ENGIE - News - Reco - Forum Engie
OK
Accueil  > Communauté   > Forum Engie

ENGIE - News - Reco

Cours temps réel: 13,87€  -0,11%

ENGI


JD1976
10/07/2019 10:00:12
0

Oddo confirme son opinion après les prévisions

10/07/2019 | 09:56

Engie a présenté sa mission, sa stratégie et ses capacités en matière d'énergie renouvelable. Suite à cette présentation, Oddo confirme son conseil à l'achat et son objectif de 15 E.

Le groupe vise à accroitre sa capacité renouvelable installée d'environ 9 GW sur 2019/2021 (actuellement 24,4 GW). ' Le management rassure sur l'atteinte de cet objectif en annonçant la sécurisation de 8,5 GW de projet ' indique Oddo.

De ce fait, Engie a réitéré son objectif de croissance moyenne annuelle de 8 à11% à moyen terme équitablement répartie entre l'hydro et les projets solaires et éoliens ' rapporte le bureau d'analyses.

Pour les projets à forte intensité technique (comme l'éolien offshore), le groupe favorise les modèles de type SDBO (Share, Design, Build, Operate) qui consiste à vendre une partie de l'equity en amont du développement du projet ' rajoute Oddo.


Copyright (c) 2019 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

  
Répondre
JD1976
07/07/2019 09:20:29
0

Pari spéculatif sur Engie: le bilan et les perspectives s’améliorent

Par Roland Laskine Publié le 05/07/2019 à 11:39

Le plan de transformation mis en place a porté ses fruits et renforce la visibilité sur le dividende.

Le titre reste très raisonnablement valorisé. Il fait son entrée dans le portefeuille Offensif du Figaro Bourse.


  
Répondre
JD1976
05/07/2019 09:21:09
0
JD1976
29/06/2019 18:45:34
0

SUR LES SIX PREMIERS MOIS DE 2019

En dépit de son implication dans la transition énergétique, Engie est resté à la traîne : les objectifs financiers du nouveau plan à trois ans ont été, en février, en deçà des attentes des analyses et ses orientations stratégiques, dans les services notamment, doivent encore convaincre.


  
Répondre
Ribo
17/06/2019 08:13:52
1

Engie : Macquarie démarre le suivi à neutre en visant 13 EUR.

  
Répondre
JD1976
14/06/2019 09:01:43
0

14/06/2019 | 08:38 : Goldman Sachs passe de neutre achat avec un objectif de cours relevé de 14,30 à 15,80 EUR.

  
Répondre
JD1976
07/06/2019 09:25:58
0

Engie, feu vert pour TAG.

La Cour suprême brésilienne valide le rachat des gazoducs de Petrobras par Engie. Une décision antérieure avait gelé l'opération. Le réseau TAG va permettre au français de grossir en Amérique Latine, moyennant une facture de 7,7 milliards d'euros, honorés en consortium avec la Caisse de dépôt et placement du Québec.

  
Répondre
JD1976
25/05/2019 16:50:07
0

Pas bon du tout ça ! 😲

  
Répondre
jflo1
25/05/2019 15:43:36
0

Pour l avoir vecu .

Un responsable tous les deux ans .

Les clients sont perdus

Ca n a plus de sens .

Et un.plafond de verre ou la direction est intouchable .

Curieux de connaître le turn over ..

  
Répondre
JD1976
21/05/2019 10:28:23
0

REUTERS•21/05/2019 à 09:13

ENGIE: VEYRAT SERAIT PRÊT À CÉDER NEOEN POUR ENTRER AU CAPITAL

PARIS (Reuters) - Jacques Veyrat serait prêt à devenir actionnaire d'Engie en échange de sa participation majoritaire (50,1%) au capital du spécialiste des énergies renouvelables Neoen, rapporte mardi BFM Business sur son site internet.

BFM précise que si Engie rachetait Neoen, Jacques Veyrat pourrait se faire payer en actions Engie et en devenir actionnaire à hauteur de 3% "pour ensuite monter facilement jusqu'à 6%" et ainsi remplacer partiellement l'Etat français au tour de table du fournisseur d'énergie et de services associés.

