Clouer au sol des Boeing 737 MAX 8? Un casse-tête pour les Etats-Unis
OK
Accueil  > Communauté   > Forum Boeing

Clouer au sol des Boeing 737 MAX 8? Un casse-tête pour les Etats-Unis

Cours temps réel: 344,04$  -6,80%

BA


CRI74
18/10/2019 22:15:55
0

D'après une source proche du dossier, des informations trompeuses ont été communiquées à la FAA sur un important logiciel du 737 MAX.


L'agence fédérale de l'aviation (FAA) américaine a accusé vendredi Boeing de lui avoir caché des documents importants liés à la certification du 737 MAX, cloué au sol depuis sept mois après deux accidents ayant fait 346 morts.

"Tard hier soir (jeudi 17/10), Boeing a alerté le département des Transports de l'existence de messages instantanés entre deux employés de Boeing, discutant de certains éléments de communication avec la FAA lors de la certification initiale du 737 MAX en 2016", dénonce le régulateur dans un courriel. "Boeing a expliqué au département qu'il a découvert ces documents il y a plusieurs mois" mais n'en a pas fait part à la FAA.

D'après une source proche du dossier, les deux employés évoquaient le fait que des informations trompeuses avaient été communiquées à la FAA sur un important logiciel du 737 MAX. À la question de savoir si le système de sécurité était le logiciel anti-décrochage MCAS mis en cause dans les accidents d'Ethiopian Airlines et de Lion Air, la source a dit qu'elle ne pouvait pas dévoiler une telle information.

Demande d'explications

"La FAA a trouvé la substance des documents inquiétante", a déclaré l'agence ce vendredi, qui se dit "déçue" que Boeing n'ait pas "immédiatement" porté à son attention ces documents dès qu'il en a pris connaissance.

"La FAA est en train d'examiner les informations (contenues dans les documents) pour déterminer quelles mesures appropriées prendre" contre Boeing, assure le régulateur, dont la proximité avec Boeing a été dénoncée de toutes parts depuis les accidents. Pour montrer qu'elle affirme son indépendance, la FAA a adressé une lettre à Dennis Muilenburg, le patron de Boeing, le sommant de s'expliquer.

J'attends vos explications immédiatement concernant le contenu de ce document et les raisons pour lesquelles Boeing en a retardé la divulgation à son régulateur en charge de la sécurité", y écrit Steve Dickson, un des responsables de la FAA, dans ce courrier.

À Wall Street, ces informations ont provoqué un recul de 3,75% de l'action Boeing vers 16 heures, les investisseurs redoutant que la montée du ton entre Boeing et son principal régulateur risque de repousser encore un peu plus le retour en service du 737 MAX.

American Airlines repousse le retour en service de ses Boeing 737 MAX à janvier 2020

Dans un bref communiqué, Boeing a simplement assuré qu'il continuerait de collaborer à l'enquête menée par une commission de la Chambre des représentants. "Nous allons continuer à suivre les instructions de la FAA et d'autres régulateurs dans le monde, pendant que nous travaillons à faire revoler le 737 MAX en toute sécurité.


Collaborer en continuant à cacher les choses (très) gênantes ne milite certainement pas pour un retour de la confiance .

On espère une nouvelle certification complète et des plus rigoureuse afin de lever toute suspicion avant le retour dans les airs du 737 MAX .

  
Répondre
CRI74
08/10/2019 14:22:50
0

Retour rapide du 737Max bien aléatoire


La remise en service du 737 MAX de Boeing pourrait être retardée par les inquiétudes des régulateurs européens concernant certains aspects des modifications apportées aux systèmes de commande de vol de l'appareil, ont indiqué des sources proches du dossier.

Aucune information n'avait filtré jusqu'ici sur ces désaccords relatifs à la modification du fonctionnement du double système informatique de commande de vol du 737 MAX. Ce problème pourrait retarder la validation de cette modification et les régulateurs européens pourraient ne pas emboîter le pas à la Federal Aviation Administration (FAA), l'autorité américaine de l'aviation civile, lorsqu'elle autorisera la remise en service du 737 MAX, ont ajouté ces sources.

