Comment une société normande veut faire rouler une voiture avec de l'a
OK
Accueil  > Communauté   > Forum General

Comment une société normande veut faire rouler une voiture avec de l'a



Ribo
22/04/2019 11:29:22
1

@ALEZE

► en faisant une recherche (bouton à droite de 'liste de valeurs') en tapant 'Forum+hydrogène', tu aurais pu voir qu'il y a déjà des files sur le sujet spécifique de l'hydrogène. Poster est très bien, j'apprécie le partage, mais il ne faut pas céder à la facilité... cette file parle d'air comprimé (sans jeu de mot ).

https://www.abcbourse.com/forums/msg670707_energies-futures-l-hydrogene.aspx

  
Répondre
Dubaisan
15/04/2019 15:57:43
0

Oui, encore que l'on maitrise bien les technologies dans ces niveaux de pression. Il me semble que certaines bouteilles de plongée sous-marines vont jusqu' à 400 bars. Il n'empêche, ça revient a se prendre en pleine poire une colonne d'eau d'1m2 de section sur une hauteur de 4 km… ça fait très mal !!!

  
Répondre
dood
15/04/2019 15:32:33
0

Gare aux tunnels : imaginez un peu l'effet "canon" d'une défaillance d'un réservoir d'air compressé à plusieurs centaines de bar dans un milieu fermé !

  
Répondre
Dubaisan
15/04/2019 15:18:15
1

Oui Coco 85, parfaitement exact!

A 200 bars c'est totalement insuffisant pour faire avancer un tel véhicule sauf à ce que son poids n'excède pas les 200 Kg et qu'il soit équipé de pneus genre ceux de mobylette pour minimiser les pertes dues aux frottements sur le sol.

On peut lire également : « Ce dispositif produit de l'air très froid, dans une température comprise entre - 75° et -100° Celsius. ». C’est exactement le contraire ! Quand vous comprimez un gaz, vous le réchauffez.

Au début j'avais réagi comme vous, c'est du n'importe quoi !!!

Puis en relisant " ce dispositif produit…." je me suis demandé s'il ne voulait pas signifier que dans la phase de détente, le refroidissement inhérent à la détente était utilisable par ou pour des groupes frigorifiques. Ok mais quel intérêt…même utilisé pour la clim de la bagnole, il y aurait intérêt en plein été, à être couvert comme si on était au Pole Sud en pleine tempête.!!!

De plus si l'air comprimé admis dans le cylindre vient à rencontrer de l'air à pression, température et humidité standards ...ben va y avoir instantanément formation de cristaux de glace dans le cylindre.... Au bout de 10 tours, bonjour les dégâts…et puis j'aimerais bien voir à l'interface entre soupapes et cylindres ce qui va se passer, mais à mon avis la formation instantanée de glace va empêcher les soupapes de se refermer….avec formation de glace dans tout le système, jusqu'au bout de l'échappement puisqu'il y aura une mise à l'air libre. Sauf à prévoir des résistances pour chauffer tout le moteur...

Enfin passer d'un 4 temps à un 2 temps apportera un plus de puissance, certes, mais consommera également beaucoup plus.

Enfin, c'est marrant ce truc...j'aimerais vraiment voir comment ça marche.

  
Répondre
Coco85
15/04/2019 14:28:22
3

Dubaisan a fort bien indiqué les problèmes de production d’air comprimé.


Parlons maintenant du véhicule.

On peut lire dans l’article : « Actuellement, il faudrait un mètre cube d’air comprimé à 400 bars pour faire 100 km à une vitesse comprise entre 50 et 100 km/h".

Savez-vous quel serait le poids d’un réservoir de 1 mètre cube d’air comprimé à 400 bars ?

La masse volumique de l’air (c’est à dire le poids d’un mètre cube à 1 bar de pression) est de 1,225 kg. Donc, comprimé à 400 bars, l’air embarqué pèserait 490 kg.

Quand vous aurez utilisé la moitié de l’air embarqué, la pression sera descendue à 200 bars. Cela me semble déjà un peu juste pour faire tourner le moteur.