L'homme d'affaires aurait aussi la possibilité d'attendre que Neoen double la taille de son parc solaire et éolien d'ici 2021, échéance à laquelle l'entreprise vaudrait entre trois et quatre milliards d'euros en Bourse et lui permettrait alors de prendre 6% ou 7% d'Engie avant de monter à près de 10%.

Ces informations interviennent alors que la loi Pacte, qui doit encore être promulguée, va permettre à l'Etat français de réduire sa participation de 23,6% au capital d'Engie.

Selon BFM Business, qui cite une source proche du groupe, l'Etat envisage cependant de se désengager "par étapes" et cherche en parallèle "de nouveaux investisseurs stables" pour le remplacer au tour de table d'Engie, dont il craint qu'il soit la cible d'un fonds activiste.

Dans ce cadre, il pourrait descendre autour de 15% du capital d'ici un an "même si le cours de Bourse d'Engie stagne et n'encourage pas à vendre" et a "pris contact avec l'entourage de Jacques Veyrat pour étudier son projet".

BFM Business note que ni l'homme d'affaires ni Bercy n'ont souhaité commenter ces informations.


NOTE: Ces informations n'ont pas été vérifiées par Reuters, qui ne garantit pas leur exactitude.

(Benjamin Mallet, édité par Benoît Van Overstraeten)

  
Répondre
JD1976
19/05/2019 08:55:27
0

PARIS (Reuters) - L’Etat français ne semble pas vouloir se précipiter pour réduire sa participation de 23,6% au capital d’Engie, a déclaré vendredi le président du conseil d’administration du groupe, Jean-Pierre Clamadieu.

Les cessions par l’Etat de titres du fournisseur de gaz et d’électricité et de services énergétiques sera possible une fois la loi Pacte promulguée.

“A ce jour, je n’entrevois aucun signe me disant que l’Etat va se précipiter pour réduire sa participation”, a déclaré Jean-Pierre Clamadieu lors de l’assemblée générale des actionnaires d’Engie.

“L’objectif est bien celui-ci mais il le fera de manière à ne pas peser ni sur la stratégie de l’entreprise ni bien sûr sur la valeur du patrimoine commun de cette entreprise pour l’ensemble de ses actionnaires”, a-t-il ajouté

Le produit des cessions de titres Engie, de même que celui des privatisations d’ADP et de la FDJ, a vocation à contribuer à l’alimentation d’un fonds pour l’innovation de rupture doté de dix milliards d’euros et à participer au désendettement du pays.



  
Répondre
JD1976
09/05/2019 18:01:17
0

Engie : la nouvelle stratégie doit encore convaincre

CERCLE FINANCE•09/05/2019 à 17:14

(CercleFinance.com) - Les actionnaires d'Engie ne le savent que trop bien : depuis le début de l'année 2016, le titre évolue grosso modo au sein d'une fourchette allant de 11 euros (ce qui correspond peu ou prou à son plus bas historique) à 16 euros. Il se traite pour l'instant dans la moitié inférieure de cet intervalle. Peut-on espérer mieux ?

Et pourtant, l'ex-GDF Suez, longtemps dirigé par Gérard Mestrallet qui n'a cédé la présidence du conseil d'administration que l'an dernier, est depuis trois ans, presque jour pour jour, à la main d'Isabelle Kocher, devenue directrice générale le 3 mai 2016. Depuis lors, elle a totalement changé le visage du groupe en réalisant plus de 16 milliards d'euros de cessions, notamment du côté des centrales et des mines de charbon et, d'une manière générale, de la partie la plus 'carbonée' du marché de l'énergie. Parallèlement, plus de 14 milliards d'euros ont été investis pour décaler le positionnement d'Engie vers des énergies plus 'vertes', mais surtout plus dynamiques, les services et les infrastructures, tout en mettant en place des économies qui ont dopé l'EBITDA de 1,3 milliard depuis 2015.

