OK
Accueil  > Communauté   > Forum CAC 40

Delevoye souhaite que le cumul emploi-retraite permette de gagner des

Cours temps réel: 5 837,25  -0,59%

PX1


Dubaisan
24/03/2019 20:23:35
0

Quel rapport avec la SS Agirc et Arcoo? Il faut expliquer.

  
Répondre
HD-MAICO
24/03/2019 19:32:25
0

Sauf quand le fond qui gère la retraite met la clefs sous la porte.


  
Répondre
Dubaisan
24/03/2019 19:27:36
0

Il me semblait que la retraite SS comme les complémentaires Agirc et Arrco étaient plafonnées???

Donc les PDG sont aussi soumis à ces plafonds. Acquérir des points n’augmenterait pas d’un centime leur retraite, puisque déjà au plafond.

Par contre les retraites personnelles et par capitalisation, c’est autre chose mais ça n’a rien à voir avec les retraites des régimes ci-dessus.

  
Répondre
melise
24/03/2019 16:37:48
2
hormis pour les petits retraites moins de 1200 euros comment peut on admettre que l'on puisse cumuler emploi et retraite avec 4 millions de chômeurs dont les plus couteux son celles de cadres supérieurs pour reconnaissance de leur apport dans l'entreprise. On ne doit pas pouvoir percevoir une retraite compléte si l'on continue à exercer une activité rémunérée soit comme salarié soit comme indépendant (consultant).
La liberté de travailler "oui" mais pas d'exploiter des systèmes sociaux (j'ai un exemple d'un PDG d'un grand groupe qui s'est reconverti comme consultant de son ancienne entreprise et bien sûr tous nos élus qui cumulent mandat et retraite.
  
Répondre
melise
24/03/2019 16:37:48
0

Jean-Paul Delevoye, haut commissaire à la réforme des retraites, le 11 mai 2017 à Paris (AFP/Archives/Eric FEFERBERG)

Le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, souhaite "assouplir" le dispositif de cumul emploi-retraite afin de "permettre" aux retraités qui travaillent "d'obtenir des points supplémentaires", explique-t-il dans un entretien au Journal du Dimanche.

"Ceux qui ont choisi de percevoir leur retraite tout en continuant à travailler n'acquièrent aujourd'hui aucun droit nouveau. Nous réfléchirons avec les partenaires sociaux aux conditions dans lesquelles la reprise d'activité pourrait permettre d'obtenir des points supplémentaires (...) Les dispositifs de cumul emploi-retraite et de retraite progressive sont trop peu utilisés car très encadrés. Nous souhaitons donc les assouplir", déclare M. Delevoye au JDD.

Le haut-commissaire veut également que les stages "soient porteurs de droits, ce qui n'est pas suffisamment le cas à l'heure actuelle".

Revenant sur la question de l'âge légal minimum de départ à la retraite, actuellement fixé à 62 ans, M. Delevoye assure qu'"il n'y a pas de loup" et réaffirme que cet âge sera maintenu, c'est même "une certitude".

"Nous n'avançons pas masqués (...) Conformément aux engagements pris par le président et le Premier ministre le 10 octobre dernier, la réforme engagée repose sur un âge légal minimum de départ à la retraite à 62 ans dans le nouveau système universel", souligne-t-il.

Interrogé sur l'indexation des pensions sur les salaires et non plus sur l'inflation, le haut-commissaire considère que "si les points sont acquis grâce au salaire, ils doivent à (s)on avis évoluer comme les salaires". Mais "les pensions, elles, peuvent évoluer comme l'inflation pour garantir leur pouvoir d'achat ou comme les salaires si on veut partager les fruits de la croissance. C'est une question très politique, qui n'est pas tranchée aujourd'hui", indique-t-il.

Concernant le calendrier de la réforme, "nous nous donnerons au moins cinq ans de préparation entre le moment où la loi sera votée et l'entrée en vigueur du nouveau système", note M. Delevoye.

"Nous terminons le cycle des discussions le 6  mai. Nous serons prêts à remettre nos propositions début juin", précise-t-il. "Mais je suis attentif aux expressions citoyennes nées du grand débat. Si le gouvernement estime qu'il y a des urgences législatives pour y répondre, le calendrier pourrait être décalé."

© 2019 AFP

  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201903242023 685245
Ma liste