L'Autorité européenne de la sécurité aérienne (EASA) a récemment informé les régulateurs américains qu'elle n'était pas convaincue que la FAA et Boeing aient bien démontré la sûreté du système reconfiguré de commande de vol du 737 MAX, ont indiqué les sources proches du dossier.

Dans le cadre des changements envisagés, les deux ordinateurs du système fonctionneraient de façon simultanée afin de supprimer les risques liés à de possibles dysfonctionnements du processeur identifiés il y a plusieurs mois. Pendant des décennies, et sur de précédentes versions du 737, les ordinateurs fonctionnaient en alternance d'un vol à l'autre pour alimenter en données le système de pilotage automatique.

Ces inquiétudes ont été communiquées par Patrick Ky, le directeur de l'EASA, à Ali Bahrami, le principal responsable de la sécurité à la FAA, a précisé l'une des sources.

L'EASA a déclaré qu'elle n'avait pas pris de décision concernant les modifications proposées par Boeing et qu'elle n'avait pas décidé si elle agirait de concert avec la FAA.

Source DJ

De plus , le dépôt de plainte des pilotes de Southwest provoque l'ouverture d'un dossier juridique supplémentaire contre Boeing et le 737 Max (toutes séries) qui risque lui aussi de retarder compte tenu des graves motifs évoqués

  
Répondre
CRI74
05/10/2019 18:00:07
1

S'il fallait une nouvelle preuve que la sécurité des personnes a intégré depuis longtemps les variables d'ajustement économique y compris dans les domaines où on la croyait inébranlable , en voici une livrée sur un plateau , de plus indiscutable .

On doit la rapprocher des évolutions concernant les voitures autonomes , plus généralement ce qu'on appelle autonome d'ailleurs , ainsi que les applications de la pseudo intelligence artificielle qui s'insinue dans bien des technologies critiques .

Bien entendu sous impulsion de la sphère anglo saxonne plus avide de cash à tout prix que de qualité de service rendu .

  
Répondre
gars d'ain
05/10/2019 17:52:31
0

Et comme par hasard, on rend une décision concernant Airbus pour redonner le change à Boeing...

: (


C'est comme comme pour toutes les autres entreprises qui tentent de se développer aux States, çà finit souvent mal...


Personnellement, je maintent tout mon possible pour boycotter tout ce qui est américain, même en France...


Merci à toi pour cette news fort à propos...

  
Répondre
CRI74
05/10/2019 17:17:41
1

Révélations et dépôt de plainte d'un ingénieur du B 737 Max


Nouvelles révélations embarrassantes pour Boeing autour de la confection de son bimoteur.

Curtis Ewbank, ingénieur chez le constructeur américain et l’un des membres des équipes chargées de la construction du 737 MAX, a déposé cette année une plainte, en interne. Dans sa réclamation, il affirme que les dirigeants de la compagnie ont rejeté un système de sécurité lors du développement du bimoteur afin d’en réduire les coûts, explique le New York Times. L’homme dépeint également les pratiques de Boeing comme relevant d’une culture étouffant les critiques, le débat interne et les études approfondies des accidents destinées à améliorer la sécurité.

Dans sa plainte, que Boeing a envoyée au ministère de la Justice, Curtis Ewbank écrit :

"La direction de Boeing était plus préoccupée par le coût et le calendrier que par la sécurité ou la qualité".

L’ingénieur n’est pas le premier à dénoncer l’attitude des dirigeants du constructeur américain. En juillet dernier, un ancien ingénieur de Boeing, Adam Dickson, avait dénoncé un manque de financement dans la chaîne de production du 737 MAX avec des responsables plus concentrés sur la réduction des coûts que sur la sécurité de l’avion.

Boeing dément

Le constructeur américain a, de son côté, affirmé à la chaîne américaine CNN que "la sécurité, la qualité et l’intégrité sont au cœur des valeurs de Boeing" expliquant que la société proposait à ses employés "un certain nombre de canaux pour faire part de leurs préoccupations et de leurs réclamations et a mis en place un processus rigoureux tant pour s’assurer que ces requêtes sont examinées en profondeur que pour protéger la confidentialité des employés qui les formulent".