Quid de la croissance organique des ventes ? Elle était - 7,2% en 2014, de - 8,8% en 2015 puis de - 4% en 2016, avant de revenir dans le vert : + 1,7% en 2017 comme en 2018. C'est encore relativement peu, mais c'est assurément bien mieux.

Du côté du bilan aussi, les choses ont également changé. La dette financière nette est revenue fin 2018 à 21,1 milliards, contre 27,7 milliards fin 2015. Même si dans l'intervalle, le ratio n'est revenu que de 2,5 à 2,3 fois l'EBITDA, il demeure soutenable.

En outre, les actionnaires d'Engie profitent d'un dividende intéressant correspondant à environ 70% du résultat net récurrent part du groupe. Ramené de 1 euro au titre de l'exercice 2016 à 0,70 euro en 2017, le coupon a été relevé à 0,75 euro en 2018, à titre ordinaire. Afin de tenir compte de la fin prochaine du versement du dividende en deux fois, il sera même proposé aux actionnaires de recevoir 1,12 euro cette année, le paiement du solde étant prévu le 23 mai.

Quid des résultats ? En données récurrentes, tant le périmètre d'Engie a varié ces derniers temps, son bénéfice net se situe, depuis 2016, dans la zone des 2,5 milliards d'euros. Il était en 2018 d'exactement ce montant (+ 10,1%), soit 1,03 euro par action. Il faut remonter jusqu'en 2014 pour trouver la trace d'un bénéfice net récurrent supérieur à trois milliards d'euros.

Et ensuite ? La direction anticipe, en 2019, un résultat net récurrent de 2,5 à 2,7 milliards, soit en milieu de fourchette quelque 1,07 euro par action. Le consensus se situe à 1,05 euro, mais anticipe une hausse plus marquée en 2020, avec 1,18 euro. A confirmer.

Enfin, Engie voit loin : il dispose depuis fin février d'un plan stratégique à horizon 2021 comprenant de 11 à 12 milliards d'investissements de croissance, et de nouveau des économies (800 millions d'euros à échéance). Le groupe escompte aussi une croissance annuelle moyenne de 7 à 9% de son résultat net récurrent entre 2018 et 2021, ce qui augure d'une accélération sur la période. De plus le coupon devrait suivre, le taux de distribution étant étant annoncé entre 65 et 75% de cet agrégat.


A suivre sur l'agenda d'Engie : les comptes du 1er trimestre, attendus mardi prochain 14 mai.

EG

  
Répondre
Ribo
26/04/2019 16:09:08
1

(CercleFinance.com) - 26/04/2019 | 13:44 ►Engie : en négociations pour un rachat de Pierre Guérin

Endel Engie, filiale du groupe Engie spécialisée dans la maintenance industrielle et les services à l'énergie, annonce avoir entamé avec les actionnaires de Pierre Guérin des négociations exclusives en vue d'acquérir cette société.

Etablie à Niort, Pierre Guérin s'appuie sur près de 400 collaborateurs et figure parmi les quatre leaders mondiaux dans le domaine des process liés aux biotechnologies et occupe une position majeure en Europe dans l'industrie agroalimentaire et la pharmacie.

Par cette opération, Endel Engie entend donc accélérer sa croissance dans deux secteurs industriels prioritaires et à fort potentiel, à savoir l'agroalimentaire et les sciences de la vie (pharmaceutique et biotechnologies).

Copyright (c) 2019 CercleFinance.com. Tous droits réservés

  
Répondre
Ribo
26/04/2019 15:03:44
0

PARIS (Reuters) - 26/04/2019 | 09:16

Engie : cède ses centrales à charbon en Allemagne et aux Pays-Bas

Engie a annoncé vendredi la cession de ses centrales à charbon en Allemagne et aux Pays-Bas au fonds Riverstone Holdings LLC, une opération qui lui permettra de réduire sa dette financière nette d'environ 200 millions d’euros.

Le groupe énergétique va céder les centrales de Rotterdam aux Pays-Bas et de Farge, Zolling et Wilhelmshaven en Allemagne, représentant une capacité totale installée de 2.345 MW.

