ) et peut être de stockage. Quand , à quel horizon? je ne sais pas, 100 ans peut être ou 200 ans... une chose est sûre je ne le verrais certainement pas.

Jusqu'ici le but de la recherche , c'est de chercher...

  
Répondre
Polyeru
18/01/2019 16:21:45
0

oui yatse et le soleil qui est bien plus proche de nous que jupiter est compose pour 2 tiers de sa masse d'hydrogene,

  
Répondre
Polyeru
18/01/2019 16:17:19
0

coco 85 suite votre texte ci dessous :

l'energie eolienne n'est pas gratuite, ça se saurait si elle l'etait , elle coute environ 1500E par kW et en France 1kW produit 2000kWh , un kWh revient à 0.075E environ, avec l'hydrogene 1kWh est converti en 0.25kWh en sortie piie a combustible , avec pile 1 kWh est converti en 0.8kWh en sortie pile .

Une voiture roule 25000 km par an en consommant en moyenne 20kWh pour 100km , soit 5 000kWh , soit avec hydrogene 20 000kWh et 6 250kWh avec piles .

1000kW d'eolienne produisant 2000 000 kWh peuvent alimenter 100 voitures à hydrogene , soit 15 000 E de part d'eolienne par vehicule, sans compter electrolyseur ,compresseur , stockage , avec pile c'est 320 voitures soit 4 687 E par vehicule .




"Dans l’idée que j’exposais, l’éolienne fournissait l’énergie nécessaire pour l’électrolyse ET la compression de l’hydrogène et son stockage.


La station est alors autonome pour produire et distribuer ce qu’elle produit. Pas de transport ni de livraison à la station.


La taille de l’éolienne est à établir en fonction des besoins.


Ce n’est pas une idée sortie de ma petite tête, mais j’ai vu cela récemment lors d’un reportage à la télévision."



  
Répondre
Polyeru
18/01/2019 16:00:09
0

dubaisan vous dites


"Je ne suis pas spécialiste d'H2 métallique mais je sais qu'Il y a des gens (en Chine) qui mènent des recherches sur H2 métallique et bien dans un but (de stockage?) d'énergie. D'autres équipes mènent des recherches sur les autres éléments cités dans le même sens et pas seulement pour le nucléaire."


je ne pense pas que qui que ce soit envisage de stocker en hydrogene metallique , deja le stockage par hydrogene liquide est plus couteux que l'hydrogene comprimé qui est quasiment le seul modecde stockage adopté , en particulier dans les véhicules.

  
Répondre
Coco85
18/01/2019 14:43:31
1

Bonjour Dubaisan,

Dans l’idée que j’exposais, l’éolienne fournissait l’énergie nécessaire pour l’électrolyse ET la compression de l’hydrogène et son stockage.

La station est alors autonome pour produire et distribuer ce qu’elle produit. Pas de transport ni de livraison à la station.

La taille de l’éolienne est à établir en fonction des besoins.

Ce n’est pas une idée sortie de ma petite tête, mais j’ai vu cela récemment lors d’un reportage à la télévision.

Bonne journée à vous.

  
Répondre
Dubaisan
18/01/2019 14:15:01
1

Oui Coco85, c'est une idée

mais il n'y a pas que l'énergie électrique nécessaire pour l'électrolyse , il y a aussi celle nécessaire pour alimenter le compresseur qui stockera H2 dans sa bonbonne. Au final le rendement devrait être plutôt faible de quoi alimenter 4 ou 5 voitures peut-être...

Il y a il me semble une start up française dont le nom m'échappe qui s'est positionné sur ce créneau, mais je ne sais pas ou ils en sont. A la campagne, dans les coins montagneux ou mal desservis par les réseaux cela peut être intéressant.

Polyeru,

Je ne suis pas spécialiste d'H2 métallique mais je sais qu'Il y a des gens (en Chine) qui mènent des recherches sur H2 métallique et bien dans un but (de stockage?) d'énergie. D'autres équipes mènent des recherches sur les autres éléments cités dans le même sens et pas seulement pour le nucléaire.

  
Répondre

Forum de discussion General

201904021205 670707
Ma liste