l'essor inquiétant du capitalisme autoritaire ! - Forum CAC 40
OK
Accueil  > Communauté   > Forum CAC 40

l'essor inquiétant du capitalisme autoritaire !

Cours temps réel: 5 636,25  -0,65%

PX1


CRI74
15/09/2019 18:11:37
2

Un ultralibéralisme ne peut être vertueux , par contre , un libéralisme modéré sachant faire une place importante sinon principale aux notions de service , au sens large , aux populations peut fonctionner sans problème .

Il suffit de tenir des raisonnements moins idéologiques , ne pas demander combien cela coûte avant d'en calculer les bénéfices souvent bien plus imposants , de savoir chiffrer l'apports des services à tous niveaux y compris en productivité induite .

La contradiction apparaîtrait de ce fait beaucoup moins évidente .


Un exemple un peu provocant mais tout a fait factuel : lors des grèves de services publics , on sait dénombrer les coûts relatifs (qu'on m'explicite les calculs d'ailleurs ) de X jours d'arrêt de travail sur l'économie.

Que l'on prenne la même méthodologie pour calculer le rapport en temps de service normal , à immédiatement imputer sur les comptes budgétaires des services en cause , en positif afin de fournir une vue non déformée ....

Message complété le 15/09/2019 18:41:44 par son auteur.

l'apport !

  
Répondre
fipuaa
15/09/2019 17:58:16
0

un libéralisme vertueux? Deux mots totalement contradictoires qui ne laissent pas la place aux rêves !

le monde de demain sera un enfer car la situation pourrie actuelle n'est pas apte à durer, nous vivons le calme avant la tempête

une petite pensée à ce qui arrive et ce n'est pas un cyclone !

http://thierry.taillefer.over-blog.com/terres-steriles.html

on peut se fermer les yeux, si on y arrive on vit bien ! (enfin je suppose)

  
Répondre
CRI74
15/09/2019 14:59:19
2

Un bon résumé en conclusion :

Là où le capitalisme aurait besoin d’un interventionnisme véritable, pour rééquilibrer les dérives du marché, il récolte sa version dévoyée, un laisser-fairisme xénophobe et agressif, qui s’attaque à tout, sauf aux racines du mal .


L'avènement d'un populisme débordant provient de la corruption généralisée des pays dits développés où les lobbys ont pris le pouvoir depuis longtemps .

Qu'on y rajoute une guerre commerciale souterraine vieille de plusieurs dizaines d'années qui n'aura produit que des morts économiques , donc les populations dépendantes , des surdités aiguës de politiciens archaïques , une funeste théorie privilégiant l'offre (les entreprises donc les lobbys) à la demande (les populations ) qui enclenche de fait une paupérisation accélérée touchant des classes de plus en plus élevées , une politique uniforme basée sur des endettements finalement intenables , et le tableau des illusions populistes n'en devient que plus attrayant .... faussement comme toujours !

C'est bien d'une régulation forte des méthodes ultralibérales que viendrait le retour à meilleure fortune des pays et de leurs habitants pour peu que le retour sur investissement (leur travail ) trouve une juste rémunération .

Une "révolution" (*) planétaire y parviendra-t-elle ?

(*) du type on reprend tous nos billes en même temps

  
Répondre
ALEZE
15/09/2019 13:19:29
0

Le capitalisme autoritaire serait-il en train de s’imposer peu à peu comme nouvelle norme d’une mondialisation devenue belliqueuse ? Il est loin le temps, où Fukuyama prophétisait la fin de l’histoire, l’avènement d’un état idéologique stationnaire où la démocratie libérale uniformiserait le monde. Loin le temps aussi où il allait de soi que l’intégration économique était facteur de moindre conflit entre les nations. Où Amartya Sen, voyait en la démocratie, le seul système apte à générer du développement.