Cette opération s'inscrit dans sa stratégie visant à se désengager des énergies carbonées.

Après ces cessions, le charbon représentera 4% des capacités de production d’électricité au niveau mondial, contre 13% à la fin 2015, précise Engie dans un communiqué.

Au cours des trois dernières années, le groupe a réduit d’environ 75% ses capacités de production d’électricité à partir de charbon.

Dans le cadre d'un nouveau plan stratégique à trois ans, Engie entend doper ses résultats en se spécialisant dans les services à haute valeur ajoutée et les énergie renouvelables pour les entreprises et les collectivités locales.

○ (Pascale Denis, édité par Matthieu Protard) © Thomson Reuters 2019

  
Répondre
Ribo
23/04/2019 21:56:41
0

PARIS, 23 avril (Reuters) - 23/04/2019 | 19:37 ► Engie : annonce un effet température négatif sur le T1 2019

Engie a annoncé mardi que "l'effet température" en France résultant de l'écart entre premier trimestre 2018 "froid" et un premier trimestre 2019 "chaud" aura un "impact volume" négatif.

Dans une présentation, le groupe précise que cet effet négatif concernera l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) et le résultat opérationnel courant aussi bien des activités de l'offre en France que de ses activités réseaux de distribution de gaz dans le pays.

○ (Benoit Van Overstraeten pour le service français) © Thomson Reuters 2019

  
Répondre
JD1976
23/04/2019 09:09:52
0

Engie aurait un oeil sur l'Américain EMCOR

JB.A. publié le 23/04/2019 à 08h35

(Boursier.com) — Engie pourrait racheter le groupe américain EMCOR. Citant des personnes familières avec le sujet, Bloomberg indique que le groupe énergétique travaille avec des conseillers sur une éventuelle offre. EMCOR est l'une des plus importantes entreprises de services en électricité et en construction aux États-Unis. Elle a réalisé un chiffre d'affaires d'environ 8,1 milliards de dollars en 2018. La société, qui a gagné plus de 30% en bourse depuis le début de l'année, pèse près de 4,5 Mds$. Aucune décision finale n'a encore été prise et Engie pourrait renoncer à l'opération, précise l'agence.


©2019, Boursier.com

  
Répondre
Ribo
13/04/2019 14:22:09
0

Jouer la baisse ?

Message complété le 13/04/2019 14:25:27 par son auteur.

(Investir Hebdo)

  
Répondre
JD1976
11/04/2019 18:11:55
0

Houlà ... 🤔😧

  
Répondre
Ribo
11/04/2019 16:22:43
0

(AOF) - 11/04/2019 | 16:09 ►ENGIE : Morgan Stanley n'est pas convaincu par les objectifs d'ENGIE

En repli de 1,29% à 13,43 euros, Engie accuse la plus forte baisse du CAC 40, pénalisé par Morgan Stanley. Le broker a dégradé sa recommandation sur le titre de Surpondérer à Pondérer en ligne et abaissé son objectif de cours de 16,60 à 14 euros.

Le broker rappelle que sa "thèse" de Surpondération de l'énergéticien français en portefeuille était basée sur sa capacité à croître plus vite que ses concurrents grâce à la reprise de sa production nucléaire, la hausse des prix de l'énergie sur la période 2018-2021, la poursuite de la croissance des ventes du pôle des solutions proposées aux clients, et enfin des réductions de coûts.

Toutefois, le bureau d'études constate que la journée investisseurs le 28 février n'a pas tenu ses promesses. Les objectifs présentés par Engie sont en effet ressortis inférieurs à ses attentes comme à celles du consensus.

L’intermédiaire reconnaît qu'il existe de la valeur dans le business model d'Engie, mais il faut que objectifs actuels soient atteints avant qu'elle ne se concrétise. Cette revalorisation prendra donc du temps.

Un point de vue qui se distingue bien sûr de celui d'Engie. Dans un communiqué dévoilé hier soir, l'ex-GDF-Suez a renforcé son organisation pour réaliser son plan stratégique : " la transition zéro carbone as a service ".

