OK
Accueil  > Communauté   > Forum CAC 40

Brexit : l'opposition britannique s'entend pour tenter d'empêcher un "

Cours temps réel: 4 933,34  0,90%

PX1


simcour
28/08/2019 18:01:41
1

@jipes Merci pour tes encouragements !

Dans mon cas ce serait une première installation à l'étranger et la première fois que je vis hors du foyer familial et j'ai donc des appréhensions qui font que je ne me lancerait pas dans un tel projet.


Je suis de ceux n'aimant pas l'incertitude parce que tout ce que j'entreprends est programmé.

Je suis le genre d'homme qui vérifie plusieurs fois le trajet sur Google Steetview ainsi que l'itinéraire en transport en commun pour aller dans un lieu inconnu histoire de ne pas me tromper.

Je me souviens en particulier d'avoir vérifier plus de cinq fois des itinéraires en transport en commun et des trajets sur Google Streetview pour me rendre sur des lieux de missions type "Client mystère" (Dire que mon expérience pro se limite à ce genre de missions).


Client mystère , c'est quoi ce machin ? https://fr.wikipedia.org/wiki/Client_myst%C3%A8re





@Luncyan Je ne suis pas sûr d'avoir saisi le sens de ton message. Veux-tu me dire que tu me conseille d'attendre deux ans après le Brexit pour y venir mais que je risque de rater des opportunités ?

Pourquoi dis tu qu'une crise dure en général deux ans ?




@whatelse Le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord n'a pas de constitutions à proprement parler puisque sa constitution n'est pas un texte unique mais un ensemble de texte susceptible d'être modifié.

Plus d'infos sur la version de Wikipédia en langue française : https://fr.wikipedia.org/wiki/Constitution_du_Royaume-Uni

Plus d'infos sur la version de Wikipédia en langue anglaise : https://en.wikipedia.org/wiki/Constitution_of_the_United_Kingdom



@gars d'ain & jipes & whatelse Que nous le voulons ou non une démocratie parfaite n'existera jamais et il y a pleins de manière de classer les États et chacune de ces manières est subjectives.


Au lieu de classer en État démocratique et État non démocratique.

On peut classer les États par le type de régime politique tel qu'il est définis selon les lois du pays (Il peut y avoir de grandes différences entre la théorie et la pratique).

Par exemple notre France est une "République Constitutionnelle Unitaire Semi-Présidentielle" tandis que notre voisin Belge a une "Monarchie Constitutionnelle Fédérale Parlementaire" et notre voisin Britannique a une "Monarchie Constitutionnelle Unitaire Parlementaire".


Il existe même un "Indice de démocratie" (Democracy index) produit par "The Economist Group" un groupe de presse Britannique.

Wikipédia explique en détail en quoi consiste cette indice : https://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_d%C3%A9mocratie


Il y a plein d'indice de libertés existant et tous n'ont pas les même résultats parce que chacun d'entre-eux a un fonctionnement différent.

Plus d'infos sur la version anglophone de Wikipédia : https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_freedom_indices


Chaque pays à son propre fonctionnement qui s'inscrit dans son histoire nationale.

Chaque pays est une pièce unique de l'histoire malgré les similitudes.

Chaque régime politique est une pièce unique de l'histoire malgré les similitudes.

Chaque régime politique s'inscrit dans un contexte social , économique , historique , géopolitique , militaire etc... et c'est ce qui les rends unique.

Quand un régime politique disparaît le pays concerné peut avoir un autre régime politique qui lui succède , donner naissance à d'autres pays , fusionner avec d'autres pays etc...

Il reste toujours des traces des régimes ayant précédé les autres. Par exemple en France notre code civil à était mis en place durant la première République (1792-1804) mais malgré la dizaine de régimes politiques s'étant succédé et les nombreuses modifications du code civil ce code juridique est toujours là.

Un député , sénateur , secrétaire d'État , ministre , président de la République etc... ne doit jamais oublier que l'histoire populaire ne se souviendra peut-être pas de lui mais que ses actions auront des conséquences sur le futur à long terme qui le veuille ou non. Un politicien ne doit jamais oublier qu'il soit connu ou inconnu de la majorité de ses contemporains qu'il laissera une trace aussi petite soit t'elle dans l'histoire.

  
Répondre
jipes
28/08/2019 15:25:14
2

Salut whatelse,


Ne dis pas ça. Et qu'a t'on fait en France, avec Messieurs Sarkozy et Hollande qui se sont unis pour passer sur le vote des Français sur le Traité de Lisbonne au nom d'une démocratie représentative (un terme qui ne veut rien dire au vu de la façon sont menées les législatives et qui a entubé un grand nombre de nos concitoyens) ?