On peut lire également : « Ce dispositif produit de l'air très froid, dans une température comprise entre - 75° et -100° Celsius. ». C’est exactement le contraire ! Quand vous comprimez un gaz, vous le réchauffez.


Au sujet du moteur :

« Une batterie est néanmoins toujours nécessaire pour démarrer le moteur et ... »

Totalement faux !

En fait, ce moteur existe depuis fort longtemps. C’est tout simplement le moteur à vapeur dans lequel on injecterait de l’air comprimé plutôt que de la vapeur sous pression. On n’a jamais vu de démarreur dans nos vieilles locomotives d’autrefois !

Pour un moteur à 4 cylindres, il suffit de monter un vilebrequin à 4 manetons décalés de 90 degrés. Il y aura toujours un cylindre en ‘temps moteur’ sur les 4. L’injection d’air fera démarrer le moteur équipé d’un arbre à came qui ouvre la soupape d’admission de ce cylindre en ‘temps moteur’.


« Déjà 8 millions d'euros ont été investis dans ce prototype... »

Que de fric foutu en l’air pour cette connerie !

Les responsables de la Région Normandie auraient fait des économies en s’adressant pour avis à des ingénieurs qualifiés en mécanique des fluides et en motorisation.

  
Répondre
ALEZE
15/04/2019 13:15:07
1

merci pour vos participations .....

  
Répondre
Ribo
15/04/2019 12:47:30
0

Rien de nouveau... sous le soleil !

https://www.automobile-propre.com/guy-negre-mort-inventeur-voiture-air-comprime/

http://www.univers-nature.com/actualite/voiture-a-air-comprime-le-dg-suicide-bloquera-t-il-la-commercialisation-65477.html

https://lesmoutonsenrages.fr/2012/06/29/tata-motors-en-inde-la-voiture-a-air/


Moi je propose la voiture à pédales en souvenir de celle que j'avais enfant...


Message complété le 15/04/2019 14:38:35 par son auteur.

C'est bien de signaler des virus, mais si tu disais où, l'information serait bien utile (d'autant que je n'ai plus d'antivirus)

  
Répondre
Dubaisan
15/04/2019 12:38:00
2

"Dans le détail, cette technologie utilise des panneaux photovoltaïques qui alimentent un générateur, lequel fait fonctionner un compresseur captant l'air ambiant pour le comprimer et le stocker ensuite dans des bonbonnes".

Moi, il y a quelque chose qui m'échappe. Encore une fois il y a des lois de la thermodynamique qui disent que l'on ne peut pas utiliser plus d'énergie que l'on en a créée...et pis, la densité énergétique de l'air même à 300 bars (0.5MJ/kg ou 0.2MJ/L), c'est pas terrible ! Pour rappel 1 litre d'essence c'est….(47.2MJ/kg ou 34MJ/L) c'est à dire, en gros 94 fois plus d'énergie en poids ou 170 fois plus en volume.

Si j'en croie, le détail ci-dessus et connaissant un petit peu les rendements des divers éléments du système, j'imagine qu'avec 1 ha de panneaux photovoltaïques et ou des bons poumons, ça peut peut-être rouler….

Plus sérieusement, ce qui n'est pas dit, c'est qu'il faudra très certainement remplir la bonbonne d'air comprimé au minimum au pied d'un compresseur alimenté en électricité par une "station" photovoltaique ou au pied d'une éolienne puissante. Quand aux rendements mêmes de ce moteur, je demande à voir...

Bref c'est un moteur qui ne fera que comme les autres … consommer.

Message complété le 15/04/2019 12:46:24 par son auteur.

Comme le souligne Coco 85, cet article est plein d'incohérences techniques!!!

Message complété le 15/04/2019 12:48:58 par son auteur.

Lien "www.anthosairpower.com" inaccessible ???

  
Répondre
Coco85
15/04/2019 11:46:59
2

Merci ALEZE de nous faire part de cette merveilleuse invention !

