OK
Accueil  > Communauté   > Forum CAC 40

A la RATP, une grève monstre contre la réforme des retraites

Cours temps réel: 6 029,72  -0,54%

PX1


moicmoi
13/09/2019 13:58:20
3

mika57
On parle ici réforme de la retraite, régimes spéciaux, surtout des fonctionnaires, ….et toi tu nous parles de Maires.

Strictement rien à voir ! Les Maires sont des élus, mais ne sont pas des fonctionnaires, (pas tous) et cerise sur le gâteau, en plus d’exercer leur mandat, ils bossent en entreprise. Les réunions de-ci, de-là sont prises très souvent sur leurs congés
Le « salaire » , disons plutôt indemnités pour compenser le temps passé, est justifié, et bien souvent, insuffisant en regard du temps passé, des responsabilités, des emmerdes.

Je crains que là, tu ne sois hors sujet.

Par contre, pour les pros de la politique, là je dis OUI, il faut réformer leur régime. Ce devrait d'ailleurs être la priorité N° 1 de cette réforme. Et non pas en 2045, mais en 2020 ! (dès le 1er janvier)

  
Répondre
syjo
13/09/2019 11:19:54
0

Faut quand même pas oublier que la richesse provient du travail des autres.

Et la richesse c'est 1% de la planète.Ici c'est que du pauvre alors arrêtez de vous disputer pour quelques miettes !!

  
Répondre
mika57
13/09/2019 11:19:08
1

Je ne pense pas que les élus d'un village de 80 habitants au fin fond de la Meuse, du Limousin ou de la Creuse dispose d'une retraite dorée


3485 maires sont élus dans une commune de - de 100 habitants

19 833 maires sont élus dans une commune de - de 500 habitants



https://www.collectivites-locales.gouv.fr/regime-indemnitaire-des-elus

Barèmes relatifs aux indemnités de fonction au 1er janvier 2019 :

Un maire d'une commune de moins de 500 habitants touche la somme PHARAONIQUE de 661.20 euros mensuels... bruts


Sacrée retraite dorée pour ces élus !

  
Répondre
Fibopivots
13/09/2019 11:06:57
0

Et quid des retraites des 600000 élus ?

D'ailleurs ils sont 1.2 millions en retraite !

... dorée !

  
Répondre
frêne commun
13/09/2019 09:42:43
3

Bonjour à toutes et à tous,

@ gpa2loq la teneur de vos propos vous fait perdre toute crédibilité indépendamment qu'elle vous classe dans la catégorie des rustres.

Si l'on revoit les régimes spéciaux et entre autres ceux des parlementaires, il faut au nom du premier terme de la devise française ´´´ égalité ´´´ revoir tous les régimes spéciaux, sans exception !!!! Par ailleurs ayant été moi même fonctionnaire, je ne partage absolument pas l'idée que nous ayons été mal payés pour être par la suite indemnisés par une retraite avantageuse. J'ai toujours pensé que le système était injuste et discriminatoire. Mais je dois dire qu'avant de rentrer dans la fonction publique j'avais travaillé 4 ans dans le privé. J'avais contrairement à beaucoup de mes collègues vu les deux côtés de la chose. Je dois également rajouté que j'étais une brebis galeuse mal vue dans le milieu et j'aimais par provocation me califier de mauvais fonctionnaire.


J'ai par hasard, sur une chaîne dont je ne me souviens plus, suivi les travaux de la commission que présidait JP Delevoye, j'ai été à la fois étonné par la complexité du dossier mais également ébloui par sa connaissance et sa maîtrise du sujet. Ce Monsieur à ma totale confiance !!!!!

La France fabrique ses propres handicaps. Il faut faire quelque chose, ça ne peut plus continuer ainsi. Le monde a changé, la société a changé. Fini le temps des dinosaures.

Par ailleurs et vu la frilosité de certains à aborder l'aspect comptable, les retraites représentent, en France, 14 pour cent du PIB pour seulement 10 pour cent en moyenne dans d'autres pays. Cherchez le problème.

Bonne journée à toutes et à tous.

Message complété le 13/09/2019 09:44:26 par son auteur.

De la deuxième

Message complété le 13/09/2019 09:45:23 par son auteur.

Également rajouter

  
Répondre
ALEZE
13/09/2019 00:31:53
0

je suis plier de rire , que-ce q on rigole bien ici .....

  
Répondre
Dubaisan
13/09/2019 00:04:52
4

@T'as pas 2 ailes au cul,

A te lire on n'en doute pas, même le pseudo est du niveau…

Pour info, le "branleur" ou le "gugus" MoicMoi, en a un peu plus dans la calebasse que toi dans ton froc.

Et moi, ça me gêne qu'à EDF, 90% des salariés, qui ne sont pas des lumières en plus, ne paient que 10% de leur consommation d'électricité ou alors que ce soit pris et déclaré comme un avantage en nature imposable au titre de l'IR.