Est-ce que tu as réagi sur ce qui s'est passé dans notre pays ou comme CRI, t'es-tu gargarisé de la manière dont on a étouffé la volonté des Français ?

  
Répondre
whatelse
28/08/2019 15:17:19
0

bonjour jipes,


Franchement, ta réponse me peine. Étouffer la démocratie, même si c'est dans leur constitution, c'est tout petit.

  
Répondre
gars d'ain
28/08/2019 15:14:22
0

A priori, selon une spécialiste interviewée au journal de 13 H de France Inter, il en a techniquement les moyens de par la constitution britannique. Par contre, même si la reine n'a pas ouvertement son mot à dire, elle devrait lui signaler sa façon de voir les choses nettement contraires.

Et c'est effectivement considéré comme parfaitement anti-démocratique : le but étant d'étouffer toute possibilité de départ négocié de l'UE...


Pitoyable et affligeant, à la solde de Trump et consort, ...


: (

  
Répondre
jipes
28/08/2019 15:09:50
0

Pourquoi ne le serait-ce pas si cela a été légiféré ?

  
Répondre
whatelse
28/08/2019 15:06:30
1

Suspendre le parlement; est-ce bien démocratique ?

  
Répondre
Luncyan
28/08/2019 13:37:41
2

Quelquesoit les crises en general ça dure pas plus de 2 ans.

2 ans c’est bien assez pour laisser voir passer la plaie avant de se tirer en angleterre. Mais venir apres la fete c’est peut etre rater de belles opportunités :)

  
Répondre
jipes
28/08/2019 13:25:00
0

@ simcour,


Tu as 25 ans et la vie devant toi. Alors fonce et évite d'avancer avec le frein à main tiré vers le haut !

Tu as l'intention d'aller en Grande-Bretagne, vas-y. Tu ouvres une porte pour ton avenir professionnel et ensuite, quoi qu'il se passe, tu en ouvriras une autre puis encore une autre. C'est mon naturel optimiste qui me pousse à te parler de la sorte. Evite de réfléchir trop longtemps.

Pour ce qui est des conséquences du Brexit, ne te mets pas martel en tête. Les Britanniques retrouveront leur souveraineté (facile à dire puisqu'ils ont déjà leur Reine) avec ses avantages et ses inconvénients. Seul l'avenir nous l'apprendra.

  
Répondre
gars d'ain
28/08/2019 12:30:15
2

Tout est fait actuellement par Trump pour soutenir et dynamiter le croissance européennenne en appuyant sur le maillon faible GB afin de reporter aux calanques grecques la possibilité pour l'Europe d'obtenir une part du PIB mondial supérieure au PIB US qui signifirait la fin de la suprématie du dollar sur l'environnement économique mondial et aussi pour l'Europe (UE) de pouvoir s'affranchir du dollar pour payer le pétrole par exemple...


J'avais déjà posté à ce sujet fin juin, début juillet.


Et ça prend tout son sens actuellement...

: (

  
Répondre
simcour
28/08/2019 12:22:42
0

@jipes Nul ne sait véritablement que seront concrètement les conséquences du Brexit et en conséquent nous ne pouvons pas savoir avec certitude si le Royaume-Uni se portera mieux ou pire après avoir appuyer sur le bouton Brexit.

Mais je penche plutôt vers l'hypothèse que ce sera la cata.

Sais-tu que Brexit = du changements ?


Voici un changement qui ne sera pas sans conséquences des deux côtés.

Quand ils sortiront. Les Britanniques n'auront logiquement plus accès à ECRIS (European Criminal Records Information System / Système d'information européen sur les casiers judiciaires) et ça signifie que les échanges de casiers judiciaires seront plus long entre les États membres de l'UE et le RU sauf accord spécifique pour rester dans ECRIS ou si le RU a des accords avec certains membres pour échanger des casiers avec eux de manière bilatérale.

Il faut savoir qu'en France il existe des structures accueillant des mineurs on l'on vérifie le casier judiciaire en France de ceux qu'on recrute après leur recrutement mais pas avant (J'ai vu un documentaire à la TV qui en parle).


Je te laisse imaginer les conséquences potentielles si on recrutait un violeur d'enfant déjà condamné au RU avant le Brexit citoyen d'un pays n'ayant pas d'accord d'échange automatique de casier judiciaire avec la France et le RU pour lequel on ignore qu'il a déjà vécu au RU.

Si c'est un Français condamné au RU avant le Brexit on le saura vite puisque les condamnations dans un pays de l'UE ou dans l'un des plus de 70 pays avec lequel la France à un accord sont inscrites dans le casier judiciaire Français sous certaines conditions.