Engie rappelle justement, que le 28 février dernier, lors du Capital Markets Day, il avait partagé son ambition de devenir le leader mondial de la transition zéro carbone de ses clients, en particulier les entreprises et les collectivités locales, avec un objectif de croissance annuelle de 7 à 9 %.

Pour atteindre cet objectif, le groupe a annoncé son intention de renforcer son organisation. Cette évolution vise à accélérer la mise en œuvre de la stratégie et la déclinaison des solutions intégrées zéro carbone " as a service ", clé en main, sur-mesure et cofinancées.
Il a ainsi créé quatre grandes lignes d'activités globales : thermique, infrastructures, solutions clients et renouvelables. Elles chacune dirigées par un directeur général adjoint membre du comité exécutif.

Engie a enfin révélé que Pierre Mongin, ancien PDG de la RATP arrivé chez Engie en 2015, avait fait part de son intention de prendre progressivement du recul cette année avant un départ définitif.

Copyright 2019 AOF

  
Répondre
JD1976
10/04/2019 19:36:14
1

10/04/2019 | 18:00

ENGIE: CRÉATION DE QUATRE GRANDS PÔLES, MONGIN PARTIRA FIN 2019

PARIS (Reuters) - Engie a annoncé mercredi une évolution de son organisation avec la création de quatre grandes lignes d'activités globales en appui de son nouveau plan stratégique, ainsi que le départ fin 2019 de Pierre Mongin, directeur général adjoint et secrétaire général du groupe.

Les lignes d'activités globales ("global business lines") créées à compter du mois de juillet - thermique, infrastructures, solutions clients et renouvelables - seront chacune dirigées par un directeur général adjoint membre du comité exécutif, a précisé le groupe dans un communiqué.

Elles seront composées "d'équipes resserrées" dont la mission sera notamment de proposer une stratégie transerve pour leurs activités, d'identifier et piloter les principaux programmes transversaux numériques et de mesurer et présenter la performance globale des activités.

"Le groupe maintiendra ainsi son organisation décentralisée et performante reposant sur ses 24 Business Units (BU) afin de rester au plus près de ses clients et de promouvoir l'esprit d'initiative", a souligné Engie.

Le groupe a également annoncé que Pierre Mongin, ancien PDG de la RATP arrivé chez Engie en 2015 et chargé notamment des "business units" Benelux, France Réseaux, France BtoC et de la coordination de la sûreté nucléaire, avait fait part de son intention de "prendre progressivement du recul cette année".

Il restera secrétaire général du groupe jusqu'au 1er juillet 2019 puis deviendra "senior advisor" de la directrice générale Isabelle Kocher, avant de "se consacrer à des projets personnels dès son départ" fin 2019.

Pierre Mongin est activement intervenu fin 2018 dans le dossier des anomalies détectées sur certains réacteurs nucléaires d'Engie en Belgique.

Il a par ailleurs été cité par la presse comme un candidat potentiel à la présidence de Suez, dont Engie est le premier actionnaire avec 32% du capital.

Engie a également annoncé mercredi la nomination de trois nouveaux membres à son comité exécutif, nommés directeurs généraux adjoints.

Le directeur général de Tractebel Olivier Biancarelli va ainsi diriger la ligne d'activités globales "solutions clients", Gwenaëlle Huet va prendre la tête des activités "France renouvelables" et "hydrogène", ainsi que de la ligne globale "renouvelables", tandis que Wilfrid Petrie devient directeur général "France B2B" et supervisera l'activité "France Réseaux".

Ces annonces interviennent après la présentation d'un nouveau plan stratégique, fin février, qui prévoit une spécialisation d'Engie dans les services à haute valeur ajoutée et les renouvelables pour les entreprises et les collectivités locales, avec un objectif de croissance de son résultat net courant de 7% à 9% par an sur la période 2019-2021.


(Benjamin Mallet, édité par Matthieu Protard)

  
Répondre

Forum de discussion Engie

201907101000 681027
Ma liste