Réduire les avantages de certains fera du bien à tout le monde...

  
Répondre
moicmoi
12/09/2019 23:48:33
5

GPA2LOQ

Evidemment, pour un syndicaliste et fonctionnaire basique comme toi, c’est être con, jaloux, branleur, et peut-être plus ? quand on doute de l’intégrité des barons des syndicats. Tu es trop formaté pour voir les choses en face.
C’est être con, jaloux, branleur, et peut-être plus quand on dit que les fonctionnaires considèrent que l‘état leur doit TOUT.
C’est être con, jaloux, branleur, et peut-être plus quand on a passé toute sa carrière en participant à l’économie (impôts, taxes et emplois), sans rien demander à qui que ce soit. Ni aides, ni subventions, ni prodigalités.

Qu’as-tu créé toi même ? Qu’as-tu apporté au fonctionnement du pays France ? Combien d’emplois as-tu créé ?

T’es-tu posé la question de savoir comment les barons syndicaux peuvent vivre sur un grand pied ? Non, bien évidemment. Sur les cotisations ?... Certes non. Elles sont bien trop insuffisantes . Et les subventions de l‘état n’y suffisent pas non plus. ….
Alors ?….

Autres questions que bien sûr tu ne vas pas te poser : Quelle est leur représentativité réelle ? Pourquoi malgré cette non représentativité sont-ils écoutés par les politiques et les patrons ? Pourquoi ils n’arrivent pas à fédérer plus de salariés ? (en dehors du secteur public)

Dis-toi bien que je ne remets pas en cause les congés payés. Même si je n’y ai eu droit que les 5 premières années de ma vie professionnelle. (de 19 à 67 ans j’ai été indépendant).

Mais, à la différence de toi, je suis capable de réfléchir par moi-même, et non pas par les discours de pontes syndicaux qui vous manipulent et se foutent bien de votre gueule.. Et de comprendre que l‘époque Zola est révolue, que le pays est dans la merde (voulue inconsciemment ou volontairement par les gauchistes, ) et qu’il faudra y remédier, un jour ou l‘autre. Que les citoyens n’acceptent plus les inégalités de traitement. Que nous battons les records en imposition. Que nos entreprises ne sont pas compétitives, et que forcément ce ne peut être qu'au détriment de l'emploi.

Participe la vie économique du pays. Ne vis pas à ses crochets. Et ensuite, tu pourras me faire part de tes critiques et conseils que j’accepterais bien volontiers à ce moment là.


Message complété le 12/09/2019 23:58:48 par son auteur.

Dois-je te préciser que j’ai contribué à l‘économie de notre pays durant 53 années. Et toi ? Combien à d'années as-tu contribué, ou contribueras ?

  
Répondre
sergiobress
12/09/2019 21:50:47
2
GPA2LOQ
12/09/2019 21:16:39
2

Franchement qu est ce que tu es c... Jaloux surement .

Avec des branleurs de ton niveau c est sur que les conges payes c est pas avec des gugus de ton genre que l on va les conserver.

C est pas en reduisant les avantages de certaines categories que ca va ameliorer les affaires...et moi ca ne me gene pas qu a EDF ils ne paient que 10 pour cent de leur consommation d electricite...

Au lieu de deblaterer sur les fonctionnaires , va plutot te battre et manifester pour ne pas te faire baiser.

Joyeux noel

  
Répondre
moicmoi
12/09/2019 19:55:15
5

Franchement, je ne vois pas pourquoi ils font grève ! Au contraire, ils devraient déboucher le champagne !

Ils affirment toujours qu’ils n’ont pas de privilèges, que les privés sont mieux lotis que les fonctionnaires, qu’ils sont corvéables à souhait, qu’ils font un travail pénible, que……

Dans ces conditions, je pense donc qu’ils devraient appeler à gorge déployée pour avoir les mêmes avantages que le privé, pour abolir leurs régimes de merde.

J’ai un copain - 1 500 euros mensuels de retraite – pas de complémentaire parce que l‘état ne cotisait pas pour cela - 26 ans de fonctionnaire, et donc 14 ans de privé (y compris les 4 ans d’apprentissage), qui m’affirme n’avoir que 500 euros de retraite de fonctionnaire.

Heu…je précise que dans le privé, de 18 à 33 ans, il n’était pas cadre de très haut niveau avec des salaires mirobolants : non, juste post-apprenti.
(il évite de préciser que son épouse, ayant fait une carrière complète (sauf une grossesse) dans le privé (vendeuse) n’a que 1 000 à 1 100 euros de retraite.)

J’ai sorti mon mouchoir. , et j’ai pleuré bruyamment
Et le discours de mon copain n’est pas un cas unique.
C’est en fait le discours universel de la CGT

  
Répondre
Dubaisan
12/09/2019 15:22:05
3

L'égoîsme bien connu de ces corporations minables que sont la CGT et consorts. Aucune pitié à avoir envers ces cafards de la société.