Les réclamations de Curtis Ewbank font partie des milliers de documents que Boeing a remis aux autorités fédérales dans le cadre de l’enquête criminelle ouverte après le crash des deux 737 MAX de Lion Air et d’Ethiopian Airlines.

Une révélation qui survient à un moment critique pour le constructeur qui fait face à de nombreuses poursuites et enquêtes fédérales liées aux deux crashs de son ancien avion-star, toujours cloué au sol et alors que le régulateur aérien américain a demandé l’inspection de près de 2.000 B 737 NG à travers le monde pour de possibles fissures sur des composants du fuselage.

Source Challenges

Deux ingénieurs qui dénoncent des anomalies critiques dans la conception , voilà des faits graves qui devraient logiquement peser sur les analyses sécuritaires en cours avant de requalifier l'avion

  
Répondre
Dubaisan
26/09/2019 19:35:51
0

Ca commence à être chaud,

Boeing, qui a réduit sa cadence de production du 737MAX, peine à stocker les 42 exemplaires sortant chaque mois de son usine de Renton . Un problème similaire rencontré par les compagnies aériennes clientes avec les 387 exemplaires cloués au sol depuis mars 2019.

Pousser les murs ne suffira pas à stocker tous les 737MAX à Renton (un peu plus de 300 depuis Mars 2019). Selon des sources Boeing, les parkings limitrophes à l'usine permettaient de stocker une centaine d'appareils. Des capacités largement dépassées puisqu'elles représentent l'équivalent de deux mois de production. "Les appareils sont stockés dans le moindre espace disponible, y compris sur des parkings pour voitures", rapporte la chaîne.

Les appareils produits seront livrés sur plusieurs trimestres dès que le 737 MAX sera à nouveau autorisé à voler, après les nécessaires modifications. Ce correctif est estimé à environ deux millions de dollars par appareil.

Pour l'instant, on peut évaluer le coût direct à 1.5 mds d'Usd

  
Répondre
CRI74
26/09/2019 18:34:41
0

L'autorité de régulation US critique vertement FAA et Boeing

L'Autorité américaine de régulation des transports, le National Transportation Safety Board (NTSB), souhaite réévaluer le temps de réaction des pilotes d'avion à une situation d'urgence, jugeant peu réalistes les hypothèses actuellement utilisées dans les modèles de certification des appareils.

Les recommandations présentées jeudi par le NTSB constituent la première réponse officielle aux crashs de deux Boeing 737 Max survenus au cours de l'année écoulée. Le régulateur a notamment demandé à la Federal Aviation Authority (FAA) et à Boeing de mieux évaluer les interactions entre le pilote et les systèmes informatiques embarqués pour s'assurer de la sécurité des avions.

Cinq des sept recommandations publiées jeudi portent sur une révision des méthodes employées pour prédire la rapidité de réponse des pilotes en cas de faille technique. Le NTSB souhaite notamment privilégier le temps moyen de réponse des pilotes au lieu de se baser, comme la FAA jusqu'à présent, sur les réactions quasi instantanées des pilotes les plus expérimentés.


Il eût été intéressant de réévaluer fonctionnalités et présentation des IHM (systèmes hommes machines) en limitant les perturbations que peuvent apporter des indications aléatoires ou erronées que l'informatisation à outrance impose généralement aux pilotes (aéronautique et autres ).

On rappellera utilement que <i style="font-weight: bold;">des <i style="">crashs ont pour origine des défaillances systèmes dont le traitement informatique a complètement perturbé le pilotage l'amenant bien au delà des points critiques

Message complété le 26/09/2019 18:49:11 par son auteur.

On rappellera utilement que des crashs ont pour origine des défaillances systèmes dont le traitement informatique a complètement perturbé le pilotage l'amenant bien au delà des points critiques

  
Répondre
CRI74
23/09/2019 14:54:00
0

737 MAX : des anomalies bien au delà du seul MCAS


Les autorités indonésiennes pointeraient du doigt des défaillances de conception et de supervision dans le crash du Boeing 737 MAX de la compagnie Lion Air en octobre dernier .