Si c'est un étranger condamné au RU avant le Brexit citoyen d'un pays membre de l'UE ou d'un pays ayant un accord avec le RU et la France on pourra apprendre sa condamnation au RU mais si le pays d'où il vient n'a pas d'échange de casier judiciaire automatique avec le RU et qu'on ignore qu'il a déjà vécu là-bas on risque de ne jamais le savoir.

Si c'est un type condamné au RU après le Brexit qui est citoyen d'un pays n'ayant pas d'accord échange automatique de casier judiciaire avec la France ou le RU et qu'on ignore qu'il a déjà vécu au RU. On risque de ne jamais apprendre sa condamnation pour "Viol d'Enfant" au RU.


Si ça devient plus long pour accéder aux données contenu dans les casiers judiciaires britanniques ça signifie que ce sera plus long aussi de leurs côtés pour accéder à ceux des pays membres de l'UE à moins que le RU ait des accords avec tout les pays de l'UE qui pourront remplacer ECRIS ou un accord spécial pour rester dans ECRIS.


Les autorités Britanniques risque de ne plus avoir accès au SIS (Système d'Information Schengen) si le Brexit est effectif à moins qu'il y est un accord.

  
Répondre
jipes
28/08/2019 08:59:50
1

Salut simcour,


Concernant les Britanniques, je pense qu'il y a un grand nombre de contestataires qui n'ont pas accepté le résultat du référendum sur le Brexit et, comme dans chaque pays dont le nôtre, on y trouve un nombre important d'adversaire de la démocratie.

Le Brexit se fera car, si on le repousse indéfiniment, lors de prochaines élections, c'est Nigel Farage qui deviendra le leadership de la classe politique britannique et, à mon avis, la plupart des Anglais n'en veulent pas.

Johnson a les clefs en main pour le réussir et la Grande-Bretagne s'en portera mieux.

  
Répondre
simcour
27/08/2019 22:04:44
0

J'ai l'impression qu'on est en train d'assister à une sorte de mise en scène qui sera le report du Brexit prévu le jeudi 31 octobre 2019 qui sera éventuellement accepté puis éventuellement une autre demande de report pour mettre en place un nouveau référendum.

Il a déjà était reporté deux fois puisque initialement il aurait dû avoir lieu le vendredi 29 mars 2019 puis le vendredi 12 avril 2019 et enfin à la date du 31/10/2019.

Je soupçonne depuis le début que le but final est de mettre en place un nouveau référendum mais qu'ils ne veulent pas le dire publiquement à moins qu'ils veulent prolonger indéfiniment jusqu'à faire accepter dans leurs opinions publiques qu'ils ne veulent pas de sortie.


Si ils quittent l'Union Européenne et qu'ils veulent un jour revenir.

Ils seront obligé d'adapter l'Euro un moment ou un autre parce que les nouveaux candidats sont obligé d'adopter l'Euro un moment ou un autre.

Le RU bénéficie d'une dérogation pour ne pas rejoindre la zone Euro mais ne pourra pas en bénéficier de nouveau si elle retourne dans l'UE après l'avoir quitté.

Le Danemark a aussi une dérogation.


À lire : https://fr.wikipedia.org/wiki/Zone_euro#Pays_de_l'Union_%C3%A9conomique_et_mon%C3%A9taire_non_membres_de_la_zone_euro






Quand je vois tout ça. Je me demande si à la fin ils ne vont pas décider de rester dans l'Union Européenne.

J'ai l'impression d'assister à une pièce de théâtre depuis 3 ans.

Depuis le début je me demande si ils font semblant de vouloir sortir pour des raisons de politiques intérieurs alors qu'ils ne le veulent pas en réalité.


Peut-être qu'ils veulent sortir avec un meilleur accord mais en apparence l'UE n'est pas prête de renégocier (Une bonne partie de ces négociations sont secrète et en conséquent nous citoyens moyens de l'UE ne savons pas ce qui se passe vraiment et devons nous contenter de ce qui est rapporté par les médias) et ça risque de finir par une sortie sans accord si ils refusent de rester à moins qu'on leur donne encore un délai supplémentaire mais çà peut durer des décennies si on continue encore à leur donner des délais supplémentaires.


Dire que j'ai comme projet éventuel d'aller travailler quelque temps au Royaume-Uni ou ailleurs dans l'Espace Économique Européen (Les 28 de l'UE + Islande , Liechtenstein , Norvège) via une agence de placement pour avoir de l'expérience pro en ayant quasiment aucune et voyant que j'ai 25 ans et qu'au vu de mon niveau de formation je peux rêver pour travailler en France mais qu'il y a des lieux à l'étranger où c'est plus ouvert.


