OK
Accueil > Communauté > Forum CAC 40

Un gouvernement Corbyn, perspective qui fait trembler les milieux d'af

Cours temps réel: 4 729,66  -0,69%

PX1


simcour
05/09/2019 17:55:04
0

En parlant de numérique je crois que nous avons oublier de parler dans cette file d'un problème avec le numérique qui est d'une extrême importance.

Ce problème est la sécurité informatique.


En pensant au futur du numérique je pense à ces machins inutiles qui sont les objets connectés qui ont la particularité d'être plus vulnérable qu'un ordinateur , téléphone mobile ou tablette.

Dire que la majorité des concepteurs ne font pas attention à la sécurité et que la majorité des utilisateurs prennent des risques sans réfléchir.

Avons-nous vraiment besoin d'une enceinte connecté ? Est-ce vraiment nécessaire ?

Avons-nous vraiment besoin d'une montre connecté ?

Avons-nous vraiment besoin d'une télé connecté ? Renseignez vous sur ces histoires de télé connecté piraté par un rançongiciel (Ransomware). Aujourd'hui c'est rare mais je doute que ce soit encore le cas dans quelque années vu que les télés connectés seront de plus en plus courante. Je vous laisse imaginer les conséquences dans les familles pauvres ne pouvant plus utiliser leurs postes de télévisions.



Je suis déjà inquiet au sujet de la sécurité des console de jeux , ordiphones (Smartphone) et tablettes parce que ils sont par nature moins sécurisé qu'un ordinateur de bureau ou portable alors je vous laisse imaginer mon inquiétude au sujet des objets connectés.

J'ai 25 ans et ayant conscience des risques je n'ai jamais possédé de smartphone mais je possède un téléphone mobile sans connexion à internet (Il est théoriquement piratable par d'autres moyens et je ne met donc rien de confidentiel dedans et je ne m'en sers pas pour des conversations sensibles préférant le face à face pour ce genre de choses).

Je n'utilise que mon ordinateur de bureau pour me connecter à Internet et je ne me connecte pas via le Wi-Fi , 3G , 4G ou un autre type de connexion sans fil parce qu'une connexion avec fil est par nature plus sécurisé.

Je n'utilise pas Windows mais un système basé sur Linux parce que c'est plus sûr.

Pour en savoir plus sur ce que je conseille en sécu info vous pouvez lire tous mes messages sur la file suivante : https://www.abcbourse.com/forums/msg680567_securite-numerique--cybersecurite_2


Pour info je n'ai même pas de console de jeux n'ayant pas le temps pour jouer en ligne (Raison principale) et considérant qu'on a pas assez la main sur ces machines pour les sécuriser au mieux.

Si un type parvient à prendre contrôle de votre console de jeux il faut interdire dans la configuration du pare-feu de la box les communications entre la console de jeux et les postes de votre réseau internes.

Il faut juste qu'elle puisse communiquer avec la box pour accéder aux jeux en ligne ainsi que les serveurs de jeux.

Si les communications entre la console de jeux et les postes internes sont permises il y a une faille de sécurité éventuelle et il ne faut pas oublier de configurer le pare-feu de vos postes internes pour éviter les contacts entre la console de jeux et les postes internes dans le cas hypothétique où une faille du pare-feu de la box serait exploité pour pouvoir contacter les postes internes depuis la console.

C'est improbable mais on ne sait jamais.

  
Répondre
Maldo81
04/09/2019 20:46:41
0

Exact Cri74 !

Et pourtant il s'agit d'une avancée majeure pour l'humanité à long terme … 3ieme évolution dans l'humanité des supports et accès aux connaissances ...

- le geste, la parole, et les arts premiers : il faut être en présence de ces supports immobiles pour transmettre
- l'écrit (avec plusieurs avancées dont l'imprimerie) : un merveille de transmission mais dont le prix et la difficulté d'accés (aussi bien spaciale que temporelle) l'a souvent plutôt réservé à l'élite ...
- le numérique (qui peut propager les 2 premiers) … tout de même énorme … trop pour les capacité d'adaptation de notre espèce ? :D ... .va fallloir du temps pour l'apprivoiser …. beaucoup de temps … mais c'est majeur !

  
Répondre
simcour
04/09/2019 16:38:43
0

@CRI74 Ce sont des questionnements intéressants pour lesquels il n'est pas facile de répondre.


  
Répondre
CRI74
03/09/2019 23:52:51
1

Internet et l'enseignement actuel qui le référence énormément créent une situation jamais vue auparavant : les solutions de facilité apportées limitent fortement les recours et les capacités de l'intelligence humaine , croyant par ailleurs obtenir réponse correcte à l'ensemble des questions que l'on se pose .

Le mal est déjà fait , aisément palpable et atteint les moindre recoins géographiques dès l'équipement disponible .

On ne peut guère s'étonner que les manipulations de tous ordres puissent trouver un large public , d'une part facilement démarché , d'autre part absolument ouvert aux doctrines déviantes initiées sur un terrain préalablement fertilisé , un champ de naïveté illimité issu d'un ensemble faramineux d'incongruités disponibles .

Les manuels d'histoire constitueraient un excellent vaccins , las , bien obsolètes aux yeux des enseignants devenus captifs


Ne serait-ce pas nos plus grands scientifiques qui auraient évoqué le temps infini (plusieurs vies ) à consacrer à remettre en ordre le seul Wikipédia tant le nombre de contre vérités contenues les affolaient ?

Message complété le 03/09/2019 23:54:52 par son auteur.