C’est du moins ce qu’a rapporté ce week-end le Wall Street Journal. Le rapport, qui doit normalement être publié officiellement en novembre, mettrait également en avant une série d'erreurs de pilotage et de maintenance, a indiqué le média américain .


Défaillances de conception : cela risque de rendre épique la certification du 737 MAX comme supputé de part les découvertes réalisées au fil des enquêtes suite aux deux crashs subis

La remise en vol de cet aéronef s'éloigne à vue d'oeil et de lourdes corrections risquent fort d'impacter le programme à moyen terme

  
Répondre
Dubaisan
04/08/2019 11:29:12
1

Quand la Chine va demander à Boeing le remboursement de ses 90 et quelques 737 Max, là l'action de Boeing va enclencher un piqué Max et suivre son modèle préféré...

  
Répondre
CRI74
04/08/2019 10:06:47
0

Les responsabilités réelles des crashs commencent à se mettre au jour


https://www.afp.com/fr/infos/334/derriere-la-crise-du-max-un-regulateur-laxiste-et-un-climat-deletere-chez-boeing-doc-1ja2y73

Gestion économique de produits assurant la sécurité des personnes clairement en première ligne ........ s'il fallait encore des preuves des dérives d'une économies uniquement axée sur le business .

Made in USA !

  
Répondre
CRI74
15/07/2019 10:41:13
0

Nouveau délai

Extrait DJ

La réparation du logiciel de commandes de vol du 737 MAX de Boeing et la mise en oeuvre d'autres mesures pour reprendre le transport de passagers devrait s'étendre jusqu'en 2020, ont indiqué un nombre croissant de représentants gouvernementaux et de responsables de l'industrie, même si l'avionneur américain s'efforce de remettre son avion en service cette année.

La situation est susceptible de changer, aucun calendrier ferme n'a été établi et Boeing doit encore convaincre les régulateurs américains qu'il a répondu à toutes les questions de sécurité en suspens. Toutefois, selon le dernier scénario en date, la flotte mondiale de 737 MAX devrait maintenant être remise en service en janvier 2020, soit 12 mois après que l'avionneur a proposé le remplacement initial du logiciel impliqué dans deux accidents mortels, selon certains responsables de la Federal Aviation Administration (FAA) et des responsable des syndicats de pilotes.

La FAA a déclaré qu'elle suivait un processus rigoureux qui n'observait aucun calendrier et les dirigeants de l'agence se sont engagés à résoudre tous les problèmes de sécurité avant de permettre aux avions de voler.

Boeing a fait part de son intention de "fournir à la FAA et aux régulateurs mondiaux toutes les informations dont ils ont besoin", en notant que l'avionneur ne soumettrait pas le 737 MAX "pour une certification de la FAA tant que nous n'aurons pas satisfait toutes les exigences" pour une telle autorisation et une remise en service en toute sécurité.

........................................................................................................................................................................................................

les déclarations du patron de Boeing voilà plus de 3 mois apparaissent totalement fantaisistes à l'aune des investigations réalisées ayant soulevé bien d'autres problèmes que ceux connus et à demi avoués .

Peut -on faire confiance à ce type de dirigeant ?

  
Répondre
mika57
27/06/2019 07:50:28
0

Cours post-cloture : -1,17% à 370 dollars

Après 10% de repris en ligne droite depuis le début du salon du Bourget, les investisseurs s'en calissent littéralement de ce genre de nouvelle. C'est franchement aberrant.

"Protégeons Boeing !"

  
Répondre
CRI74
26/06/2019 22:13:26
0

Nouvelle défaillance détectée par la FAA sur le B 737 Max


La direction américaine de l'aviation civile a identifié un nouveau dysfonctionnement potentiel affectant le 737 MAX de Boeing et l'avionneur devra le régler avant que l'appareil puisse à nouveau être exploité, a annoncé mercredi l'agence à Reuters.

Le défaut a été découvert lors de tests réalisés la semaine dernière, a-t-on appris de sources proches du dossier.