J'attends depuis longtemps la résolution du problème du Brexit parce que si j'allais au Royaume-Uni et qu'entre-temps il y a le Brexit il y aura une incertitude sur mon statut et que je doute que je remplisse les conditions pour avoir un visa si il en faudra un (Peut-être que les citoyens de l'UE auront un statut spécial où qu'il y aura une période de transition soit que les citoyens de l'UE arrivé avant le Brexit n'auront pas le même statuts que les citoyens de l'UE arrivé après) vu que je serais parmi les derniers arrivés et que j'ai de faibles qualifications.

Je n'ai pas envie de devenir un immigré illégal à cause d'une erreur de ma part tel ne pas avoir transmis le dossier dans les temps ou avoir mal remplis le dossier.

Je n'ai pas envie de prendre le risque d'avoir droit à un "Administrative Removal" qui est un terme signifiant "Renvoi administratif" qui est semblable à une OQTF (Obligation de quitter le territoire Français).






À tout ceux me disant de partir je leur dit les mots suivants.

Merci pour les encouragements.

Partir maintenant au Royaume-Unis est une idée intéressante mais si ils sortent en octobre 2019 (Je pense qu'ils vont trouver un truc pour ne pas sortir en octobre mais on ne sait jamais) j'y aurais passé 2 mois et devrait éventuellement partir.

Un déménagement ça se prépare et encore plus quand c'est dans un autre pays.

Toujours prendre en compte son futur statut migratoire quand on part dans un autre pays vu que chaque pays à ses règles et que les règles dépendent de notre nationalité.


Je peux prendre comme exemple la France où les règles pour l'installation des Étrangers ne sont pas les même selon que vous soyez citoyens d'un État membre de l'EEE ou d'un pays non membre de l'EEE.

Pour ceux venant de pays non membre de l'EEE les règles varient selon la nationalité de l'individu puisque il peut y avoir éventuellement un accord bilatéral réglementant le séjour , circulation et travail sur le territoire Français pour les individus de tel nationalité.

Si il n'y a pas d'accord bilatéral avec le pays du ressortissant d'un pays non membre de l'EEE c'est le régime générale qui s'applique.


Je pense qu'il ne faut pas jouer avec les règles migratoires d'un pays au vu des conséquences éventuelles.

Il existe des pays pouvant refuser l'entrée à ceux ayant violé les lois d'un autre pays que le leurs relative à la migration.


Je pense qu'il faut prendre en compte la situation d'un pays avant de s'y installer quand ça peut nous toucher personnellement.

Par exemple on ne va pas dans un pays où il y a une incertitude sur notre futur statut migratoire histoire d'éviter de ne pas être en règle.

Si on a des jeux vidéos , films , livres ou autres produits culturels qu'on veut importer dans un pays pour son usage personnel on s'assure qu'il est légal de les importer pour son usage perso. (Par exemple la pornographie tel qu'on le conçoit en Occident est interdite d'importation dans la plupart des pays Musulmans. Certains types de pornographie autorisé dans certains pays Occidentaux sont interdit dans d'autres pays Occidentaux et je peux citer comme exemple le Royaume-Unis qui interdit les vidéos pornos de viol simulé semblant réaliste tandis que c'est légal en France et le Canada qui interdit la pédopornographie écrite sous forme de Roman tandis que c'est légal en France. Des jeux vidéos légaux en France sont interdit à l'étranger et dans certains cas ça peut théoriquement finir au tribunal).

On ne va pas dans un lieu en guerre parce que ce n'est pas un jeu.

Si on veut entrer dans un pays avec de l'argent liquide on se renseigne pour savoir si l'exportation de la monnaie nationale de ce pays n'est pas illégal.

Si on doit prendre un traitement médicamenteux. On se renseigne pour savoir si les médicaments en question ne sont pas interdit à l'importation dans le pays.

Tout ça pour dire qu'il faut s'adapter selon sa situation avant de partir pour bien respecter la législation et réglementation de l'autre pays ainsi qu'assurer sa sécurité personnelle.

  
Répondre
mimiamat
27/08/2019 20:03:41
0
tout cela ne sert plus a rien avec les accords du Ceta , du mercotour, toute l industrie francaise que l on a laissé partir en chine entre autre depuis un demi siècle maintenant
  
Répondre
mimiamat
27/08/2019 20:03:42
0

Le leader du parti travailliste Jeremy Corbyn le 27 août 2019 à Londres, au Royaume-Uni (AFP/Daniel LEAL-OLIVAS)

Les partis d'opposition britanniques se sont dits déterminés mardi à contrecarrer d'urgence un Brexit sans accord le 31 octobre, tandis que le Parti du Brexit de Nigel Farage a menacé le Premier ministre Boris Johnson de torpillage électoral s'il ne rompait pas brutalement avec l'UE.