Moindres recoins . Vaccin ... pour un orthographe correct

  
Répondre
simcour
03/09/2019 23:01:29
0

@Luncyan Je crains qu'Internet soit une technologie trop récente dans son accessibilité au grand public pour que l'on puisse répondre.

  
Répondre
Luncyan
03/09/2019 20:12:34
0

Pas grand monde lira cette question mais : internet rend t’il le monde plus resillient aux crises type guerre civile ?

  
Répondre
whatelse
03/09/2019 20:05:25
0

les Anglais sont pris en otage, ils sont entre le marteau et l'enclume et la tête n'est pas faite pour résister à un tel choc, si le marteau s'abat.

  
Répondre
Luncyan
03/09/2019 19:26:58
0

L’AFP - seul organisme de presse qui fait encore un remarquable travail de journaliste

Message complété le 03/09/2019 19:31:31 par son auteur.

Dans la categorie « presse ecrite »

Message complété le 03/09/2019 19:31:44 par son auteur.

Remplacer « seul » par « rare »

  
Répondre
Ver5gétorix
03/09/2019 19:20:27
0
Trés bel article, bien documenté.Merci beaucoup.
  
Répondre
Ver5gétorix
03/09/2019 19:20:27
1

Les milieux d'affaires britanniques craignent un Brexit sans accord mais redoutent aussi la possibilité d'un gouvernement travailliste mené par Jeremy Corbyn, ici le 3 septembre 2019 à Londres (AFP/ISABEL INFANTES)

La perspective d'élections anticipées au Royaume-Uni effraie les milieux d'affaires britanniques car s'ils craignent un Brexit sans accord, ils redoutent aussi la possibilité d'un gouvernement travailliste mené par Jeremy Corbyn.

Le chef du "Labour" promet un programme qui serait le plus à gauche depuis des décennies au Royaume-Uni, ancré autour d'une redistribution des richesses dans un pays où les inégalités se sont fortement creusées.

Des politiques qui sont largement considérées comme hostiles aux intérêts des entreprises par les milieux d'affaires. En voici les grandes lignes.

Quelles grandes lignes de politique économique?

Le chef du parti travailliste veut nationaliser les chemins de fer, les secteurs de l'électricité et de la distribution d'eau ou encore Royal Mail, l'opérateur postal privatisé en 2013.

Il veut relever le salaire horaire minimum à 10 livres (11,72 euros) à l'horizon 2020, contre 8,21 livres actuellement, et renforcer les droits des employés, ce qui entrainerait plus de contraintes pour les entreprises.

Jeremy Corbyn promet aussi des investissements massifs dans les infrastructures, l'éducation, le système de santé public, les logements sociaux, les transports ou encore 30 milliards de livres pour le vénéré système d'assurance-maladie britannique, la National Health Service (NHS).

Les travaillistes envisagent de financer ces milliards de livres de dépenses par des hausses d'impôts sur les plus riches et sur les bénéfices des entreprises, ou encore de redistribuer 10% des actions des grandes entreprises aux employés. Une mesure qui, d'après le Financial Times, bible des milieux financiers, "confisquerait 300 milliards de livres d'actions" aux entreprises.

Le leader du parti travailliste a, par ailleurs, formulé de sérieux doutes sur l'opportunité pour le Royaume-Uni d'un accord de libre-échange avec le président américain, Donald Trump, à l'inverse du Premier ministre et chef des Conservateurs, Boris Johnson.

- Qu'en pensent les marchés?-

Beaucoup d'analystes et investisseurs estiment qu'un gouvernement Corbyn pourrait déclencher un exode de capitaux et d'entreprises étrangères, ainsi qu'une envolée de la dette publique et des impôts.


Un gouvernement Corbyn entraînerait un plongeon de la livre et des indices boursiers, selon un analyste financier (AFP/Archives/YASSER AL-ZAYYAT)

"Si nous devions avoir un gouvernement Corbyn, je pense qu'on assisterait à un plongeon de la livre", qui a déjà atteint mardi un plus bas en près de trois ans, et des indices boursiers de la place londonienne, prédit David Madden, de la société de courtage CMC Markets, qui qualifie le leader travailliste de "très anti-affaires".

"Il ne peut pas payer pour tout (son programme). Ce sont des illusions politiques", renchérit Steen Jakobsen, analyste de Saxobank.

- Pire que le Brexit?-

Si un éventuel gouvernement Corbyn est décrit comme un véritable repoussoir par les investisseurs, certains économistes assurent qu'un Brexit "dur", comme le gouvernement de Boris Johnson dit s'y préparer, serait bien plus grave pour l'économie britannique.


Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, le 3 septembre 2019 à la chambre des Communes - photo extraite d'une vidée réalisée par les services du Parlement (PRU/AFP/-)

"Un Brexit sans accord serait catastrophique pour l'économie, cela lui porterait un tel coup que ce serait pire que tout ce que Jeremy Corbyn pourrait faire", tempère ainsi John Van Reenen, professeur à la London School of Economics, interrogé par l'AFP.

"L'Union européenne est le plus grand marché jamais créé sur la planète Terre mais après le Brexit, inévitablement, il y aura des barrières douanières entre le Royaume-Uni et le reste de l'Europe", fait-il valoir.

David Blunt, professeur d'économie à la City University of London, va même jusqu'à assurer que "les entreprises commencent à réaliser que la crainte d'un Brexit sans accord est plus réelle et nuisible que tout projet démocratique socialiste associé à Corbyn".

"Nous sommes à moins de deux mois du Brexit et il devient évident que le gouvernement conservateur n'a pas planifié correctement une sortie sans accord", conclut-il.

© 2019 AFP

  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201909051755 711193
Ma liste