C’est épatant, car en cas de ‘panna sèche’ il suffira de souffler dans le réservoir pour pouvoir continuer sa route.

Evidemment, il faut avoir de bons poumons !


P.S. Cet article est bourré d’erreurs techniques.

  
Répondre
ALEZE
14/04/2019 19:51:02
1

une autre photo

Message complété le 14/04/2019 19:56:53 par son auteur.

si cette boite était coté je serai rentrer directe ....

  
Répondre
ALEZE
14/04/2019 19:49:43
0
ALEZE
14/04/2019 19:23:44
3



Thomas Chenel

11 Avr 2019, 13:43

Tech

1 656

Unsplash/Alexander Popov

Voici une invention qui pourrait bien révolutionner le secteur automobile. A Saint-Etienne-du-Rouvray, en Normandie, l'entreprise Anthos Air Power a mis au point un moteur n'utilisant ni essence ni diesel, mais de l'air comprimé, selon le quotidien Paris Normandie. De quoi faire rouler des voitures en rejetant uniquement de l'air, sans gaz polluants. Dans le détail, cette technologie utilise des panneaux photovoltaïques qui alimentent un générateur, lequel fait fonctionner un compresseur captant l'air ambiant pour le comprimer et le stocker ensuite dans des bonbonnes.



Thomas Chenel

11 Avr 2019, 13:43

Tech

1 656

Unsplash/Alexander Popov

Voici une invention qui pourrait bien révolutionner le secteur automobile. A Saint-Etienne-du-Rouvray, en Normandie, l'entreprise Anthos Air Power a mis au point un moteur n'utilisant ni essence ni diesel, mais de l'air comprimé, selon le quotidien Paris Normandie. De quoi faire rouler des voitures en rejetant uniquement de l'air, sans gaz polluants. Dans le détail, cette technologie utilise des panneaux photovoltaïques qui alimentent un générateur, lequel fait fonctionner un compresseur captant l'air ambiant pour le comprimer et le stocker ensuite dans des bonbonnes.

Ce dispositif produit de l'air très froid, dans une température comprise entre - 75° et -100° Celsius. Cet air froid pourrait par exemple être réutilisé "en circuit fermé pour les camions frigorifiques", soulignent les dirigeants d'Anthos Air Power. De plus, cette technologie présente l'avantage de ne pas avoir à modifier en profondeur les moteurs existants. "La différence avec ce qui a pu être fait auparavant, c'est que nous n'avons pas créé un moteur spécifique pour notre technologie. Nous avons adapté ceux qui existent déjà", explique à Paris Normandie le Québécois Pierre Villeneuve, PDG d'Anthos Air Power.

Nous changeons le vilebrequin pour passer d'un quatre temps à un deux temps, nous changeons le haut du moteur, il n'y a plus d'allumage, plus de circuit d'eau...", ajoute Pascal Chédeville, directeur du site du Madrillet, à Saint-Etienne-du-Rouvray. Une batterie est néanmoins toujours nécessaire pour démarrer le moteur et permettre aux feux et clignotants de fonctionner. L'ouverture du réservoir doit par ailleurs être remplacée par une buse (tuyau) pour connecter le chargeur d'air comprimé. Et une volumineuse bonbonne d'air comprimé prend la place du réservoir classique.

C'est là la limite de cette nouvelle technologie. "Actuellement, il faudrait un mètre cube d’air comprimé à 400 bars pour faire 100 km à une vitesse comprise entre 50 et 100 km/h", reconnaît Pascal Chédeville. D'où l'idée de commencer d'abord par équiper les transports en commun, offrant de la place pour le réservoir. "Notre ambition est de faire rouler un premier bus à air comprimé dans les trente mois dans l'agglomération de Rouen", précise Pierre Villeneuve.

Déjà 8 millions d'euros ont été investis dans ce prototype pour rouler sans polluer, dont de l'argent publique provenant de la Région Normandie.

  
Répondre

Forum de discussion General

201904221129 689588
Ma liste