Les chefs de file des partis d'opposition ont eu une réunion "productive" destinée à bloquer un Brexit sans accord qui serait "désastreux", selon un communiqué commun diffusé à l'issue de la rencontre.

"Les participants se sont accordés sur l'urgence d'agir ensemble pour trouver des moyens pratiques d'éviter une absence d'accord, dont la possibilité de voter une loi et la défiance" contre le gouvernement, ont ajouté le Labour, le Parti national écossais (SNP), les libéraux-démocrates, le Plaid Cymru (Pays de Galles), les Verts et le Groupe indépendant pour le changement.

Cette annonce a fait grimper la livre sterling. Vers 15H00 GMT (17H00 à Paris), elle augmentait d'environ 0,50% à 90,44 pence pour un euro et à 1,2277 dollar pour une livre.

Boris Johnson ne dispose que d'une majorité d'une voix au Parlement et il n'a pas écarté la possibilité de suspendre l'assemblée pour empêcher les députés de bloquer un "no deal".

Pour marquer leur opposition à une telle suspension, des députés ont organisé une autre rencontre mardi au Parlement.

"Toute tentative d'empêcher le Parlement de siéger, pour imposer un Brexit sans accord, se heurtera à une résistance démocratique forte et générale", ont prévenu dans une déclaration commune les députés. Parmi ces députés -- au nombre de 160 selon le travailliste Stephen Doughty -- figurent des poids lourds de l'opposition comme le travailliste John McDonnell ou la cheffe du parti libéral-démocrate Jo Swinson.

"Suspendre le Parlement à un moment aussi crucial pour notre pays constituerait une offense à la démocratie et une crise constitutionnelle historique", ont-ils insisté.

- "Seul accord acceptable" -

Boris Johnson veut à tout prix quitter l'UE, avec ou sans accord de divorce, une position qui divise profondément le Royaume-Uni, jusque dans son camp conservateur, dont une partie souhaite le maintien de liens étroits avec le club européen. Une césure brutale fait craindre des pénuries alimentaires, de carburant et de médicaments, ainsi que le rétablissement de droits de douane.

Londres et l'UE s'opposent sur le sort de la future frontière irlandaise, qui séparera le Royaume-Uni du marché unique européen, tout en se disant prêts à en discuter.

M. Johnson devait s'entretenir au téléphone mardi avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et il a dépêché son conseiller David Frost à Bruxelles pour des discussions mercredi, selon une porte-parole de l'exécutif européen, Mina Andreeva.

De son côté, le Parti du Brexit, emmené par l'eurodéputé europhobe Nigel Farage, s'est mis en ordre de bataille en présentant mardi ses candidats à d'éventuelles élections législatives anticipées, un scénario de plus en plus évoqué.

"Le +no deal+ est le meilleur accord, le seul accord acceptable", a lancé M. Farage, une figure clé de la campagne référendaire sur le Brexit en 2016, applaudi par plus de 500 candidats potentiels à Londres. Il a souligné que lui-même se présenterait aussi.

Son parti, arrivé en tête des élections européennes en mai, a promis de disputer tous les sièges détenus par les Tories si Boris Johnson faisait un compromis avec Bruxelles.

- Le "joug de Trump" -

A l'opposé, le Labour, la principale formation de l'opposition, fera "tout ce qui est nécessaire" pour empêcher un "no deal", avait prévenu Jeremy Corbyn avant la réunion dans le journal The Independent.

Il avait également mis en garde contre les risques d'un "no deal" favorable au président américain Donald Trump qui, ardent défenseur d'un Brexit sans concession, a promis à M. Johnson "un très grand accord commercial, rapidement" après le retrait. Une sortie de l'UE sans accord "ne nous rendra pas notre souveraineté, cela nous mettra sous le joug de Trump et des grosses entreprises américaines", s'était inquiété Jeremy Corbyn.

Selon lui, des élections anticipées seraient le meilleur moyen de contrecarrer un Brexit sans parachute. Les travaillistes feraient alors campagne pour un nouveau référendum sur l'appartenance à l'UE.

Les Britanniques ont voté en 2016 à 52% en faveur d'un divorce avec l'UE, mais sa date a été déjà repoussée deux fois faute d'approbation au Parlement britannique des conditions de sa mise en oeuvre.

© 2019 AFP

  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201908281801 710107
Ma liste