Boeing ne pourra effectuer de vol de certification avant le 8 juillet, au mieux

Et toujours pas de nouvelles de l'analyse exhaustive du dernier crash sans lesquelles des conclusions définitives auraient du mal à être rendues

  
Répondre
CRI74
05/05/2019 23:57:13
0
CRI74
28/04/2019 18:50:49
0
BerMer
06/04/2019 22:05:40
0

Bonjour FREDFR91,

Avatar et discours lénifiant sur la mémoire qui vacille et l'oubli ... vous êtes certainement un(e) passionné(e) d'aviation ou même un(e) professionnel(le) !

Il y a eu ces informaticiens qui se sont dit qu'ils n'allaient pas s'enquiquiner pour des bugs qui n'avaient qu'une probabilité infime de se produire ... 22 mois d'utilisation depuis le premier livré, 371 avions livrés :

10 heures de vol par jour x 670 jours x 250 avions (en moyenne sur la période de 22 mois) = 1 675 000 heures

dans la plupart des secteurs de l'industrie, un taux de survenance de 2 pannes majeures en 1675000 heures serait un véritable succès, en aéronautique, ça peut faire 346 morts en six mois ... d'autant plus qu'outre les deux accidents il semble qu'il y ait eu d'autres "incidents" !

Mais plus effrayant que les informaticiens incompétents ou surmenés, il y a la FAA qui, selon les médias, délègue une partie de ses pouvoirs pour certifier des avions au ... fabricant BOEING de ces mêmes avions !
Ce n'est donc plus le seul 737 Max qui est concerné, c'est l'ensemble des avions fabriqués par BOEING.
La FAA ou l'EASA ont-elles la même complaisance vis à vis d'AIRBUS ? C'est comme si dans le milieu de l'entreprise que je connais un peu mieux que celui de la construction aéronautique, le contrôleur fiscal demandait au directeur financier, par delà la préparation normale du travail de vérification, de faire lui-même tout ou partie du contrôle !

La formation des pilotes, ça semble être quelque chose aussi : certains savent gérer la situation, d'autres non ! J'ai entendu dire qu'un pilote en congé qui voyageait sur un strapontin dans le cockpit d'un 737 Max par manque de place en cabine, avait désactivé lui-même le système en cause quand il avait compris que ses collègues en charge du vol ne savaient pas le faire ! Ils ont pu reprendre le contrôle de l'avion !
Ces lacunes de formation rappellent le Rio-Paris d'Air France !

Bon vol,
Cordialement

  
Répondre
FREDFR91
06/04/2019 12:31:21
2

Il faut bien voir dans la décision de Boeing de réduire la production de ces avions n'est que...

Heu!!!

Jjuste un problème de stockage des avions prêts à être livrés et pour le moment interdits de vol.

Sinon pour les problèmes de défaut entre autorités de certification et/ou constructeurs ou utilisateurs souvenez vous:

Du DC10 par deux fois des portes de soutes s'ouvrent en vol, avion certifié, tuant "juste" quelques passagers aspirés par la soute car à cette époque il n'existait pas de panneaux de décompression (personne n'y avait pensé !) entre la zone passagers et les soutes donc le plancher des zones passagers s'effondrait aspiré par la décompression issue de la soute.

Pourtant un ingénieur avait informé le constructeur puis, devant l'absence de prise en compte par Douglas les autorités de certification, qu'il y avait un très sérieux problème dans le système de confirmation de verrouillage des portes de soutes.

Lequel système ne pourrait faire face ni en cas de mauvais verrouillage ni empêcher l'ouverture de la porte en vol et qui en plus ne serait visible ni par celui qui a refermé la porte ni par les pilotes, la signalisation dans les deux cas étant correcte

L'ingénieur a été viré !

L'avion certifié et pourtant ils savaient !

Puis la catastrophe d'Ermenonville est arrivée, l'ingénieur n'a pas été réembauché !

Résultat de l'enquête ?

Dans un premier temps le bagagiste ayant refermé la porte a été mis en cause puis plus sérieusement .... ?

l'ingénieur avait raison.

Même problème sur les B747 au début pour une toute autre raison que là aucun ingénieur n'avait prévu, avec là aussi quelques passagers décédés,

Le système d'ouverture des portes de soutes n'était pas conditionné à une condition sol/vol.

Au sol je peux ouvrir les portes et en vol même s'il y a un problème quelconque ce n'est pas possible car entre autre il n'est même plus alimenté !