Au moment même où s’épanouissaient ces thèmes, nous glissions déjà paradoxalement dans la guerre diffuse, la résurgence du fait religieux, la montée en puissance du cyberspace comme nouveau terrain de guerre planétaire, dans une exacerbation des fractures sociales et territoriales, dans le délitement des classes moyennes dans le monde développé, et la fausse promesse de leur avènement dans le monde émergent.


Contradictions internes du modèle d’accumulation


Dans le prolongement de ces phénomènes, la démocratie est en recul sur tous les continents, notamment depuis 2010. Alors qu’en l'espace de quarante ans, le nombre des démocraties s'était multiplié dans le monde — passant de 35 à plus de 100— les ingrédients démocratiques reculent. Un tiers de la population mondiale vit dans un pays où la démocratie est en recul, selon une étude qu’ont publiée récemment des chercheurs de l’Université de Göteborg. Y compris et notamment en Europe.


Face à cela, il y a ce terme ramasse-tout de« montée des populismes », qui nous place face à une équivalence faussement évidente. Mondialisation = inégalité = défiance = nationalisme vindicatif…. Et rejet des partis de gouvernement qui structuraient la vie politique des grandes démocraties.


Il y a aussi le capitalisme d’État chinois engagé dans une véritable stratégie d’extension de son influence, et qui s’érige en alternative idéologique pour le monde en développement et même pour le monde développé. Qui place le droit au développement avant celui des peuples à disposer d’eux-mêmes. Qui réactive la bonne vieille opposition entre démocratie formelle, portée par les démocraties libérales et la démocratie réelle, laquelle suppose une émancipation par l’amélioration de la condition matérielle.



D’où ce retour en grâce aussi du paradigme marxiste. Non que l’on observe une baisse tendancielle du taux de profit… Mais parce que chaque crise nous rappelle en effet que nos modèles d’accumulation, tout en sachant se régénérer, sont bien habités par de fortes contradictions internes qui menacent leur soutenabilité. La maximisation du profit conduit à l’apparition de crises récurrentes au plan économique, mais aussi social, politique, militaire et écologique. Et de plus en plus d’économistes, pourtant libéraux, s’accordent sur des constats qui, mis bout à bout, sont autant de briques qui régénèrent la lecture pessimiste de l’histoire : affaiblissement du rapport salarial, hyper-concentration de la rente entre un tout petit nombre, les fameux hyper-riches qui captent un quart des fruits de la croissance, émergence de quasi-monopoles dans certains secteurs ou de géants too big to fail qui prennent en otage les États, phénomènes de capture du législateur, jusqu’au spectre de la stagnation séculaire qui rappelle étrangement l’Etat stationnaire promis par les grands classiques.


L’entre soi, un réflexe dangereux


Dans ce contexte, l’autoritarisme est le réflexe d’acteurs économiques qui se sentent attaqués, piégés dans un jeu d’interdépendances dont ils perdent la maitrise et qui deviennent vecteurs de crise. Cette crispation, cette tentation d’ériger des murs est nocive, car paradoxalement, elle n’est là que pour proroger le système en l’état. L’autoritarisme se bâtit sur l’ennemi extérieur, au lieu de s’attaquer aux contradictions internes du système et de le réformer. Trump en est emblématique. La détresse sociale porte au pouvoir l’un des milliardaires les plus indécents de la planète. Avec lui, le monde des affaires fait main basse sur l’État, évacuant la question sociale, la question environnementale, sapant les secteurs disruptifs qui ébranlent les industries en place. Le mythe du ruissellement bat son plein. Et l’entre-soi, fait figure de solution à tout.


Là où le capitalisme aurait besoin d’un interventionnisme véritable, pour rééquilibrer les dérives du marché, il récolte sa version dévoyée, un laisser-fairisme xénophobe et agressif, qui s’attaque à tout, sauf aux racines du mal.
https://www.xerficanal.com/economie/emission/Olivier-Passet-L-essor-inquietant-du-capitalisme-autoritaire_3746933.html

  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201909151811 713024
Ma liste