  
Répondre
tirelire19
12/09/2019 14:57:58
4
Touchez pas à nos privilèges !
Moi , je veux partir à la retraite à 52 ans avec mon privilège , pas question qu' on y touche .
Que les autres partent à 64 ans ce n' est pas notre problème .
Nous nous voulons garder nos acquis .
Demain , je fais grève pour cela .
  
Répondre
tirelire19
12/09/2019 14:57:58
0

Des usagers sur le quai de la station Châtelet pendant une grève de la RATP en novembre 2007 (AFP/Archives/Bertrand GUAY)

Du jamais-vu depuis 12 ans: les transports en commun de la RATP circuleront au compte-gouttes vendredi en région parisienne, où le trafic de la régie sera fortement perturbé par une grève très suivie, première salve des mobilisations annoncées contre la réforme des retraites.

Avec dix lignes de métro fermées, d'autres "partiellement ouvertes", une poignée de RER uniquement aux heures de pointe et seulement un tiers des bus en circulation, le trafic sera "extrêmement perturbé", a prévenu la direction de la RATP.

"Un premier coup de semonce", avertissent de leur côté les syndicats qui ont appelé à la grève, dont les trois organisations représentatives, Unsa, CGT et CFE-CGC. Ils ont décrété la "mobilisation générale" contre la réforme des retraites et pour le maintien du régime spécial des agents de la régie des transports parisiens.

Les syndicats soulignent que ce régime tient compte des "contraintes spécifiques" et des "pénibilités liées à (leur) mission de service public". Un dispositif appelé à disparaître avec la mise en place du "système universel" de retraite par points voulu par le président Emmanuel Macron.

Leur grève se tiendra au lendemain d'un discours du Premier ministre Édouard Philippe, qui a tenté jeudi de "lever les inquiétudes, les malentendus" sur cette réforme. Devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese), il a exhorté à la "confiance", promis la "justice" et s'est engagé à "plus d'écoute, plus de dialogue".

A la RATP, ce sera la plus forte mobilisation depuis la grève du 18 octobre 2007, déjà contre une réforme des régimes spéciaux de retraite, sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Ce jour-là, où les cheminots de la SNCF étaient aussi en grève, le réseau RATP avait été quasiment paralysé.

La mobilisation massive attendue vendredi "montre le niveau de mécontentement des agents de la RATP", a relevé le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, jeudi sur RTL.

- "Prise de conscience" -

Dans l'entreprise, "les agents sont très inquiets", a dit à l'AFP Thierry Babec, secrétaire général de l'Unsa-RATP, premier syndicat de la régie.


Des passagers sur le quai bondé du métro à la station Châtelet le 14 novembre 2007 à Paris, jour de grève nationale contre la réforme des régimes spéciaux de retraite (AFP/Archives/BERTRAND GUAY)

"Nous voulons le maintien des garanties spécifiques de notre régime de retraite" car, "pour nous, la seule compensation réelle aux contraintes du service public, comme le travail le week-end, la nuit, c'est la retraite", a-t-il expliqué.

Avec le régime universel, "on n'aura plus de compensation", a-t-il critiqué.

"C'est la réforme de trop. Il y a une prise de conscience des salariés", a estimé Bertrand Hammache, secrétaire général de la CGT-RATP (deuxième syndicat).

Et cette réforme arrive dans une entreprise "en pleine transformation", avec l'arrivée de la concurrence fin 2024, ainsi qu'un "plan de productivité" entraînant des suppressions de postes et "l'intensification du travail pour ceux qui restent", a-t-il déploré.

Pour la CFE-CGC (troisième organisation), avec cette réforme, "les salariés ont beaucoup à perdre" et "les encadrants seront particulièrement pénalisés".

"Le régime de retraite fait partie du contrat social" entre l'entreprise et ses salariés, il ne doit pas être "remis en cause sans compensation", souligne le syndicat des cadres, qui veut avec la grève "peser sur les négociations à venir".


La grève à la RATP du vendredi 13 septembre (AFP/Laurence SAUBADU)

Négocier dans quelles conditions ? Le Premier ministre a répété jeudi que les facteurs de pénibilité et de danger seraient intégrés au projet de loi de la réforme. Un texte qui sera voté d'ici "l'été prochain".

Auparavant, se tiendront des "consultations citoyennes", jusqu'à la fin de l'année, et des concertations avec les partenaires sociaux, "jusqu'au début du mois de décembre".

Mais les opposants à la réforme n'attendront pas. Lundi, les avocats, avec les pilotes de ligne, hôtesses de l'air, stewards et professions médicales, manifesteront à Paris pour défendre leurs régimes "autonomes" de retraite complémentaire.

FO rassemblera contre la réforme le 21 septembre dans la capitale, avant la journée nationale d'action organisée le 24 septembre par la CGT, rejointe par Solidaires et SUD-Rail.

© 2019 AFP

  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201909131358 712601
Ma liste