Avion certifié !

Mont st Odile, à cette époque pas de GPS pour préciser la navigation et en ce temps recalage de la position par VOR/VOR DME/DME VOR/DME etc...ce qui rend une position déjà assez précise mais pas assez d'ou parfois des décalages de carte laquelle entraîne une incohérence entre ce que voient les pilotes sur leur carte de navigation (disons) informatique et ce que leur indiquent les aiguilles issue des stations sol donc une analyse très consommatrice en ressources cognitives humaines.

Une interface avion/pilote conçue par des ingénieurs sans pilotes pour donner leur avis.

Avec pour principal inconvénient, entre autre, qu'il était peu simple de différencier un taux de descente d'une pente de descente.

Problèmes connus et avion certifié.

Habsheim je ne sais pas mais tout de même...

Les navettes spatiales, partie utilisateurs, dans les deux cas des ingénieurs avaient exprimé leurs doutes.

Le résultat on le connais car dans les deux cas reporter un lancement ou faire faire une vérification en orbite implique des coûts donc niet !

Bon on pourrait poursuivre avec tant d'autres exemples....

Ils n'ont rien retenu du TITANIC !




Message complété le 06/04/2019 12:42:45 par son auteur.

Tous ces défauts ont été réglés, sérieusement, donc aucun passager dans les années qui vont venir n'aura peur de prendre place à bord d'un 737 quelque soit sa version en plus le temps permet d'oublier.

  
Répondre
CRI74
05/04/2019 14:59:01
0

C'est exactement ce qui a conduit à clouer au sol ces Boeing en attendant la remise en ordre des anomalies .

On doit espérer que la reprise de la certification puisse être draconienne afin de lever tous soupçon envers cet avion et l'aéronautique en général .

C'est ce qui peut arriver de mieux à Boeing bien trop pressé de remettre ses appareils en service pour raisons financières uniquement .

  
Répondre
BerMer
05/04/2019 14:53:44
0

Finance ou pas, je crois que peu de voyageurs auront désormais envie de monter à bord d'un 737 MAX ! Quitte à rester sur le tarmac (ou dans la salle d'embarquement) s'ils n'ont pas été prévenus auparavant qu'ils allaient voyager sur ce type d'avion !
S'il n'y avait que les voyageurs, on pourrait certainement leur dire c'est cet avion ou rien d'autre !
Mais je crois quand même que les compagnies d'aviation elle-mêmes y réfléchiront désormais à deux fois avant de commander un 737 MAX quelles que soient ses qualités par ailleurs !
Elles pourraient même annuler certaines des 5000 commandes de 737 MAX déjà engrangées par Boeing !

  
Répondre
CRI74
05/04/2019 14:19:17
0

On ne nous dit pas tout .....


La FAA a bien fait de ne pas accéder aux précipitations de Boeing concernant la rectification des logiciels ....sans avoir de conclusions sur le second crash

.......................................................................................................................................................................................

Boeing a annoncé vendredi 5/04 qu'il avait identifié une deuxième anomalie dans le logiciel utilisé à bord de son avion 737 MAX et qu'il travaillait à un correctif.

Ce problème n'est pas lié au système anti-décrochage MCAS impliqué dans les deux crashs mortels survenus ces derniers mois, a précisé l'avionneur américain sans donner davantage de précision sur la nature du dysfonctionnement découvert. "Nous avons identifié un aspect du logiciel, sans lien avec le MCAS, qui sera également traité dans le cadre de la mise à jour du logiciel", a déclaré le groupe en évoquant "un sujet relativement mineur".

Le géant aéronautique a présenté la semaine dernière une première révision de son système anti-décrochage, mais le régulateur américain de l'aviation, la FAA, a demandé au groupe de revoir sa copie "pour s'assurer que toutes les questions pertinentes ont été identifiées et réglées".

La révision du logiciel sera menée à bien "dans les prochaines semaines" et soumise aux autorités américaines, a indiqué Boeing.

........................................................................................................................................................................................

ceci laisserait donc entendre que l'homologation des instruments critiques du 737 Max est à refaire en totalité

  
Répondre

Forum de discussion Boeing

201910182215 682728
Ma liste